Mardi 23 Mai 2017

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme s’inquiète des violences en Centrafrique

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme s’inquiète des violences en Centrafrique
(APA 17/05/17)
Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein

APA-Bangui(Centrafrique) - Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exprimé dans un communiqué de presse publié, ce mercredi à Bangui sa ‘’grande inquiétude’’ au sujet du nombre croissant d'attaques des groupes armés contre la population civile dans plusieurs régions de la République Centrafricaine ces derniers mois, ainsi que des attaques contre les casques bleus de l'ONU dans le sud-est du pays.

Le Haut-Commissaire Zeid a déclaré qu'il est particulièrement perturbé par l'augmentation des exécutions ciblées de civils depuis le commencement des combats en novembre 2016 entre les groupes armés rivaux.

« La violence et les tensions croissantes se répandent dans les régions de la République centrafricaine qui étaient jusqu’à présent épargnées par les terribles brutalités déjà observées dans d'autres régions du pays – ceci est très inquiétant et cette tendance représente un signal d’alarme fort », a déclaré « le calme relatif durement gagné à Bangui et dans certaines villes importantes de la République centrafricaine risque d’être compromis par le regain progressif de violence sectaire dans les zones rurales où les civils sans défense paient ainsi un lourd tribut », note le texte.

La résurgence de la violence, selon le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a également un impact sérieux et direct sur les acteurs humanitaires.

Il explique qu’au cours des premiers mois de cette année, plus de 45 incidents ciblant des humanitaires ont été enregistrés dans tout le pays, ce qui place la République centrafricaine parmi les pays où le cadre d'actions humanitaires comporte un élément de risque très élevé.

La moitié de la population centrafricaine est dépendante de l’aide humanitaire et un centrafricain sur cinq est déplacé précise le communiqué.

Il a également fermement condamné les actes de violence et les atteintes aux droits de l'homme, y compris les tueries des soldats internationaux de la paix.

Il a appelé les dirigeants des groupes armés à coopérer avec la MINUSCA et les autorités gouvernementales pour traduire en justice leurs éléments impliqués dans des violations et abus des droits de l'homme dans son message.

« Je rappelle à ceux qui commettent, donnent l’ordre, dirigent ou omettent d’empêcher ces attaques contre les civils, les travailleurs humanitaires et les casques bleus de l'ONU, qu’ils peuvent être poursuivis pour crimes de guerre » a-t-il mentionné.

Le Haut-Commissaire Zeid a également noté que la préparation au démarrage des activités de la Cour pénale spéciale représente un signal fort des autorités et de la communauté internationale que le climat continu d'impunité est désormais inacceptable relève ce communiqué.

Commentaires facebook