Mardi 24 Octobre 2017

La société minière chinoise DEWEY démarre ses activités en Centrafrique

La société minière chinoise DEWEY démarre ses activités en Centrafrique
(APA 12/10/17)
La mine d'or de Ndassima en Centrafrique

APA-Bangui (Centrafrique) - La société minière chinoise DEWEY a démarré officiellement ses activités en Centrafrique, plus précisément à Gadzi, une sous-préfecture située au sud-ouest du pays, selon le ministre des mines Léopold Mboli Fatrane, qui a fait cette annonce mercredi à Bangui.

Cette société va explorer et mener une exploitation semi mécanisée de diamant brut et or sur la rivière Lobaye qui arrose la sous-préfecture de Gadzi.

La société DEWEY doit selon son cahier de charges, construire et réhabiliter les bâtiments scolaires, administratifs, tracer des nouvelles routes et faciliter la circulation sur la rivière Lobaye pour désenclaver la sous-préfecture et reconstruire un centre de santé au profit de la population de la localité.

Le ministre Mboli Fatrane a dit insister auprès des responsables de la société minière chinoise sur le respect des dispositions du code minier centrafricain et de sa feuille de route établie dans le cahier de charge pour qu’elle respecte le paiement des droits et taxes applicables aux activités minières en RCA.

Le ministre a chargé des fonctionnaires de son entreprise à veiller au respect scrupuleux du Code minier par DEWEY, la 3ème société minière chinoise reconnue en RCA.

Les activités des sociétés minières chinoises ont souvent été critiquées dans le pays pour non-respect des normes écologiques et exploitation anarchique décriée par les populations des zones où elles sont installées.

Le ministère des mines a entrepris ces derniers temps des réformes du secteur minier afin qu’il puisse contribuer à l’essor économique du pays. Ainsi une nouvelle base de taxation du diamant brut a été mise en place.

L’installation de cette nouvelle entreprise minière chinoise en RCA constitue une bouffée d'oxygène pour l’économie centrafricaine soutenue en majorité par les financements des institutions de Bretton Woods.

Commentaires facebook