Mercredi 22 Novembre 2017

La situation humanitaire se dégrade en Centrafrique

La situation humanitaire se dégrade en Centrafrique
(La Voix de l'Amérique 17/03/17)
La situation humanitaire se dégrade en Centrafrique depuis septembre 2016 en raison de la hausse des violences et des foyers de tension.

La situation humanitaire se dégrade en Centrafrique depuis septembre 2016 en raison de la hausse des violences et des foyers de tension, a déclaré jeudi l'ONU, qui déplore une baisse du financement de l'aide internationale.

"Avec la recrudescence de la violence et la multiplication des foyers de tension depuis le mois de septembre 2016 et le premier trimestre 2017, plus de 100.000 nouveaux déplacés ont été enregistrés", portant leur nombre à 402.240, indique dans un communiqué le bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA).

Le communiqué ajoute qu'"un Centrafricain sur cinq est soit déplacé soit réfugié dans les pays limitrophes", ce qui concerne près de 900.000 personnes.

Les Nations unies estiment que la Centrafrique "demeure le seul pays au monde où la moitié de la population doit sa survie à l'aide humanitaire", soit 2,2 millions de personnes.

"Le financement de l'action humanitaire suit une tendance à la baisse amorcée depuis 2014", déplorent les Nations unies. "Le budget du Plan de réponse humanitaire 2017 pour la Centrafrique d'un montant de 399,5 millions de dollars n'est financé à ce jour qu'à hauteur de 5% soit 19 millions".

"Faute de financement", l'ONU déplore une diminution des rations alimentaires ainsi que le retrait des acteurs humanitaires de certaines régions. L'ONU a lancé un appel aux donateurs internationaux au terme d'une réunion mardi à Yaoundé.

La Centrafrique, pays classé parmi les plus miséreux au monde, peine à se relever du conflit provoqué par le renversement en 2013 du président François Bozizé par la coalition Séléka prétendant défendre les droits des musulmans en commettant de graves violences dans Bangui, ce qui a entraîné une contre-offensive des milices anti-Balaka majoritairement chrétiennes.

Commentaires facebook