Mardi 17 Octobre 2017

Des ex combattants séquestrent le personnel de la FAO à Bangui

Des ex combattants séquestrent le personnel de la FAO à Bangui
(APA 11/08/17)
Des rebelles de la séléka

APA-Bangui(Centrafrique) - Des ex combattants antibalaka et séléka ont envahi depuis lundi, les locaux de la représentation du Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) à Bangui en guise de protestation, bloquant ainsi les activités de cette agence onusienne.

Ces manifestants sont les 700 ex-combattants bénéficiaires du projet de réduction de la violence communautaire (CVR).

Ils exigent la mise à disposition du cheptel (cabris, chèvres, moutons et porcs) qui leur avait été promis pour démarrer l’élevage, domaine dans lesquels ils étaient formés.

Malheureusement déplorent –ils, trois mois après ils n’ont pas démarré les activités car les kits promis par la FAO ne leur ont pas été livrés.

Le projet de réduction des violences communautaires a été proposé par la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) pour offrir des alternatives au recours à la violence aux éléments des groupes armés qui acceptent de déposer volontairement les armes et de participer à des activités d’intérêts communautaires ou génératrices de revenus.

Ainsi des ex combattants sélékas et antibalaka de la ville de Bangui et ses environs ont subi des formations dans les domaines de la mécanique, agriculture et élevage dans certains centres de formation après leur identification par la MINUSCA.

La réinsertion de ces jeunes a été donc financée par la MINUSCA et sa mise en œuvre par la FAO qui rencontre des difficultés pour satisfaire les bénéficiaires. Ces derniers affirment que si la FAO n’arrive pas à leur livrer les kits d’insertion, il faudra qu’elle leur donne la différence en argent sinon ils ne vont pas abandonner les manifestations.

Commentaires facebook