Dimanche 25 Février 2018

Centrafrique : vaste compagne de sensibilisation sur le recrutement des enfants soldats

Centrafrique : vaste compagne de sensibilisation sur le recrutement des enfants soldats
(APA 08/02/18)

APA-Bangui(Centrafrique) - Le gouvernement centrafricain, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) ont lancé ce jeudi à Bangui, une campagne d’un mois contre le recrutement des enfants soldats.

Cette campagne de sensibilisation va se dérouler à Bangui et à l’intérieur du pays. Elle s’inscrit dans le cadre de la journée internationale de lutte contre l’enrôlement des enfants dans les groupes armés, célébrée le 12 février de chaque année.

La Campagne vise non seulement à inciter les groupes armés et d’autodéfense à libérer ces mineurs, mais aussi à inviter la population à respecter leurs droits fondamentaux

Environ 12.500 enfants dont 29% de filles ont été extraits des groupes armés en République centrafricaine depuis 2014, grâce aux efforts conjoints du Gouvernement centrafricain et des partenaires, selon la Minusca.

La ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, Gisèle Pana qui a assisté au lancement, a salué les résultats de ces efforts conjoints et appelé « à la compréhension et à la tolérance de tous dans toutes les communautés constituantes de la RCA, afin que soit facilitée la réintégration de ces enfants qui ont besoin de notre soutien ».

La ministre a également regretté la poursuite de « cette barbarie » avec « plus de 400 cas d’enrôlement d’enfants rapportés en 2017 », mais a dit la détermination du Gouvernement à combattre ce fléau.

« La Politique Nationale de Protection de l’Enfant est actuellement sur la table du Gouvernement pour son adoption finale, et dans les tous prochains jours, la loi portant protection de l’enfant en RCA sera adoptée au niveau de l’Assemblée Nationale. En ratifiant le 21 septembre 2017, la Convention relative aux Droits de l’Enfant interdisant l’implication des enfants dans les conflits armés, le Chef de l’Etat a résolument engagé le pays sur la voie de l’impunité zéro pour tous les criminels qui persistent dans cette pratique d’un autre âge », a renchéri la ministre

Pour sa part, le représentant de l’UNICEF , Aliou Maiga, a indiqué que « depuis 2014, 12.483 enfants associés aux groupes armés dont 3.346 filles ont été libérés.

Pour la seule année 2017, 3.066 enfants associés à des groupes armés, dont 865 filles, ont été recensés et assistés par des partenaires de l'Unicef ».

Parmi les recommandations pour combattre ce problème, il propose « des pressions de la communauté internationale sur les groupes armés pour signer les plans d’actions pour mettre fin au recrutement et à l’utilisation des enfants dans leurs rangs ».

Concernant la réinsertion sociale des ex-enfants soldats, il a souligné que cet accompagnement est fait en coordination avec la Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant et les organisations non-gouvernementales.

« Depuis 2014, 37% des enfants n’ont pas pu bénéficier de ces opportunités à cause d’un manque de ressources et financements. Les autres défis restent l’occupation des écoles par les groupes armés et l’insécurité », a-t-il dit.

Commentaires facebook