Mardi 17 Octobre 2017

Centrafrique : la feuille de route de l’UA enterre l’entente de Rome

Centrafrique : la feuille de route de l’UA enterre l’entente de Rome
(Journal de Bangui 10/08/17)
Nicolas Tiangaye, ancien Premier ministre.

L’entente de Rome signé sous l’égide de Sant Edigio et la feuille de route initiée par l’Union Africaine sont contradictoires

L’entente de Rome signé sous l’égide de Sant Edigio et la feuille de route initiée par l’Union Africaine sont contradictoires. C’est la position exprimée dans une déclaration par l’ancien premier ministre Nicolas Tiangaye.

L’ancien Premier ministre évoque les contradictions entre l’accord de Rome et la feuille de route de l’Union Africaine alors que le chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra, dans une interview accordée à un italien, considère que ces deux initiatives sont complémentaires.

Nicolas Tiangaye regrette que le gouvernement n’ait pas compris que la feuille de route enterre l’entente de Rome, « c’est dans un total balbutiement que le Gouvernement, représenté par le Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration africaine et des Centrafricains de l’Etranger avait signé à Rome le 19 juin 2017 l’Accord Politique pour la Paix en République Centrafricaine, dit « Entente de Sant’ Egidio » et à Libreville le 17 juillet 2017 », lit-on dans la déclaration de CRPS.

La principale contradiction dans les deux initiatives, selon la CRPS réside dans le fait que la seconde enterre la première sans que les autorités centrafricains s’en aperçoivent, « Ce dernier texte énonce qu’ » à la suite des discussions tenues à Bruxelles le 21 juin 2017, le Gouvernement de la République Centrafricaine souhaite exprimer de la manière la plus claire et la plus solennelle sa vision du processus de paix qui doit être reflétée par l’Initiative africaine, devenant ainsi la seule et unique Feuille de route qui conduira vers la paix et la réconciliation nationale en République Centrafricaine » (…). Il est clair que les signataires de ladite initiative ont, sans ambiguïté, définitivement « enterré » l’Entente de Sant ‘Egidio », précise le document de la CRPS.

L’entente de Rome signée entre le gouvernement et 13 et des 14 groupes armés, engage d’un côté l’exécutif à prendre en charge les mouvements armés et à étudier la possibilité de discuter les sanctions qui frappent certains leaders, et de l’autre côté les groupes armés à cesser les hostilités sur toute l’étendue du territoire. La feuille de route de l’Union Africaine a mis quant à elle l’accent sur le dialogue et la réconciliation.

Commentaires facebook