Mardi 20 Février 2018
(RFI 20/02/18)
Les évêques catholiques n’abandonneront « jamais » leur « engagement pour l’avènement de l’Etat de droit » en RDC. C'est la conclusion de l’Assemblée générale de la Cenco, la conférence épiscopale, qui s'était réunie en urgence face à l’aggravation de la crise sociopolitique que traverse le pays et après plusieurs manifestations réprimées dans le sang. L'occasion pour les évêques d'expliciter leur soutien unanime au comité laïc de coordination, organisateur de ces marches. L'abbé Donatien Nsholé, secrétaire général et porte-parole de la Cenco répond aux questions de Florence Morice. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180220-rdc-eglise-cede-pressions-abbe-donat...
(Le Point 20/02/18)
Le « royaume Zupta » est aujourd'hui en ruine et ses derniers remparts, dont les frères Gupta, le fils Zuma – Duduzane – ainsi que d'autres personnalités, politiques ou non, sont face à une soif de revanche, si ce n'est pas à une vindicte populaire « contenue » de tout un pays. Deux des frères Gupta ont été arrêtés, alors que l'aîné, Ajay, et Duduzane sont en fuite et recherchés activement, l'arrogance ayant ainsi fait place à une lâcheté sans commune mesure quand il faut répondre de leurs actes. Le « puissant du royaume » n'étant plus, les « rats » quittent le navire. Il faut rappeler que Jacob Zuma, avec les Gupta, a construit un « réseau mafieux »...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Ancien syndicaliste et patron de l’ANC, ce richissime homme d’affaires remplace Jacob Zuma à la tête de l’Afrique du Sud. Mais est-il le mieux placé pour réformer le pays ? C’est une reddition totale, sans condition. Après des semaines de résistance, Jacob Zuma a déposé les armes. Dans la soirée du 14 février, en direct à la télévision, il a piteusement annoncé sa démission de la présidence de la République. Il n’aura obtenu ni le sursis qu’il réclamait encore quelques heures plus tôt sur la même antenne, ni de protection pour ses amis. À preuve : le jour même, les Gupta, cette fratrie d’hommes d’affaires d’origine indienne avec laquelle il entretenait des liens financiers incestueux, ont été la cible d’une spectaculaire opération...
(RFI 20/02/18)
« Le corps des femmes était le champ de bataille des hommes ». Cette phrase est de Julienne Lusenge, militante congolaise (RDC) qui s'engage depuis trente ans en faveur des femmes victimes de violences dans l'est du pays. La présidente de l'association Solidarités des femmes pour la paix et le développement intégral (Sofepadi) est à l'honneur de la conférence annuelle sur les droits de l'homme et la démocratie à Genève ce mardi 20 février. Le « Geneva Summit for Human Rights and Democracy » a décidé de lui décerné le « 2018 International Women's Rights Award » pour son accompagnement des femmes victimes de violences sexuelles. Un soutien financier, médical, moral et juridique qui porte ses fruits, indique Julienne Lusenge...
(RFI 20/02/18)
En République centrafricaine (RCA), l'installation d'instructeurs militaires russes, en janvier, sur le domaine impérial de Berengo, à 65 km de Bangui, continue de provoquer des remous dans le pays. Au-delà de la bataille entre la famille Bokassa et le gouvernement pour savoir à qui appartient le domaine, et au-delà du manque de concertation dénoncé par certains héritiers, comme le ministre Jean Serge Bokassa, la polémique ne désenfle pas et met au jour des dissensions au sein même du gouvernement centrafricain. Depuis le début, le ministre de l'Administration du territoire, Jean Serge Bokassa, lui-même un héritier de Bokassa 1er, ne cesse de clamer qu'à aucun moment il n'a été prévenu ni concerté de cette décision, prise au sommet de l'Etat, d'installer...
(RFI 20/02/18)
En Afrique du Sud, où Cyril Ramaphosa est arrivé au pouvoir le 15 février dernier, le paysage politique est en train de se recomposer. Jacob Zuma, lui, reste totalement invisible depuis sa démission. Le président sortant a disparu des radars depuis le 14 février au soir. De nombreuses questions planent toujours sur son avenir, notamment judiciaire. L’immunité présidentielle n’existe pas en Afrique du Sud. Jacob Zuma risque donc de faire bientôt face à la justice. L’ancien président pourrait avoir à répondre de son implication dans le « Arms Deal », ce contrat d’armement signé en 1999 entre l’Afrique du Sud et plusieurs sociétés, dont la Française Thalès. Au total, 783 charges de corruption, de fraude et de racket pèsent contre...
(RFI 20/02/18)
Depuis 2012, un groupe de jeunes Nigérians se bat contre la corruption en suivant minutieusement où va l'argent public. Leur initiative, « Follow the money », soit « retracer l'argent », repose sur des volontaires qui recensent les fonds publics débloqués par le gouvernement ou des institutions internationales, puis retrouvent comment ces fonds ont été utilisés. Une initiative que ces Nigérians souhaitent exporter dans d'autres pays d'Afrique, pour réduire la corruption. Et notamment en Gambie, où une antenne locale vient d'être lancée. Dans la salle, la plupart des activistes gambiens et nigérians ont moins de 30 ans.
(RFI 20/02/18)
En Guinée plus deux semaines après le scrutin, on ne connaît toujours pas les résultats définitifs complets des élections communales du 4 février dernier. Marqué par l’abstention, les irrégularités et des violences post-électorales, ce vote tant attendu a déçu beaucoup d’espoirs. Treize ans que les Guinéens n’avaient pas trempé leur doigt dans l’encre pour élire leurs maires. L’enjeu était d’importance : donner une nouvelle légitimité à des représentants locaux « périmés » depuis des années ou nommés à la suite d’arrangements politiques, regagner la confiance des investisseurs et relancer le processus de décentralisation. Néanmoins le scrutin du 4 février n’a pas déplacé les foules. Après une morne campagne, l’abstention devrait avoisiner les 60%, hormis dans quelques communes où l’on observe...
(RFI 20/02/18)
Au Zimbabwe, plusieurs milliers de personnes ont rendu hommage ce 19 février à Morgan Tsvangirai, le chef de l'opposition, qui devrait être inhumé ce 20 février. L’ironie n'a échappé à personne. A Harare, la foule s’est réunie sur la place de la Liberté, qui porte désormais le nom de son éternel rival, l'ancien président Robert Mugabe. Une cérémonie commémorative a eu lieu ce 19 février à Harare. La capitale du Zimbabwe disait adieu à Morgan Tsvangirai. Mais ce rassemblement, malgré l’émotion et le recueillement, était aussi éminemment politique.
(RFI 20/02/18)
Au Bénin, le coup de gueule des femmes contre la faim ! Des associations de femmes sont appelées à descendre dans la rue ce mardi, munies de leurs casseroles vides, pour exprimer leur mécontentement face à la situation socio-économique du pays. Une marche jusqu'à la présidence de la République est organisée à l'initiative du Conarab, l'organisation des commerçants et artisans du Bénin dont Thérèse Waounwa est la présidente. Nous sommes des mères... Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180220-benin-mecontentement-femmes-situation...
(TV5 20/02/18)
Un décret datant de la fin 2017 prévoyant sous peu, une nouvelle limitation de l'âge des voitures d'occasion autorisées à entrer en Côte d'Ivoire provoque la colère des Ivoiriens. Certains craignent notamment de voir une flambée des prix de ces véhicules. Ca, c’est actuellement le quotidien des Ivoiriens. Des véhicules polluants, pas toujours fiables et qui ont une moyenne d’âge supérieure à 20 ans. Mais ça, le gouvernement ivoirien n’en veut plus. Le décret gouvernemental adopté le 6 décembre 2017 revoit drastiquement l’âge des véhicules d’occasion autorisés à entrer dans le pays. Pas plus de 10 ans pour les camions. Pas plus de sept ans pour les mini-cars et camionnettes et surtout pas plus cinq ans. Pour les véhicules de...
(Le Monde 20/02/18)
Le doigt glisse sur la tablette puis clique sur une application : un questionnaire apparaît. « C’est le devoir de français que je viens de compléter », lance avec fierté Hortense Sarr, assise dans une cour ombragée où résonnent des cris d’enfants. Comme ses élèves, cette enseignante de l’école élémentaire Mahecour-Diouf de Fatick, au Sénégal, doit rendre des devoirs chaque semaine à son tuteur. « Il poste le questionnaire sur la plateforme d’apprentissage en ligne et nous devons le remplir dans le temps imparti », confie-t-elle, satisfaite : « Ça me permet d’améliorer mon français et ma prononciation. » Découvrez notre série La classe africaine A l’instar de 500 enseignants sénégalais, Hortense Sarr bénéficie d’une formation...
(RFI 20/02/18)
Au Gabon, les évènements se sont accéléré ce 19 février pour matérialiser la séparation avec le groupe français Veolia et l'Etat gabonais. Après la rupture soudaine du contrat de distribution de l'eau et l'électricité dans le pays par le groupe français, une passation de pouvoir a eu lieu alors que le personnel inquiet a multiplié les initiatives. La journée a été riche en événements ce 19 février, trois jours après la saisie de la filiale de Veolia à Libreville. Le matin, tout le personnel gabonais de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) s'est retrouvé pour une assemblée générale. « Il y a beaucoup d'inquiétude et d'interrogations sur l'avenir exact de la SEEG », explique René Mbélé, un des...
(La Tribune 20/02/18)
Le groupe bancaire marocain BCP vient de signer un accord d’acquisition de la Banque des Mascareignes, un établissement de crédit basé dans l’île Maurice et disposant d’une filiale à Madagascar, jusque-là contrôlé par la française BPCE. Cette opération, réalisée avec Sipromad, son partenaire stratégique dans la zone, permettra au deuxième groupe bancaire marocain d’étendre ses activités en Afrique et de viser de nouveaux marchés dans la zone de l’Océan indien et en Asie. Le groupe marocain Banque centrale populaire (BCP) poursuit son développement en Afrique et se déploie désormais dans la zone de l'Océan indien. Le deuxième établissement bancaire marocain vient en effet d'annoncer la signature d'un accord portant sur l'acquisition auprès du groupe français BPCE (Banque Populaire-Caisse d'Epargne) de...
(RFI 20/02/18)
Les enseignants kényans sont en colère après une attaque dans le nord-est du pays. Le 16 février, des membres présumés des shebabs ont attaqué une école du village de Karsa, dans le comté de Wajir, près de la frontière somalienne. Les assaillants ont tué trois professeurs et en ont gravement blessé un quatrième. Cette attaque, qui n'est pas la première, a suscité la grogne des syndicats qui exigent des actions. Selon les premiers éléments de l'enquête, les enseignants kényans auraient été assassinés parce qu'ils ne venaient pas...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Consultant franco-tunisien, Hakim El Karoui a dirigé le rapport de l’Institut Montaigne sur la politique arabe de la France (août 2017). Il répond à nos questions sur les relations entre la France et le Maghreb. Jeune Afrique : Vous conseillez de replacer le Maghreb au centre de la « politique arabe » de la France, pourquoi ? Hakim El Karoui : En France, six millions de personnes, immigrés de première, deuxième ou troisième génération, ont un lien direct avec le Maghreb. D’un autre côté, 54 % des Tunisiens sont francophones, et environ 80 % des Algériens qui étudient à l’étranger le font en France. Les relations entre l’Hexagone et le Maghreb sont extrêmement étroites. Et ce n’est pas tout : entre 2015...
(Jeune Afrique 20/02/18)
L’opérateur de téléphonie mobile Expresso a lancé en fin de semaine dernière son service de transfert d’argent, rejoignant ainsi ses principaux concurrents, Orange et Tigo. Le 3e opérateur de téléphonie mobile du Sénégal, Expresso, filiale du soudanais Sudatel, a lancé E-Money, un nouveau service de transfert d’argent mobile. D’après la direction de l’opérateur piloté par le Soudanais Abdallah Saeed, E-Money a pour ambition de fournir les services bancaires standards d’envoi et de retrait d’argent, de paiement de factures via une plateforme digitale internationale, de paiement de services administratifs et internationaux. Les clients particuliers sont ciblés autant que les entreprises. Les jeunes au centre de sa stratégie Afin de mieux s’implanter sur un marché déjà hautement concurrentiel, Expresso vise les jeunes...
(Le Monde 20/02/18)
Ali Ouattara, un Ivoirien de 45 ans, est jugé mardi à Ceuta, en Espagne, pour avoir facilité l’entrée irrégulière en Europe de son fils en mettant sa vie en danger. L’image d’un Ivoirien de 8 ans blotti dans une valise pour passer une frontière avait ému le monde en 2015 : son père doit être jugé, mardi 20 février, à Ceuta, enclave espagnole au Maroc et lieu de nombreuses tentatives désespérées pour gagner l’Europe coûte que coûte. « Je vais à ce procès très confiant parce que je ne suis pas un trafiquant d’êtres humains. Je n’allais pas trafiquer avec mon propre enfant », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Ali Ouattara, 45 ans. Le 7 mai 2015, une jeune...
(Le Monde 20/02/18)
En Chine, rien ne remplace le guanxi (le réseau) : des liens interpersonnels qui régissent aussi bien les rapports amicaux que les relations dans les affaires et la politique. La confiance vient du guanxi et, pour cela, il faut se rencontrer. Ainsi fonctionne, aussi, la diplomatie chinoise. Avec 79 visites dans 43 pays d’Afrique en dix ans, le pays est particulièrement actif sur le continent. « La Chine attache beaucoup d’importance aux relations personnelles et à ces rencontres en face à face. Elle est le seul pays à avoir instauré ce principe de visites aussi régulières et nombreuses », explique Hannah Ryder, ancienne diplomate de l’ONU et directrice à Pékin du cabinet de consultant Development Reimagined. En reprenant le fil...
(Jeune Afrique 19/02/18)
Le président français est attendu à Nouakchott d'ici à la fin juin 2018. Ce sera la première visite officielle d'un chef d'État français en Mauritanie depuis celle de Jacques Chirac, en 1997. Au centre des discussions : la lutte contre le terrorisme et le financement du G5 Sahel. Selon nos informations, Emmanuel Macron fera une visite d’État en Mauritanie, à la fin du premier semestre, avant le 31e sommet de l’UA, qui doit se tenir à Nouakchott en juillet. Une première depuis Jacques Chirac, en 1997. Une visite plusieurs fois reportée La note verbale de l’Élysée qui confirme ce voyage a été remise à Mohamed Ould Abdelaziz, le chef de l’État mauritanien, en décembre dernier. Le programme est en cours...

Pages