Lundi 11 Décembre 2017
(Le Monde 11/12/17)
Après la découverte de plusieurs gisements, des centaines de personnes affluent vers la ville, où un accident ferroviaire avait fait au moins 82 morts en 2016. A la mi-novembre, en pleine nuit, Moussa Ousseni reçoit un coup de fil d’un ami d’enfance : « Il m’a dit : “Je suis à Eseka. Viens vite ! Il y a de l’or. Tu peux devenir très riche.” » L’homme de 37 ans aux dents jaunies par le tabac quitte sur-le-champ son village, Bala, situé dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, à la frontière avec le Tchad. Durant six jours, ce père de six enfants traverse « plus de vingt villages et six villes, sur des motos-taxis et dans des bus »...
(MondAfrique 11/12/17)
Sans son mentor Fidèle Gouandjika, le président centrafricain Faustin-Archange Touadera serait resté un universitaire reconnu pour ses travaux de mathématicien. Fidèle Gouandjika est de la même ethnie Gbaka-Mandja que son cadet, le président centrafricain Touadera. Il a toujours eu un ascendant sur l’intellectuel, affectueusement surnommé “le petit”, au brillant parcours académique. En sa qualité de ministre et porte-parole du président Bozizé, Fidèle Gouandjika avait chaudement recommandé son “frère” au général-président, pour qui le monde universitaire était évidemment totalement inconnu. Faustin-Archange Touadera fut ainsi bombardé dans le marigot politique centrafricain qui était aussi, pour lui, étranger. Bozize en fera son premier ministre durant cinq ans. Une jolie fortune Le clan familial de Bozizé avait trouvé en Touadera la personnalité qui pouvait...
(RFI 11/12/17)
Que s'est-il passé à Semuliki? Plus de 48h après l'attaque qui a coûté la vie à 15 casques bleus et a blessé plus d'une cinquantaine d'autres, c'est toujours l'incertitude. L'armée congolaise et la mission des Nations unies au Congo, la Monusco, pointent la responsabilité des ADF, ces rebelles islamistes ougandais qui sévissent dans la zone depuis plus de 20 ans. La société civile - elle - demande une enquête, les assaillants étant trop bien armés et organisés. Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint de l'Onu chargé des opérations de maintien de la paix est l'invité de RFI. Rfi : Jean-Pierre Lacroix, que sait-on de l’attaque qui a coûté la vie à vos Casques bleus il y a maintenant 48 heures ?...
(Le Monde 11/12/17)
Entre 400 000 et 700 000 migrants subsahariens seraient bloqués dans le pays d’après l’organisation panafricaine. L’onde de choc était si forte qu’elle a secoué une organisation souvent pointée du doigt pour son immobilisme. L’Union africaine (UA) a annoncé, mercredi 6 décembre, vouloir rapatrier 20 000 migrants de Libye au cours des six prochaines semaines. Il s’agit de personnes se trouvant dans « des centres identifiés de détention contrôlés par le gouvernement » et « qui ont exprimé le souhait de quitter la Libye », précise un communiqué de la Commission de l’UA. Le reportage de la chaîne américaine CNN, diffusé le 14 novembre, montrant une vente aux enchères de migrants d’Afrique subsaharienne, avait suscité la colère et l’indignation mondiale...
(Jeune Afrique 11/12/17)
De nombreuses discussions, qui s'apparentent parfois à des bras de fer, ont lieu entre la société pharmaceutique ViiV Healthcare, des militants associatifs et les autorités algériennes. Le but : trancher sur les modalités de distribution et les coûts d'un médicament utilisé par les personnes séropositives. Des activistes, notamment marocains, ont profité de leur présence à Abidjan pour la 19e édition de la Conférence internationale sur le sida et les IST en Afrique, du 4 au 9 décembre, pour organiser une petite manifestation le 5 décembre sur le site de l’événement. Selon eux, en Algérie, les personnes séropositives n’auront pas accès à un prix abordable à la molécule Dolutegravir, un antirétroviral commercialisé sous le nom de Tivicay et dont l’Organisation mondiale...
(Le Monde 11/12/17)
L’attaque d’une base de la Mission de maintien de la paix en République démocratique du Congo est l’une des pires dans l’histoire récente des Nations unies. « Outragé » : c’est ainsi qu’Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, a réagi à l’attaque qui a visé, jeudi 7 décembre, une base de la Monusco, la Mission de maintien de la paix en République démocratique du Congo (RDC). Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a reconnu « une attaque massive, certainement la pire de l’histoire récente ». Au moins 15 casques bleus tanzaniens ont été tués et 53 autres blessés par des hommes armés à Semuliki, dans la province du Nord-Kivu, dans le nord-est du pays. Les FARDC, l’armée congolaise,...
(MondAfrique 11/12/17)
A Alger, les cadres algériens de la Société Générale et de la BNP sont victimes de discrimination négative. Le malaise a éclaté au grand jour, il y a deux mois, lorsqu’un cadre expatrié de la Société Générale et fils d’une ancienne ministre, a été rappelé du poste qu’il occupait au Cameroun où il dirigeait une division stratégique de la banque française. A Alger, ce cadre pensait reprendre une fonction “digne de son rang” après des années de loyaux et bons services. Mais les managers de la Société Générale ont dégradé ce cadre qui disposait, pourtant, de compétences avérées. Depuis, il a quitté Alger pour travailler dans une banque basée à Tunis.Son cas n’est pas isolé. Discriminations à la pelle Mais...
(Le Monde 11/12/17)
Issus de tendances rivales, 94 édiles de villes libyennes, seules structures fonctionnelles du pays, ont affiché leur volonté de « réconciliation » lors d’une réunion inédite en Tunisie. L’événement a été qualifié d’« historique » par Ghassan Salamé, le chef de la mission des Nations unies pour la Libye. Quatre-vingt-quatorze maires libyens se sont réunis du 6 au 8 décembre à Hammamet, ville balnéaire du littoral tunisien, pour tenter de peser sur le scénario d’une réconciliation politique en Libye. Alors que l’impasse se prolonge sur le terrain à la veille du deuxième anniversaire des accords de Skhirat (Maroc) signés le 17 décembre 2015, le rassemblement de ces maires libyens – représentant 90 % de l’ensemble des municipalités du pays –...
(RFI 11/12/17)
L'armée tanzanienne se dit prête à poursuivre ses opérations dans l'est de la République démocratique du Congo, a déclaré le général James Mwakibolwa, qui avait entre 2013 et 2014 lui-même commandé la brigade d'intervention rapide de la Monusco. C'était à l'époque du M23. Le général tanzanien a tenu ces propos lors d'une conférence de presse dimanche 10 décembre à Dar es-Salaam, dans l’enceinte du quartier général de l'armée. L’attaque du 7 au 8 décembre 2017 est la pire attaque que nous avons enregistrée depuis que nos forces participent aux opérations de maintien de paix, depuis 2011, et nous avons enregistré une lourde perte. Malgré tout cela, nos forces qui sont sur place ont encore plus la volonté de combattre l’ennemi...
(RFI 11/12/17)
Guus Kouwenhoven, homme d’affaires néerlandais, est un proche de Charles Taylor, ancien président et chef de guerre du Liberia, qui sera peut-être bientôt extradé vers les Pays-Bas. Guus Kouwenhoven a été arrêté, vendredi 8 décembre, au Cap, en Afrique du Sud par Interpol. Ce trafiquant d’armes néerlandais avait été condamné, en avril dernier, par un tribunal batave à 19 ans de prison pour son rôle dans la guerre civile au Libéria. Il avait été reconnu coupable d’avoir livré illégalement des armes au régime de Charles Taylor entre 2000 et 2003, en violation d’un embargo décrété par les Etats-Unis.
(RFI 11/12/17)
Et si le Maghreb devenait une grande zone de libre-échange, de Tunis à Nouakchott en passant par Alger et Casablanca ? C'est le rêve du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, le FTDES, qui vient de publier une étude très documentée sur « le coût économique du Non Maghreb ». Le professeur Azzam Mahjoub, qui a coordonné cette enquête, est invité pour en parler. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20171211-pr-azzam-mahjoub-echanges-intermaghr...
(RFI 11/12/17)
Près d'un millier de militaires ivoiriens ont profité d'un plan de départ volontaire de l'armée. Une annonce faite la semaine dernière par le conseil des ministres. C'est le premier acte fort de la loi de programmation militaire lancée en 2016. Ces retraites par anticipation font partie d'un vaste plan de restructuration des forces armées ivoiriennes lancé en 2016 et cette première vague intervient sept mois après les dernières mutineries qui ont ébranlé le pays. L'objectif affiché est de provoquer le départ de plus de 4 000 soldats d'ici 2020 pour réduire les effectifs de l’armée qui s'élèvent actuellement à 23 000 hommes, la rajeunir et la professionnaliser.
(RFI 11/12/17)
Au Maroc, des milliers de personnes ont répondu, ce dimanche 10 décembre, à l'appel à manifester, à Rabat, capitale marocaine pour contester la décision du président des Etats-Unis, Donald Trump, de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, une option rejetée par la communauté internationale. Le Fatah, principal mouvement palestinien, du président Mahmoud Abbas, appelle à poursuivre ces manifestations et à les élargir. Slogans anti-Trump en écharpes et drapeaux palestiniens, la rue marocaine a répondu en masse, ce dimanche, à Rabat, aux appels des organisations syndicales, des partis politiques ou encore des associations. Le boulevard Mohamed V, artère principale de la capitale marocaine, était complètement bondé à la mi-journée. La circulation a été bloquée dans ce rassemblement de plusieurs milliers de personnes...
(Le Monde 11/12/17)
Des millions d’Africains n’ont pas accès au système bancaire, trop peu développé sur le continent. L’accès aux services financiers est pourtant une clé du développement. Si Internet a révolutionné la communication numérique, les plateformes digitales, comme celle de l’opérateur de téléphonie kényan Safaricom, sont en train de révolutionner l’accès aux services financiers numériques pour tous, même les plus défavorisés. Un téléphone portable et une carte SIM chez un opérateur national donnent aujourd’hui accès à des services financiers qui étaient jusqu’alors réservés à une élite économique adossée aux banques. Rappelons cette estimation de la Banque mondiale : près de 2 milliards de personnes sont exclues du système bancaire dans les pays en voie de développement. Mais l’essor de ces services financiers...
(RFI 11/12/17)
En Afrique du Sud, dans une semaine, l’ANC, parti au pouvoir, tiendra son congrès, à Johannesburg où se jouera la succession de Jacob Zuma. La tension est déjà montée d'un cran à la tête du Congrès national africain dont le vice-président, Cyril Ramaphosa, affiche ouvertement sa rivalité avec le chef de l’Etat. Il a ressorti l’affaire Kwezi dans laquelle Jacob Zuma, soupçonné de viol, avait été innocenté. En prononçant ces trois mots « Je crois Kwezi », Cyril Ramaphosa a fait couler beaucoup d'encre, en Afrique du Sud. Il ne le cache plus. Il soutient la version de la jeune femme qui avait accusé le président de viol. L'attaque est frontale envers le président Jacob Zuma qui avait pourtant été...
(RFI 11/12/17)
Au Cameroun, c'est ce lundi 11 décembre que le procureur devrait décider du sort de Patrice Nganang. L'écrivain est en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Yaoundé depuis mercredi soir, accusé notamment d'offense au chef de l'Etat et de menaces de mort. En cause : un texte que l'auteur de «Temps de chien» avait publié le 3 décembre dernier sur sa page Facebook. Son avocat, Maître Emmanuel Simh, va déposer ce lundi une demande de remise en liberté. Plusieurs pétitions appellent depuis jeudi à sa « libération immédiate », notamment celle d'un collectif de 17 écrivains. Parmi les signataires, l'auteur franco-djiboutien Abdourahman Waberi s'exprime sur RFI. Patrice n’a fait que son travail d’écrivain, même s’il...
(RFI 11/12/17)
Enlevés vendredi 8 décembre, cinq employés d'une société qui sous-traite avec une entreprise chinoise l'installation de fibres optiques non loin de la localité de Niafunké dans la région de Tombouctou, ont été retrouvés morts samedi. Les cinq employés – quatre Maliens et un Togolais – travaillaient pour une société locale sous-traitant un marché d’installation de fibres optiques obtenu par une entreprise chinoise. Ils avaient déjà réalisé les mêmes travaux dans d’autres localités de Tombouctou. D’après différentes sources, ce sont des hommes armés qui ont intercepté leur véhicule vendredi. Enlevés, ils auraient été conduits dans une broussaille. Le lendemain, samedi 9 décembre, les auteurs du rapt les ont abandonnés, morts, non loin d’une route fréquentée, avant de repartir avec le véhicule...
(RFI 11/12/17)
Le Burkina Faso perd plusieurs milliards de francs CFA chaque année à cause de la fraude dans le secteur de la production artisanale de l'or. Une récente enquête de l'Institut national de la statistique révèle que plus de la moitié de l'or produit par les 448 sites d'exploitation artisanale et semi-mécanisée est captée par des réseaux parallèles d'écoulement de l'or. Un important manque à gagner que l'Etat entend recouvrer. L'étude de l'Institut national de la statistique (INSD) révèle que seulement trois dixièmes de l'or produit artisanalement passent par le circuit commercial officiel. Tout le reste est frauduleusement écoulé par des réseaux parallèles. Cette fraude pourrait se situer entre 15 et 30 tonnes d'or par an. Ce qui fait perdre à...
(RFI 11/12/17)
Selon un rapport publié la semaine dernière par l’Observatoire des situations de déplacement interne, une structure qui dépend du Conseil norvégien pour les réfugiés, 15 000 Africains sont déplacés chaque jour à l’intérieur de leur propre pays. Ainsi, 2,7 millions de personnes habitant sur le continent ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays durant le premier semestre 2017. La conséquence de conflits dans 75% des cas. Le pays le plus touché reste la RDC. Le Conseil national norvégien pour les réfugiés en RDC lance un nouveau cri d’alarme par la voie de sa responsable des programmes, Bouthaïna Toujani. Le pays traverse une crise humanitaire de grande ampleur : 997 000 personnes ont été déplacées entre janvier et juin...
(Jeune Afrique 11/12/17)
En évoquant désormais l’éventualité d’un troisième mandat en 2020, Alassane Ouattara a surpris plus d’un observateur. Dans cette tribune, André Silver Konan décrypte la stratégie inattendue du chef de l’Etat ivoirien, qui espère ainsi neutraliser les appétits au sein de la mouvance présidentielle, tout en détournant les critiques de l'opposition sur son bilan. Janvier 2015, au palais présidentiel du Plateau : Alassane Ouattara déclare devant le corps diplomatique, à la faveur de la cérémonie d’échanges de vœux : « À l’occasion de mes 75 ans, ceci m’amène à réaffirmer que les institutions de la République qui seront mises en place très prochainement me permettront de prendre congé en 2020 ». Coup de théâtre en novembre 2017 : Alassane Ouattara affirme,...

Pages