Mardi 21 Novembre 2017
(RFI 21/11/17)
Direction l'Ouganda pour le deuxième volet de notre série de trois reportages consacrée au pétrole et à la région d’Hoïma. Les autorités ougandaises et les compagnies pétrolières espèrent voir le pétrole couler dès 2020. En plus du pipeline, de nombreuses infrastructures liées au pétrole vont être construites : raffinerie, aéroport, etc. Pour cela, il faut des terres, beaucoup de terres. Les populations locales doivent donc être déplacées. Pour elles deux options : la compensation financière ou le relogement. Mais sur le terrain, cela ne se passe pas toujours très bien. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20171121-ouganda-hoima-compensations-critiquees
(Le Monde 14/11/17)
Yoweri Museveni a officiellement ouvert le chantier de l’oléoduc qui doit être livré en 2020, un an avant la présidentielle. Mais les défis techniques sont légion. C’est au milieu de nulle part, un peu à l’extérieur du petit village de Kabaale, dans la région de Hoima, au centre de l’Ouganda, qu’a été organisée la cérémonie. Samedi 11 novembre a été posée la première pierre du pipeline qui devra transporter le pétrole brut ougandais jusqu’au port tanzanien de Tanga à partir de la fin 2020. Dans quelques années devraient cohabiter ici, au pied de ces collines arborées, un aéroport international, une raffinerie destinée au marché intérieur et, surtout, le point de départ de l’oléoduc devant transporter les 200 000 barils de...
(Le Monde 06/11/17)
Depuis le mois de mai, 23 cadavres de jeunes femmes ont été retrouvés en Ouganda. Malgré l’arrestation d’une trentaine de suspects, l’inquiétude ne faiblit pas. De jour, la Kasenyi Road, à Entebbe, est agréable. Elle est bordée de bananeraies, de petites habitations, d’ateliers d’artisans et de cafés qui diffusent de la musique. A l’autre bout de la piste se trouve l’embarcadère qui permet de rejoindre les îles du lac Victoria. C’est là, à quelques dizaines de mètres des pontons, que le cadavre d’Aïsha a été retrouvé, le 15 août, non loin de la petite guérite de la police....
(RFI 03/11/17)
En Ouganda, l’ouverture du procès fin octobre 2017, à Kampala, de plusieurs policiers ougandais ayant participé à l'arrestation et au retour forcé du Rwandais Joël Mutabazi, ancien membre de la garde présidentielle de Paul Kagame, met en lumière un phénomène qui semble plus vaste qu’il n’y paraît. Actuellement, des gens disparaissent en Ouganda. Sont-ils rapatriés de force au Rwanda ? Mercredi 1er novembre, une femme, qui préfère rester anonyme pour sa sécurité, s’est présentée au bureau de l’ONG ougandaise The...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme...
(Le Monde 27/10/17)
Des élus de l’opposition accusent le pouvoir d’avoir voulu les soudoyer pour qu’ils votent la révision de la Constitution voulue par le président Museveni. C’est un acte inattendu. En Ouganda, alors que le débat sur la réforme de la Constitution destinée à supprimer l’âge limite (75 ans) des candidats à la présidentielle bat son plein, des opposants à ce projet ont effectué, mercredi 25 octobre, un geste qui pourrait assurer leur renommée. Six députés se sont présentés au Parlement avec des sacs pleins de billets pour dénoncer l’octroi à chaque élu d’une somme rondelette, 7 000 euros pour « frais de fonctionnement », destinée officiellement...
(Le Monde 27/10/17)
Ebola, Zika, peste, typhoïde… A Entebbe, un laboratoire analyse les pires ennemis de l’espèce humaine. Visite guidée. Avec ses pelouses entretenues et ses petits bâtiments de deux ou trois étages entre lesquels déambulent quelques singes en quête de nourriture, le centre ressemble à s’y méprendre à un campus huppé. A travers les fenêtres, on aperçoit des conférenciers donner des cours à des étudiants. Seuls les réservoirs annotés « azote liquide », les panneaux alertant sur les risques biologiques et quelques gardes armés postés à l’entrée donnent des indications sur la nature de ce qui se cache derrière ces murs.
(Jeune Afrique 24/10/17)
Le climat est toujours tendu en Ouganda autour du débat sur la réforme constitutionnelle proposée par Yoweri Museveni. L'opposition a dénoncé ce mardi la détention depuis plusieurs jours de son leader Kizza Besigye, arrêté en marge d'une manifestation. Frappé par la limite d’âge pour être candidat à la présidentielle, Yoweri Museveni, président depuis 1986, souhaite à nouveau modifier la Constitution pour pouvoir prétendre à un sixième mandat en 2021. Coups de poings, cris, dossiers qui volent et chaise lancée sur...
(Jeune Afrique 20/10/17)
Réunis à Brazzaville sous la houlette du nouveau président en exercice, le président congolais Denis Sassou-Nguesso, les chefs d’État de la région des Grands lacs (CIRGL) ont adopté une série de recommandations ce 19 octobre pour accélérer le règlement des conflits dans cette zone qui réunit douze États du continent. Ils ont par ailleurs apporté leur soutien à l'accord électoral en RDC. La situation politique et sécuritaire de la région se retrouvait au cœur des résolutions adoptées au terme de cette 7ème session de la CIRGL, notamment la question cruciale des groupes armés actifs en République démocratique du Congo (RDC) face auxquels Kinshasa accuse certains de ses voisins de ne pas suffisamment agir.
(RFI 06/10/17)
L’Ouganda fait face à un gros défi chez les jeunes filles : les grossesses précoces. Selon les statistiques disponibles, un quart des adolescentes (15-19 ans) ont déjà vécu une grossesse. Des grossesses précoces qui mènent pour la plupart à la fin de la scolarisation pour les jeunes filles et à toutes les difficultés liées aux grossesses précoces (avortements illégaux, mortalité maternelle, difficultés financières etc). Afin de lutter contre cela, le gouvernement a publié des directives afin de favoriser l’usage de...
(Le Monde 05/10/17)
La résidence du très populaire député Bobi Wine, ex-chanteur de ragga et farouche opposant au projet de réforme de la Constitution, a été la cible de grenades. Sur toutes les façades du quartier populaire de Kyadondo Est, en périphérie de Kampala, le portrait du député de l’opposition Robert Kyagulanyi, plus connu sous son nom de scène Bobi Wine, figure en bonne place. Située en plein milieu de l’arrondissement, la résidence du nouveau prodige de la politique ougandaise est un peu tape-à-l’œil, avec ses grands balcons et ses colonnades blanches.
(RFI 04/10/17)
En Ouganda, le quotidien est désormais rythmé par la question de la modification de la Constitution concernant l’âge limite du président Museveni. Un projet d’amendement de la Constitution permettrait à Museveni au pouvoir depuis plus de 30 ans de se présenter pour un nouveau mandat en 2021. Les députés de l’opposition font de plus en plus face à des menaces et même des attaques physiques. Mardi 3 octobre, le projet de loi a été déposé pour première lecture au Parlement...
(RFI 29/09/17)
En Ouganda, la loi assure la liberté de religion. Une liberté dont s’emparent beaucoup de prêcheurs, prédicateurs et Eglises en tous genres. Parmi eux, celui qui se fait appeler le prophète Elvis Mbonye. Il officie en Ouganda depuis près de 10 ans. Il affirme prédire des évènements importants, et changer le quotidien de ses fidèles. Il réunit des milliers de gens à chacune de ses apparitions. Il se fait remarquer pour le faste apparent de ses représentations, et a récemment...
(RFI 28/09/17)
Le Parlement ougandais va débattre de la limite d'âge du président. La motion autorisant un député du parti au pouvoir à préparer et présenter devant l'Assemblée nationale le projet de loi visant à amender la Constitution a été adoptée mercredi 27 septembre. Il est question notamment de supprimer la limite d'âge de 75 ans pour une candidature à la présidence de la République. Si cette limite est supprimée, le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, pourrait...
(Le Monde 22/09/17)
Après une journée tendue à Kampala, l’examen du projet de loi devant le Parlement, qui permettrait à Yoweri Museveni de se représenter à vie, a été ajourné. Signe de nervosité ou tentative de démobilisation de l’opposition : le texte de révision de la Constitution sur l’âge limite pour participer à la présidentielle, qui devait être présenté au Parlement jeudi 21 septembre, a finalement été reporté sine die. Après cette nouvelle, des députés de l’opposition sont sortis de l’Hémicycle, en chantant et arborant des bandeaux rouges. C’est l’épilogue rocambolesque d’une journée assez tendue à Kampala, qui a commencé...
(RFI 22/09/17)
Officiellement, il a 73 ans. Yowéri Museveni est au pouvoir depuis 1986. Aujourd’hui, il n’est pas autorisé à se représenter en 2021 car l’âge limite d’un candidat à l’élection présidentielle est de 75 ans. Mais le NRM, le parti du président souhaiterait voir cette limite d’âge supprimée. Le dépôt de l'amendement de la Constitution était attendu ce jeudi. Finalement, il n'a pas été mis à l'ordre du jour. Après une matinée de tensions et de fébrilité...
(RFI 18/09/17)
Selon Transparency International, l'Ouganda est l'un des pays les plus corrompus au monde. L'Ouganda est classé 151 sur 176. Parmi les domaines les plus touchés le secteur de la santé. En 2012, un rapport Ougandais estimait que les services de santé du pays étaient les plus corrompus d'Afrique de l'Est. Une corruption qui sévit toujours et qui fait l'objet de nombreuses plaintes. Face à ce constat, la ministre de la Santé a décidé de marquer les esprits. Elle a piégé le personnel...
(RFI 16/09/17)
Le succès incontestable du transfert d'argent par mobile fait de l'Ouganda un des pays leaders dans la région. Parallèlement, l'irruption d'autres monnaies virtuelles, basées sur la technologie Blockchain, comme le Bitcoin, suscite des inquiétudes mais aussi des espoirs. Derrière une petite guérite aux couleurs des principaux opérateurs téléphoniques, Patrick s'affaire à recharger le compte d'une de ses clientes. Sauf qu'il ne s'agit pas là de crédit internet ou téléphone, mais bien d'argent placé sur un compte qu'elle a ouvert chez l'opérateur.
(RFI 15/09/17)
En Ouganda, « kwepena » (« esquiver ») est un jeu auquel s’adonnent les enfants dans les quartiers. Il s’agit d’une sorte de balle au prisonnier. Deux équipes s’affrontent. Le but est de toucher son adversaire avec la balle pour l’éliminer. Le dernier à ne pas avoir été touché a gagné. Un groupe de jeunes ougandais a fait le pari fou de porter ce jeu traditionnel « kwepena » ou « katy kati » en discipline olympique. Ils y travaillent...
(Le Monde 11/09/17)
A l’ouest du pays, des parcelles entières font l’objet de convoitises, aiguisées par les futurs travaux d’infrastructures des pétroliers français et chinois. Le chemin discret s’enfonce au milieu des champs de maïs pour déboucher dans une petite clairière où quelques cabanes sont encore visibles. C’est dans ce camp de fortune que pendant plus de deux ans et demi, les 205 familles, soit plus de mille personnes, du petit village de Rwamutunga ont tenu bon, après leur expulsion.

Pages