| Africatime
Vendredi 24 Mars 2017
(Le Monde 17/03/17)
Le décompte officiel donnait 87 victimes après l’assaut donné en novembre 2016 contre les gardes du roi du Rwenzururu, qualifiés de « séparatistes » par Kampala. Fin novembre 2016, les forces de l’ordre ougandaises ont attaqué le palais du roi du Rwenzururu, soupçonné d’avoir des visées séparatistes, à Kasese, dans l’ouest de l’Ouganda. Une intervention meurtrière qui a fait l’objet d’un rapport d’enquête de l’ONG Human Rights Watch (HRW) publié mercredi 15 mars. Un document accablant pour les forces de l’ordre, aussitôt dénoncé par le gouvernement. Après avoir enquêté dans la région et interrogé 95 témoins et personnes clés, l’ONG conclut à une version des faits très différente de celle des autorités. Alors que le...
(RFI 15/03/17)
A Kampala, le premier procès d'un ancien commandant de la LRA, Thomas Kwoyelo, va s'ouvrir. Ce mardi 14 mars, se tenait son avant-procès. Alors que celui de Dominic Ongwen se tient en ce moment à La Haye, à Kampala c'est l'un des commandants du mouvement rebelle qui comparaît devant la division des crimes internationaux de la Haute Cour de Justice. Il aura fallu plusieurs années - Kwoyelo a été arrêté en 2009 - avant de voir le procès de celui qui était surnommé « Latoni » se profiler. Ce mardi, dans le cadre de l'avant-procès, ses charges lui ont enfin été lues : 92 au total présentées sous différentes juridictions : meurtre, kidnapping, pillages, actes inhumains, torture, viol etc. La...
(APA 03/03/17)
APA Kinshasa (RDC) - La Conférence internationale des pays des Grands Lacs (CIGRL) vient de mettre en place à Kasese, en Ouganda, un centre de renseignements pour le suivi des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) opérant à l’Est de la RDC. Ce centre qui fait suite à une recommandation du dernier sommet de la CIRGL à Luanda, en Angola, a pour mission de rassembler les informations sur les mouvements des rebelles ADF dans la région et d’en informer...
(RFI 15/02/17)
Le ministre burundais de l'Intérieur et de la Formation patriotique a entamé une visite en Ouganda mardi 14 février. Il est notamment accompagné de différents acteurs burundais en charge du rapatriement et de la réinstallation des réfugiés. L'objectif de cette visite est de convaincre ceux qui ont fui la crise - 45 000 Burundais se trouvent en Ouganda selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) - que toutes les conditions pour eux sont réunies pour rentrer.
(RFI 11/02/17)
Ces dernières années, la crainte de l’implantation d’un islam radical et violent se manifeste en République démocratique du Congo (RDC). La société civile ainsi que les autorités brandissent régulièrement cette menace, liée notamment à la présence d’un groupe armé originaire d’Ouganda, baptisé ADF et particulièrement actif depuis 2014. Pourtant, rien ne prouve que cela soit fondé, selon Thierry Vircoulon, qui co-signe avec Thierry Battory une étude pour l’Institut français des relations internationales (Ifri) intitulée L’islam radical en République démocratique du...
(RFI 09/02/17)
Mercredi 8 février a eu lieu une visite officielle au camp de Bihanga, dans l'ouest de l'Ouganda, où des anciens du M23 sont cantonnés. Près de 1 400 en 2013 dans ce camp après la signature des déclarations de Nairobi, ils sont aujourd'hui beaucoup moins nombreux. Cette visite officielle des représentants de la Monusco et différents attachés de défense (France, Etats-Unis, Tanzanie, Rwanda etc...) intervient peu de temps après la tentative de près de 200 ex-M23 de rentrer au Congo. Une partie d'entre eux avaient été interceptés par les UPDF...
(Xinhua 06/02/17)
KAMPALA, (Xinhua) -- Sultani Makenga, l'ancien chef du M23, un groupe rebelle de République démocratique du Congo (RDC) dissous depuis 2013, a fui l'Ouganda dans des circonstances peu claires, a-t-on appris vendredi de source militaire ougandaise. Joint au téléphone à Xinhua, le général Richard Karemire, porte-parole de l'armée ougandaise, a reconnu que M. Makenga, qui avait été placé sous surveillance, avait disparu le mois dernier. "Nous ne savons pas où il se cache. Nous ne sommes pas en mesure de retrouver sa trace et de le rattraper", a-t-il déclaré. L'annonce de cette disparition survient environ trois semaines après que les autorités de la RDC ont accusé leur voisin...
(Jeune Afrique 04/02/17)
Les soupçons d’un plan secret de succession reprennent de plus belle depuis que le chef de l’État a nommé son fils, Muhoozi Kainerugaba Museveni, haut conseiller à la Présidence. Muhoozi Kainerugaba est l’objet de toutes les attentions ces dernières semaines dans son pays. À 42 ans, le fils aîné du président Yoweri Museveni est déjà le plus jeune major général de l’armée ougandaise. Et le rythme effréné de ses promotions attise les curiosités...
(APA 04/02/17)
APA-Kampala (Ouganda) - L’armée ougandaise a confirmé que le commandant du groupe rebelle M23 de la République démocratique du Congo (RD Congo), le colonel Sultan Makenga avait disparu du camp du M23 dans l’ouest de l'Ouganda depuis le 14 janvier. Dans une interview faite vendredi matin, le porte-parole de l’armée ougandaise, le brigadier Richard Karemire, a déclaré avoir déjà informé les autorités de la RD Congo de la disparition, depuis trois semaines, du colonel Makenga dudit camp. “Nous avons communiqué la disparition du commandant rebelle aux autorités de la RD Congo, elles ont également envoyé une délégation...
(RFI 26/01/17)
Le procès de Dominic Ongwen, l'un des cinq commandants de la sanguinaire LRA, l'Armée de résistance du seigneur se poursuit devant la Cour pénale internationale. Cet ex-enfant soldat, enlevé à l'âge de 14 ans, a passé plus de 20 ans dans ce groupe armé. Assassinats, viols, torture, enlèvement d'enfants, Dominic Ongwen est accusé de 70 chefs d'inculpation dont des crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Depuis dix jours les premiers témoins de l'accusation comparaissent devant la cour. Après deux...
(RFI 23/01/17)
En Ouganda, la politique de grands travaux de Yoweri Museveni demande au gouvernement l'obtention d'un grand nombre de terres. Or, la loi sur la propriété terrienne est particulièrement compliquée dans ce pays, et rend la tâche difficile aux autorités, créant des tensions sur le terrain. Le projet régional de la ligne de train entre le Kenya et le Rwanda (Standard Gauge Railway) est l'un des projets qui demande le plus d'espace. Alors qu’aucun chiffre officiel ne donne le nombre des personnes qui vont ainsi être expropriées, des milliers d’Ougandais pourraient tout de même être concernés.
(RFI 20/01/17)
Pour la première fois, l'Ouganda a reconnu que des anciens rebelles congolais du M23 s'étaient bien échappés de la base ou ils étaient cantonnés, près de la frontière avec la RDC. Les autorités ougandaises avouent être sans nouvelle de 40 autres et assurent avoir réussi à en arrêter 101, alors qu'ils tentaient de passer la frontière. Dimanche dernier, Kinshasa avait affirmé qu'au moins 200 de ces hommes avaient réussi à s'échapper. Le gouvernement ougandais a annoncé jeudi l'arrestation de 101 membres de la rébellion du M23.
(AFP 19/01/17)
Le gouvernement ougandais a admis jeudi avoir perdu la trace de 40 rebelles congolais s'étant échappés d'une base militaire ougandaise dans laquelle ils étaient cantonnés depuis 2014, tandis que 101 autres ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de rejoindre la République démocratique du Congo (RDC). Plus tôt cette semaine, l'Ouganda avait pourtant nié que des ex-rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) s'étaient échappés de la base de Bihanga (ouest, près de la frontière congolaise). Kinshasa avait affirmé dimanche qu'au...
(RFI 17/01/17)
Ce dimanche, les autorités congolaises ont dénoncé l'intrusion d'environ 200 rebelles en provenance d'Ouganda. Des faits qui n'ont pas été confirmés par les autorités ougandaises ni par l'armée ougandaise. Le ministre des Relations internationales, Okello Oryem, s'est d'ailleurs plaint dans la presse ougandaise du non-rapatriement des M23 présents en Ouganda comme le prévoyait l'accord signé à Nairobi en 2013. « Le président Kabila nous a assuré qu'ils allaient s'organiser et les rapatrier, mais ça prend une éternité », a déclaré le ministre ougandais des Relations internationales, Okello Oryem. Ce lundi matin, le porte-parole de la police Andrew Felix Kaweesi a signalé que des armes ont été interceptées à la frontière...
(AFP 17/01/17)
Les militaires ougandais ont démenti lundi que des ex-rebelles congolais du Mouvement du 23 mars (M23) vivant en Ouganda avaient pénétré en République démocratique du Congo, assurant qu'ils se trouvaient toujours dans leur camp en Ouganda. Selon Kinshasa, environ 200 ex-rebelles congolais du M23 ont pénétré dimanche dans une localité de l'est de la République démocratique du Congo, après trois ans d'exil en Ouganda où ils s'étaient réfugiés. Dans la nuit de samedi à dimanche, deux colonnes de ces ex-combattants du M23 ont pris Ishasha, dans la province du Nord-Kivu (est) à la frontière avec l'Ouganda, a affirmé le gouvernement congolais.
(AFP 16/01/17)
Le premier témoin de l'accusation a dressé lundi, à la reprise du procès de l'Ougandais Dominic Ongwen, l'histoire de la sanguinaire Armée de résistance du Seigneur (LRA), établissant ainsi les bases d'une affaire devant la Cour pénale internationale (CPI) qui devrait durer plusieurs années. Enlevé vers 14 ans sur le chemin de l'école au nord de l'Ouganda, l'enfant soldat était devenu l'un des commandants les plus redoutés de la LRA, dont il est aujourd'hui le premier membre devant la justice...
(RFI 16/01/17)
Le procès de Dominic Ongwen, l'un des commandants de la sanguinaire LRA, l'Armée de résistance du Seigneur, reprend ce lundi 16 janvier à La Haye. Membre du top 5 de la LRA, Dominic Ongwen doit répondre de 70 chefs d'inculpation devant la justice internationale dont des crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Assassinats, viols, torture, enlèvement d'enfants, pour n'en citer que quelques-uns. Ce procès, est particulièrement attendu par des milliers de victimes car c'est le premier à se pencher...
(RFI 16/01/17)
Toujours aucune nouvelle ce lundi matin des colonnes des ex-combattants du M23 qui auraient traversé la frontière dimanche depuis l’Ouganda. Le gouverneur de la province du Nord-Kivu avait lancé l’alerte, parlant d’éléments de l’ex-rébellion en route vers la frontière. Le porte-parole du gouvernement congolais avait confirmé et était allé plus loin, en évoquant des combats sur le sol congolais. Les FARDC ont bien envoyé une expédition à Ishasha pour vérifier ces allégations et à cette heure, l’armée congolaise serait encore...
(RFI 16/01/17)
Le gouvernement de la République démocratique du Congo a affirmé dimanche 15 janvier que deux colonnes d'anciens rebelles du mouvement M23, en exil depuis trois ans en Ouganda, faisaient mouvement vers la province congolaise du Nord-Kivu, avec l'intention de mener des attaques. De leur côté, les autorités ougandaises ont tempéré les déclarations alarmantes de leurs voisins congolais. Et aucun combat n'était signalé dans la région. C'est le gouverneur du Nord-Kivu qui a le premier évoqué dimanche matin 15 janvier la...
(Reuters 16/01/17)
KINSHASA, (Reuters) - Des rebelles armés dirigés par le commandant militaire de l'ancien groupe de guérilla congolais du M23 sont passés ce week-end d'Ouganda en République démocratique du Congo, ont rapporté dimanche les autorités de RDC. Ces rebelles se trouvaient jusqu'alors dans des camps pour combattants démobilisés en Ouganda, depuis leur défaite en 2013. Auparavant, ils représentaient le plus important des dizaines de groupes armés de RDC et ils avaient contrôlé d'immenses territoires dans l'est du Congo démocratique. "Répartis en...

Pages