| Africatime
Samedi 21 Janvier 2017
(RFI 20/01/17)
Pour la première fois, l'Ouganda a reconnu que des anciens rebelles congolais du M23 s'étaient bien échappés de la base ou ils étaient cantonnés, près de la frontière avec la RDC. Les autorités ougandaises avouent être sans nouvelle de 40 autres et assurent avoir réussi à en arrêter 101, alors qu'ils tentaient de passer la frontière. Dimanche dernier, Kinshasa avait affirmé qu'au moins 200 de ces hommes avaient réussi à s'échapper. Le gouvernement ougandais a annoncé jeudi l'arrestation de 101 membres de la rébellion du M23.
(AFP 19/01/17)
Le gouvernement ougandais a admis jeudi avoir perdu la trace de 40 rebelles congolais s'étant échappés d'une base militaire ougandaise dans laquelle ils étaient cantonnés depuis 2014, tandis que 101 autres ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de rejoindre la République démocratique du Congo (RDC). Plus tôt cette semaine, l'Ouganda avait pourtant nié que des ex-rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) s'étaient échappés de la base de Bihanga (ouest, près de la frontière congolaise). Kinshasa avait affirmé dimanche qu'au moins 200 d'entre eux avaient pénétré en RDC depuis l'Ouganda et investi une localité du Nord-Kivu (est de la RDC). Le M23 est un ancien groupe rebelle à dominante tutsi ayant fui la RDC après avoir été défait fin 2013...
(RFI 17/01/17)
Ce dimanche, les autorités congolaises ont dénoncé l'intrusion d'environ 200 rebelles en provenance d'Ouganda. Des faits qui n'ont pas été confirmés par les autorités ougandaises ni par l'armée ougandaise. Le ministre des Relations internationales, Okello Oryem, s'est d'ailleurs plaint dans la presse ougandaise du non-rapatriement des M23 présents en Ouganda comme le prévoyait l'accord signé à Nairobi en 2013. « Le président Kabila nous a assuré qu'ils allaient s'organiser et les rapatrier, mais ça prend une éternité », a déclaré le ministre ougandais des Relations internationales, Okello Oryem. Ce lundi matin, le porte-parole de la police Andrew Felix Kaweesi a signalé que des armes ont été interceptées à la frontière...
(AFP 17/01/17)
Les militaires ougandais ont démenti lundi que des ex-rebelles congolais du Mouvement du 23 mars (M23) vivant en Ouganda avaient pénétré en République démocratique du Congo, assurant qu'ils se trouvaient toujours dans leur camp en Ouganda. Selon Kinshasa, environ 200 ex-rebelles congolais du M23 ont pénétré dimanche dans une localité de l'est de la République démocratique du Congo, après trois ans d'exil en Ouganda où ils s'étaient réfugiés. Dans la nuit de samedi à dimanche, deux colonnes de ces ex-combattants du M23 ont pris Ishasha, dans la province du Nord-Kivu (est) à la frontière avec l'Ouganda, a affirmé le gouvernement congolais.
(AFP 16/01/17)
Le premier témoin de l'accusation a dressé lundi, à la reprise du procès de l'Ougandais Dominic Ongwen, l'histoire de la sanguinaire Armée de résistance du Seigneur (LRA), établissant ainsi les bases d'une affaire devant la Cour pénale internationale (CPI) qui devrait durer plusieurs années. Enlevé vers 14 ans sur le chemin de l'école au nord de l'Ouganda, l'enfant soldat était devenu l'un des commandants les plus redoutés de la LRA, dont il est aujourd'hui le premier membre devant la justice...
(RFI 16/01/17)
Le procès de Dominic Ongwen, l'un des commandants de la sanguinaire LRA, l'Armée de résistance du Seigneur, reprend ce lundi 16 janvier à La Haye. Membre du top 5 de la LRA, Dominic Ongwen doit répondre de 70 chefs d'inculpation devant la justice internationale dont des crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Assassinats, viols, torture, enlèvement d'enfants, pour n'en citer que quelques-uns. Ce procès, est particulièrement attendu par des milliers de victimes car c'est le premier à se pencher...
(RFI 16/01/17)
Toujours aucune nouvelle ce lundi matin des colonnes des ex-combattants du M23 qui auraient traversé la frontière dimanche depuis l’Ouganda. Le gouverneur de la province du Nord-Kivu avait lancé l’alerte, parlant d’éléments de l’ex-rébellion en route vers la frontière. Le porte-parole du gouvernement congolais avait confirmé et était allé plus loin, en évoquant des combats sur le sol congolais. Les FARDC ont bien envoyé une expédition à Ishasha pour vérifier ces allégations et à cette heure, l’armée congolaise serait encore...
(RFI 16/01/17)
Le gouvernement de la République démocratique du Congo a affirmé dimanche 15 janvier que deux colonnes d'anciens rebelles du mouvement M23, en exil depuis trois ans en Ouganda, faisaient mouvement vers la province congolaise du Nord-Kivu, avec l'intention de mener des attaques. De leur côté, les autorités ougandaises ont tempéré les déclarations alarmantes de leurs voisins congolais. Et aucun combat n'était signalé dans la région. C'est le gouverneur du Nord-Kivu qui a le premier évoqué dimanche matin 15 janvier la...
(Reuters 16/01/17)
KINSHASA, (Reuters) - Des rebelles armés dirigés par le commandant militaire de l'ancien groupe de guérilla congolais du M23 sont passés ce week-end d'Ouganda en République démocratique du Congo, ont rapporté dimanche les autorités de RDC. Ces rebelles se trouvaient jusqu'alors dans des camps pour combattants démobilisés en Ouganda, depuis leur défaite en 2013. Auparavant, ils représentaient le plus important des dizaines de groupes armés de RDC et ils avaient contrôlé d'immenses territoires dans l'est du Congo démocratique. "Répartis en...
(Xinhua 09/01/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Plus de deux millions de réfugiés du Soudan du Sud ont fui leur pays en 2016 à cause de la guerre civile, pour se réfugier en République démocratique du Congo (RDC) et en Ouganda, a affirmé samedi à Kinshasa le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Selon Eric Ngala du HCR, il s'agit là du plus grand exode en Afrique depuis le génocide de 1994 au Rwanda. "La cause principale de cet exode de milliers...
(BBC 06/01/17)
En Ouganda, l'administration fiscale a défendu sa décision d'accorder à certains fonctionnaires des primes totalisant plus de 1,6 million de dollars. Ils ont été récompensés pour leur prestation dans plusieurs affaires judiciaires pour défendre le gouvernement. Le paiement, accordé par le Président ira à 42 fonctionnaires pour leur rôle dans le règlement d'un conflit fiscal avec deux compagnies pétrolières étrangères. L'administration fiscale a déclaré que le travail des fonctionnaires concernés avait rapporté 700 millions de dollars au pays, et que...
(RFI 13/12/16)
L’Ouganda fait face à l’arrivée massive de réfugiés, surtout depuis la reprise du conflit au Soudan du Sud. Depuis juillet, plus de 300 000 réfugiés ont traversé la frontière dans le Nord du pays. Une vague de migration qui pourrait faire peur d’un point de vue économique dans ce pays où le taux de chômage est déjà très important. Mais loin d’être un handicap, l’arrivée de ces réfugiés semble dynamiser l’économie locale. A quelques kilomètres de la frontière sud-soudanaise se...
(Jeune Afrique 08/12/16)
Le 6 décembre s’est ouvert, à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye le procès de Dominic Ongwen, l’un des principaux lieutenants de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), groupe rebelle apparu dans le maquis ougandais il y a plus de trente ans et dirigé d’une main de fer par l’un des hommes les plus recherchés d’Afrique, Joseph Kony. Les débats se concentrent sur la ligne de défense de l’ancien commandant : un ex-enfant soldat, même devenu par la...
(RFI 08/12/16)
Onze ans après l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, l’ex-commandant de la LRA, Dominic Ongwen, est jugé depuis mardi 6 décembre devant la Cour pénale internationale. Enlevé vers l’âge de 14 ans par les hommes de Joseph Kony, dans le nord de l’Ouganda, l’enfant soldat est ensuite devenu l’un des commandants de la redoutable Armée de résistance du Seigneur. Il est accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis entre 2002 et 2005 dans le nord de l’Ouganda...
(AFP 07/12/16)
L'Ougandais Dominic Ongwen aurait pu s'échapper des griffes de la sanguinaire Armée de résistance du Seigneur (LRA), mais a choisi de rester au sein de cette rébellion ougandaise car il aimait "son travail", ont assuré mercredi des représentants des victimes à la CPI. Dominic Ongwen, enlevé vers 14 ans sur le chemin de l'école dans le nord de l'Ouganda, "est-il une victime ou un criminel?", a demandé Francisco Cox, au deuxième jour du procès de cet ex-commandant de la LRA...
(Le Monde 07/12/16)
Le procès de Dominic Ongwen, ancien enfant soldat et commandant de l’Armée de résistance du Seigneur en Ouganda, s’est ouvert devant la Cour pénale internationale. Victime ou bourreau ? La question devrait peser tout au long du procès de Dominic Ongwen, qui s’est ouvert mardi 6 décembre devant la Cour pénale internationale (CPI). Cet ancien commandant de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre...
(RFI 07/12/16)
Le procès de l'ancien chef de guerre Dominic Ongwen vient de s'ouvrir ce mardi matin à La Haye. En Ouganda, les populations sont fébriles, surtout dans le nord du pays. La CPI retransmet dans plusieurs endroits de la région le direct depuis La Haye et la traduction est assurée en langue locale. Reportage. La grande salle de l'école secondaire de Gulu est presque pleine. Tous ces gens ont fait le déplacement afin d'entendre enfin Dominic Ongwen s'exprimer. Parmi eux, Mickael Ogwaya : « Je veux savoir ce qu'il se passe...
(AFP 06/12/16)
L'ancien chef de guerre de la sanguinaire LRA de Joseph Kony, l'Ougandais Dominic Ongwen, a plaidé non coupable mardi lors de l'ouverture de son procès pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité dans le nord de l'Ouganda. L'accusé, premier enfant soldat à être jugé par la CPI, avait d'abord affirmé ne pas comprendre les 70 accusations retenues contre lui. Questionné par le juge si cela signifie qu'il plaide non coupable, Dominic Ongwen a répondu : "Oui".
(AFP 05/12/16)
Premier ancien enfant soldat devenu accusé de la CPI, Dominic Ongwen doit répondre de 70 crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle dans une milice qui a, selon l'ONU, massacré plus de 100.000 personnes et enlevé plus de 60.000 enfants depuis sa création en 1987. Fils de deux professeurs, Dominic Ongwen est enlevé vers l'âge de dix ans alors qu'il rentrait de l'école. A l'époque, Joseph Kony est à la tête de l'Armée de résistance du Seigneur...
(Reuters 14/11/16)
ABIDJAN, (Reuters) - La République démocratique du Congo (RDC) a renforcé ses patrouilles militaires dans l'est du pays après la disparition d'un ancien chef rebelle du camp dans lequel il était stationné avec d'autres combattants démobilisés en Ouganda. Les services de sécurité ougandais ignorent où se trouve Sultani Makenga, ancien chef militaire de la milice M23 (Mouvement du 23-mars) qui opérait autrefois dans la province congolaise du Nord-Kivu. Le groupe avait été constitué par d'anciens rebelles du Congrès national pour...

Pages