Dimanche 19 Novembre 2017
(RFI 10/05/17)
Les 22 et 23 juin prochain se tiendra à Kampala un grand sommet de la solidarité pour les réfugiés organisé par l'Ouganda et les Nations unies. Le secrétaire général de l'ONU António Guterres sera présent aux côtés du président Yoweri Museveni. L'Ouganda est devenu le premier pays hôte de réfugiés en Afrique. Il abrite 1,2 million de personnes, dont plus de 900 000 Sud-Soudanais, et sa politique d'accueil généreuse lui vaut souvent d'être cité en modèle. Le pays donne par exemple un lopin de terre à tous les nouveaux arrivants...
(Agence Ecofin 10/05/17)
Le gouvernement ougandais versera des compensations à l’Uganda Generation Company Limited (UEGCL) pour la production non utilisée du barrage hydroélectrique de Karuma, selon une décision prise par l’Autorité de régulation de l’électricité. En effet, l’Ouganda a actuellement une production énergétique de 873 MW contre un pic de demande de 570 MW. Une situation qui laisse un excédent de production de 300 MW qui ne peuvent malheureusement pas être exportés à cause de l’étroitesse du réseau électrique national, mais surtout du coût élevé de l’énergie. Après son achèvement en 2019, le barrage de Karuma ajoutera 300 MW à cette surcapacité, avec des perspectives d’augmentation de la demande assez réduites. La construction de l’infrastructure a nécessité un prêt de 1,4 milliard $...
(Agence Ecofin 08/05/17)
Lors d’une visite d’Etat de deux jours qu’il a effectuée en Ouganda, la semaine dernière, le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema (photo), a signé avec son homologue ougandais Yoweri Museveni quatre protocoles d’accord sur la coopération commerciale, dont le plus important porte sur les hydrocarbures. L’Ouganda compte en réalité s’inspirer de l’expérience équato-guinéenne dans le développement de ces combustibles pour faciliter le développement des ressources découvertes récemment dans son sous-sol. Les termes de l’accord n’ont pas encore été dévoilés, mais des sources proches du dossier révèlent que l’accompagnement équato-guinéen sera entre autres basé sur la logistique pétrolière.
(AFP 05/05/17)
Treize hommes suspectés d'être impliqués dans le meurtre en mars du porte-parole de la police ougandaise, Andrew Kaweesi, ont comparu vendredi devant un tribunal de Kampala, où certains d'entre eux ont accusé la police de les avoir torturés. Ces 13 suspects ont été inculpés en avril de "terrorisme, meurtre et vol aggravé" pour la mort de M. Kaweesi, abattu le 17 mars devant son domicile avec son garde du corps et son chauffeur par des hommes lourdement armés. En arrivant au tribunal...
(Agence Ecofin 05/05/17)
La Police nationale d’Algérie supervisera l’installation en Ouganda des caméras de sécurité publiques, prévue lors de la prochaine année financière. Au-delà de ce dossier, les forces de polices ougandaises bénéficieront également de l’expertise algérienne dans la gestion des ressources humaines, la formation et gestion canine, le développement des TIC, la médecine légale. Ce soutien technique de la Police nationale algérienne à la Police nationale ougandaise, est le fruit d’un mémorandum d’entente signé le 2 mai 2017 au cours d’une réunion tenue à Kampala entre l'inspecteur général de la Police, Kale Kayihura, et une délégation d'experts de haut niveau algériens. Au terme de cette réunion, Asan Kasingye, le porte-parole de la Police nationale ougandaise, a expliqué que le pays a choisi...
(Jeune Afrique 02/05/17)
Dans une interview à l’étranger, le président ougandais s’est lui-même qualifié de « dictateur ». Humour ? Les propos font plus ou moins rire les internautes… Les déclarations de l’énigmatique Yoweri Museveni devraient toujours être livrées avec un décodeur. Après visionnage, le 29 avril, de son interview accordée à la chaîne al-Jazeera, les téléspectateurs ont été interloqués par certains propos. À la question « que retiendra l’histoire de Museveni : un dictateur ou un président démocratique ? », l’intéressé répond : « un dictateur qui est élu cinq fois. Cela doit être un dictateur merveilleux. Il doit être spécial ».
(RFI 02/05/17)
Le président ougandais a accordé une longue interview d’une heure à la télévision d’al-Jazeera lors d’un voyage au Qatar. Diffusée le 29 avril, et conduite par le journaliste Mohamed Vall, elle fait parler en Ouganda. Yoweri Museveni a comme à son habitude répondu fermement, parfois avec humour, au journaliste. La réponse à une question du journaliste a particulièrement suscité les réactions des internautes ougandais. « Que retiendra l’histoire de Museveni : un dictateur ou un président démocratique ? » Demande le journaliste d'al-Jazeera. « Un dictateur qui est élu cinq fois. Cela doit être un dictateur merveilleux. Il doit être spécial », répond le président Museveni. Une réplique reprise en boucle sur les réseaux sociaux. Ce sont sans doute les...
(Agence Ecofin 29/04/17)
La Banque centrale ougandaise a signé des accords de principe, avec les filiales de groupes bancaires panafricains présentes sur son marché, afin d'anticiper sur les éventuels risques qui pourraient éventuellement survenir dans le cadre de leurs activités en Ouganda. Le terme des accords porte essentiellement sur l’échange d’informations en continue et la surveillance concertée. Si les banques panafricaines, selon les rapports de supervision de la Bank of Uganda, ne présentent pas nécessairement un risque pour la solidité du secteur bancaire de ce pays, les autorités locales prennent au sérieux, le fait qu'elles présentent des risques inhérents à leurs liens avec des groupes bancaires plus larges, qui peuvent avoir un impact sur la performance des filiales locales. Il existe pourtant une...
(BBC 26/04/17)
Stella Nyanzi, une activiste ougandaise, arrêtée pour avoir "insulté" le président Yoweri Museveni a été placée en détention provisoire jusqu'au mois prochain. Son avocat a déclaré à la salle d'audience de la capitale Kampala que son client avait été privé de tout contact avec sa famille et son équipe juridique. Mme Nyanzi, qui a été accusée de cyber-harcèlement, affirme qu'elle n'a rien fait de mal sinon qu'écrire des métaphores.
(Apa 26/04/17)
Le contingent ougandais en poste en Somalie dans le cadre de la Mission de l’Union africaine (AMISOM) a déployé un nouveau groupe de combat pour soutenir les opérations de paix et de sécurité en cours dans le pays, indique un communiqué de la mission publié ce mardi. Les troupes nouvellement déployées remplacent celles qui ont accompli le tour de service obligatoire d’un an. Le nouveau groupe de soldat est arrivé à Mogadiscio samedi matin et devra sécuriser des installations clés en Somalie, notamment le port de Mogadiscio, le Parlement fédéral, le Palais présidentiel, l’aéroport de Mogadiscio et le camp de base de l’AMISOM à Halane. Le nouveau groupe occupera également les bases avancées de l’AMISOM dans les zones libérées de...
(AFP 25/04/17)
Les Etats-Unis entament mercredi le retrait de leurs forces spéciales déployées dans l'est de la Centrafrique depuis 2011 pour combattre la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony. "Le temps est venu de passer à autre chose étant donné que l'organisation (la LRA, NDLR) est vraiment en train de se battre pour sa survie", a déclaré le général Thomas Waldhauser, à la tête du commandement américain pour l'Afrique (Africom), lors d'une conférence de presse téléphonique, la semaine dernière. La LRA compte aujourd'hui 100 membres actifs contre plusieurs milliers il y a une dizaine d'année selon Africom, présent en soutien des forces africaines dans l'est de la Centrafrique depuis 2011...
(AFP 25/04/17)
Joseph Kony, traqué sans succès depuis des années par des forces étrangères en Afrique centrale, a troqué l'aube d'enfant de chœur pour le treillis du rebelle, semant depuis 25 ans la mort dans la region, à la tête de la cruelle Armée de résistance du Seigneur (LRA). Créée vers 1988 avec l'objectif de renverser le président ougandais Yoweri Museveni pour le remplacer par un régime fondé sur les Dix commandements, la LRA s'est forgée une effroyable réputation à force d'enlèvements d'enfants et de mutilations de civils à grande échelle. Mélangeant mystique religieuse, techniques éprouvées de guérilla et brutalité sanguinaire, Kony a transformé, après les avoir kidnappés, des dizaines de milliers de garçonnets en soldats dociles et de fillettes en esclaves...
(AFP 22/04/17)
Treize suspects ont été inculpés de "terrorisme" pour le meurtre du porte-parole de la police ougandaise, Andrew Kaweesi, abattu le 17 mars devant son domicile avec son garde du corps et son chauffeur par des hommes lourdement armés, a annoncé samedi la police. "La police a fait comparaître 13 suspects devant un tribunal, ils ont été inculpés de terrorisme, meurtre et vol aggravé", a déclaré à l'AFP le nouveau porte-parole de la police, Asan Kasingye. Ils ont comparu vendredi. "Des enquêtes sont en cours en vue d'appréhender d'autres suspects qui courent toujours", a ajouté la même source, qui ne s'est pas exprimée sur le mobile du meurtre. Les suspects doivent comparaître à nouveau le 5 mai pour une audience administrative...
(BBC 21/04/17)
L'Ouganda a débuté le retrait de ses troupes opérant en Centrafrique pour traquer la rébellion de l'armée de résistance du seigneur (LRA). Les autorités ougandaises ont estimé que la LRA a été neutralisée "avec succès" même si son chef Joseph Kony court toujours. Selon le porte-parole de l'armée ougandaise, le chef de la LRA, ''est affaibli et inefficace, il commande moins d'une centaine d'hommes'' La presse ougandaise a rapporté qu'un premier groupe de 31 soldats sur les 2 000 déployés en Centrafrique avait atterri mardi à Gulu, dans le nord du pays. Le mois dernier, l'armée américaine avait également annoncé qu'elle retirerait ses conseillers militaires déployés en Centrafrique.
(AFP 20/04/17)
Sadiq Agotre, moto-taxi, maugrée en attendant des clients qui se font rares. "Les affaires ne sont pas bonnes. Ces gens n'ont pas d'argent", dit-il en scrutant une ancienne friche qui, en à peine huit mois, est devenue le plus grand camp de réfugiés au monde, Bidibidi. L'Ouganda est l'un des pays au monde les plus accueillants pour les réfugiés. Mais l'arrivée quotidienne de plus de 2.000 Sud-soudanais, fuyant la guerre civile dans leur pays, soumet les ONG et les communautés locales à une forte pression . Dans le district de Yumbe, au nord de l'Ouganda, près de la frontière sud-soudanaise, où vivent 500.000 personnes, la frustration est de mise. Les locaux estiment que l'effort humanitaire a accentué la compétition pour...
(RFI 20/04/17)
L'Ouganda met un point final à sa lutte contre la sanguinaire rébellion de la LRA. Kampala a annoncé le début du retrait de ses troupes basées en Centrafrique depuis 2009. Pour le porte-parole de l'armée ougandaise, la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur a été suffisamment affaiblie pour autoriser ce départ, même si le chef de cette rébellion Joseph Kony court toujours.
(AFP 19/04/17)
Une invasion de chenilles légionnaires, qui ont déjà causé des ravages en Afrique australe, se propage en Afrique de l'Est, touchant désormais le Rwanda, après l'Ouganda et plus récemment le Kenya, ont annoncé mercredi des sources officielles à Kigali. Cette "chenille légionnaire d'automne", originaire des Amériques et récemment arrivée en Afrique vraisemblablement par des vols commerciaux, s'attaque notamment au maïs, au blé, au millet ou au riz et a déjà détruit...
(AFP 19/04/17)
L'Ouganda a débuté le retrait de ses troupes opérant en Centrafrique, estimant que la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) a été neutralisée "avec succès" même si son chef Joseph Kony court toujours, a annoncé mercredi l'armée ougandaise. "La décision de se retirer est fondée sur le constat que la mission consistant à neutraliser la LRA a été accomplie avec succès", a déclaré le général Richard Karemire, porte-parole de l'armée ougandaise, cité dans un communiqué. Le général a affirmé que le chef de la LRA, le tristement célèbre Joseph Kony, est désormais "affaibli et inefficace", commande moins d'une centaine d'hommes, et "ne représente plus une menace significative pour la sécurité de l'Ouganda", d'où la LRA avait été chassée...
(Agence Ecofin 19/04/17)
Le président de la République ougandaise, Yoweri Museveni, a confié aux ministres des Technologies de l’Information et de la Communication, de la Sécurité et de l’Intérieur, le projet d’installation de la vidéosurveillance dans les villes du pays. L’objectif est de sécuriser davantage la population et les biens. D’après le journal The Observer, ordre a été donné aux trois ministres en question de trouver des moyens pour lever des fonds afin de financer ce chantier sécuritaire au cours de l’année budgétaire 2017-2018. Selon Kania Obiga, le ministre de l’Intérieur, son homologue des Technologies de l’Information et de la Communication s’occupera de l’acquisition par l’Etat, d’un matériel de vidéosurveillance de qualité tandis que son ministère et celui de la Sécurité se chargeront...
(Agence Ecofin 18/04/17)
L’Ouganda trouvera-t-il son bonheur pétrolier grâce au développement de son réseau logistique ? C’est en tous cas l’espoir que nourrissent les autorités qui ambitionnent d’inscrire le pays dans le cercle des producteurs africains d’or noir à l’horizon 2020. « Avec le lancement des travaux de construction du pipeline devant faire transiter le pétrole ougandais vers le port de Tanga en Tanzanie, les bases sont jetées pour le décollage de l’industrie gazière et pétrolière. Cependant, pour que cela soit réalisé, l’industrie logistique doit posséder une forte capacité...

Pages