| Africatime
Mercredi 29 Mars 2017
(RFI 06/12/16)
Onze ans après l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, Dominic Ongwen sera jugé devant la Cour pénale internationale à partir de ce mardi 6 décembre. Enlevé à l’âge de 14 ans par les hommes de Joseph Kony, dans le nord de l’Ouganda, l’enfant soldat était devenu l’un des commandants redoutés de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), mais doit désormais répondre de crimes contre l’humanité et crimes de guerre. De notre correspondante à La Haye, Après lecture des 70 chefs d’accusation portés contre lui, Dominic Ongwen aurait perdu la joie qu’il manifestait lors de ses premières semaines en cellule. Poursuivi pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, il doit répondre des attaques au nord de l’Ouganda de quatre camps...
(Le Monde 06/12/16)
L’ancien commandant de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), en Ouganda, est jugé devant la Cour pénale internationale pour 70 crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Bourreau implacable ou victime en partie irresponsable ? A partir de ce mardi, Dominic Ongwen, ancien enfant soldat devenu chef de guerre de la redoutable Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony, en Ouganda, est jugé devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.Aujourd’hui âgé d’un peu plus de 40 ans, il doit répondre de 70 crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour son rôle central au sein de la LRA, soit le plus grand nombre de charges jamais retenues contre...
(AFP 05/12/16)
Les corps de 51 personnes non identifiées, tuées fin novembre lors d'affrontements entre les gardes d'un souverain local et les forces de sécurité dans la région de Kasese, dans l'ouest de l'Ouganda, ont été enterrés dimanche, a-t-on appris de source administrative. "Nous avons commencé ce matin (dimanche) à enterrer 51 personnes qui ont été tuées dans l'attaque de la semaine dernière, car aucun parent n'est venu les réclamer. Nous finirons de les enterrer aujourd'hui", a déclaré à l'AFP le président du district de Kasese, Geoffrey Sibendire Bigogo. "C'est un exercice douloureux, mais nous n'avions pas le choix. Les corps pourrissaient et l'odeur était insupportable avec autant de victimes", a-t-il ajouté. L'inhumation a été décidée en accord avec le gouvernement ougandais...
(AFP 05/12/16)
L'Armée de résistance du Seigneur (LRA), dont un des principaux commandants, Dominic Ongwen, doit être jugé à partir de mardi devant la Cour pénale internationale (CPI), a terrorisé pendant 30 ans de larges zones d'Afrique centrale avec des enlèvements d'enfants et mutilations de civils à grande échelle. Les leaders de cette rébellion, une des plus anciennes encore actives sur le continent, sont inculpés par la justice internationale et chassés par les forces spéciales américaines. Et si son fondateur, Joseph Kony, reste introuvable, d'autres commandants ont péri ou se sont rendus. - La LRA et Museveni La LRA a été créée dans la deuxième partie des années 80 pour contrer la prise du pouvoir en Ouganda par un autre rebelle, Yoweri...
(AFP 05/12/16)
Enlevé par des rebelles dans le nord de l'Ouganda alors qu'il était enfant, Dominic Ongwen, dont le procès s'ouvre mardi devant la CPI, était devenu au fil des ans un des commandants les plus redoutés de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA). Ongwen, qui serait jeune quadragénaire - sa date de naissance est inconnue -, comparaîtra devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans le nord de l'Ouganda sur la période 2002-2005. Celui qui était le chef des opérations de la LRA, et le troisième dans l'échelle de commandement de la sanguinaire rébellion ougandaise après son chef Joseph Kony et son adjoint Okot Odhiambo, est notamment accusé d'esclavage sexuel et de...
(AFP 05/12/16)
Premier ancien enfant soldat devenu accusé de la CPI, Dominic Ongwen doit répondre de 70 crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour son rôle dans une milice qui a, selon l'ONU, massacré plus de 100.000 personnes et enlevé plus de 60.000 enfants depuis sa création en 1987. Fils de deux professeurs, Dominic Ongwen est enlevé vers l'âge de dix ans alors qu'il rentrait de l'école. A l'époque, Joseph Kony est à la tête de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), et mélangeant mystique religieuse, techniques de guérilla et brutalité sanguinaire, tente de fonder un régime basé sur les Dix commandements. Des victimes ont raconté les rites initiatiques brutaux de la milice, des enrôlés de force contraints de mordre et...
(RFI 05/12/16)
Au Soudan du Sud, les combats opposants les hommes de Kiir et de Machar se poursuivent, poussant des milliers de personnes à fuir leur pays. Aux derniers décomptes du UNHCR, ils sont plus de 300 000 à avoir trouvé refuge en Ouganda depuis début juillet (marquant la reprise de la crise). Dans ce flux incessant, 60% sont des enfants de moins de 18 ans, plus de 90 000 sont en âge d’aller à l’école. Un public qui demande une attention toute particulière. Reportage dans les camps de réfugiés du nord du pays.
(RFI 03/12/16)
L'armée en Ouganda (l'une des plus importante de la région) a lancé une grande campagne de recrutement. L'objectif : voir 3 000 nouvelles recrues rejoindre ses rangs. Une partie doit être déjà formée (infirmières, avocats, informaticiens), les autres rejoindront les forces vives de combats. Plus d'un millier de jeunes ont répondu à l'appel à Kampala et l'on constate le même engouement dans le reste du pays. Qu'est-ce qui motive les jeunes Ougandais à rejoindre les rangs de l'armée ?
(AFP 01/12/16)
Près de la morgue à Kasese, des familles attendent dans l'angoisse de savoir si des membres de leurs familles portés disparus, figurent parmi les dizaines de personnes tuées par les forces de sécurité le week-end dernier dans cette petite ville de l'ouest de l'Ouganda. Des petits groupes se sont formés à l'entrée de ce bâtiment. Certains se couvrent la bouche et le nez avec des vêtements pour se protéger de l'odeur insoutenable des corps en décomposition s'échappant de la morgue. A la recherche de son frère aîné, Kikanda Bwambale, 40 ans, y est revenu deux jours de suite pour tenter de trouver le corps de Siriro. La dernière fois qu'il a eu des nouvelles de son frère, c'était samedi dernier...
(Le Monde 01/12/16)
Retour sur la situation à Kasese après les violents combats opposant police et garde royale qui ont fait plus d’une centaine de victimes. Le roi du Rwenzururu, Charles Wesley Mumbere, arrêté dimanche à Kasese, a été inculpé, mardi soir 29 novembre, de « meurtre » par la cour de Jinja, dans l’est du pays, un crime passible de la peine de mort en Ouganda. Ce dossier, qui remonte à mars, a été ressorti par la justice ougandaise après les événements de ces derniers jours. Depuis une semaine, des violences secouent la région de Kasese, le cœur du royaume du Rwenzururu, avec pour point culminant le week-end des 26 et 27 novembre, au cours duquel 62 personnes ont été tuées selon...
(AFP 30/11/16)
Des poteries portugaises, des danses d'Ouganda et des chants ukrainiens ont été inscrits mardi sur la liste du patrimoine immatériel en péril de l'Unesco, qui vise à mobiliser des moyens pour leur sauvegarde. Un comité spécialisé de l'Unesco, réuni à Addis Abeba, a décidé d'inscrire sur cette liste la fabrication de poteries noires de Bisalhaes, au Portugal, menacée notamment par "le manque d'intérêt des jeunes générations et la concurrence de produits industriels", selon un communiqué de l'organisation onusienne. La danse et la musique de lyre arquée ma’di, pratiqués en Ouganda lors de mariages ou pour célébrer de bonnes récoltes, sont également jugées en danger "car les jeunes les trouvent démodées et les matériaux utilisés proviennent d'espèces désormais menacés". Ont également...
(AFP 29/11/16)
La police ougandaise a annoncé mardi avoir retrouvé 25 corps supplémentaires dans la région de Kasese (ouest), où les gardes d'un souverain local et les forces de sécurité se sont affrontés ce weekend, des combats dont le bilan est désormais d'au moins 87 morts. Les autorités avaient précédemment fourni un bilan de 62 morts, soit 16 policiers et 46 gardes royaux, ces derniers étant selon la police liés à des militants séparatistes. "Nous avons retrouvé 25 corps lundi dans deux sous-comtés", a déclaré à l'AFP Sam Odong, commandant de la...
(RFI 29/11/16)
Dans l'ouest de l'Ouganda, des combats ayant opposé les forces de sécurité aux gardes d'un roi local ont fait 62 morts. La police dit avoir été attaquée par des gardes royaux qu'elle accuse de faire partie d'une milice séparatiste. Le roi du Rwenzururu, Charles Wesley Mumbere, a été arrêté et transféré à Kampala. Il nie tout lien avec les indépendantistes. L'Ouganda a aboli ses royaumes en 1967. Ce protectorat britannique venait de proclamer son indépendance et il fallait construire un État-nation. Cela n’a pas empêché les Bakonzo...
(RFI 29/11/16)
En Ouganda, le programme alimentaire mondial soutient 650 000 réfugiés. 10% d’entre eux ont choisi de recevoir leur aide sous forme d'argent liquide plutôt que de ration alimentaire. Couplé à la terre cultivable donnée aux réfugiés par le gouvernement ougandais, une étude récente montre que ce système est plus efficace que la distribution traditionnelle de nourriture. 1$ donné aux réfugiés par le PAM rapporte à l’économie locale 1.50$. C’est aussi un système moins couteux pour l’organisation qui fait 20% d'économies. Un petit camion bleu de la Postbank est planté au milieu de la brousse. Sur une table en plastique des réfugiés signent des papiers. Ce sont essentiellement des femmes, traditionnellement responsables du foyer, elles sont venues ouvrir un compte pour...
(AFP 28/11/16)
La police ougandaise a arrêté un monarque local après avoir pris d'assaut son palais, à la suite de violents combats, qui ont fait 55 morts, ayant opposé les forces de l'ordre à des militants séparatistes qui seraient liés au souverain, a annoncé la police dimanche. Quatorze policiers et 41 militants ont été tués lors de ces combats qui ont opposé les forces de l'ordre à la garde du souverain du royaume de Rwenzururu et des militants séparatistes, dans la ville de Kasese, a indiqué le porte-parole de la police Andrew Felix Kaweesi.
(AFP 28/11/16)
Les combats ayant opposé en Ouganda les forces de sécurité aux gardes d'un souverain local accusés d'être liés à des militants séparatistes ont fait 62 morts, a annoncé lundi la police, revoyant à la hausse un bilan précédent de 55 morts. Ces combats avaient éclaté samedi dans la ville de Kasese (ouest), dont les rues étaient vides lundi, et avaient pris fin lorsque la police a pris d'assaut dimanche le palais du roi Charles Wesley Mumbere, souverain du royaume de Rwenzururu. "Le nombre de policiers confirmés morts est de 16, dont deux ont succombé à leurs blessures à l'hôpital", a déclaré Andrew Felix Kaweesi, un porte-parole de la police ougandaise. "Les gardes royaux (tués) sont au nombre de 46." Les...
(RFI 25/11/16)
Ce 25 novembre marque la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Viols, mariages précoces, violences domestiques… En Ouganda, les violences faites aux femmes sont encore nombreuses. Des organisations travaillent pour lutter contre ce phénomène, mais le chemin est encore long. Le Parlement a récemment retoqué un projet de loi visant à pénaliser le viol conjugal. 40% des jeunes femmes ougandaises ont été mariées avant l'âge de 18 ans. Sur la question des inégalités de genre, le pays est classé 115e sur 152 pays (UNDP). D'autre part, l'espace pour parler de ces violences reste limité, c'est pourquoi le militantisme se développe sur les réseaux sociaux et sous forme de blogs. Rosebell Kagumire est une des blogueuses...
(Angola Press 24/11/16)
Luanda - Le secrétaire d'Etat aux Relations Extérieures, Manuel Augusto, a considéré jeudi, à Luanda, comme "positive et très encourageante" la mise en oeuvre de la Déclaration de Kampala sur la violence de genre, dans la mesure où elle laisse éblouir les autres étapes et les actions prévues par l'Exécutif angolais. Manuel Augusto a fait cette considération, lors de l'ouverture de l'atelier pour évaluer la mise en œuvre de la Déclaration de Kampala, qui se déroule du 24 au 25 courant dans la capitale angolaise. Il a souligné qu'il était important que dans le cas de l'Angola, cet atelier a lieu à un moment où il existe déjà une production législative substantielle et programmes concrets dans le respect des recommandations...
(Agence d'information d'afrique centrale 23/11/16)
Stationnées à Djibouti, les forces françaises ont projeté un détachement d’instruction opérationnel (DIO) en Ouganda, en faveur Uganda People Defense Forces (UDPF). Ce DIO a pour mission de former un groupement tactique ougandais, l’Uganda Battle Group XXI (UGABAG XXI) qui sera déployé en Somalie au sein de l’African Mission in Somalia (Amisom) début 2017. C’est en étroite collaboration et en langue anglaise, que les Marsouins du 5 ont manœuvré pendant quatre semaines, avec l’équipe civile US de l’Africain Contingency Operationnal Training Assistance (ACOTA) pour former 1700 soldats de l’UDPF sur les savoir-faire individuels...
(RFI 22/11/16)
L'Ouganda s'est lancé dans une politique de grands travaux : projet de chemin de fer entre la Kenya et l'Ouganda, barrages hydro-électriques, constructions d'autoroutes et de voies rapides. Une politique importante dans un pays qui manque encore cruellement d'infrastructures. Et un enjeu électoral certain pour le président au pouvoir depuis 30 ans. Surtout dans ce pays où le taux de chômage est très élevé. Depuis quelques mois, la capitale est envahie par les engins de chantiers « Une politique de travaux ambitieuse » explique Laurence Kiiza, directeur des Affaires économiques au ministère des Finances. « Nous voyons un grand nombre de gens...

Pages