Dimanche 22 Avril 2018
(Radio Okapi 08/11/13)
L’administration ougandaise a expulsé depuis mercredi 6 novembre onze mille familles congolaises qui avaient trouvé refuge dans ce pays. La société civile du Nord-Kivu qui a livré cette information a expliqué que ces familles ont été chassées parce qu’elles avaient refusé d’être regroupées dans un camp des refugiés à Kyangwali, loin de l’endroit où ils avaient été accueillis à leur arrivée dans ce pays. D’après la même source, la plupart de ces réfugiés congolais vivaient jusque-là dans des familles d’accueil, dans le district ougandais de Bundibugyo. Ces personnes avaient fui des affrontements entre les Forces armées de la RDC et les rebelles ougandais de l’ADF/Nalu il y a trois mois à Watalinga, une chefferie située à environ 80 kilomètres au...
(Xinhua 08/11/13)
NAIROBI, (Xinhua) -- La mission de lutte contre la piraterie de l'UE a mis en garde jeudi contre l'augmentation des menaces de piraterie dans les eaux de l'Océan Indien, en dépit de la diminution du nombre d'attaques au large de la Corne de l' Afrique cette année. Le commandant des opérations de cette mission, Bob Tarrant, a appelé les forces navales de lutte contre la piraterie et le secteur du commerce maritime à rester vigilants. « Il est clair que les pirates somaliens ont toujours l'intention et la capacité de se rendre en mer pour attaquer des navires et capturer des équipages pour demander des rançons », a déclaré M. Tarrant dans un communiqué. Cet avertissement survient après qu'un navire...
(Afrik.com 08/11/13)
Des chefs d’Etat africains se sont réunis en Afrique du Sud pour entamer des discussions sur la mise en place d’une force militaire africaine d’intervention rapide qui permettrait d’agir en urgence en cas de crise ou conflit sur le continent. Les chefs d’Etat africains ont décidé de se prendre en main et de compter sur leurs propres moyens. Des dirigeants, dont les Présidents du Tchad Idriss Deby, de l’Ouganda Yoweri Musevini, de la Tanzanie Jakaya Mrisho Kikwete, et de l’Afrique du Sud Jacob Zuma, ont entamé mardi en Afrique du Sud des pourparlers pour la formation, d’ici la fin de l’année, d’une force d’intervention rapide pour régler les crises sur le continent. « Cette force devrait permettre à l’Afrique d’agir...
(AFP 07/11/13)
ARUSHA, 7 novembre 2013 (AFP) - Le président tanzanien Jakaya Kikwete a accusé jeudi ses homologues du Rwanda, d'Ouganda et du Kenya, de tenir son pays à l'écart de grands projets d'infrastructures communes à la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) qui comprend également le Burundi.Depuis juin, les présidents rwandais, kényan et ougandais se sont rencontrés à trois reprises, sans leurs homologues burundais et tanzanien. Ils ont notamment décidé de construire un chemin de fer et un oléoduc reliant leurs trois capitales."Franchement, je me pose plusieurs questions. Veulent-ils créer une autre communauté? Sont-ils fâchés contre notre pays ou contre moi, ou veulent-ils nous pousser vers la sortie?", a déclaré M. Kikwete dans un message radio-télévisé depuis le siège du Parlement à...
(AFP 07/11/13)
KAMPALA, 7 novembre 2013 (AFP) - Le chef militaire du M23, Sultani Makenga, ainsi que 1.500 combattants, soit le gros de cette rébellion de République démocratique du Congo (RDC) défaite ces derniers jours, ont franchi la frontière et se trouvent entre les mains de l'armée ougandaise. Sultani Makenga "est avec nos forces, oui, il a franchi la frontière avec certains de ses hommes, il est avec nous", a annoncé jeudi à l'AFP un haut responsable militaire ougandais sous couvert de l'anonymat, sans préciser la localisation du chef rebelle. Il a également refusé de clarifier si Sultani Makenga était ou non libre de ses mouvements et s'il avait formellement fait acte de reddition aux autorités ougandaises. De son côté, le porte-parole...
(RFI 07/11/13)
Le porte-parole du gouvernement ougandais, Ofwono Opondo affirme, ce jeudi 7 novembre 2013, à RFI que son armée détient le chef militaire du M23 Sultani Makenga. Il se serait rendu depuis près de trois jours après la déroute de son mouvement rebelle en République démocratique du Congo. En tout, l’armée ougandaise affirme que près de 1 500 rebelles sont détenus sur son sol. Selon Kampala, Sultani Makenga serait actuellement détenu à Kosoro avec sa garde rapprochée. Plusieurs sources indiquent qu’ils auraient été surpris dans le parc de Mgahinga dans la nuit de lundi à mardi par les gardes de ce parc national. Mais son statut semble encore incertain. L’un de ses proches a assuré à RFI ne pas être détenu...
(Reuters 07/11/13)
Sultani Makenga, le chef militaire des rebelles du M23, qui étaient actifs dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), s'est rendu et est actuellement détenu en Ouganda, a-t-on appris jeudi auprès d'un officier ougandais."Je peux vous confirmer qu'il est avec nous", a dit un officier, sous couvert d'anonymat. "Il s'est rendu hier et nous le détenons quelque part, ainsi que d'autres commandants sous ses ordres."L'officier a précisé que les rebelles seraient détenus jusqu'à la signature d'un accord.Le M23 a proclamé mardi la fin immédiate de sa rébellion, et exprimé sa volonté de parvenir à une solution pacifique avec le gouvernement congolais après vingt mois de crise, peu après l'annonce par Kinshasa que l'armée avait conquis les deux dernières...
(RFI 07/11/13)
En République démocratique du Congo (RDC), le calme semble revenu dans l’est du pays après la chute de la rébellion du M23. La Monusco, la mission de l'ONU en RDC, annonce qu'elle renforce le contrôle aux frontières pour empêcher que les armes ne transitent vers le Rwanda et que les rebelles hutus des FDLR (les Forces démocratiques de libération du Rwanda) retournent dans le pays voisin. Quant au gouvernement congolais, le ministre de la Communication, Lambert Mende, a semé le trouble en annonçant qu'il n'y aurait pas d'accord de paix signé à Kampala avec la délégation du M23 mais une simple déclaration. « Accord » ou bien « déclaration », la différence serait « purement sémantique », assure le porte-parole...
(AFP 07/11/13)
PARIS, 7 novembre 2013 (AFP) - Une quarantaine de dirigeants africains ont annoncé leur présence au Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France les 6 et 7 décembre à Paris, six autres ont été jugés persona non grata, selon la présidence française. Seront également présents le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les dirigeants européens Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, ainsi que la présidente de la Commission de l'Union Africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma. Les chefs d'Etat qui ont maille à partir avec la justice internationale et ceux qui ont été exclus de l'UA, n'ont pas été conviés. Les premiers sont le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de...
(Xinhua 07/11/13)
Le président sud-africain Jacob Zuma a réaffirmé mercredi que les chefs d'État africains en exercice ne devraient pas avoir à comparaître devant un tribunal."Ce que nous cherchons à éviter c'est une situation dans laquelle des pays qui avaient progressé vers un semblant de stabilité rechuteraient brusquement en raison du vide qui serait laissé si leur dirigeant devait partir pour comparaître", a déclaré M. Zuma au Parlement en répondant à une question sur la tentative de la Cour pénale internationale (CPI) de juger certains dirigeants africains.La CPI veut convoquer le président kenyan Uhuru Kenyatta et son adjoint William Ruto pour répondre d'accusations d'incitation à la violence lors des élections générales de 2007 dans ce pays, des violences qui avaient fait plus...
(Human Rights Watch 06/11/13)
Un réfugié rwandais qui avait servi comme garde du corps pour le président du Rwanda Paul Kagame a été renvoyé de force vers ce pays par la police ougandaise après avoir disparu le 25 octobre 2013, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Son sort est resté inconnu pendant six jours. L’homme, Joel Mutabazi, se trouve maintenant en garde à vue au Rwanda, dans un lieu tenu secret.Mutabazi avait survécu à un enlèvement raté en Ouganda au mois d’août, ainsi qu’à une tentative d'assassinat en juillet 2012, dans les deux cas par des auteurs inconnus. La police ougandaise a été informée de ces incidents et avait accepté de lui fournir une sécurité 24h/24.Les autorités ougandaises ont déclaré qu'elles enquêtent sur l'incident...
(Xinhua 06/11/13)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- L'envoyé de l'ONU auprès de l'Armée de résistance du seigneur (LRA, acronyme anglais) et son homologue de l'Union africaine ont appelé le groupe se rebellant contre le gouvernement ougandais à cesser ses activités et à reprendre une vie normale, a annoncé lundi un porte-parole de l'ONU à New York. "Les deux envoyés ont appelé le dirigeant de la LRA, Joseph Kony, à déposer ses armes", a affirmé Farhan Haq, porte-parole de l'ONU, citant un communiqué de presse rendu public par les deux émissaires. Abou Moussa, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU et chef du Bureau régional de l'ONU pour l'Afrique centrale, et Francisco Madeira, envoyé spécial de l'Union africaine pour la LRA, ont...
(Radio Okapi 06/11/13)
Quarante-huit heures après la reprise de Chanzu par les Forces armées de la RDC (FARDC), les Congolais qui ont fui les derniers combats entre FARDC et M23 au Rwanda et en Ouganda hésitent de regagner leurs localités aux environs de cette colline du Nord-Kivu. Ces populations craignent encore pour leur sécurité. «J’ai fui en Ouganda avec ma famille maintenant je suis rentré pour voir si la sécurité est rétablie pour retourner avec les membres de nos familles», a témoigné un habitant de la contrée réfugié en Ouganda. Les militaires ont renforcé leur présence sur la colline de Chanzu et surveillent cet endroit qui jadis était le fief du général autoproclamé du M23, Sultani Makenga. Selon des témoins, l’on observe, au...
(Radio Okapi 06/11/13)
Près de deux cents combattants du M23 délogés des collines de Runyonyi et Chanzu dans l’est de la RDC, mardi 5 novembre, ont trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda, indiquent des sources concordantes dans la région. Le porte-parole de l’armée au Nord-Kivu, le Colonel Olivier Hamuli confirme que plusieurs rebelles défaits se trouvent sur les territoires ougandais et rwandais, sans indiquer leur nombre.« C’est à la suite des bombardements intenses et de l’assaut mené par les FARDC qu’ils ont pu décrocher. C’est ainsi qu’ils se sont dirigés dans le parc national des Virunga, les uns vers le Rwanda et les autres vers l’Ouganda », explique le colonel Hamuli. D’après lui, les militaires consolident les positions conquises et de font...
(Ria Novosti 05/11/13)
La Russie et l'Ouganda ont signé plusieurs accords de coopération dans le secteur énergétique, a annoncé mardi le holding russe de hautes technologies Rostec dans un communiqué.Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak et la ministre ougandaise de l'Energie et des Ressources minières Irene Muloni, en visite en Russie, ont signé un mémorandum de compréhension sur l'exploitation conjointe de gisements de pétrole et de gaz, le raffinage de pétrole et la coopération dans le secteur des énergies renouvelables.Rostec et le ministère ougandais ont en outre décidé de coopérer dans la prospection et l'exploitation de gisements de pétrole et de gaz, la production d'hydrocarbures, la construction d'une raffinerie et de pipelines pour le transport de pétrole et de produits pétroliers et...
(Agence Ecofin 05/11/13)
(Agence Ecofin) - Les agriculteurs de Masaka réclament du gouvernement un embargo sur les exportations de maïs afin de réduire l'escalade des prix de l'alimentation animale. Ces agriculteurs ont relevé la nécessité de réglementer les exportations du maïs ougandais dont les destinations principales sont le Kenya et la Tanzanie. «La Tanzanie et le Kenya n'exportent pas leur maïs en Ouganda. Mais nous, nous exportons le nôtre vers ces pays. Cela met une pression sur les prix des aliments pour animaux» déclare Peter Lubyayi, un éleveur de Nyendo. Prosy Mutumba, agent de production du district de Masaka, a expliqué que les prix du maïs et des poissons argentés, qui sont les principaux ingrédients de l'alimentation animale, sont trop élevés. D’où la...
(Xinhua 05/11/13)
NAIROBI, (Xinhua) -- Le parlement africain jouera un rôle important dans les progrès de développement du continent, a annoncé lundi le président du sénat kényan. Ekwee Ethuro a déclaré aux journalistes à Nairobi que les législateurs sont de plus en plus appelés à participer au processus d'élaboration du budget. « Le renforcement des parlements africains permettra aux législateurs de mettre en place les cadres juridiques nécessaires qui guideront le rythme de développement », a déclaré M. Ethuro lors du Second Colloque des conseillers juridiques des parlements. L'événement qui a duré cinq jours a réuni plus de 200 participants de 18 parlements africains et de deux parlements régionaux. A cette occasion, les participants ont pu discuter des tendances émergentes ainsi que...
(Radio Okapi 04/11/13)
Les populations des chefferies de Kakwa et de Kaliko dans le territoire d’Aru en Ituri (Province Orientale) fuient leurs villages pour se diriger vers l’Ouganda et le Soudan du Sud. La société civile de Kakwa qui a livré cette information, dimanche 3 novembre, a indiqué que ces personnes fuyaient des attaques répétées de leurs villages par un groupe d’hommes armés non autrement identifié. Ce groupe commet des exactions contre les civils et enlève des jeunes pour les enrôler de force.Selon la société civile, plus de dix mille réfugiés sont déjà enregistrés depuis le mois d’octobre dans le district ougandais de Koboko.Des milliers d’autres congolais ont trouvé refuge au Soudan du Sud. Le dernier mouvement de population a été observé la...
(KongoTimes 04/11/13)
Le gouvernement ougandais refuse d’accorder l’asile politique aux chefs du M23, dont son président Bertrand Bisimwa, qui se sont réfugiés à Kampala après la prise de leur dernière base forte de Bunagana par les Forces armées De la République démocratique du Congo (FARDC), mercredi 30 octobre 2013. « L’Ouganda ne va pas accorder l’asile politique aux responsables du M23 », a annoncé vendredi à la presse un responsable ougandais. La société civile du Nord-Kivu demande que « les hauts responsables de la rébellion du M23 soient traduits en justice pour qu'ils répondent de leurs actes notamment de crime de guerre, de crime contre l'humanité et d'atteinte à la sûreté de l'Etat ». « La reprise de Bunagana est pour nous...
(AFP 04/11/13)
CITÉ DU VATICAN, 4 novembre 2013 (AFP) - Le pape veut que le Saint-Siège agisse contre les formes modernes d'esclavage, sur lesquelles une conférence devrait être organisée en 2015, a annoncé lundi le Vatican après la réunion d'un groupe d'experts convoquée par François.Travail forcé, prostitution, trafic d'organes et autres trafics aux mains d'organisations criminelles internationales : réunis pendant le week-end avec les Académies pontificales des Sciences et des Sciences sociales, et la Fédération internationale des associations médicales catholiques (Fiamc), une soixantaine d'observateurs, religieux et laïcs, ont formulé une cinquantaine de propositions contre toutes ces formes d'esclavage."Certains observateurs jugent que la traite des personnes dépassera d'ici dix années les trafic de drogue et d'armes, devenant l'activité criminelle la plus lucrative au...

Pages