Jeudi 14 Décembre 2017
(La Tempête des Tropiques 01/10/13)
Il s'agit de l'avenir des leaders rebelles, de la question d'amnistie ainsi que l'intégration des combattants du M23 dans les rangs des FARDC. Annoncés pour une durée de 14 jours, les pourparlers entre le gouvernement congolais et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), qui ont repris le 10 septembre à Kampala, s'éternisent. Les discussions achoppent notamment sur les questions de la réintégration des rebelles au sein de l'armée et du devenir des leaders politiques de la rébellion. En principe, le dernier round des pourparlers ouverts le 10 septembre avec un jour de retard entre les rebelles du M23 et la délégation de Kinshasa ne devait durer que 14 jours, suivant les recommandations des chefs d'État de la Conférence...
(Le Potentiel Online 01/10/13)
Les pourparlers de Kampala ne sont plus qu’un vieux souvenir. Programmées pour 14 jours, selon le vœu exprimé par les chefs d’Etat et de gouvernement de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, les négociations de Kampala ont pris plus de temps que prévu. Les négociations butent notamment sur les nouvelles revendications, présentées début septembre par le M23. A Kinshasa, l’on ne se dit pas prêt à céder au chantage. Pendant ce temps, dans la capitale ougandaise, les discussions basculent finalement dans un trou noir. Lancées en décembre 2012, il reste difficile de prédire quand et comment vont se dénouer les négociations de Kampala entre le gouvernement et le M23. Relancé il y a trois semaines par la...
(Le Potentiel Online 01/10/13)
Annoncés pour une durée de 14 jours, les pourparlers entre le gouvernement congolais et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), qui ont repris le 10 septembre à Kampala, s'éternisent. Les discussions achoppent, notamment, sur les questions de la réintégration des rebelles au sein de l'armée et du devenir des leaders politiques de la rébellion. Explications. À Kampala, on joue les prolongations. En principe, le dernier round des pourparlers ouverts le 10 septembre avec un jour de retard entre les rebelles du M23 et la délégation de Kinshasa ne devait durer que 14 jours, suivant les recommandations des chefs d'État de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Mais l'avenir militaire ou politique des rebelles est...
(AFP 01/10/13)
JOHANNESBURG, 1 octobre 2013 (AFP) - Les plus pauvres des Africains disent qu'ils ne profitent toujours pas de l'essor économique que connaît actuellement le continent, selon un sondage d'Afrobaromètre conduit dans 34 pays et publié mardi. "Satisfaire les besoins de base quotidiens reste un défi majeur pour la majorité des Africains, même à un moment où leurs pays font état de progrès économiques impressionnants", a commenté Afrobaromètre, qui présentait son étude à Johannesburg. L'économie de l'Afrique devrait croître de près de 5% cette année. Mais bien que leurs pays bénéficient des taux de croissance parmi les plus élevés du monde, de nombreux Africains manquent toujours d'eau et de nourriture, n'ont pas un accès suffisant aux soins et sont souvent à...
(Xinhua 01/10/13)
Malgré des progrès spectaculaires au cours des 20 dernières années, l'Afrique reste confrontée à des défis majeurs tels que les inégalités, la mauvaise gouvernance, et la corruption, a déclaré la vice- directrice du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), Anne-Birgitte Albrectsen.La vice-directrice a tenu ces propos lundi à l'ouverture de la session des experts de la Conférence régionale africaine sur la population et le développement, organisée à Addis Abeba par la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UN-CEA), l' Union africaine (UA) et le FNUAP.La vice-directrice a souligné que les pays africains avaient démontré une forte volonté politique pour ce qui est d'éradiquer la pauvreté, de créer des opportunités d'emploi pour les jeunes, d' assurer le droit...
(La Tempête des Tropiques 30/09/13)
La question de l'amnistie et de la réintégration des éléments du M23 poserait problème, même si, du côté de la rébellion, on affirme que ceci ne figure pas parmi leurs exigences. Où en sont aujourd'hui les pourparlers entre Kinshasa et le M23 à Kampala, en Ouganda ? Plusieurs observateurs se posent désormais cette question, quand on sait que quelques jours à peine après leur reprise le 10 septembre 2013, ces pourparlers ont été suspendus sans que l'on tienne compte le moins du monde de l'ultimatum de 14 jours donné aux deux parties par les Chefs d'Etat Conférence internationale des Grands lacs (CIRGL). La question se pose d'autant plus que, pas plus tard que le jeudi dernier 26 septembre, des combats...
( 30/09/13)
Le Président ougandais Yoweri Museveni, Médiateur de la CIRGL entre le gouvernement de la RD Congo et les rebelles pro-rwandais du M23 exige dès son retour au pays après New York l'amnistie au bénéfice des ses ouailles du M23. C'est à tomber à la renverse. Car, le Médiateur de la CIRGL endosse la vareuse M23 et exige l'amnistie. Il prend donc fait et cause pour les rebelles sur une question ultrasensible sur laquelle les Congolais n'entendent nullement transiger du fait qu'il s'agit des criminels de guerre bien connus qui écument ce mouvement à la solde du Rwanda. Le Gouvernement congolais a ouvertement rejeté cette proposition du Président ougandais, Yoweri Kaguta Museveni en lui disant qu'il n'y aurait aucune amnistie. Par...
(Gabonews 30/09/13)
La 8ème édition de la Conférence économique africaine se tiendra à Johannesburg, en Afrique du Sud, du 28 au 30 octobre 2013.Cette rencontre, sous le thème de “l'intégration régionale en Afrique”, est organisée conjointement par le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).Cette année encore, la Conférence économique africaine rassemblera de hauts responsables politiques et économiques, des chefs d'État, des chercheurs de renom et des experts du développement. En provenance des quatre coins du continent africain et du reste du monde, ils débattront des efforts accomplis par les pays africains pour joindre leurs forces et intégrer leurs économies dans l'optique...
(Xinhua 30/09/13)
"Nous avons humilié et vaincu nos assaillants", s'est exprimé ainsi triomphalement le président kenyan, Uhuru Kenyatta, lors d'un discours télévisé, pour annoncer la défaite du commando terroriste des shebabs somaliens, plus de trois jours après le début de l'attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi.Au Kenya, les enquêtes sur l'attentat, qui a fait au moins 67 morts et 240 blessés, sont toujours en cours. Cet attentat, le plus meurtrier au Kenya depuis l'attaque-suicide d'Al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade des Etats-Unis, qui avait fait plus de 200 morts, a non seulement occulté la bonne réputation du Kenya, connue comme "la Perle de l'Afrique de l'Est", mais a également mis en évidence la fragilité de la sécurité globale en Afrique,...
(Jeune Afrique 28/09/13)
Lassés de voir Pékin exploiter leurs richesses pétrolières et minières sans que leurs pays en retirent des bénéfices substantiels, les gouvernements africains - du Gabon au Tchad en passant par le Niger - tentent de rééquilibrer les échanges. Au prix de quelques frictions. C'est arrivé coup sur coup. En décembre 2012, les Chinois ont perdu le champ pétrolier d'Obangue, au Gabon. En avril 2013, ils ont été conspués par des chômeurs près des puits de Diffa, dans le sud-est du Niger. En août, sur ordre du gouvernement, ils ont dû fermer un site d'extraction très polluant au Tchad. "La romance entre la Chine et nous, c'est fini", s'exclame Sanusi Lamido dans une tribune retentissante parue en mars dans le Financial...
(Xinhua 27/09/13)
Jeudi, l'Union européenne s' est engagée à améliorer la sécurité dans la région est- africaine suite à l'attentat terroriste dans un centre commercial à Nairobi samedi dernier. Le directeur de l'UE en charge des relations africaines, Nick Westcott, a également appelé la communauté internationale à accroître sa collaboration pour combattre le terrorisme mondial qui nécessite une réponse. « Nous nous engageons à améliorer la sécurité en Afrique de l' Est. Le terrorisme international nécessite une réponse mondiale et une coopération mondiale », a déclaré l'émissaire de l'UE lors d' une visite à Westgate, centre commercial cible des terroristes islamistes shebab. M. Westcott a exprimé la solidarité de l'UE vis-à-vis du Kenya, soulignant que le bloc économique et politique s'engageait à...
(Sidwaya 27/09/13)
La 10e édition du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) a ouvert ses portes le jeudi 26 septembre 2013 à Ouagadougou. C’était au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao.C’est le jeudi 26 septembre dernier que la 10e édition du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) a ouvert ses portes. « Tourisme et Technologies de l’information et de la communication (TIC) : quelles opportunités pour l’Afrique ? », tel est le thème sur lequel se focaliseront les débats et réflexions durant les 4 jours consacrés au salon. Le choix de ce thème est lié à l’essor des TIC qui ont entraîné des changements dans la nature de...
(KongoTimes 26/09/13)
On donne finalement raison au Président tanzanien Jakaya Kikwete qui, en son temps, avait proposé une solution régionale à la crise en Rdc. Cette situation engloberait un dialogue interwandais et interougandais de la même que l’exige au Congolais Joseph Kabila avec le M23. Or, la réunion du mécanisme de suivi de l’Accord-cadre tenu lundi soir à New York en marge de la 68ème session de l’Assemblée générale de l’Onu, présidée par le secrétaire général Ban Ki-Moon et regroupant les leaders de la CIRGL, de la SADC et de tous ceux qui sont impliqués dans la crise en Rdc, a marché sur les traces de Jakaya Kikwete. En effet, l’une de ses nombreuses résolutions prévoit de renforcer l’Accord-cadre d’Addis-Abeba en exigeant...
(Xinhua 26/09/13)
Le président en exercice de l'Union africaine (UA), Hailemariam Dessalegn, a appelé à un nouveau programme de développement mondial pour l'après-2015 correspondant aux priorités de développement de l'Afrique. Dans son discours fait au cours du débat de haut niveau à l'Assemblée générale de l'ONU, M. Dessalegn, qui est également le Premier ministre éthiopien, a indiqué : "Nous espérons énormément que le programme de développement mondial pour l'après-2015 concordera avec nos priorités et besoins de développement". Un programme de développement pour l'Afrique sur les 50 prochaines années vise à réaliser cet objectif fondamental, afin d'éradiquer la pauvreté et d'assurer le développement durable, a-t-il indiqué. "Le XXIe siècle sera le siècle de l'Afrique si nous harmonisons nos efforts pour maintenir et accélérer...
(Xinhua 25/09/13)
Le commandant des Forces populaires de défense ougandaises, le général Katumba Wamala, a déclaré mardi que l'attaque terroriste survenu samedi dernier à Nairobi, capitale du Kenya, doit être considérée comme une leçon pour la région et que le mode des attaques terroristes est en train de changer. Samedi dernier, des hommes armés ont ouvert le feu sur les consommateurs dans le centre commercial Westgate de Nairobi, tuant une soixantaine de morts, et ont pris des otages. Le mouvement islamiste somalien des shebab a revendiqué l'attaque. Le président kenyan Uhuru Kenyatta a annoncé la fin de la crise mardi. "Les terroristes ne feront pas toujours les mêmes choses. Ce ne serait pas toujours la prise d'otages. Ce ne serait pas toujours...
(Afrik.com 25/09/13)
Le conflit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a aussi été mis sur la table lors des Assemblées générales de l’Onu, lundi. Les chefs d’Etat des pays voisins ont sommé Kinshasa et les rebelles du M23, en confrontation avec l’armée congolaise dans le Kivu, de conclure leurs négociations au plus vite. Un énième discours qui n’a toujours pas permis de mettre un terme au conflit. Les chefs d’Etat des Grands Lacs, qui ont débattu concernant le conflit dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont exprimé leur impatience lors des Assemblées générales de l’Onu lundi. Ces derniers ont sommé Kinshasa et les rebelles du M23, en confrontation avec l’armée congolaise dans l’est du pays, de...
(AIB 25/09/13)
Le défi de la valorisation des résultats de la recherche scientifique est au cœur des préoccupations de chercheurs et étudiants de divers pays, réunis à Ouagadougou pour un symposium international sur la valorisation des résultats de recherche et des innovations en Afrique, du 24 au 27 septembre 2013.Aucun pays ne peut se développer sans la recherche scientifique. C’est la conviction affichée par le chef du gouvernement burkinabè, Luc Adolphe TIAO lors du symposium symposium international sur la valorisation des résultats de recherche et des innovations en Afrique. Le défi auquel sont confrontés les pays africains reste la valorisation des résultats de la recherche.Selon le ministre en charge de l’Innovation, Gnissa Isaïe Konaté, sur la base de l’expérience des pays émergents,...
(Xinhua 25/09/13)
ARUSHA (Tanzanie)- Un haut responsable de Tanzanie a appelé mardi les pays d'Afrique à s'unir pour lutter contre la corruption abondante dans les secteurs de la construction et des transports car ce problème contribue au ralentissement socioéconomique de la région.Le vice-ministre tanzanien des Travaux Gerson Lwenge a tenu ces propos à Arusha à l'occasion du Séminaire international sur la performance et la gouvernance de l'administration des routes et des transports.Cette réunion, qui mobilise 25 pays du monde entier, a été organisée par l'Association mondiale des réseaux routiers (PIARC) en collaboration avec l'Association des agences routières nationales d'Afrique australe (ASANRA).Les pays africains, et en particulier ceux d'Afrique sub- saharienne, déploient de grands efforts pour mettre en place de meilleures infrastructures routières...
(Guineeconakry.info 25/09/13)
La soixante-huitième Assemblée générale des Nations s’est ouverte hier à New York. L’occasion pour la planète entière, par la voix des différents dirigeants, de débattre des grands sujets de l’heure. De l’Afrique, il en sera bien sûr question. Mais comme c’est le cas dans quasiment toutes les grand-messes du genre, ce n’est pas de l’Afrique rayonnante dont on débattra à New York. On auscultera plutôt celle de la désolation. Et de la plus dramatique des désolations, parce qu’il ne s’agira pas de la pauvreté, du chômage et des voies et moyens d’endiguer ces fléaux sur le continent. On parlera plutôt une nouvelle fois de l’Afrique des conflits, parce que malheureusement le continent-berceau de l’humanité en recèle toujours. Ainsi, on va...
(La Tempête des Tropiques 24/09/13)
Demain mercredi, les discussions porteront sur les amendements des rebelles au draft ayant trait aux questions sécuritaires en l'absence du facilitateur principal, Chrispus Kiyonga, en séjour à New-York comme Joseph Kabila. Dimanche 22 septembre dernier, dans les après-midi, les deux délégations aux pourparlers de Kampala se sont rencontrées avec le spécialiste des Nations-Unies Jeffery Mapendere, qui fait l'intérim du facilitateur Chrispus Kiyonga, ancien ministre ougandais en charge de la Défense. Au menu de la rencontre, les questions sécuritaires, entendez le désarmement du M23 entre autre. Selon le bureau de la facilitation, il est question que ce concept désarmement soit bien compris avant son exécution.Il faut tracer le processus correct de déposer les armes, de passer à la réintégration pour les...

Pages