Vendredi 20 Octobre 2017
( 10/09/13)
Pour déposer les armes, les rebelles exigent le démantèlement immédiat des FDLR-Hutu et le retour des refugiés Tutsi au Nord-Kivu. Prévues pour reprendre hier lundi, pour une durée de 14 jours maximum, les négociations de Kampala entre le gouvernement congolais et les rebelles du M23 ne reprendront qu’aujourd’hui mardi, la délégation de Kinshasa n’ayant pu atteindre la capitale ougandaise qu’hier dans la soirée. Mais auparavant, le chef politique du M23, M. Bertrand Bisimwa, a tenu une conférence de presse à Bunangana, pour fixer l’opinion sur la position de son mouvement par rapport à la reprise des négociations. Réagissant à la déclaration de Mary Robinson qui, dans un communiqué officiel de l’Onu, a exclu toute possibilité d’intégration des rebelles du M23...
(Xinhua 10/09/13)
Le Soudan du Sud deviendrait membre de la Communauté est-africaine (EAC) en 2014, a fait savoir lundi le ministre d'Etat ougandais pour les affaires est- africaines, Shem Bageine, qui est également le président du Conseil des ministres de l'EAC. Selon M. Bageine, les négociations sur l'admission du Soudan du Sud ont conclu et une décision pourrait être prise par les dirigeants des pays membres de la Communauté en avril 2014. "Il y a des critères qui doivent être remplis avant qu'un pays ne soit admis dans la Communauté. Globalement, le Soudan du Sud remplit plusieurs de ces critères et nous allons examiner le rapport lors du Conseil des ministres, et puis le soumettre aux chefs d'Etat pour l'approbation finale", a-t-il...
(Aujourd'hui le Maroc 10/09/13)
Le 2ème séminaire régional sur la gestion portuaire qui se déroule du 9 septembre au 4 octobre réunit le Japon, le Maroc ainsi que d’autres pays africains afin de former une centaine de cadres africains à la gestion portuaire. Le Maroc et le Japon ainsi que d’autres autres pays africains ont unis leurs efforts pour organiser le séminaire régional sur la gestion portuaire. Tenu du 9 septembre au 4 octobre à l’institut de formation portuaire et chapeauté par l’Agence nationale des ports (ANP) en collaboration avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), ce deuxième séminaire régional est organisé au bénéfice de 20 cadres responsables dans des administrations, des entreprises publiques et privées du...
(Fasozine 10/09/13)
A la veille de l’ouverture du procès de William Samoei Ruto, Vice-président du Kenya, devant la Cour pénale internationale (CPI) à la Haye, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et son organisation membre au Kenya, la Kenya Human Rights Commission (KHRC), conjointement avec des organisations membres de la FIDH en Afrique rappellent que les poursuites engagées représentent avant tout une opportunité pour toute une nation de connaître la vérité sur les actes de violence perpétrés suite à l’élection présidentielle de 2007. Il s’agit également d’une opportunité pour les victimes que justice leur soit rendue par une cour indépendante. Ce processus indispensable doit permettre, selon ce communiqué de presse, de jeter les bases d’une paix durable, favoriser...
(AFP 09/09/13)
KAMPALA, 9 septembre 2013 (AFP) - Les rebelles congolais du Mouvement du 23-Mars (M23) ont indiqué lundi à Kampala attendre la délégation du gouvernement de République démocratique du Congo (RDC) pour reprendre les pourparlers de paix comme l'ont exigé la semaine dernière les chefs d'Etat des Grands Lacs. "Tous les membres de notre délégation sont ici" dans la capitale ougandaise, où une première phase de pourparlers lancée en décembre, avait été suspendue en mai sans réelle avancée, a affirmé à l'AFP le chef de la délégation du M23 René Abandi. "Nous attendons l'arrivée de la partie gouvernementale pour reprendre les pourparlers", a-t-il ajouté, "nous voulons ces négociations de paix et nous sommes prêts". Les chefs d'Etat de la Conférence internationale...
(KongoTimes 09/09/13)
Les chefs d'Etats de la CIRGL réunis en fin de week-end à Kampala, en Ouganda, lors de leur 7ième session extraordinaire consacrée à la guerre en Rdc ont fait injonction au gouvernement congolais et au M23 de reprendre le chemin des négociations à Kampala dans les trois jours, à compter du vendredi dernier. Le compteur commence aujourd'hui lundi et ils ont tout au plus deux semaines, 14 jours, pour boucler les pourparlers. A Kinshasa, le gouvernement a salué cette décision de la CIRGL et se dit à la respecter. Tandis que du côté de Bunangana, le M23 qui a les pieds dans l'eau et qui n'attendait qu'une telle injonction pour retourner à Kampala n'ayant plus d'autre choix après sa déroute...
(RFI 09/09/13)
C'est aujourd'hui, lundi 9 septembre, qu'expire l'ultimatum des chefs d'Etat de la conférence internationale des Grands Lacs pour la reprise des négociations entre les rebelles du M23 et le gouvernement congolais, sous médiation ougandaise. Les deux parties ont accepté de se rendre à Kampala, mais de nombreuses incertitudes persistent sur le déroulé de ces négociations. Le texte, signé la semaine dernière par les chefs d'Etats de la région donne quatorze jours aux deux parties pour parvenir à un accord. Et la pression de la communauté internationale s'est accrue ces dernières semaines. Que va-t-il se passer exactement ? Que peut-on attendre de ces discussions ? L'avion de la délégation congolaise, n'arrivera qu'en fin de journée, ce lundi 9 septembre, à Kampala...
( 09/09/13)
Les négociateurs du gouvernement congolais et des rebelles du M23 vont reprendre les pourparlers de paix ce lundi à Kampala. Les deux parties se retrouvent après plusieurs mois d'interruption des négociations et de violents combats entre les forces armées congolaises (Fardc) et les combattants du M23 près de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu dans l'est du pays.La médiation ougandaise doit présenter une proposition d’accord aux deux délégations, qui auront ensuite 14 jours maximum pour en discuter.Le chef des négociateurs de Kinshasa François Mwamba, a indiqué que la reprise des discussions était nécessaire mais elle ne signifiait pas la fin de l’action militaire contre les positions tenues par le M23. Selon d'après lui, une volonté affichée des chefs d'Etat de...
(Xinhua 09/09/13)
NAIROBI, (Xinhua) -- Le Forum africain de la révolution verte (AGRF) a appelé samedi à Nairobi à renforcer le soutien à la production agricole, avertissant que sinon la sécurité alimentaire sur le continent puiss être compromise. Les experts participant à l'AGRF dans la capitale kényane ont dit que la révolution verte ne pourrait être concrétisée sans le renforcement des financements de l'agriculture. "Nous ne serons en mesure de transformer l'agriculture en Afrique et de réduire l'insécurité alimentaire et la pauvreté que si les petits exploitants disposent de fonds nécessaires pour augmenter leur production agricole et développer leurs activités", a déclaré le coordinateur de l'AGRF Irungu Honghton dans un communiqué. Les experts notent que l'Afrique subsaharienne est l'une des régions les...
(AFP 08/09/13)
LA HAYE, 8 septembre 2013 (AFP) - La Cour pénale internationale, devant laquelle doit débuter mardi le procès du vice-président kényan William Ruto, a ouvert des enquêtes dans huit pays, tous africains, depuis son entrée en fonction en 2003. Cela lui vaut des critiques, notamment de l'Union africaine, qui l'accuse de mener "une sorte de chasse raciale". KENYA Trois Kényans, dont le président Uhuru Kenyatta et M. Ruto, sont poursuivis pour crimes contre l'humanité pendant les violences post-électorales de 2007-2008. Ils comparaissent libres et font l'objet de simples citations à comparaître. Le procès d'Uhuru Kenyatta doit s'ouvrir le 12 novembre. COTE D'IVOIRE Premier ex-chef d'Etat remis à la CPI, Laurent Gbagbo, écroué à La Haye le 30 novembre 2011, est...
(Xinhua 07/09/13)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Le budget alloué à l'Organisation Mondiale de la Santé pour l'Afrique (OMS/Afro) pour le prochain exercice biennal 2014-2015 s'élève à 1,12 milliard de USD, selon un rapport publié vendredi lors de la 63ème session du Comité régional. "L'assemblée mondiale de la santé a adopté l'ensemble du budget programme de l'OMS pour l'exercice biennal 2014-2015, qui s'élève à 3,977 millions de USD. La part allouée à la Région africaine est de 28% de l'enveloppe totale, soit 1.12 milliard de USD, ce qui représente une légère augmentation de 2,5% par rapport à l' allocation du budget initial au titre de la période biennale 2012- 2013", précise le rapport. La répartition de ce budget entre les programmes prioritaires montre un...
(Xinhua 07/09/13)
BRAZZAVILLE, 6 septembre (Xinhua) -- Le Fonds africain pour les urgences de santé publique (FAUSP) proposé par le directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé pour l'Afrique ( OMS/Afro), le Dr Luis Sambo, sera bientôt opérationnel, a appris Xinhua vendredi à la 63ème session du comité régional. Selon les indications du Dr Sambo, le manuel opérationnel du FAUSP a été examiné et approuvé lors d'une réunion du comité de suivi du Fonds qui s'est tenue en mai dernier à Brazzaville, capitale du Congo. Il a également déclaré que cinq pays ont déjà payé 1,7 million de USD au titre de leur contribution au FAUSP pour 2012 et 2013. Le Dr Sambo a exhorté tous les 47 Etats membres à...
(MAP 07/09/13)
Addis-Abeba, (MAP)- Une réunion africaine sur la promotion du secteur des services et du commerce en tant que moteur de croissance se tiendra, du 12 au 13 courant à Addis-Abeba, à l'initiative de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA). Le programme prévoit notamment la présentation des initiatives prises aux niveaux national et régional concernant ces filières, outre l'examen des moyens d'améliorer le soutien apporté par les partenaires au développement et les donateurs afin de répondre aux problèmes auxquels les pays africains font face. Les thématiques proposées au débat portent aussi sur le développement durable, la création d'emplois par le biais du secteur des services, les opportunités et enjeux de la libéralisation du commerce en Afrique. Parmi les...
(Le Potentiel Online 06/09/13)
Un haut fonctionnaire du ministère ougandais des Affaires étrangères a jeté le pavé dans la mare, en révélant que le conflit qui sévit dans les Grands Lacs est « un problème complexe qui remonte à l’époque coloniale ». Interprétation : l’Ouganda et le Rwanda, de même que leurs parrains anglo-saxons, ne désarment pas en ce qui concerne la révision du tracé des frontières héritées de la colonisation. Les pourparlers entre Kinshasa et le M23 à Kampala ne sont qu’un tralala destiné à cacher l’iceberg, à savoir, la balkanisation de la RDC. Agenda caché sur lequel se greffe, curieusement, la communauté internationale. Le sommet extraordinaire de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) s’est finalement ouvert hier jeudi...
(AgoraVox 06/09/13)
Le septième sommet des Pays des Grands-Lacs qui s’ouvrait jeudi 05 septembre à Kampala, en Ouganda, est entouré de mystères. Officiellement, les chefs d’Etat se réunissent pour régler la crise qui a dégénéré fin août en affrontements armés dans l’Est du Congo. Mais en y regardant de plus près, et en revenant sur les évènements de la semaine écoulée, à Goma, on finit par se demander ce que font ces chefs d’Etat à Kampala, et surtout eux. Car si déjà le lieu où se tient la conférence pose problème, la personnalité des participants en pose davantage. Pour mieux comprendre les mystères de ce sommet, il convient tout d’abord de rappeler le film des évènements autour de Goma. Le jeudi 22...
(Xinhua 06/09/13)
L'Ouganda a appelé jeudi le gouvernement de la RDC et les rebelles du M23 à reprendre les négociations afin de mettre un terme aux combats dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). "L'Ouganda continue à penser que la conclusion de ces négociations devrait arrêter les combats à court terme et apporter une contribution positive aux consultations nationales dans le pays", a indiqué le ministre ougandais des Affaires étrangères, Sam Kutesa, lors de l'ouverture d'une réunion des chefs de la diplomatie des pays des Grands Lacs sur la situation dans l'est de la RDC, jeudi à Kampala. "Le fait que nous nous réunissons aujourd'hui ici un mois après notre réunion à Nairobi montre la gravité et l'urgence de la...
(Xinhua 06/09/13)
Les dirigeants des pays de la région des Grands Lacs ont exigé jeudi que le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et le mouvement rebelle du M23 reprennent leurs négociations de paix d'ici trois jours et les concluent dans un délai de 14 jours. Ils ont indiqué qu'un échec des pourparlers risque de conduire à une action militaire contre les rebelles, selon un communiqué publié à l'issue du sommet d'urgence d'une journée des pays membres la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL), selon un communiqué lu par le ministre ougandais des Affaires étrangères Sam Kutesa. "Le dialogue doit reprendre pendant les trois jours suivant ce sommet extraordinaire et conclure dans un délai maximum de 14...
( 06/09/13)
Pr Elikia Mbokolo : « Négocier ? Oui juste pour une neutralisation du M23 ». Le conseil des ministres des Affaires étrangères et de la Défense de la CIRGL tenu à Kampala mercredi dernier avait déjà balisé la voie pour le septième Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat qui s’est tenu hier dans les faubourgs de la capitale ougandaise. La CIRGL renvoie le gouvernement congolais et le M23 à reprendre le chemin de Kampala, pour conclure les pourparlers. C’est donc la solution politique qui a prévalu alors qu’au pays profond, plus d’un est dubitatif à commencer par les populations martyrisées du Nord-Kivu. Et pour cause. Il n’y a que la force qui est le seul langage que les rebelles du M23...
(45enord 06/09/13)
Les chefs d’État de la région africaine des Grands Lacs réunis à Kampala, ont sommé que les rebelles du M23 de cesser «toute activité militaire» et de reprendre les négociations avec ses négociations avec la République démocratique du Congo (RDC) «dans les trois jours». Ces négociations, suspendues depuis mai, devront être «conclues dans une période maximum de 14 jours», dit le communiqué final du sommet, adopté par les 11 chefs d’Etat de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) ou leurs représentants réunis dans la capitale ougandaise. En outre, durant ces 14 jours, «les forces belligérantes sur le terrain sont exhortées à exercer le maximum de retenue pour que les pourparlers soient rapidement conclues», dit encore le...
( 06/09/13)
Pour leur part, réunis hier en Ouganda, les chefs d’Etat de la CIRGL exigent la reprise des pourparlers entre Kinshasa et le M23 dans trois jours. Intox? Manipulation? Essai de controverse? On peut s’interroger à l’infini sur certains échos en provenance de Kampala, en Ouganda. Certaines sources ont fait état d’une rencontre en aparté entre le président Joseph Kabila et son homologue rwandais Paul Kagame, avant la tenue du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Conférence internationale pour la région des Grands lacs. Voilà qui a entraîné, hier à Kinshasa, la réaction de la présidence de la République en RDC. Il n’y a jamais eu d’aparté entre les deux chefs d’Etat au point même de retarder le début du...

Pages