Jeudi 23 Novembre 2017

L’agenda très électoral du pipeline ougando-tanzanien

L’agenda très électoral du pipeline ougando-tanzanien
(Le Monde 14/11/17)
Au centre, le président ougandais Yoweri Museveni avec un représentant du président tanzanien John Magufuli et Irene Muloni, ministre ougandaise de l’énergie, le 11 novembre 2017. Crédits : Gaël Grilho

Yoweri Museveni a officiellement ouvert le chantier de l’oléoduc qui doit être livré en 2020, un an avant la présidentielle. Mais les défis techniques sont légion. C’est au milieu de nulle part, un peu à l’extérieur du petit village de Kabaale, dans la région de Hoima, au centre de l’Ouganda, qu’a été organisée la cérémonie. Samedi 11 novembre a été posée la première pierre du pipeline qui devra transporter le pétrole brut ougandais jusqu’au port tanzanien de Tanga à partir de la fin 2020.

Dans quelques années devraient cohabiter ici, au pied de ces collines arborées, un aéroport international, une raffinerie destinée au marché intérieur et, surtout, le point de départ de l’oléoduc devant transporter les 200 000 barils de brut extraits quotidiennement du lac Albert vers les rives de l’océan Indien. Un projet de 3,5 milliards de dollars, financé par le consortium d’exploitants Total, CNOOC et Tullow Oil.

Le président Museveni, entouré de ses ministres et de nombreux officiels ougandais et tanzaniens, ainsi que de représentants de plusieurs compagnies pétrolières ont foulé le tapis rouge qui menait à la plaque scellant l’accord entre les deux pays. La finalisation du pipeline et les débuts de la production sont prévus pour 2020. Une date qui tombe à pic, la présidentielle ayant lieu un an plus tard en Ouganda. Or le président Museveni a promis de faire passer le pays au rang d’économie « à revenus intermédiaires » à cette échéance, et l’exploitation du pétrole devrait être la clef de voûte de cette ambition.

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/13/l-agenda-tres-electoral...

Commentaires facebook