Lundi 29 Mai 2017

La présidente de la CPI en Ouganda avec le Fonds au profit des victimes

La présidente de la CPI en Ouganda avec le Fonds au profit des victimes
(RFI 02/03/17)
Mama Koité Doumbia (d) et Pieter de Baan du Fonds au profit des victimes, le 1er mars 2017 à Kampala. © Photo RFI/Gaël Grilhot

La présidente de la CPI, Silvia Fernández de Gurmendi, a conclu mercredi 1er mars sa visite en Ouganda avec une rencontre avec le président Museveni. Elle a plus tôt effectué un voyage dans le nord du pays pour rencontrer les victimes de la LRA et prendre connaissance sur le terrain des actions du Fonds au profit des victimes de la CPI. Elle est d'ailleurs en Ouganda sur invitation de ce dernier. Le Fonds est indépendant, mais associé à la Cour pénale internationale et a été créé en application du statut de Rome de 2002. Son objectif : travailler auprès des victimes et des familles de victimes, des crimes relevant de la compétence de la CPI. Le Fonds est aujourd'hui présent en RDC et en Ouganda à travers des programmes de santé, de réintégration et de formations.

La LRA n'est plus active dans le nord de l'Ouganda depuis 10 ans et un grand nombre d'ONG ont quitté la région. Pourtant, le Fonds au profit des victimes insiste sur la nécessité de travailler auprès de ces populations.

« Vous devez imaginer que le traumatisme psychologique qui affecte une grande part de la population dans le nord de l'Ouganda n'est pas quelque chose qui disparaît en quelques années. Cela reste. Et c'est l'un des problèmes les plus difficiles à aborder. Donc nous avons constaté qu'il y a encore énormément de travail à faire », explique Pieter de Baan, le directeur exécutif du Fonds.

En tout, ce sont plus de 100 000 victimes en Ouganda et en RDC, soutenues directement par le Fonds. Un budget de plus de 20 millions d'euros. Pourtant, Mama Koïté Doumbia, membre du conseil de l'organisation, n'est pas satisfaite de la contribution faite par les pays d'Afrique.

Commentaires facebook