Samedi 22 Juillet 2017

Dans le monde

(AFP)

La campagne des élections générales du 23 août a officiellement débuté samedi en Angola avec un grand meeting de l'Unita, le principal parti d'opposition, un scrutin qui doit marquer la fin du règne du président Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 38 ans.

"Je déclare ouverte la campagne électorale (...). Les partis peuvent commencer leurs activités dans le respect de la loi", a déclaré samedi Andre da Silva Neto, le président de la commission nationale électorale.

(AFP)

La ligue des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, que l'ONU qualifie de milice, s'est livrée samedi à une "démonstration de force" lors de sa première grande manifestation dans la capitale Bujumbura.

Des milliers de jeunes "Imbonerakure" ("Ceux qui voient de loin" en kirundi) ont sillonné les rues de Bujumbura en marchant ou en courant au rythme de chansons à la gloire du président Pierre Nkurunziza que déversaient des hauts-parleurs montés sur des camionnettes.

Des habitants de Bujumbura interrogés par l'AFP ont évalué leur nombre entre 5.000 et 10.000.

(AFP)

Soixante-dix villageois afghans ont été enlevés vendredi dans leur village, le long de la principale autoroute du sud du pays, et au moins sept exécutés, a annoncé le chef de la police provinciale de Kandahar, qui a accusé les talibans.

Une trentaine de villageois ont été relâchés, mais au moins trente autres manquent à l'appel samedi soir, a indiqué à l'AFP le général Abdul Raziq, puissant chef de la police provinciale.

(AFP)

Le président Donald Trump a inauguré samedi le USS Gerald Ford, onzième porte-avions de la flotte américaine et premier d'une nouvelle génération à propulsion nucléaire.

"L'acier américain et des mains américaines ont fabriqué un message de 100.000 tonnes au reste du monde: la puissance américaine ne connaît pas d'égale", a déclaré le commandant en chef à bord du navire, dans l'immense base navale de Norfolk.

(AFP)

Le président américain Donald Trump a accusé samedi le New York Times d'avoir fait échoué une tentative des Etats-Unis de tuer le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi.

"Le défaillant New York Times a déjoué la tentative des États-Unis pour tuer le terroriste le plus recherché, Al-Baghdadi", a tweeté le président américain, y voyant un exemple de "leur agenda malsain en matière de sécurité nationale", sans donner plus d'explication.

(AFP)

Le chef de l'ONG Care International a estimé samedi que la crise humanitaire au Yémen, un pays pauvre déchiré par la guerre et frappé par une épidémie de choléra, est "une honte pour l'humanité".

"Nous sommes au XXIe siècle et la situation actuelle est une honte indéniable pour l'humanité", a affirmé Wolfgang Jamann lors d'une conférence de presse à Sanaa, au terme d'une mission de cinq jours au Yémen.

(AFP)

Péniblement, les silhouettes gravissent la colline dans un vent de poussière, jusqu'aux écailles de pierre sous lesquelles reposent leurs proches. Le 23 juillet 2016, le groupe Etat islamique revendiquait son premier carnage au cœur de Kaboul contre la minorité chiite hazara d'Afghanistan.

(AFP)

Le cordonnier et sa femme institutrice, retrouvés momifiés dans un glacier du sud de la Suisse, 75 ans après leur disparition au cours d'un orage, ont été inhumés samedi près de leur village natal, en présence de leurs deux filles survivantes.

La cérémonie s'est déroulée dans l'église de Savièse (canton du Valais), à quelques kilomètres de Chandolin d'où étaient originaires Marcelin Dumoulin, 40 ans, et son épouse Francine, 37 ans, au moment de leur disparition tragique le 15 août 1942, alors qu'ils allaient visiter un alpage dans le canton voisin de Berne.

(AFP)

Un cessez-le-feu est entré en vigueur samedi dans la Ghouta orientale, enclave rebelle proche de Damas, après l'annonce par la Russie, alliée du régime de Bachar al-Assad, d'un accord sur les modalités d'application de la trêve.

La Ghouta orientale est l'un des derniers fiefs de la rébellion contre le régime Assad. Plusieurs de ses localités et villages ont été assiégés et ravagés par les bombardements depuis le début en 2011 du conflit en Syrie.

(AFP)

L'Italie hausse le ton face à plusieurs de ses voisins de l'Est qui lui réclament de stopper l'arrivée de migrants sur son sol, Rome faisant de plus en plus pression sur l'Europe pour qu'elle prenne une juste part dans la gestion de la crise migratoire.

La riposte, cinglante, est venue vendredi du chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, qui a dit n'accepter "ni les leçons et encore moins les paroles menaçantes" de certains de ses voisins en matière de politique migratoire.

(AFP)

Azra Basic fut surnommée "la maîtresse de la vie et de la mort". Dans un tribunal de Sarajevo qui la juge pour crimes de guerre, elle n'est qu'une petite femme de 58 ans au regard perdu.

Elles sont une dizaine comme Azra Basic, inculpées ou condamnées pour des crimes lors du conflit intercommunautaire bosnien qui a tué environ 100.000 personnes entre 1992 et 1995. Plusieurs centaines d'hommes ont été condamnés.

(AFP)

Le Parlement philippin a prolongé samedi jusqu'à fin 2017 la loi martiale dans le sud du pays afin de contrer un soulèvement islamiste, malgré le risque d'une dérive autoritaire crainte par des opposants.

Les parlementaires des deux chambres, réunis en Congrès, ont répondu de manière favorable à un appel du président Rodrigo Duterte pour une prolongation de la loi martiale dans la région de Mindanao afin de lutter contre des islamistes armés occupant des zones du sud du pays depuis deux mois.

(AFP)

L'île grecque de Kos tentait samedi de commencer à reprendre une vie plus normale après le puissant séisme qui l'a frappée dans la nuit de jeudi à vendredi et qui a aussi touché la station balnéaire turque de Bodrum.

Survenant en pleine saison touristique dans la nuit alors que les rues étaient encore très animées, la secousse sous-marine d'une magnitude de 6 à 6,7 a fait deux morts et près de 480 blessés, 120 à Kos et près de 360 à Bodrum.

(AFP)

Les autorités russes ont conclu un accord avec des rebelles syriens lors de discussions de paix au Caire sur la sécurisation de l'enclave de la Ghouta orientale en Syrie, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense.

"Des accords ont été signés sur l'application d'une zone de +désescalade+ dans l'enclave de la Ghouta orientale" près de Damas en Syrie, a déclaré le ministère dans un communiqué. Ces accords sont le résultat de discussions tenues au Caire entre des responsables russes et des opposants modérés, a précisé le ministère.

(AFP)

Le Qatar a appelé à un dialogue sous conditions avec l'Arabie saoudite et ses alliés sans toutefois accéder à leurs demandes pour une sortie de crise, les Emirats ne voyant aucun changement dans la position de Doha.

L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a fait son offre de dialogue vendredi dans un discours télévisé, le premier depuis le début de la crise il y a un mois et demi.

(AFP)

Les bombes continuent de tomber périodiquement dans l'est de l'Ukraine, théâtre depuis plus de trois ans d'un sanglant conflit entre forces de Kiev et séparatistes prorusses, mais Natalia Gourova mène, elle, un tout autre combat.

Cette militante associative est en charge d'un programme de distribution de seringues propres et de préservatifs aux toxicomanes et aux travailleuses du sexe dans sa ville natale de Lougansk, l'un des bastions des rebelles dans l'Est du pays.

(AFP)

Avoir passé des années dans les geôles libyennes et encaissé deux condamnations à mort n'a pas brisé l'infirmière bulgare Valentina Siropolou. Elle savoure sa liberté retrouvée il y a dix ans, au terme d'une rocambolesque saga diplomatico-judiciaire.

"Mon quotidien actif m'a fait oublier les sévices. J'ai appris à mieux apprécier la santé, la liberté, la famille", dit cette brune délicate de 58 ans au regard juvénile.

(AFP)

"C'est le balcon où était de Gaulle ?" Une famille de Français, en tenue estivale et appareil photo en main, interroge ses voisins avant d'immortaliser l'imposant balcon au centre de la façade de l'hôtel de ville de Montréal.

C'est depuis ce haut balcon de pierre grise à six colonnes frontales qu'il y a tout juste 50 ans, Charles de Gaulle, alors président de la République française, clamait "Vive le Québec libre!" devant l'enthousiasme de 15.000 Québécois rêvant d'indépendance.

(AFP)

Quelque 6.000 spécialistes du sida se réunissent à Paris à partir de dimanche pour faire le point sur les avancées de la recherche, qui explore des voies indirectes pour lutter contre le virus, en attendant de parvenir à l'éradiquer ou à trouver un vaccin.

Trente-quatre ans après la découverte du virus du VIH, les chercheurs butent toujours sur sa capacité à se dissimuler dans certaines cellules du système immunitaire, formant des réservoirs viraux qui se réactivent si on arrête le traitement.

(AFP)

Un bombardement américain contre des talibans a tué vendredi seize policiers afghans, visés par erreur dans le Helmand (sud) au cours d'une opération contre les insurgés, toujours en cours samedi, dernière bavure en date qui alimente la rancoeur contre les forces étrangères.

La frappe aérienne, attestée dès vendredi soir par le siège des forces américaines à Kaboul, s'est produite "vers 17H00: seize policiers afghans ont été tués dont deux commandants, deux autres ont été blessés", a indiqué samedi à l'AFP le porte-parole de la police du Helmand, Salam Afghan.

(AFP)

Lula a une obsession: redevenir président du Brésil en 2018, un retour compromis tant le chemin jusqu'au palais présidentiel est semé d'embûches pour l'icône de la gauche qui a subi cette semaine une série de revers.

A 71 ans, Luiz Inacio Lula da Silva, ex-président du plus grand pays latino-américain (2003-2010) qui jouit toujours d'une forte popularité mais est tout aussi détesté, est pris dans un labyrinthe qui pourrait le conduire à la case prison.

(AFP)

A seulement 34 ans, Sarah Huckabee Sanders est devenue vendredi la nouvelle porte-parole de la Maison Blanche, un poste très exposé, où sa combativité sera mise à l'épreuve chaque jour.

Les Américains ont découvert l'accent du Sud de cette grande femme brune, née dans la petite ville de Hope (espoir, en anglais), dès les débuts de l'administration de Donald Trump, en tant qu'adjointe du porte-parole Sean Spicer, qu'elle remplace après qu'il a remis sa démission vendredi.

(AFP)

La chef de la police de Minneapolis a démissionné vendredi, six jours après la mort d'une Australienne tuée dans cette ville par un agent de police après avoir appelé les services d'urgence.

Justine Damond, professeur de yoga et de méditation âgée de 40 ans, avait été abattue le 15 juillet au soir par l'un des deux policiers intervenus après son appel au service d'urgence américain 911 pour signaler une possible agression dans une ruelle près de chez elle, à Minneapolis.

(AFP)

La Maison Blanche a accentué vendredi la pression sur l'Iran, exhortant Téhéran à renvoyer rapidement aux Etats-Unis des Américains détenus par la République islamique.

"Le président (Donald) Trump est prêt à infliger de nouvelles et sérieuses conséquences à l'Iran à moins que tous les citoyens Américains injustement emprisonnés ne soient libérés et rendus", a écrit l'exécutif américain dans un communiqué.

(AFP)

Des milliers de salariés de Portugal Telecom ont participé vendredi à une journée de grève et manifesté à Lisbonne pour protester contre des transferts de postes vers d'autres entités du groupe français Altice, qui a repris l'opérateur historique portugais fin 2014.

Le taux d'adhésion à la grève a été chiffré à 70% des 9.500 salariés par un dirigeant syndical, alors que la direction du groupe l'a évalué à seulement 19%, affirmant que "tous les services aux clients ont été assurés".

(AFP)

L'émir du Qatar a prôné vendredi le dialogue avec l'Arabie saoudite et ses alliés, qui ont rompu avec son pays, mais a posé des conditions pour un règlement de la grave crise qui secoue le Golfe depuis un mois et demi.

"Nous sommes ouverts au dialogue pour régler les problèmes en suspens", a déclaré cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani dans un discours télévisé, le premier depuis le début de la crise le 5 juin.

(AFP)

Le président du Conseil européen Donald Tusk a regretté vendredi le "niveau déplorable" de la coopération entre Bruxelles et Varsovie sur les réformes controversées du système judiciaire en Pologne, dénonçant le manque de volonté des responsables polonais, dans une interview télévisée.

(AFP)

Le ministre américain de la Défense, James Mattis, a estimé vendredi que le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, était "en vie".

"Je pense que Baghdadi est vivant, et je penserai autre chose quand nous saurons que nous l'avons tué", a déclaré James Mattis à des reporters, ajoutant: "nous essayons de l'avoir et nous partons du principe qu'il est vivant".

(AFP)

Drapeaux polonais en main, icône de la Sainte Vierge sur la poitrine, une poignée de militants sont là pour soutenir la réforme de la justice menée par les conservateurs en dépit des manifestations de rue et des mises en garde de l'UE.

Devant le siège du parlement, ils sont beaucoup moins nombreux que les manifestants d'opposition qui crient à la "journée noire pour la démocratie", au "coup d'Etat" et à la "fin de l'indépendance de la justice", subordonnée à l'exécutif.

(AFP)

Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé vendredi un "gel des contacts" avec Israël tant que les nouvelles mesures de sécurité mises en place par l'Etat hébreu autour de l'esplanade des Mosquées ne seraient pas annulées.

M. Abbas s'exprimait devant des journalistes à l'issue d'une journée d'affrontements entre manifestants palestiniens et forces israéliennes qui ont fait au moins trois morts et des centaines de blessés à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée.

(AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré vendredi sur un ton de défi que son pays ne plierait pas face à l'Allemagne, qui a durci sa politique à son égard après l'arrestation de militants de droits de l'Homme à Istanbul.

La brouille entre les deux pays a pris une tournure d'une rare gravité après que Berlin a décidé, jeudi, de jouer la carte de l'économie pour mettre la pression sur Ankara, suscitant l'ire des dirigeants turcs.

(AFP)

Le président russe Vladimir Poutine a confié vendredi qu'il se sentait une "personne ordinaire" qui aime lire des romans historiques et écouter du Mozart, mais qui a un travail "pas comme les autres".

"Vous savez, je me considère comme une personne ordinaire", a déclaré M. Poutine, lors d'une séance de questions-réponses avec de jeunes Russes âgés de 10 à 17 ans, diffusé en direct par la chaîne de télévision NTV.

(AFP)

Le Hezbollah libanais, puissant parti armé et allié du régime syrien, a annoncé vendredi avoir lancé une opération contre des "terroristes armés" des deux côtés de la frontière entre la Syrie et le Liban.

Le mouvement chiite a annoncé à l'aube, via sa chaîne de télévision Al-Manar et les réseaux sociaux, "le début d'une opération militaire pour purger Jouroud Aarsal et Qalamoune des terroristes armés".

(AFP)

Le gouvernement espagnol a menacé vendredi de restreindre des lignes de crédit qu'il accorde à la Catalogne si elle engage des dépenses pour organiser en octobre un référendum d'autodétermination interdit par la justice.

"Pas un euro des Catalans ne servira pour un référendum illégal qui est souhaité par une poignée de personnes", a annoncé le porte-parole du gouvernement Inigo Mendez de Vigo lors d'une conférence de presse postérieure au Conseil des ministres.

(AFP)

L'ONG Global Witness estime que la République démocratique du Congo (RDC), pays pauvre mais riche en cuivre et colbalt, a perdu 750 millions de dollars de recettes fiscales entre 2013 et 2015 en raison de "la corruption" dans le secteur des mines.

"La conjugaison délétère de la corruption et d'une mauvaise gestion de la part des administrations fiscales et des entreprises minières publiques de République démocratique du Congo détourne un cinquième des recettes minières du budget de l'État", affirme l'ONG basée à Londres dans son rapport.