Mardi 23 Janvier 2018
(AFP 23/01/18)
Dans une tribune lapidaire, l'ex-président du Nigeria Olusegun Obasanjo a demandé mardi à Muhammadu Buhari de se "reposer" et de ne pas se représenter pour un second mandat en 2019, tout en proposant la création d'un nouveau mouvement politique. Citant tour à tour "les pauvres performances" du président Buhari, depuis son arrivée au pouvoir en 2015, "pauvreté, insécurité, mauvaise gestion économique, népotisme...", Olusegun Obasanjo, qui a dirigé le Nigeria de 1999 à 2007 et garde un poids important dans la scène politique locale, appelle le président actuel à "considérer le repos", dans une tribune publiée par plusieurs journaux.
(Xinhua 22/01/18)
La police nigériane a secouru samedi quatre ressortissants américains et canadiens enlevés mercredi dernier par des hommes armés dans l'Etat de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria. Abba Kyari, responsable de la police anti-kidnapping, a affirmé que les victimes, deux Américains et deux Canadiens, avaient été remis à l'ambassade des Etats-Unis à Abuja. Au cours de l'opération de sauvetage, la police a arrêté deux ravisseurs présumés et cherche d'autres membres de la bande. Les quatre victimes avaient été enlevées par des hommes armés non identifiés sur la route entre Kaduna et Abuja. Les deux policiers qui les escortaient avaient été tués par les ravisseurs au cours d'un échange de tirs. Les ravisseurs procèdent régulièrement à des enlèvements sur la route...
(Agence Ecofin 19/01/18)
Le Président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré ce jeudi qu’il n’était pas sûr d’être de nouveau candidat lors des futures élections présidentielles qui se tiendront le 16 février 2019 dans le pays, rapporte Reuters. Muhammadu Buhari, âgé de 75 ans, s’est justifié en expliquant que ce choix était personnel mais aussi pour les Nigérians. Elu en 2015, le Président nigérian est confronté depuis lors à des soucis de santé. De sorte qu’en l’espace de deux ans, il s’est absenté quatre...
(RFI 18/01/18)
Ni le Nigeria ni le Cameroun ne l'ont confirmé officiellement, mais dix militants séparatistes camerounais ont bien été arrêtés le 5 janvier dernier à Abuja. Tous font partie de l'auto-proclamée République d'Ambazonie, et réclament donc l'indépendance des deux régions à majorité anglophone de l'ouest du Cameroun. Les autorités de Yaoundé ont demandé l'extradition de ces militants, mais pour l'instant, ils se trouvent toujours au Nigeria. Les discussions se déroulent au plus haut niveau. Les présidences nigériane et camerounaise sont en...
(APA 17/01/18)
APA - Lagos (Nigeria) - Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a appelé son homologue gambien, Adama Barrow, à garantir la bonne marche de la démocratie dans son pays, en veillant notamment à chaque fois que de besoin à la tenue des élections libres et équitables. S’exprimant, mardi à Abuja, lors de la visite de son homologue gambien, M. Buhari a affirmé que si les pays africains pouvaient faire fonctionner correctement les structures institutionnelles de la démocratie, le continent s’engagerait avec...
(AFP 13/01/18)
Dix leaders séparatistes anglophones arrêtés il y a une semaine au Nigeria s'exposent à "un procès inéquitable" et à "la torture" s'ils sont extradés vers le Cameroun comme le souhaite Yaoundé, s'est inquiétée vendredi Amnesty International. "Dix dirigeants du mouvement indépendantiste dans les régions anglophones du Cameroun pourraient être menacés de torture et (s'exposer à un) procès inéquitable s'ils sont extradés du Nigeria", a prévenu l'ONG de défense des droits de l'Homme dans un communiqué. "Des avocats des droits de...
(AFP 12/01/18)
Le cerveau présumé d'un groupe criminel qui avait enlevé en octobre 2017 quatre Britanniques dans le sud pétrolier du Nigeria a été abattu lors d'une fusillade avec des militaires, a annoncé vendredi l'armée nigériane dans un communiqué. Quatre Britanniques, dont deux appartenant à une organisation caritative chrétienne, avaient été capturés le 13 octobre 2017 près de Warri, dans l'État du Delta, où ils étaient engagés dans des actions humanitaires depuis trois ans. L'un d'eux, Ian Squire, avait été tué lors...
(AFP 11/01/18)
Un avocat représentant plusieurs séparatistes anglophones camerounais a assuré jeudi qu'ils avaient été arrêtés par les services de renseignement nigérians et qu'ils étaient détenus dans ce pays. Sisiku Ayuk Tabe, président du mouvement séparatiste anglophone au Cameroun, ainsi que neuf de ses partisans, ont été arrêtés pendant une réunion la semaine précédente dans la capitale nigériane, Abuja, selon l'avocat, Femi Falana. "Des agents du Service de la sécurité d'État ont fait irruption dans l'établissement, se sont emparé de nos clients et les ont emmené vers une destination inconnue", a assuré Femi Falana. Un responsable des services de renseignement nigérians a démenti dimanche cette affirmation...
(Le Monde 09/01/18)
Il est une question qui taraude les militaires chinois en ce moment : comment sécuriser les nouvelles routes de la soie ? Leur ambitieux programme de financement et de construction d’infrastructures traverse en effet les zones les plus dangereuses de la planète, notamment en Afrique. Le gouvernement chinois multiplie donc les colloques, conférences et autres consultations plus ou moins discrètes afin d’avoir une vision plus claire des embûches que ses entreprises et expatriés pourraient rencontrer. Du 5 au 8 janvier,...
(AFP 08/01/18)
Un responsable des services de renseignement nigérians a démenti dimanche avoir arrêté des séparatistes camerounais à Abuja après qu'un mouvement séparatiste eut affirmé que ses principaux dirigeants avaient été "enlevés par des hommes armés". Sisiku Ayuk Tabe, président du mouvement séparatiste anglophone au Cameroun, a été arrêté pendant une réunion vendredi 5 janvier dans la capitale nigériane, Abuja, selon un communiqué des séparatistes. "Vers 19H30, les hommes armés sont venus dans un hôtel et les ont tous enlevés, y compris le président," a déclaré Chris Anu...
(La Tribune 08/01/18)
Une nouvelle escalade dans la crise anglophone au Cameroun ? L’autoproclamé « gouvernement intérimaire de la République fédérale d'Ambazonie » parle de « kidnapping ». Dans un silence interrogateur, le Palais d’Etoudi n’a pas encore confirmé l’information. Sisiku Julius Ayuk Tabe, le président autoproclamé de l’Ambazonie aurait été arrêté au Nigéria avec des membres de son « gouvernement ». La crise entamée depuis novembre 2016 pourrait connaître un regain de tension. Les partisans du leader séparatiste n'ont laissé aucune ambigüité...
(AFP 03/01/18)
Un attentat, attribué au groupe jihadiste Boko Haram, dans une mosquée à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun a fait au moins 14 morts mercredi matin, a-t-on appris de sources sécuritaires concordantes. Un homme s'est fait exploser peu avant la première prière du matin au milieu des fidèles musulmans dans une mosquée de Gamboru (Etat du Borno), selon des membres des milices civiles. "Pour l'instant 14 corps ont été sortis des décombres de la mosquée, dans le quartier d'Unguwar Abuja, qui a été totalement détruite par l'explosion", a rapporté Umar Kachalla, qui combat Boko Haram...
(Jeune Afrique 02/01/18)
Forcées de fuir leur village face aux attaques de Boko Haram dans l’Extrême-Nord du Cameroun, les populations se retrouvent souvent sans papiers, détruits ou perdus en quittant leur foyer. Sans moyen de justifier leur identité, ils risquent l’apatridie. Reportage au camp de déplacés internes de Zamaï. « Je viens de Amchidé, au Cameroun (à trois kilomètres de la frontière nigériane) mais comme je n’ai pas de papiers d’identité, mon pays ne me reconnaît pas. Je suis exclue. On nous a...
(APA 23/12/17)
APA-Monrovia (Libéria) - L’ancien président nigérian Goodluck Ebele Jonathan, est à la tête d’une mission d’observateurs électoraux envoyée par l’Institut national démocrate des Etats-Unis (NDI) pour le second tour de l’élection présidentielle libérienne du 26 décembre. Le second tour de scrutin mettra aux prises Joseph Nyumah Boakai, candidat au Parti de l’unité (au pouvoir) et le candidat de la Coalition pour le changement démocratique (CDC), George Weah. La délégation du NDI comprend 35 leaders politiques et civiques, des experts électoraux...
(AFP 21/12/17)
Dix membres d'équipage, dont les nationalités n'ont pas été dévoilées, ont été kidnappés au large des côtes du sud-est du Nigeria, par des pirates des mers, a révélé jeudi le Bureau Maritime International (IMB). "Le 14 décembre 2017, à 32 miles nautique au sud de Brass (Etat de Bayelsa, coeur pétrolier du pays), un cargo porte-container a été attaqué et pris d'assaut par six pirates arrivés sur un petit bateau", a rapporté BMI. "Dix membres de l'équipage sont toujours portés disparus", note l'agence de sécurité internationale. Selon Sea Guardian, une agence privée de surveillance des routes maritimes, "cette année seulement 56 marins (sans compter les 10 dernières victimes) ont été enlevés au large du Delta du Niger".
(AFP 20/12/17)
Plusieurs gouverneurs nigérians se sont opposés au projet du gouvernement d'octroyer un milliard de dollars supplémentaires, générés par les fonds d'excédents pétroliers, pour aider à la lutte contre le groupe jihadiste Boko Haram, dans le nord-est du pays, générant la controverse. La semaine dernière, le gouverneur de l'Etat d'Edo (sud), Godwin Obaseki - affilié au parti au pouvoir, All Progressives Congress (APC) - a annoncé que le gouvernement fédéral avait reçu l'aval des gouverneurs pour réserver un milliard de dollars dans l'effort de guerre contre Boko Haram, sur les 2,3 milliards disponibles sur les comptes d'excès pétroliers (Excess Crude Account, ECA).
(APA 19/12/17)
APA-Rabat (Maroc) - Le Togo, la Côte d'Ivoire, le Ghana, la Guinée et le Nigéria ont été désignés lors du 52e sommet de la CEDEAO, qui s'est tenu le 16 et 17 décembre à Abuja, pour former un comité chargé de travailler sur la demande d'adhésion du Maroc. « Le sommet a mis en place un comité composé des présidents togolais, ivoirien, ghanéen, guinéen et nigérian pour adopter les termes de références et superviser l’étude approfondie des implications de cette...
(RFI 16/12/17)
Le 52e sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) se tient à Abuja, au Nigeria, ce samedi 16 décembre. En juin dernier, les chefs d’Etat avaient donné leur accord de principe pour l'adhésion du Maroc comme nouvel Etat membre. Ils devaient lors de ce sommet prendre une décision définitive. Mais l'organisation se donne finalement encore un peu de temps. Seuls les résultats de l'étude d’impact seront présentés aux chefs d'Etat et la décision en elle-même sera prise ultérieurement,...
(AFP 14/12/17)
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) va consacrer un sommet extraordinaire début 2018 à la confirmation de l'adhésion du Maroc, a indiqué jeudi un haut responsable gouvernemental à Rabat. "Après concertation avec le Maroc et discussions avec les Etats membres ces derniers jours, on s’oriente vers un sommet extraordinaire en début d'année prochaine, exclusivement consacré à la question", a indiqué à l'AFP ce responsable marocain qui a requis l'anonymat. Il n'a pas été possible d'obtenir des informations à ce sujet à Abuja, où les travaux préparatoires du sommet ont commencé cette semaine.
(AFP 14/12/17)
Les troupes engagées dans la lutte contre Boko Haram dans le nord-est du Nigeria ont reçu jeudi consigne de se tenir "en état d'alerte" après l'attaque d'un poste de l'armée, qui a permis aux jihadistes d'emporter plusieurs véhicules militaires. Un message de la hiérarchie envoyé à toutes les bases de la région et que l'AFP a pu consulter a demandé à "toutes les unités et troupes de rester en état d'alerte et de ne pas se faire prendre au dépourvu". "L'évaluation initiale suggère que 2 VBL (véhicules blindés) et 2 Hilux (pick-up) sont manquants" après la tentative d'assaut mené par les insurgés sur un poste militaire du village de Mainok...

Pages