Lundi 23 Avril 2018
( 20/02/13)
Quinze. Cela fait maintenant 15 ressortissants français retenus comme otages en Afrique : la liste s’est allongée hier de 7 nouveaux venus, enlevés aux confins de la frontière Cameroun/Nigeria. Fait inédit, les captifs sont d’une même famille, soit 3 adultes et 4 enfants (deux filles et deux garçons) qui, selon toute vraisemblance, revenaient du parc naturel de Waza dans l’extrême nord du Cameroun. Chose inédite également, c’est la première fois que des Français sont la cible de ravisseurs en territoire camerounais. C’est en réalité un rapt prévisible, même si personne ne savait où les preneurs d’otages frapperaient. Depuis l’intervention militaire française au Nord-Mali il y a un bon mois, où elle pourchasse les narco-salafistes qui avaient fait main basse sur...
(Le Parisien 20/02/13)
La secte Boko Haram, suspectée d’avoir enlevé les touristes français, s’est construite en quelques années un des palmarès les plus effrayants sur le continent africain. Elle est à ce jour responsable de plusieurs milliers de morts. Ce n’était au début des années 2000 qu’un groupuscule fondé, dans le nord du Nigeria, par Ustaz Mohammed Yusuf, un obscur prédicateur salafiste formé en Arabie saoudite. Boko Haram (qui signifie « l’éducation occidentale est un péché ») rejette l’Occident, la modernité et réclame l’application intégrale de la charia. Après avoir en partie instrumentalisé la secte, puis férocement réprimé (Yusuf est mort assassiné), le pouvoir nigérian a, de l’avis de la plupart des observateurs, poussé à une radicalisation de Boko Haram qui a basculé...
(22 Septembre 20/02/13)
Sept touristes français ont été enlevés mardi dans l'extrême-nord du Cameroun. Ils ont été emmenés au Nigeria voisin. Les adultes auraient été séparé des enfants, âgés de 5 à 12 ans. Les sept touristes français, dont quatre enfants, enlevés mardi dans l'extrême-nord du Cameroun ont été emmenés au Nigeria voisin. "Les ravisseurs [des Français] ont traversé la frontière du Nigeria avec leurs otages", a affirmé dans la soirée le ministère camerounais des Affaires étrangères dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'Etat, la Cameroon Radio-Television (Crtv) Cet enlèvement a eu lieu trois jours après celui de sept employés étrangers d'une société de construction libanaise dans le nord du Nigeria, revendiqué par une faction de Boko Haram, le...

Pages