| Africatime
Mardi 25 Avril 2017
(Jeune Afrique 19/04/17)
Selon une étude du cabinet Morgan Philips, les deux locomotives économiques de l'Afrique de l'Ouest sont sans surprise les deux pays de la région où les fonctions commerciales sont les mieux rétribuées. Représentant à elle seule plus de 16 % de la richesse produite sur le continent en 2016, l’économie nigériane est de loin la plus rémunératrice en Afrique de l’Ouest. Selon l’étude du cabinet Morgan Philips datée de décembre 2016 et portant sur les métiers du commerce, un directeur commercial perçoit au Nigeria un salaire mensuel moyen de 8 614 euros net, soit près du double de son homologue ivoirien (2 966 667 francs CFA, soit 4 509 euros) pourtant deuxième dans le classement de ce spécialiste du recrutement...
(RFI 19/04/17)
Après six semaines de fermeture pour réhabiliter la piste d'atterrissage, l'aéroport de la capitale du Nigeria, Abuja, a rouvert mardi 18 avril, avec un jour d'avance sur le calendrier officiel. Le revêtement de la piste, des voies de taxi et du tarmac ont subi d'importantes réparations. Le terminal a également été rénové pour pouvoir accueillir des voyageurs handicapés, avec notamment l'installation d'ascenseurs dans la zone des départs. Les autorités aéroportuaires du Nigeria retrouvent le sourire. Et la compagnie du rail nigériane est satisfaite : elle a prouvé durant ces six semaines sans vol civil au-dessus de la capitale fédérale que la ligne Abuja-Kaduna est fiable et sûre. Hadi Sarika avait fait une promesse : démissionner si les travaux dépassaient le...
(Agence Ecofin 19/04/17)
Ciments d'Afrique (Cimaf) Cameroun, filiale du marocain Addoha, vient de rendre publique l’annonce selon laquelle, elle va tripler sa capacité de production actuelle de 500 000 tonnes à 1,5 million de tonnes de ciment par an à l’horizon 2018. Cette décision, indique la filiale camerounaise, intervient dans un contexte de croissance du marché camerounais de ciment et une forte demande des utilisateurs des produits Cimaf. « Au terme de cette extension, Cimaf Cameroun compte consolider sa position d’acteur majeur sur le marché local et sous-régional », lit-on dans l’annonce. L’entreprise affirme que les retombées de cette extension sur l’économie camerounaise seront importantes.
(AFP 18/04/17)
L'aéroport de la capitale du Nigeria, Abuja, a rouvert mardi, après six semaines de fermeture pour réhabiliter la piste d'atterrissage, où les vols commerciaux ont repris, a constaté un journaliste de l'AFP. Avec un jour d'avance sur le calendrier officiel, l'aéroport international d'Abuja a accueilli, pour la première fois depuis sa fermeture le 8 mars, un vol commercial, un Airbus A350 affrété par la compagnie Ethiopian Airline, qui a atterri vers 12H00 locales (11H00 GMT). "La piste d'Abuja est achevée à 100% et certifiée par...
(Le Monde 18/04/17)
Peter Lundberg, travailleur humanitaire au Nigeria, alerte dans une tribune au « Monde » : faute d’aide suffisante, le nord-est du pays, déjà meurtri par Boko Haram, court à sa perte. TRIBUNE. Il y a quelques semaines, j’ai rencontré un garçon, appelé Modu, qui vit avec sa mère dans le camp de déplacés de Bama. Lui et sa mère venaient de fuir, lors d’une opération militaire contre Boko Haram, leur village isolé situé non loin de la ville de Konduga. J’ai rencontré Modu au centre de dépistage de la malnutrition que soutient le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans l’hôpital central de Bama, qui fut réduit en cendres par...
(Agence Ecofin 18/04/17)
Une nouvelle tournure dans l’affaire du bloc pétrolier OPL 245 au Nigéria. En effet, Royal Dutch Shell, l’une des compagnies impliquées ce scandale de corruption, vient d’admettre qu’elle savait qu’une partie des paiements versée au gouvernement nigérian, pour les droits au bloc, serait transférée sur les comptes de Malabu Oil and Gas. Selon le porte-parole de la compagnie anglo-néerlandaise Andy Norman, qui a révélé ceci dans un email à Reuters, le groupe avait conscience que l’exécutif nigérian « compenserait Malabu pour ses droits sur le bloc ». L’annonce contredit l’ancienne version de Shell qui niait avoir connaissance de la transaction entre le gouvernement...
(Agence Ecofin 18/04/17)
Huajian Shoe Industry, une filiale du groupe chinois Huajian Group, vient de signer un accord avec les autorités nigérianes pour l’implantation d’une usine de chaussures dans l’Etat d’Aba (Sud-est) pour un investissement de 1,5 milliard de dollars. Selon un communiqué publié le 16 avril par le gouverneur de l’Etat d’Abia, Okezie Ikpeazu, l’accord a été conclu en marge d’un forum d’investissement sino-nigérian tenu dans la ville chinoise à Guangzhou. L'usine, qui sera baptisée Abia State-Huajian Shoe Industrial City, aura une capacité de produire 5000 chaussures par jour. Elle devrait générer environ 10 000 emplois directs et indirects. Huajian Group emploie 25 000 travailleurs en Chine et fabrique des chaussures pour les marques Guess, Tommy Hilfiger, Naturalizer ou Clarke. Le groupe...
(Agence Ecofin 18/04/17)
Green Africa Airways, compagnie aérienne nigériane, entamera bientôt ses opérations dans le pays, offrant ainsi plus d’options aux Nigérians en termes de transports. C’est ce qu’a confié le président directeur général de la compagnie, Babawande Afolabi. En effet, la compagnie qui sera basée à Lagos, après avoir obtenu sa licence de transport aérien, mène actuellement les démarches nécessaires pour acquérir son certificat d’exploitant aérien. Pour ses opérations, le transporteur utilisera des jets de taille moyenne et effectuera initialement des vols domestiques. « Nous voulons contribuer au développement du marché nigérian et établir une base locale solide. Nous désirons booster l’accès au transport aérien », a déclaré Afolabi lors de son annonce. L’arrivée de Green Africa Airways sur le marché aérien...
(AFP 15/04/17)
Plusieurs rassemblements se sont déroulés vendredi au Nigeria pour ne pas oublier les quelque 200 lycéennes de Chibok, enlevées il y a tout juste trois ans par Boko Haram. A Abuja, la capitale fédérale, des mères des jeunes filles ont ouvert cette journée de recueillement, pour demander aux autorités d'agir pour la libération des 195 jeunes filles toujours aux mains du groupe jihadiste. Retransmis en direct à la télévision nationale, le rassemblement a réuni un millier de personnes, dont des diplomates. Esther Yakubu, la mère de Dorcas, enlevée le 14 avril 2014 alors qu'elle passait ses examens, est confiante sur l'avenir de sa fille, trois ans après son kidnapping. "L'année dernière, aucune n'avait été retrouvée. Mais aujourd'hui, 24 sont revenues...
(RFI 15/04/17)
Cela fait trois ans - depuis le 14 avril 2014 - que 195 jeunes filles de Chibok au Nigeria sont détenues par des membres du groupe armé Boko Haram. Tout au long de ce vendredi 14 avril, des événements commémoratifs se sont déroulés autour des lycéennes de Chibok à Abuja, mais aussi, pour la première fois, à Maiduguri dans le nord du pays. A Lagos, le collectif « Bring Back our Girls » a organisé une veillée de prière. Alors que l'hymne national du Nigeria est entonné sur le rond point de Falomo, Busayo se tient en retrait. Elle s'assure qui il y a des chaises blanches en plastiques pour tout le monde. Pilier du collectif de Lagos, elle n'a...
(RFI 15/04/17)
Boko Haram a kidnappé les filles de Chibok il y a trois ans. Le retentissement mondial de ces enlèvements n’a pas empêché les jihadistes de continuer à kidnapper des jeunes gens. Certains prisonniers sont libérés contre rançon, ce qui permet aux islamistes de se financer. Jusqu’à 5 000 personnes, surtout des femmes et des enfants, auraient été kidnappées par Boko Haram au Nigeria de 2010 à 2016. Qu’il s’agisse d’exploitation sexuelle, de mariages forcés ou de travail forcé, les jihadistes ont surtout besoin de jeunes. Mais les rapts permettent aussi à Boko Haram de se financer.
(RFI 14/04/17)
Trois ans jour pour jour après l’enlèvement de 276 jeunes lycéennes à Chibok, une localité dans le nord-est du Nigeria, 195 d’entre elles sont toujours portées disparues. Mais cet enlèvement de masse semble aujourd'hui être tombé dans l'oubli. Cette question suscite peu d'intérêt des Nigérians, qui sont davantage préoccupés par la récession qui les affecte au quotidien. A Lagos, le groupe local du collectif #BringBackOurGirls est pile à l’heure ce jeudi pour son rendez-vous avec le gouverneur Akinwunmi Ambode. Tout de rouge vêtus, ils ont convergé vers le quartier d'Alausa, le siège de l'Etat de Lagos. « On nous a informés qu'il fallait patienter un peu. Que quelqu'un allait sortir.
(Agence Ecofin 14/04/17)
L’utilisation combinée de la capacité installée des raffineries de Warri, Port Harcourt et Kaduna, a augmenté de 29% en janvier 2017, par rapport à décembre 2016, pour se porter à 36,73%. C’est ce que révèle le dernier rapport financier et opérationnel de la NNPC. Une performance qui est la résultante de la nouvelle stratégie des responsables de la société publique du pétrole qui consiste, pour chaque raffinerie, à acheter le pétrole brut au prix du marché des exportations, de traiter et de vendre les produits dérivés tant sur le marché local qu’à des clients à l’étranger. Selon le rapport, cette stratégie a permis à la Société de raffinage de Port Harcourt (PHRC) et la Warri Refining and Petrochemical Company (WRPC)...
(Agence Ecofin 14/04/17)
Au Nigéria, l’armée est toujours en guerre contre les raffineries illégales. En effet, des troupes de l’armée ont « découvert et détruit 13 raffineries illégales », lors d’une patrouille aux environs de l’axe Iyalama Adama dans l’Etat de Rivers, a rapporté le major Abubakar Abdullahi, porte-parole de l’armée. La déclaration s’oppose à une autre récemment faite par le gouvernement qui promet de légaliser les raffineries illégales du pays afin d’améliorer les conditions de vie des populations qui en dépendent et de booster l’économie. Par ailleurs, la marine nigériane a révélé qu’au cours de l’année écoulée, au total 181 raffineries illégales ont été détruites, et des volumes de pétrole brut et de diesel estimés à 1,3 milliard ont été confisqués au...
(Agence Ecofin 14/04/17)
Au Nigéria, le taux d’inflation en mars s’élevait à 17,6% contre 17,78% le mois précédent. ll s’agit de la deuxième baisse consécutive de ce chiffre en 16 mois, rapporte le bureau nigérian des statistiques (NBS). L’institution attribue cette relative performance principalement à l’intervention de la banque centrale qui a injecté depuis février plus de quatre milliards de dollars dans le marché financier pour palier au déficit en devises et réduire le gap entre les taux de change officiel et du marché noir. D’après la NBS, la nouvelle baisse du taux d’inflation atteste de « la stabilisation des prix des produits alimentaires et non-alimentaires ». « Elle reflète aussi le renforcement du naira sur le marché de change, » a-t-elle ajouté...
(BBC 14/04/17)
Au Nigeria, 80 millions de dollars en liquide ont été découverts dans un appartement à Lagos. L'argent était dissimulé dans des sachets fermés. Il s'agit de coupures de dollars, de livres sterling et de Nairas. Des habitations démolies à Lagos Nigeria : Les compagnies pétrolières doivent déplacer leurs sièges L'agence anti-corruption a mené un raid dans le domicile dont le nom du propriétaire n'a pas été révélé. Elle était aux trousses d'un individu suspecté de s'être déguisé en femme. Il portait de gros sacs et faisait des va-et-vient incessants. Le président Muhammadu Buhari a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.
(Agence Ecofin 14/04/17)
En décembre 2016, l’Inde a perdu sa place de premier importateur de pétrole en provenance du Nigéria. C’est ce qu’a révélé le dernier rapport mensuel de la NNPC. En décembre 2016 et pour la première fois depuis 2013, l’Inde avait acheté moins de 6 millions de barils du Nigéria, soit 5,82 millions de barils de pétrole. Ceci, à cause d’une demande qui a avait énormément chuté. Le mois précédent, le pays asiatique avait importé 14,42 millions de barils. Depuis, l’ancien plus gros client du Nigéria s’est tourné vers le marché iranien qui a bénéficié de la levée des sanctions internationales pour récupérer ses parts de marché et conquérir de nouvelles niches. Il faut dire que l’Iran présente des prix plus...
(Agence Ecofin 14/04/17)
Après presqu’un an d’inactivité, notamment en raison d’actes de vandalisme sur le pipeline auquel il était relié, le dépôt pétrolier de Mosimi situé dans l’Etat d’Ogun au Nigéria, est à nouveau opérationnel. C’est ce qu’a révélé lundi dernier le directeur général de la NNPC, Maikanti Baru. Selon le responsable qui était présent lors de la reprise des activités au dépôt, c’est une étape majeure dans la réalisation de l’objectif de la NNPC visant à booster la distribution et la production de produits pétroliers au Nigéria. « C’est un jour historique pour la NNPC, la région sud-ouest et le Nigéria. La reprise des activités dans cette région apportera la prospérité à ses populations », a affirmé le porte-parole du DG de...
(AFP 13/04/17)
Le gouvernement nigérian "négocie" avec le groupe islamiste Boko Haram pour obtenir la libération des lycéennes de Chibok enlevées il y a trois ans dans le nord-est du pays, grâce à la médiation de plusieurs pays étrangers, a annoncé jeudi la présidence. Cette annonce, faite sur les ondes de la BBC (service haoussa), intervient la veille des commémorations de l'enlèvement de plus de 200 lycéennes à Chibok (nord-est) le 14 avril 2014, qui avait suscité une vague d'indignation internationale. "Le gouvernement travaille à la libération des écolières de Chibok et de tous les Nigérians enlevés par les terroristes" en ayant recours à "tous les moyens possibles", a affirmé un porte-parole de la présidence nigériane, Garba Shehu, lors d'une interview à...
(AFP 13/04/17)
Plus de 40 millions d'euros en liquide ont été saisis dans un appartement de Lagos, a indiqué l'agence anticorruption du Nigeria, qui mène une vaste campagne de lutte contre les détournements de fonds publics gangrènant le géant ouest-africain. La Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) a annoncé mercredi soir la saisie d'une somme "astronomique" en liquide: 43,4 millions de dollars (40,8 millions d'euros), 27.800 livres (32.700 euros) et 23,2 millions de nairas (71.000 euros) découverts dans un immeuble résidentiel du quartier chic d'Ikoyi de la capitale économique nigériane. L'EFCC a mené une perquisition après avoir reçu une information "concernant des va-et-vient suspects de sacs depuis l'un des appartements de l'immeuble", a-t-elle expliqué dans un communiqué, sans préciser si l'appartement...

Pages