Lundi 23 Avril 2018

Nigeria: 26 personnes tuées par des hommes armés dans le nord

Nigeria: 26 personnes tuées par des hommes armés dans le nord
(AFP 15/04/18)

Au moins 26 personnes ont été tuées par des hommes armés dans l'Etat de Zamfara, dans le nord du Nigeria, où les attaques de nature criminelles se sont multipliées récemment, a-t-on appris vendredi auprès des autorités locales.

Des "bandits armés" à moto ont attaqué des mineurs sur un site d'orpaillage près du village de Kuru-Kuru jeudi soir avant tendre une embuscade aux habitants d'une localité voisine qui s'étaient mobilisés contre les assaillants.

"Nous avons enterré 26 personnes tuées dans les deux attaques par des bandits armés", a déclaré Mustapha Gado Anka, président du district d'Anka, où ont eu lieu les attaques.

"Les victimes étaient des mineurs de Kuru-Kuru et des habitants du village de Jarkuka qui étaient venus aider leurs voisins", a déclaré M. Anka. "Les bandits ont tendu une embuscade au groupe de volontaires de Jarkuka qui était venu aider".

Le porte-parole de la police de l'Etat de Zamfara, Mohammed Shehu, a confirmé l'attaque mais a refusé de donner des précisions dans l'immédiat.

Dans une attaque séparée qui a eu lieu le même jour dans l'Etat voisin de Kaduna, deux policiers en patrouille ont été tuées et six personnes enlevées, selon porte-parole de la police.

Dans un autre Etat de la région, Taraba, des vioences entre agriculteurs et éleveurs auraient fait 25 morts, ce que n'a pas confirmé la police.

L'armée nigériane a été déployée dans l'Etat de Zamfara, où les enlèvements contre rançon et les vols de bétails à grande échelle sont devenus courants dans les communautés rurales, l'essentiel de la population, majoritairement musulmane, vivant de l'élevage, de la chasse et de l'agriculture.

Les villages ont de leur côté constitué des milices d'autodéfense pour lutter contre les bandes armées dans les zones reculées, mais sont parfois eux aussi accusés d'exactions et d'exécutions extra-judiciaires contre les voleurs de bétails présumés.

Selon des habitants contactés par l'AFP, l'attaque de jeudi est un acte de représailles contre les milices civiles. "Nous pensons qu'ils lancent de nouvelles attaques parce que les gens coopèrent avec l'armée pour lutter contre les bandits", a expliqué l'un d'eux sous couvert d'anonymat.

Alors que les violences ont connu une recrudescence ces dernières semaines dans l'Etat de Zamfara, l'armée de l'air a déployé début avril des forces spéciales pour appuyer les troupes au sol dans la lutte contre la criminalité.

En février, des dizaines de personnes - 18 à 41, selon les sources - ont été tuées par des hommes armés qui avaient ouvert le feu sur des commerçants et des habitants du village de Birane.

Fin mars, 36 éleveurs ont été tués dans une attaque similaire menée par des hommes armés à moto dans le village voisin de Bawar-Daji.

Commentaires facebook