Dimanche 19 Novembre 2017

Le Sénat nigérian préoccupé par 91 morts par morsures de serpent

Le Sénat nigérian préoccupé par 91 morts par morsures de serpent
(APA 10/11/17)

APA-Abuja (Nigeria) - La mort par morsures de serpent de 91 personnes en trois semaines est en train de provoquer des remous au Nigeria au point que le Sénat, la Chambre haute du parlement, a décidé de se déplacer pour s’enquérir de la situation.

Le Sénat est irrité par la forte mortalité causée par des morsures de serpent dans les Etats de Borno, d’Adamawa, de Taraba, de Gombe et du Plateau.

La Chambre haute a donc ordonné au ministère de la Santé de se procurer suffisamment d’anti-venin dans ces Etats.

Il a également mandaté le ministère de prendre des mesures allant dans les sens de la mise en place de la production locale du sérum anti-venin.

Ces résolutions font suite à la présentation d’une motion parrainée par le sénateur Joshua Lidani sur « l’augmentation alarmante du taux de décès des victimes de morsures de serpent en raison de la rareté de l’anti-venin ».

« Au cours des seules trois dernières semaines, 91 victimes sont mortes du fait de leur impossibilité à obtenir un traitement », a-t-il déclaré.

Lidani a indiqué qu’il n'y avait que trois centres de traitement des morsures de serpent établis par le gouvernement fédéral dans les Etats de Gombe, Plateau et Taraba, pour soigner les nombreuses victimes de morsures de serpent qui sont très répandues dans la région.

Le ministère fédéral de la Santé qui fournissait l’anti-venin aux trois centres, a cessé de le faire depuis l’année dernière.

« Le gouvernement de l’Etat de Gombe fournissait le sérum anti-venin au centre de traitement de Kaltungo, mais en raison des nombreux patients venant des Etats voisins, la quantité de sérum contre le venin de serpent était devenue insuffisante ».

« Les patients ont eu recours à des achats dans des pharmacies à des prix exorbitants », a-t-il déclaré.

Il a fait remarquer que tous les sérums anti-venin étaient importés et qu’aucune société pharmaceutique ne les produisait au Nigeria.

Dans sa contribution, le Sénateur Emmanuel Bwacha a déclaré que des vies étaient fréquemment perdues et dans la plupart des cas, les morts par morsure de serpent n’étaient même pas signalées et pourtant il s’agissait de celles de citoyens nigerians.

Le vice-président du Sénat, Ike Ekweremadu a déclaré que l’Assemblée nationale soutenait toute initiative visant à protéger les vies et les biens des citoyens.

Commentaires facebook