Mardi 24 Avril 2018

Jeunes filles enlevées au Nigeria: Amnesty dénonce des manquements sécuritaires

Jeunes filles enlevées au Nigeria: Amnesty dénonce des manquements sécuritaires
(RFI 21/03/18)

Au Nigeria, Amnesty International accuse les forces de sécurité nigérianes d'avoir ignoré les mises en garde répétées sur les mouvements de combattants de Boko Haram dans l'Etat de Yobe, quelques heures avant et après l'enlèvement de 110 jeunes filles dans leur école de Dapchi. Le rapport publié mardi 20 mars dénonce des manquements sécuritaires lors de l'enlèvement du 19 février dernier et demande l'ouverture d'une enquête.
En se basant sur les témoignages de 23 personnes et trois responsables en charge de la sécurité, Amnesty International indique dans son rapport que les militaires et la police avaient été prévenus que des combattants étaient en route pour Dapchi le 19 février dernier.

« Nous avons été en mesure de confirmer qu'il y a eu des mises en garde, affirme Osa Ojigho, directrice de l'ONG pour le Nigeria. Les autorités, en l'occurrence les militaires, ont été prévenues et appelées par les habitants qui disaient voir des groupes de gens étranges rentrer en ville. La police a aussi été contactée, en tout au moins 5 appels ont été effectués dans un laps de temps de 4 heures et ils ont dit être au courant et gérer la situation. »

D'après les informations récoltées par Amnesty International, des combattants présumés membres de Boko Haram sont arrivés à Dapchi aux environs de 18h30.
Ils se sont rendus directement dans le pensionnat de l'école, avant de quitter les lieux aux alentours de 20h. Avec leurs captives, ils ont ensuite rejoint la localité de Gumsa où d'autres résidents ont donné l'alerte vers 21h.

Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180320-jeunes-filles-enlevees-nigeria-amnest...

Commentaires facebook