Mercredi 28 Juin 2017

Crise alimentaire : « Au Nigeria, c’est un désastre qui s’annonce »

Crise alimentaire : « Au Nigeria, c’est un désastre qui s’annonce »
(Le Monde 18/04/17)

Peter Lundberg, travailleur humanitaire au Nigeria, alerte dans une tribune au « Monde » : faute d’aide suffisante, le nord-est du pays, déjà meurtri par Boko Haram, court à sa perte. TRIBUNE. Il y a quelques semaines, j’ai rencontré un garçon, appelé Modu, qui vit avec sa mère dans le camp de déplacés de Bama. Lui et sa mère venaient de fuir, lors d’une opération militaire contre Boko Haram, leur village isolé situé non loin de la ville de Konduga. J’ai rencontré Modu au centre de dépistage de la malnutrition que soutient le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans l’hôpital central de Bama, qui fut réduit en cendres par Boko Haram. Modu est âgé de 12 mois mais ne pèse que 6 kg et souffre de malnutrition aiguë sévère. Il survivra, mais beaucoup d’autres enfants n’auront pas cette chance. Dans le nord-est du Nigeria, un demi-million d’enfants souffrent aujourd’hui de malnutrition aiguë sévère. Sans traitement, un sur cinq mourra.

Le gouvernement nigérian a reconnu que le conflit dans le nord-est a atteint une dimension globale. Actuellement, 26 millions de personnes sont affectées dans six Etats, ce qui équivaut à la population de la Norvège, du Danemark, de la Suède et de la Finlande réunis. Malgré les efforts nationaux, la situation exige un soutien international afin d’empêcher une famine. C’est pourquoi les Nations unies et leurs partenaires ont lancé le quatrième plus important appel de fonds humanitaire au monde, sollicitant 1 milliard de dollars [environ 940 millions d’euros] pour 2017. Ils ont l’ambitieux objectif de fournir à 7 millions de personnes l’aide vitale dont elles ont besoin dans les trois Etats les plus touchés du Nord-Est : Adamawa, Borno et Yobe.

Commentaires facebook