Samedi 24 Février 2018
(AFP 23/02/18)
Les dirigeants européens ont donné vendredi un coup de pouce politique et financier à la force militaire constituée par cinq pays africains pour lutter contre les groupes jihadistes actifs dans la région du Sahel, lors d'une conférence des donateurs à Bruxelles. Trente deux chefs d'Etat et de gouvernement se sont réunis vendredi matin au siège de la Commission européenne autour des dirigeants du Mali, de la Mauritanie, du Tchad, du Niger et du Burkina Faso pour témoigner de leur soutien politique.
(Jeune Afrique 23/02/18)
Selon un haut gradé nigérian, le chef de Boko Haram se déplacerait déguisé en femme. Intox ? La déclaration a en tout cas fait beaucoup réagir. C’est habillé en femme que le chef de Boko Haram se déplacerait au Nigeria. Le général de brigade Sani Kukasheka Usman, directeur des relations publiques de l’armée, l’affirme : le hijab serait la tenue de camouflage la plus achevée de l’insaisissable Abubakar Shekau. Info bidon destinée à écorner l’image du terroriste auprès de ses troupes ? De fait, il y a peu de chances qu’un mouvement salafiste dont le nom signifie « l’éducation occidentale est un péché » porte les drag-queens dans son cœur… Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/532260/politique/le-dessin-de-la-semaine...
(RFI 23/02/18)
Une conférence donateurs pour la force du G5 Sahel se tient ce vendredi 23 février à la Commission européenne, à Bruxelles. Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement européens sont attendus ainsi que les cinq présidents des pays sahéliens. De nouveaux partenaires comme la Turquie, ou l'Afrique du Sud seront également représentés par leurs ministres des Affaires étrangères. L'objectif de cette conférence est de mobiliser encore des fonds pour financer la première année d'opérationnalisation de la force conjointe. Dépasser...
(AFP 22/02/18)
Le groupe jihadiste Boko Haram, qui a attaqué lundi un internat pour filles à Dapchi, dans le nord-est du Nigeria, mène une lutte armée dans la région du lac Tchad depuis 2009 et s'est affilié au groupe Etat islamique (EI) en 2015. Ses offensives ne se cantonnent pas au Nigeria dont il est originaire, mais se prolongent au carrefour du Niger, du Tchad et du Cameroun. A l'origine de nombreux raids et attentats-suicides souvent menés par de jeunes adolescentes, Boko...
(RFI 22/02/18)
En mission de travail au centre de transit des migrants ouest-africains de l'OIM à Agadez, le ministre de l'Intérieur du Niger, Mohamed Bazoum, a fustigé, mercredi 21 février, le comportement de l'Algérie et sa tendance à expulser les migrants vers le Niger. Quelque 770 jeunes sont en transit dans le centre visité par le ministre, dont une écrasante majorité, selon lui, sont des Africains de l'Ouest renvoyés d'Algérie. L'Algérie doit rapatrier ces migrants chez eux, a martelé le ministre. C’est...
(AFP 21/02/18)
L'Union européenne va porter à 100 millions d'euros son financement pour la force militaire commune constituée par cinq pays africains pour lutter contre les jihadistes dans la région du Sahel, ont annoncé mercredi plusieurs sources à l'AFP. L'annonce sera faite vendredi lors d'une réunion de haut niveau à Bruxelles en présence du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel. La force a été constituée par le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad. Cette décision intervient alors qu'une recrudescence des attaques rebelles...
(AFP 20/02/18)
La justice nigérienne a ordonné mardi la libération de sept manifestants arrêtés le 4 février lors d'un sit-in à Niamey contre la loi de finances 2018 qu'ils jugent "antisociale", a indiqué leur parti. "Tous nos amis ont été relaxés et seul Alhassane Intinicar a écopé d'un mois de prison avec sursis et 20.000 FCFA (30 euros) d'amende", a précisé devant la presse Mariama Bayard, la chef du Front de l'opposition indépendante (Foie) qui avait appelé au sit-in. Alhassane Intinicar est...
(Jeune Afrique 20/02/18)
Les journalistes Gremah Boukar, Moudi Moussa (radio Anfani) et le ministre-conseiller Sanoussi Tambari Jackou ont été entendus lundi par le procureur concernant des propos jugés « haineux et ethnocentristes ». Ils ont été relâchés dans la foulée. Interpellés lundi 19 février dans la matinée, les trois hommes ont été remis en liberté quelques heures plus tard, après s’être expliqués devant un procureur. Leur arrestation faisait suite à des propos tenus sur la radio Anfani par Sanoussi Tambari Jackou lors d’une...
(La Tribune 19/02/18)
L'Etat nigérien a besoin d'un montant de 185,5 milliards de francs CFA soit environ 338 millions de dollars pour porter assistance aux personnes en état de vulnérabilité sur son territoire. Le jeudi 15 février, les autorités du pays ont au cours d'une cérémonie consacrée à la question, lancé un appel à la mobilisation de ces fonds. Le Niger tente d'apporter la réponse idoine à la crise humanitaire sur son territoire. Ce jeudi 15 février 2018, les autorités ont lancé un appel à une mobilisation d'importants fonds pour prendre en charge les populations vulnérables du pays.
(APA 19/02/18)
APA - NDjamena (Tchad) - Des camions, sept au total, transportant des bidons d'huile appartenant à des commerçants tchadiens, sont bloqués à Diffa au Niger par les services des Douanes nigériens. Les opérateurs économiques tchadiens s'inquiètent que la qualité de l'huile ne se dégrade après plus de trois mois de blocage aux douanes. Le président du Conseil National des Importateurs, Transitaires et Exportateurs (CONITE), M. Al-Hadj Hassan Abdéraman Abakar, rappelle que depuis le 13 Novembre 2017, sept camions transportant des...
(AFP 17/02/18)
Directement visés par la lente montée en puissance de la force du G5 Sahel aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, les groupes jihadistes tentent de la contrecarrer par des attaques de plus en plus meurtrières, selon des experts. C'est dans cette zone "des trois frontières" que se jouera la bataille entre les jihadistes et la force conjointe du G5 Sahel, organisation régionale regroupant ces pays, la Mauritanie et le Tchad, épaulée par la force française Barkhane...
(APA 16/02/18)
APA-Niamey (Niger) - Le Premier ministre du Niger, Brigi Rafini, à lancé un appel de fonds de 338 millions de dollars, soit 185,3 milliards de Fcfa en vue de porter assistance à 1,8 million de personnes en état de vulnérabilité. La cérémonie d’appel de fonds, qui rentre dans le cadre du Plan de réponse humanitaire 2018, s’est déroulée jeudi au Palais des congrès de Niamey, en présence notamment du corps diplomatique accrédité au Niger, des représentants des Partenaires techniques et...
(AFP 12/02/18)
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Niamey pour demander "l'abrogation" de la loi de finances 2018 qu'elles jugent "antisociale", a constaté un journaliste de l'AFP. "A bas la loi de finances scélérate !", "A bas la loi de finances injuste!", "la lutte continue", ont scandé les protestataires, majoritairement des jeunes, qui répondaient à l'appel d'une coalition d'organisations de la société civile. Les manifestants, aussi nombreux que lors de leur précédente action le 28 janvier, ont défilé dans les...
(AFP 08/02/18)
Les autorités du Niger ont démenti mercredi vouloir "remettre en cause la liberté" des médias par le biais d'une série de contrôles fiscaux, dénoncés par les patrons des organes privés. "Contrairement à des allégations (...) cette opération de contrôle fiscal n'a nullement comme objectif une remise en cause quelconque de la liberté de la presse ou de la liberté d'expression", affirme la Direction générale de Impôts dans un communiqué lu à la radio d'Etat. La semaine passée, des patrons des...
(RFI 06/02/18)
Plus d'une dizaine de médias radios et télés mais aussi presse écrite ont décidé de ne pas diffuser leurs programmes habituels lundi 5 février afin de protester contre les pressions, les agressions contre les journalistes ou encore les confiscations de matériel. Ils dénoncent surtout une opération de contrôle de comptabilité lancée par les autorités. Elle porte non seulement sur l'année en cours, mais aussi sur les quatre années écoulées. Inquiets face à cette opération de contrôle fiscal, plusieurs patrons de...
(Jeune Afrique 06/02/18)
Au Niger, comme au Bénin et au Burkina Faso, les autorités craignent une recrudescence de la fièvre de Lassa en Afrique de l'Ouest, en s'appuyant sur une augmentation des cas observés chez ses voisins. Sylvain Baize, de l'Institut Pasteur de Paris, fait le point sur la réalité de la menace sanitaire. « Zoom sur un danger de mort », « Bénin : Un homme meurt du virus Lassa à Ségbana », « La fièvre de Lassa a fait 30 morts...
(RFI 06/02/18)
La Journée mondiale contre les mutilations sexuelles est célébrée ce mardi 6 février. L’occasion pour tous les acteurs, que ce soient les associations ou les États, de se mobiliser pour les quelque 200 millions de femmes excisées et/ou infibulées. Trois millions de filles sont victimes, chaque année, de ces mutilations, très répandues parce que largement tolérées dans de nombreux pays. En Côte d'Ivoire, on estime que 30 à 40 % des femmes sont excisées. Une pratique illégale qui est punie...
(AFP 05/02/18)
Plusieurs chaînes de radio et télévision et des journaux privés du Niger ont déclenché lundi "une journée de protestation" contre une opération de contrôle fiscal qui, selon eux, vise à les "étouffer". Au moins cinq groupes de radio-télévision, sur la dizaine qui émettent dans la capitale, ont cessé d'émettre lundi matin, a constaté un journaliste de l'AFP. Sur l'écran de la télévision privée Bonféreye, une des plus importantes du pays on peut lire: "En raison d'un mouvement de protestation décrété ce jour, nous ne sommes pas en mesure de vous diffuser le programme normal".
(APA 05/02/18)
APA-Niamey (Niger) - Les organisations socioprofessionnelles des médias du Niger, notamment de la presse audiovisuelle et écrite, du secteur privé, observent ce lundi un mouvement de protestation qui consiste pour les télévisions à afficher un écran noir et pour les journaux des pages noires et des bandeaux d’alerte. La décision de ce mouvement a été prise dimanche, à l’issue d’une assemblée générale qui a regroupé les responsables des organisations socioprofessionnelles des médias, les directeurs des organes de presse et de...
(Le Monde 05/02/18)
Mariama Chipkaou a gardé de son passé de leader syndicaliste une ferme poigne et un certain franc-parler. Aujourd’hui directrice de la promotion de la scolarisation des filles au ministère nigérien de l’enseignement primaire, elle reconnait sans détour : « La question de l’éducation des filles a été posée depuis l’indépendance, mais on ne progresse pas assez vite. » De fait, au Niger, les filles restent en retard sur les garçons tout au long de leur scolarité. Selon le Partenariat mondial...

Pages