| Africatime
Mercredi 22 Février 2017
(Le Sahel 22/02/17)
La première édition du salon ''SahelInnov'' s'est ouverte, hier matin à Niamey sous le Haut Patronage du Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou et de Mme Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), marraine dudit forum. L'organisation de ce salon est une initiative du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises du Niger (CIPMEN) et de ses partenaires relevant de huit (8) incubateurs de sept (7) pays du Sahel. Le palais des congrès a fait salle comble pour la cérémonie d'ouverture du salon qui a enregistré la présence du Président de l'Assemblée nationale, du Premier ministre, des membres du gouvernement, des représentants des institutions nationales et internationales...
(Jeune Afrique 22/02/17)
Ces dernières semaines, les pays du G5 Sahel ont annoncé la création de deux forces chargées de sécuriser la bande sahélienne, notamment les frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Dans leur ligne de mire, un homme en particulier : Mokhtar Belmokhtar. À la tête d’Al Mourabitoune, la plus grande katiba d’Al Qaïda au Maghreb islamique, numéro deux officieux de l’organisation, Mokhtar Belmokhtar fait peur. En acceptant en 2015 de réintégrer Aqmi, qu’il avait quittée en 2012, il a retrouvé une place de choix au sein de la nébuleuse jihadiste sahélienne. L’Algérien a développé ses alliances au Mali, autour d’Ansar Eddine et de groupes armés proches de Kidal, ainsi qu’en Libye, où se situerait son camp de...
(Autre média 20/02/17)
Les conflits entre agriculteurs et pasteurs sont très fréquents en Afrique notamment au Niger, où les affrontements finissent bien souvent par des morts, des blessés, sans parler des dégâts matériels. Comment on est-on arrivé là ? Et comment sortir de cette impasse ? Sources du conflit Le conflit entre agriculteurs et éleveurs est une situation qui survient lorsque les animaux en pâturage viennent brouter ou saccager les cultures avant la récolte ce qui crée des affrontements. En effet, au Niger...
(Financial Afrik 18/02/17)
La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, effectuera une visite officielle au Niger du 18 au 22 février 2017. Durant son séjour, la Secrétaire générale procèdera le 21 février, en présence du Président du Niger, à l’ouverture officielle du Forum SahelInnov dont l’édition 2017 « Construire le Sahel de demain » rassemblera une centaine d’acteurs agissant pour l’émergence au Sahel. Marraine de l’événement, Michaëlle Jean s’adressera aux entrepreneurs, universitaires, investisseurs, financiers, et partenaires rassemblés pour l’occasion. « Je suis impatiente de rencontrer ces forces vives, ces jeunes, ces femmes qui chaque jour font preuve d’une ingéniosité remarquable pour relever le défi du changement...
(Jeune Afrique 17/02/17)
Depuis les premières attaques régulières de Boko Haram en février 2015, les habitants nigériens de la zone frontalière avec le Nigeria ne sont plus les mêmes. État d’urgence, déplacements de population, effondrement du tissu économique… Voici, en quelques chiffres, comment les jihadistes ont changé la vie des habitants de la région de Diffa. Comment vit-on le long du fleuve frontière entre le Niger et le Nigeria ? On survit. Dans cette région grande productrice de poivrons rouges et où la pêche est l’autre grand moyen de subsistance, Boko Haram a porté un coup terrible aux populations locales.
(Xinhua 17/02/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Les populations de trente villages de la commune de Makalondi (sud-ouest de Niamey), ont décidé de mettre fin à la mutilation génitale féminine et à l'excision, néfastes à la santé et au bien-être de la femme et de l'enfant. Elles ont fait leur déclaration publique d'abandon de ces pratiques nuisibles à la santé au cours d'une importante cérémonie, mercredi, en présence de l'épouse du Premier ministre nigérien, représentant la première dame Lalla Malika Issoufou Mahamadou, marraine de lutte contre les mutilations génitales féminines, et des représentants des organisations internationales dont l'UNICEF, et des autorités régionales, coutumières et religieuses.
(Autre média 16/02/17)
Près de 200 migrants clandestins ont été rapatriés mardi par les autorités libyenne vers le Niger, une opération qui a été menée en coordination avec l’Organisation Internationale de la Migration (OIM) et qui n’est que le début d’une campagne de retours massifs. Cette vague de rapatriements est, en effet, la première d’une série d’opérations du même genre. Les autorités libyennes, en coordination avec le gouvernement nigérien et l’OIM comptent rapatrier un total de 900 migrants illégaux dans les semaines à venir. Cette initiative intervient après la multiplication des entraves pour fermer l’accès à l’Europe face aux migrants clandestins.
(Radio Vatican 16/02/17)
Les évêques de la conférence épiscopale Burkina-Niger ont tenu leur Assemblée plénière ordinaire du mois de février dans le diocèse de Manga. C’est l’OCADES diocésaine, en plein chantier d’extension, qui a abrité cette rencontre ordinaire. Avant l’ouverture solennelle de leur réunion qui a eu lieu du 6 au 11 février, les évêques ont consacré la première matinée à la méditation. M. l’abbé Jean Emmanuel Konvolbo qui a animé ce temps de resourcement spirituel, a exploité de façon circonstanciée l’Exhortation apostolique...
(AFP 15/02/17)
Le ministère nigérien de la Santé a annoncé mercredi la fin de l'épidémie de fièvre de la Vallée du Rift qui a tué trente-trois personnes depuis fin août 2016 dans la région de Tahoua, dans l'ouest du Niger. "Le dernier cas positif au laboratoire a été notifié le 25 octobre 2016 (...) nous déclarons (donc) la fin de l'épidémie de la fièvre de la vallée du Rift dans la région de Tahoua", a déclaré le ministre nigérien de la Santé...
(Xinhua 15/02/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Une épidémie d'origine animale, la fièvre de la Vallée du Rift, qui a fait plusieurs dizaines de victimes en cinq mois dans la région de Tahoua (centre du Niger), est déclarée "définitivement vaincue", selon le ministre nigérien de la Santé, Illiassou Mainassara, mardi à Niamey. Le ministre Mainassara a indiqué dans un point de presse que cette épidémie qui sévissait depuis août dernier dans le centre du pays, a fait 33 décès sur un total de près...
(APA 15/02/17)
APA-Tripoli (Libye) - L’Organisation internationale des migrations (OIM) a rapatrié par avion 200 migrants nigériens qui se trouvaient en Libye vers leur pays d’origine, a-t-on appris de source sûre à Tripoli. L’opération a eu lieu depuis l'aéroport de Mitiga, à l'est de la capitale libyenne Tripoli. Quatre enfants et une cinquantaine de femmes font partie des rapatriés qui se trouvaient dans des centres de rétention à Tripoli. De nouvelles opérations de rapatriement volontaires de migrants auront lieu dans les prochaines semaines et bénéficieront à quelque 900 personnes. L’OIM avait réussi l’année dernière à faciliter le départ volontaire de Libye d’environ 1.600 migrants illégaux vers leur pays d’origine.
(Agence Ecofin 15/02/17)
(Agence Ecofin) - Cela fait des mois que la société civile nigérienne crie haro contre un projet concernant l’achat de terres d’une superficie de 120 000 hectares pour une durée de 99 ans par la société saoudienne Al Horaish for Trading & Industry. Ce projet saoudien a reçu l’assentiment du Conseil régional de Diffa. On parle de 13 000 emplois permanents à créer et 5000 saisonniers. Sauf qu’une coalition de la société civile, réunie au sein du Consortium droit à...
(Agence Ecofin 15/02/17)
(Agence Ecofin) - Depuis lundi dernier, Lomé, la capitale togolaise abrite une importante réunion des magistrats du Gabon, du Ghana, du Niger, de la RDC et du Togo, axée sur l'élaboration d'une politique commune de protection de la faune et de la flore. Pendant cinq jours, les juges et les procureurs de ces différents pays seront appelés à plancher sur les moyens à mettre en œuvre, dans le cadre des poursuites envers les auteurs des trafics de la faune, de...
(AFP 14/02/17)
Près de 200 migrants nigériens qui étaient détenus dans des centres de rétention dans la capitale libyenne ont été rapatriés mardi, a constaté un photographe de l'AFP. Les migrants ont été rapatriés par avion depuis l'aéroport de Mitiga, à l'est de Tripoli, en coordination avec l'organisation internationale de la migration (OIM). Selon un porte-parole du bureau de lutte contre l'immigration clandestine à Tripoli, 50 femmes et quatre enfants font partie du groupe rapatrié. De nouveaux départs sont prévus dans les semaines à venir et concerneront un total de plus de 900 migrants, a ajouté le lieutenant Hosni Abou Ayana.
(La Tribune 14/02/17)
Le débat sur l'absence du Sénégal dans le G5 Sahel s'impose de plus en plus ces derniers jours. A l'heure de mettre en place une force conjointe de la plate-forme régionale contre le terrorisme, plusieurs observateurs, notamment sénégalais, déplorent que le Sénégal n'y soit pas associé. Question épineuse, celle de l'absence du Sénégal du cadre régional que forme le G5 Sahel. Constitué du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, il a été mis en...
(La Voix de l'Amérique 14/02/17)
A l’occasion de la journée mondiale de la radio instituée par l’UNESCO célébrée chaque 13 février, VOA Afrique s'est rendu au Niger où notre correspondant Abdoul-Razak IDRISSA est allée à la rencontre des populations de Kollo, une localité située à une trentaine de kilomètres de Niamey, la capitale nigérienne, pour les entendre parler de la radio et de ce qu’elle leur apporte dans leur vie. Hadi Amadou est éleveur d’un village environnant de Kollo. Pour lui, la radio à de...
(RFI 13/02/17)
Au Niger, l'affaire de trafic présumé de bébés nigérians est de nouveau à la Une. Le dossier doit être jugé sur le fond à partir de ce lundi 13 février. Après de multiples rebondissements, une trentaine de prévenus en liberté provisoire sont cités à comparaître devant la cour d'appel de Niamey. Une nouvelle étape et pas la moindre, peut-être l'épilogue d'un dossier qui a agité depuis deux ans et demi la scène politique nigérienne. La majorité des prévenus appelés à comparaître ce lundi sont inculpés de « supposition d'enfants », un délit qui consiste pour une femme à s'attribuer la maternité d'un nouveau-né.
(Libération 10/02/17)
Les habitants de la ville de Goudoumaria, qui va accueillir un camp de déserteurs, sont partagés sur cette initiative gouvernementale. Le 4 × 4 accélère et vole sur le sable fin. Dans un rugissement de moteur, il bondit en haut de la dune et plonge dans une cuvette, pour s’arrêter sur une portion de sol plus dur. Ibrahim Hassan, le préfet de Goudoumaria (dans l’est du Niger) s’extirpe de la place passager. Il désigne quelques toits de tôle neufs :...
(Libération 10/02/17)
Aux avant-postes du lac Tchad, porte d’entrée de Boko Haram au Niger, la ville de Bosso voit revenir ses habitants, qui avaient dû fuir les attaques de la secte. Bosso est un thermomètre de la crise de Boko Haram au Niger. Aujourd’hui, le mercure ne monte pas trop haut. Un soldat tchadien réclame de poser pour une photo. Les enfants sortent de l’école en piaillant avec leurs sacs bleus Unicef. Des paysans courbés ramassent le poivron dans les champs alentours,...
(Libération 10/02/17)
Enrôlés ou attirés par le groupe jihadiste, ils ont déserté, protégés par une amnistie. Dans un camp de transit au Niger, ces hommes confient regrets et peur des représailles. Une trentaine d’hommes sont accroupis dans une cour de la ville de Diffa, dans le sud-est du Niger. Ils ressemblent à n’importe quels jeunes des environs. Calmes, disciplinés, rien ne laisse deviner qu’ils sont des «repentis» de Boko Haram. Ils viennent de se rendre pour profiter d’un programme d’amnistie. Certains d’entre...

Pages