Dimanche 28 Mai 2017
(RFI 27/05/17)
L'opposant Amadou Djibo reste en prison, au Niger alors que la suite de son procès a été repoussée à lundi prochain. Le tribunal de grande instance de Niamey a rejeté les objections de ses avocats, sur l'irrecevabilité des preuves, notamment une clé USB contenant un élément audio. Amadou Djibo est accusé d'avoir proposé aux militants du Moden Fa Lumana, de Hama Amadou, de renverser le régime du président, Mahamadou Issoufou. L'accusé nie les faits.
(Le Monde 27/05/17)
Sept millions de personnes souffrent de la faim dans cette région déstabilisée par le groupe djihadiste Boko Haram. Avec son pouce, Mani a barré sa gorge d’un trait sans équivoque. Six fois, en silence, elle a répété le geste pour indiquer le nombre des hommes tués sous ses yeux par la lame des émissaires de Boko Haram. Comme tout son village situé sur une île du lac Tchad à la frontière du Nigeria, Mani a été évacuée par l’armée tchadienne début 2016. Pendant trois jours, elle a marché avec ses cinq enfants, laissant derrière elle l’univers verdoyant et nourricier du lac pour trouver refuge sur des terres arides battues par l’harmattan, où ne résistent plus que quelques palmiers doum, de...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Si aucun pays africain ne figure au G7, groupe des sept pays les plus développés de la planète, plusieurs chefs d’État du continent ont été invités au sommet du 26 mai, qui se tient en Italie. Parmi eux, les francophones Mahamadou Issoufou et Béji Caïd Essebsi, qui doivent rencontrer le nouveau chef de l'Etat français, Emmanuel Macron. Le sommet du G7 (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon) se tient les 26 et 27 mai à Taormine, en Sicile, en...
(Jeune Afrique 24/05/17)
Ali Idrissa, coordinateur de l’organisation « Publiez ce que vous payez », a été interpellé à deux reprises les 20 et 22 mai et interrogé par la police sur des soupçons d’incitation au complot visant à renverser le régime. Relâché, il répond aux questions de Jeune Afrique sur ce qu’il considère comme des dérives d’un « régime répressif ». Interview. Jeune Afrique : Quels ont été les motifs de vos interpellations ? Ali Idrissa : Les organisations de la société...
(RFI 23/05/17)
Ali Idrissa, le leader de la société civile nigérienne, a pu rentrer chez lui, ce lundi 22 mai, après une seconde audition par la police judiciaire. La police n'a cependant pas encore classé l'affaire le concernant. Ali Idrissa, qui fait partie de ceux qui ont porté plainte dans l'affaire de l'Uraniumgate, est soupçonné par les autorités « d'incitation à la révolte ». « Dans les heures qui suivent, dans les jours qui suivent, il aura la réponse appropriée par rapport...
(Dw-World 23/05/17)
Au Niger, le climat socio politique se caractérise ces derniers temps par une vague d'arrestations des acteurs de la société civile et d'opposant politique. Ils sont acteurs de la société civile ou opposant politique qui sont interpellés très souvent pour des propos tenus sur les média de la place. Ali Idrissa coordonnateur du réseau pour l'observation la transparence et l'analyse budgétaire vient juste d’être libéré. Il nous dit ce que les autorités lui reprochent: "On me reproche mes propos le...
(Le Point 23/05/17)
Poète et peintre, ce Touareg vient d'entrer chez Gallimard à la NRF et s'offre une exposition de ses oeuvres à Niamey. Vouloir faire entrer Hawad dans des cases, des contours, lui accoler des épithètes, c'est s'exposer à des protestations. Hawad en rue déjà, rien qu'à l'idée. Rebelle, enragé, Touareg, nomade. Il est tout cela. C'est certain. Mais il l'est tellement que l'idée même le dérange. D'être ceci. Ou cela. D'ailleurs, toute son œuvre dit son refus, ses tentatives répétées de...
(Libération 22/05/17)
En 2011, l'élection du président Mahamadou Issoufou représentait un espoir de changement pour les Nigériens. Espoir déçu. Depuis sa réélection en 2016, la société civile tente de se fédérer et les manifestations populaires s'intensifient. La colère s’intensifie au Niger. Une nouvelle manifestation devait avoir lieu samedi à Niamey, dix jours seulement après la dernière, qui avait été dispersée rapidement par les forces de l’ordre. Les élections présidentielles en 2016 (qui inaugurent le second mandat du président Issoufou), jugées frauduleuses, ont cristallisé le mécontentement. L’exaspération populaire générée par la corruption, la mauvaise gouvernance de l’Etat...
(RFI 22/05/17)
Au Niger, Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, le Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire, a été retenu samedi 20 mai, plusieurs heures à la police judiciaire, avant d'être relâché. Arrêté pour des propos tenus dans la matinée, après l'interdiction d'une manifestation de la société civile, Ali Idrissa, affirme qu'il s'agit d'une énième tentative des autorités de faire taire toute contestation. Arrêté lors d’un rassemblement interdit par les autorités, Ali Idrissa, figure de la société civile et coordinateur du Rotab, s’est exprimé au micro de RFI quelques heures après avoir été relâché. « Selon la police judiciaire, nos propos suite à l’interdiction de notre manifestation seraient de l’incitation...
(RFI 22/05/17)
Amadou Djibo dit Max sera jugé mardi 23 mai 2017, ont annoncé ses avocats. Arrêté lundi 15 mai, le président du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR), la coalition de l’opposition, a été inculpé pour incitation à la révolte. On lui reprocherait, selon ses proches, des propos critiques sur le régime tenus lors d'une réunion politique. Intinikar Alhassane, porte-parole du FRDDR, parle d’une « tentative de liquidation de l’opposition ». Intinikar Alhassane...
(RFI 22/05/17)
Les équipes du Ghana, de la Guinée, du Mali et du Niger représenteront l’Afrique en Coupe du monde des moins de 17 ans, en octobre en Inde. Elles se sont en effet qualifiées pour le Mondial U17 en atteignant les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations cadets, au Gabon. Le Niger va disputer pour la toute première fois la Coupe du monde des moins de 17 ans. Les Nigériens font en effet partie des quatre équipes qui représenteront l’Afrique...
(Jeune Afrique 19/05/17)
L’opposant Amadou Djibo doit être jugé mardi 23 mai pour incitation au complot visant à renverser le régime, selon son avocat. Le leader du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR) avait été arrêté le 15 mai. Amadou Djibo avait été interpellé par les forces de police alors qu’il retournait à son domicile de Niamey en provenance de la mosquée, lundi 15 mai. Une perquisition a ensuite été opérée chez lui, et il...
(RFI 19/05/17)
Amadou Djibo, leader de l'opposition nigérienne, a passé du 18 au 19 mai 2017 sa première nuit en prison. Il doit être jugé en flagrant délit pour incitation à la révolte, des accusations contestées par ses soutiens. Pour avoir tenu des propos violents à l’endroit du pouvoir en place, Amadou Djibo - dit « Max », a été accusé d’avoir « fait des propositions pour détruire ou changer un régime constitutionnel et d’exciter les citoyens ou les populations à s’armer...
(RFI 17/05/17)
L'opposant nigérien Amadou Djibo alias Max est depuis lundi 15 mai en garde à vue à la police judiciaire. Les autorités lui reprochent ses propos très critiques lors d'une intervention publique devant ses camarades de l'opposition. Mardi, son domicile a été perquisitionné. L’opposant Amadou Djibo, président du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR) se voit reproché des propos va-t-en-guerre qu’il a tenus lors du huitième anniversaire du parti de Hama Amadou, le MODEN Lumana FA.
(Le Point 16/05/17)
Au Niger, si l'orpaillage contribue à l'économie locale, elle est aussi la source de migrations sociales et économiques irréversibles. Un expert explique. Aujourd'hui, la question de la migration focalise les esprits. Elle nourrit les débats politiques, académiques et de la société civile. Au Sahel, elle a longtemps été perçue comme un élargissement de l'espace de vie. Dans la région de Téra au Niger, espace témoin dans la région des crises alimentaires et de pauvreté, la migration vers les zones d'exploitation...
(RFI 16/05/17)
Au Niger, un activiste du Cadre d'action pour la démocratie et les droits de l'homme, Abdourahmane Insar, également secrétaire général du CRI, le collectif pour le renouveau et l'innovation, a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche dans un bar à Agadez. On lui reprocherait de l'incitation à la violence en raison d'écrits sur les réseaux sociaux. Il aurait notamment fustigé le manque de détermination de la société civile à manifester pour que la lumière soit faite sur...
(RFI 13/05/17)
L’« Uraniumgate » fait toujours scandale au Niger. Rendue publique dans la presse locale mi-février, l’affaire concerne un système de vente circulaire d'uranium entre Areva et plusieurs intermédiaires russes, libanais et nigériens. Une opération financière trouble aux yeux de l'opposition et dans laquelle un proche du chef de l'Etat est cité. Les organisations de la société civile dénoncent des pressions répétées depuis qu'elles ont demandé à ce qu'une enquête soit ouverte. La dernière en date concerne la fermeture d'un compte qu'elles avaient ouvert pour récolter les contributions...
(RFI 12/05/17)
Jeudi 11 mai dans l’après-midi, des assaillants non identifiés s'en sont pris au camp de la gendarmerie d'Ayorou, une localité située à 180 kilomètres de Niamey, au Niger. Il n'y aurait pas de victimes, mais du matériel appartenant aux gendarmes a été emporté. C’est à environ 17 h, heure locale, que des individus non identifiés ont pris pour cible le camp de la gendarmerie d’Ayorou, situé en plein centre-ville. Très vite, les assaillants ont eu le dessus sur les gendarmes...
(RFI 12/05/17)
Face aux menaces terroristes, le Mali, le Niger et le Tchad ont décidé de s'unir en signant une convention judiciaire à Niamey, ce jeudi 11 mai. Elle vise notamment à renforcer la sécurité et le contrôle aux frontières. Ce sont les trois ministres de la Justice du Niger, du Mali et du Tchad qui ont signé cette convention de coopération judiciaire. Des « accords historiques », disent-ils, au moment où ces mêmes pays sont menacés par le terrorisme transfrontalier. «...
(RFI 11/05/17)
Une manifestation de la société civile a été interdite, mercredi 10 mai 2017, à Niamey. Le début du meeting et de la marche ont rapidement été dispersés par la police. Pour les organisateurs, qui avaient appelé à cette mobilisation pour défendre l'école publique nigérienne, cette interdiction de manifester est inadmissible. Pour l’organisation du rassemblement, la notification d'interdiction de la manifestation est arrivée tard mardi soir. Trop tard pour pouvoir être relayée aux manifestants.

Pages