Mardi 23 Janvier 2018
(AFP 15/12/17)
En combattant avec leurs alliés la myriade de groupes jihadistes sévissant au Sahel, les cinq pays africains mobilisés luttent "pour le monde entier", soutient le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui réclame un financement pérenne et une plus grande implication de l'ONU. "La menace terroriste est une menace internationale, le combat que nous faisons dans le Sahel, nous le faisons aussi pour l'Europe, pour le monde entier", souligne le président Mahamadou Issoufou, dans un entretien accordé jeudi soir à l'AFP.
(RFI 15/12/17)
Le président du Conseil italien Paolo Gentiloni a promis ce mercredi 13 décembre un « engagement sérieux » pour la formation de forces pouvant contribuer à la stabilité et à la lutte contre le terrorisme au Sahel. La priorité de l’Italie, c’est le Niger qui peut jouer selon lui « un rôle clé dans le contrôle des flux migratoires ». Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir Le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, assure que l’Italie déploiera une mission militaire « au cœur de l’Afrique ». A commencer par le Niger avec, au départ, 150 personnes mobilisées.
(Le Point 15/12/17)
Coalition. À La Celle-Saint-Cloud, Emmanuel Macron a reçu une vingtaine de délégations pour relancer la création du G5 Sahel. Il a obtenu des financements supplémentaires et attend des résultats rapides. Même si Emmanuel Macron a reçu les chefs d'État des armées de la force anti-djihadiste G5 Sahel sous une pluie glaciale, au château de La Celle-Saint-Cloud, dans les Yvelines, mercredi était une belle journée. L'Arabie saoudite a annoncé qu'elle donnerait 100 millions d'euros à la nouvelle entité, les Émirats arabes unis 30 millions d'euros et les Pays-Bas 5 millions d'euros. Bref, du côté de l'Élysée, on parle tout sourire d'un « déjeuner à 135 millions d'euros ». Ce n'était pas le seul objet de la réunion. « Le terrorisme bat...
(AFP 14/12/17)
L'Arabie saoudite a un double intérêt à aider financièrement la force conjointe du G5 Sahel: le nouveau régime a le souci de contrecarrer les accusations de financement du terrorisme, tout en consolidant son influence au Sahel, une région dans laquelle il investit depuis de longues années, selon les experts. Mercredi, Ryad a confirmé qu'il allait verser 100 millions d'euros au profit de la nouvelle force antijihadiste composée de soldats de cinq pays de la région (Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger, Mauritanie), lors d'un sommet organisé par le président français Emmanuel Macron. Pour l'heure, cette contribution fait de l'Arabie saoudite le premier bailleur de fonds de la force du G5 Sahel, dont les besoins de départ ont été évalués à 250...
(AFP 14/12/17)
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) va consacrer un sommet extraordinaire début 2018 à la confirmation de l'adhésion du Maroc, a indiqué jeudi un haut responsable gouvernemental à Rabat. "Après concertation avec le Maroc et discussions avec les Etats membres ces derniers jours, on s’oriente vers un sommet extraordinaire en début d'année prochaine, exclusivement consacré à la question", a indiqué à l'AFP ce responsable marocain qui a requis l'anonymat. Il n'a pas été possible d'obtenir des informations à ce sujet à Abuja, où les travaux préparatoires du sommet ont commencé cette semaine.
(Le Monde 14/12/17)
L’Arabie saoudite a annoncé une contribution de 100 millions d’euros à la force conjointe antiterroriste, les Emirats arabes unis de 30 millions d’euros. Sortir du tête-à-tête entre la France et les pays sahéliens, et aller vite. Convoquée mercredi 13 décembre par le président Emmanuel Macron, la réunion de soutien au G5 Sahel aura tenu les objectifs fixés par l’Elysée. La force conjointe antiterroriste constituée par le Tchad, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et la Mauritanie devrait rapidement recevoir un soutien politique et financier accru. Arrivés en fin de matinée au château de La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) sous une pluie glaciale, les présidents Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Roch Kaboré (Burkina Faso), Idriss Déby (Tchad), Mahamadou Issoufou (Niger) et Mohamed Ould...
(RFI 14/12/17)
Le Niger présente depuis mercredi 13 décembre son plan de développement économique et social aux bailleurs de fonds réunis à Paris. Niamey qui souhaite porter sa croissance à 7 % par an compte sur ce plan pour y arriver. Le PDES est estimé à 17 milliards de dollars sur lesquels le gouvernement apporte 10 milliards, reste donc 7 milliards à trouver. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20171214-niger-renaissance-economique-plan-de...
(RFI 14/12/17)
Il faut aller plus vite dans la mise en œuvre du G5 Sahel. C’est l’objectif de la France et le but de cette réunion mercredi 13 décembre près de Paris. Le président français a convié ses homologues des pays membres de la force conjointe. A terme, cette force antiterroriste devrait compter 5 000 hommes. Mais aujourd’hui, elle est loin d’être opérationnelle. Au château de la Celle Saint-Cloud, où s'est tenue cette réunion, les discussions ont commencé à huis clos en fin de matinée entre les présidents du G5 et Emmanuel Macron, le président français. Contrairement à Abidjan, fin novembre, où il manquait le président mauritanien, les cinq chefs d’Etat concernés sont tous là. Ces premiers échanges en comité restreint ont...
(RFI 14/12/17)
Une réunion sur le G5 Sahel s'est tenue ce mercredi 13 décembre à la Celle-Saint-Cloud, en banlieue parisienne. Les cinq chefs d'Etat des pays sahéliens ont été invités par le président Emmanuel Macron. L'objectif : accélérer la mobilisation internationale autour de cette force conjointe de lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Avec au cœur des préoccupations, la question d'un financement durable de cette force. C'est avec une certaine satisfaction qu'Emmanuel Macron a annoncé deux nouveaux contributeurs financiers de la force G5 Sahel. « Je souhaite souligner évidemment l’engagement de l’Union européenne, qui s’est engagée à hauteur sur 50 millions d’euros, mais également l’Arabie Saoudite qui contribuera à hauteur de 100 millions et les Emirats Arabes Unis à hauteur de...
(Agence Ecofin 14/12/17)
La table ronde de ce mercredi tenue à Paris entre les pays du G5 Sahel, la France et les organisations partenaires, a permis de mobiliser 135 millions d’euros supplémentaires pour le déploiement de la force sahélienne. L’Arabie Saoudite a confirmé ses 100 millions d’euros promis, il y a quelques jours, les Emirats arabes unis ont contribué à hauteur de 30 millions d’euros et les Pays Bas pour 5 millions d’euros. Cette somme s’ajoutera aux 150 millions d’euros des pays du G5 Sahel, de la France et de l’Ue. Sans oublier les 60 millions de dollars des Usa. Mais, les pays du G5 Sahel se posent des questions quant à la pérennité du financement vu que les 423 millions d’euros sollicités...
(AFP 13/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a déclaré mercredi que la guerre contre les jihadistes battait "son plein" au Sahel et que l'objectif était de remporter des "victoires au premier semestre 2018". "Il nous faut gagner la guerre contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne. Or elle bat son plein. Il y a des attaques chaque jour, il y a des Etats qui sont aujourd'hui menacés (...) Nous devons intensifier l'effort", a-t-il déclaré à l'issue d'un réunion internationale à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris, destinée à accélérer la mise en place de la force du G5 Sahel composée de soldats de cinq pays de la région.
(AFP 13/12/17)
Au lendemain du sommet sur le climat, la France réunit mercredi une vingtaine de dirigeants pour accélérer la mise en oeuvre de la nouvelle force conjointe G5 Sahel en raison de "l'urgence" sécuritaire sur le terrain. Cette "réunion de soutien" se tient à l'initiative d'Emmanuel Macron, qui a récemment jugé "urgent de renverser la tendance" au Sahel, où "les terroristes" ont "enregistré des victoires militaires et symboliques" ces derniers mois. Pour cela, le président français a convié au château de la Celle-Saint-Cloud, près de Paris, ses homologues du G5 Sahel: le Malien Ibrahim Boubakar Keïta, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, le Tchadien Idriss Déby et le Mauritanien...
(RFI 13/12/17)
Les cinq chefs d'Etat du Sahel ont rendez-vous près de Paris, à La Celle Saint-Cloud, ce mercredi 13 décembre. A l'invitation d'Emmanuel Macron, les présidents du Mali, de Mauritanie, du Burkina Faso du Tchad et du Niger se retrouveront autour de la chancelière allemande Angela Merkel, du président de la Commission de l'Union africaine et de nombreux partenaires. Une vingtaine de délégations seront présentes, avec un objectif : renforcer la mobilisation internationale au profit de la force conjointe antijihadiste. Fin novembre à Abidjan, Emmanuel Macron avait estimé que la mise en place du G5 n'avançait pas assez vite. Et qu'il fallait donner un coup d'accélérateur. Un message qui se concrétise par cette réunion qui vise d'abord à aider les pays...
(AFP 12/12/17)
Emmanuel Macron, Angela Merkel et cinq chefs d'Etat des pays de l'Afrique sahélienne vont tenter mercredi à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris, de renforcer la mobilisation internationale au profit de la nouvelle force conjointe antijihadiste G5 Sahel, pour accélérer son déploiement. - Pourquoi cette mobilisation? - Il s'agit de faire le point près de six mois après la décision de créer la force G5 Sahel, prise début juillet sous l'impulsion du président français par cinq pays de la région, parmi les plus pauvres du monde: le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad. L'objectif est de mettre sur pied d'ici à la mi-2018 une force de 5.000 hommes, pour reconquérir les zones frontalières où les groupes...
(Jeune Afrique 04/12/17)
S’il n’en parle pas à tout bout de champ, Emmanuel Macron a une préoccupation constante : donner au G5 Sahel les moyens de lutter contre les jihadistes. Face au refus de Donald Trump de voir l’ONU financer cette force multinationale, la France multiplie les démarches. Le 15 juin, au terme d’un long entretien téléphonique, le ministre Jean-Yves Le Drian a réussi à convaincre Rex Tillerson, son homologue américain, de faire adopter au Conseil de sécurité une résolution de principe, la 2359. Le 6 octobre, lors d’un coup de fil avec Trump juste après la mort de quatre soldats américains au Niger, le président français a remis cette question sur la table. Aujourd’hui, Nikki Haley, l’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, déclare...
(RFI 04/12/17)
La Jordanie, petit pays du Moyen-Orient, s'intéresse de plus en plus aux pays africains, y compris les pays d'Afrique de l'Ouest. Le roi Abdallah II de Jordanie recevait en cette fin de semaine, sur la mer Rouge, les présidents nigérian, guinéen, nigérien et malien. Ces rencontres d'Aqaba doivent permettre à ces pays d'échanger des informations pour la lutte contre le terrorisme. La Jordanie, qui a l'expérience de la lutte contre les groupes islamistes, espère développer de nouvelles relations commerciales en Afrique. Avec notre correspondant à Amman, Jérôme Boruszewski Les marchés africains sont une nouvelle cible pour la Jordanie. Amman espère ouvrir des ambassades en Guinée et au Nigeria pour dynamiser ses relations avec l'Afrique de l'Ouest. Le président guinéen Alpha...
(Agence Ecofin 02/12/17)
La classe politique nuit aux perspectives de développement au Niger, selon la Banque mondiale. Dans un dossier spécial publié mercredi dernier dans le semestriel « Bilan économique », l’institution a fait un zoom sur les efforts du gouvernement vers la réduction de l’extrême pauvreté. Et parmi les difficultés auxquelles fait face le pays, la classe politique qui, selon la banque, ne favorise pas cette promotion à la prospérité. « La recherche de profit, le clientélisme et l’impunité sont endémiques, car ils servent à l’ambition politique et aux tractations entre les élites. », schématise l’institution de Bretton Woods. Conséquence, le modèle de développement est non inclusif, non idéologique et ne vise qu’à générer des avantages aux plus nantis. « La préférence...
(AFP 01/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a précisé jeudi son projet de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants en Libye, plaidant pour le déploiement de forces policières africaines, l'envoi de troupes française n'étant pas à l'ordre du jour. "Nous avons des échanges bilatéraux avec des pays africains pour contrôler les trafics, d'une manière structurée dans une +task force+", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Accra, dernière étape de sa tournée africaine. "Il appartient aux Etats africains d'opérer sur leur sol et de mener des opérations de police...
(AFP 30/11/17)
Une réunion internationale aura lieu le 13 décembre pour "accélérer le déploiement" de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie), a-t-on appris jeudi auprès de l’Élysée. "Le président Emmanuel Macron va inviter ses homologues et des partenaires clés de la force conjointe, de l'UE, des ONU, de l'UA..." dans le but "d’accélérer le déploiement de la force du G5 Sahel", a affirmé l'Elysée en marge du 5e sommet Afrique-Europe à Abidjan. Le président français estime que la mise en place de la force "n'avance pas assez vite et que les terroristes ont enregistré des victoires militaires et symboliques notamment au Niger. Il est urgent de renverser la tendance", a précisé l'Elysée. "Ce sera une accélération du...
(AFP 30/11/17)
Le 5e sommet Europe-Afrique a débouché mercredi soir sur une série de mesures d'urgence pour mettre un terme à l'esclavage de migrants en Libye, devenu un des thèmes centraux des débats. Evacuation d'urgence des Africains désirant quitter la Libye, "task force" policière et de renseignement, commission d'enquête mais aussi une communication pour dissuader les jeunes de tenter l'exode sont prévus, a annoncé le président français Emmanuel Macron à l'issue d'une réunion d'urgence de neuf pays sur le sujet. Après le scandale international né de la diffusion d'images de marché aux esclaves en Libye, l'immigration s'est imposée comme le thème majeur du sommet qui réunit environ 80 chefs d'Etat...

Pages