Jeudi 26 Avril 2018
(Xinhua 13/02/18)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou a procédé lundi à Niamey à l'inauguration officielle du Conseil économique, social et culturel (CESOC) pour son second mandat entre 2017 et 2022. Au Niger, le CESOC fait partie des principales institutions de la république nigérienne. En vertu de la loi fondamentale, elle émet des avis et des recommandations sur toutes les questions touchant à la vie de la nation, qu'elles soient politiques, économiques et sociales. Durant ce nouveau mandat, "Nous souhaitons que vous vous appesantissiez sur la modernisation sociale de notre pays", a déclaré le chef de l'Etat aux conseillers, précisant que "la modernisation sociale que nous voulons, doit renforcer la cohésion et la stabilisation de la cellule familiale". Par ailleurs, la présente session...
(Jeune Afrique 13/02/18)
Suite à de nombreuses critiques venant de l'international, le Nigérien Najim Elhadj Mohamed a été écarté du poste de secrétaire permanent du G5 Sahel, au profit de Maman Sidikou. Lors du quatrième sommet du G5 Sahel, le 6 février dernier, le Nigérien Najim Elhadj Mohamed, secrétaire permanent du G5 Sahel, a été remplacé à mi-mandat par son compatriote Maman Sidikou. Respecté au sein de cette structure, il était notamment depuis des mois la cible des critiques des grands bailleurs de fonds, l’Union européenne (UE) en tête, qui lui reprochaient son manque d’entregent, la fréquence de ses voyages et un fort intérêt pour les questions de développement, au détriment de celles portant sur la défense et la sécurité. Lire la suite...
(AFP 08/02/18)
Les autorités du Niger ont démenti mercredi vouloir "remettre en cause la liberté" des médias par le biais d'une série de contrôles fiscaux, dénoncés par les patrons des organes privés. "Contrairement à des allégations (...) cette opération de contrôle fiscal n'a nullement comme objectif une remise en cause quelconque de la liberté de la presse ou de la liberté d'expression", affirme la Direction générale de Impôts dans un communiqué lu à la radio d'Etat. La semaine passée, des patrons des médias privés ont annoncé avoir reçu un courrier des services des impôts "en vue de vérifier tous les impôts et taxes" depuis 2014. Les organes de presse "sont des contribuables ordinaires" et sont "soumis comme les autres aux obligations de...
(AFP 07/02/18)
Les chefs d'Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), réunis en sommet mardi à Niamey, ont réitéré leur demande à la communauté internationale d'un soutien financier supplémentaire pour leur force militaire conjointe. "Compte tenu de la pression qu'exerce la crise sécuritaire actuelle dans le Sahel sur les finances publiques des Etats membres, les chefs d'Etat invitent les institutions financières internationales (...) à mettre en place des ressources additionnelles pour y faire face", affirme le communiqué final du sommet publié mardi soir. La force du G5 Sahel, qui devrait compter 5.000 soldats des cinq pays impliqués d'ici la mi-2018, a pour mission de combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne. Les pays du G5...
(RFI 07/02/18)
Niamey a accueilli, hier mardi 6 février, un sommet du G5 Sahel qui a réuni les présidents des cinq pays qui composent cette force conjointe (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ainsi que la ministre française des Armées. Au menu de cette rencontre au Niger, la prise de fonction du président nigérien Mahamadou Issouffou à la tête du G5 Sahel, le bouclage du financement de cette force et sa montée en puissance. C’est après une journée marathon de travail à huis clos, qu’Issoufou Mahamadou a pris la présidence du G5 Sahel. Le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, est rassuré : « Permettez que je dise ma totale confiance et conviction à la montée en puissance très prochaine du G5...
(AFP 07/02/18)
Un sommet sur le bassin du lac Tchad, victime du réchauffement climatique et repaire du groupe islamiste nigérian Boko Haram, se tiendra fin février au Nigeria, a annoncé mercredi le président nigérien Mahamadou Issoufou. Cette "conférence internationale sur la réhabilitation du Lac Tchad" se tiendra à Abuja, a déclaré M. Issoufou à l'ouverture à Niamey d'une réunion du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS - 13 Etats). Cinq autres présidents, le Sénégalais Macky Sall, le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, le Tchadien Idriss Déby, le mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz et le Malien Ibrahim Boubacar Keïta étaient présents pour cette réunion qui se tient à la suite du sommet du G5 Sahel mardi. La rencontre d'une journée...
(Xinhua 07/02/18)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui prend la tête du G5 Sahel, a lancé un appel mardi, à l'occasion de l'ouverture du 4ème sommet des chefs d'Etats et de gouvernement de l'organisation, pour une opérationnalisation d'urgence de la force conjointe G5 Sahel. La force conjointe G5 Sahel est constituée des armées de la Mauritanie, du Mali, du Tchad, du Burkina Faso et du Niger pour faire face à la recrudescence des attaques terroristes meurtrières et dévastatrices perpétrées par les mouvements djihadistes et autres terroristes, notamment dans les pays riverains du bassin du lac Tchad, au Mali et dans les Etats voisins. La rencontre de Niamey à laquelle prennent part les présidents des cinq pays membres, les représentants des partenaires et...
(AFP 06/02/18)
Un sommet des chefs d'Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), s'est ouvert mardi à Niamey pour boucler le financement de la force militaire conjointe et assurer sa montée en puissance, a constaté un journaliste de l'AFP. Les présidents burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, tchadien Idriss Déby, mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, malien Ibrahim Boubacar Keïta et nigérien Mahamadou Issoufou étaient présents à l'ouverture du sommet, ainsi que la ministre française de la Défense Florence Parly. Lancée début 2017, la force conjointe, dont la mission est de combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne, "sera opérationnelle à la fin du mois de mars", a affirmé dimanche devant la presse le ministre malien des Affaires...
(RFI 06/02/18)
Après les chefs d'état-major des pays du G5 Sahel, lundi 5 février, ce sont les chefs d'Etat qui sont réunis à Niamey depuis ce matin. De nombreux partenaires de l’organisation participent aussi à ce nouveau sommet qui devrait notamment permettre de faire un point sur le financement de la force militaire. Les chefs d'Etat vont plancher sur la recherche de financements complémentaires. En janvier, à Bamako, ils ont décidé de mettre en place un fonds fiduciaire pour accueillir les contributions, mais malgré les engagements de l'Union européenne et de plusieurs pays, comme l’Arabie saoudite, le compte n’y est toujours pas. Ce matin, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, l'a rappelé à la tribune, seuls 294 millions d'euros ont été mobilisés...
(RFI 06/02/18)
En prélude à la réunion des chefs d’Etat du G5 Sahel qui s’ouvre, ce mardi 6 février, à Niamey, les chefs d’état-major des cinq armées se sont réunis pour dégager les conclusions de la seconde opération sur les frontières du Mali et du Burkina Faso. Lors d’une conférence de presse, le général Didier Dacko, commandant de cette force, a donné des précisions. Selon le général Didier Dacko, commandant de la Force conjointe G5 Sahel, la seconde opération baptisée Pagnali (« tonnerre », en langue peul), a concerné deux zones frontalières du Mali et du Burkina Faso.
(Xinhua 05/02/18)
La capitale nigérienne Niamey va accueillir mardi prochain la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement du G5 Sahel, axée essentiellement sur la situation d'insécurité dans le Sahel, apprend-on de source officielle à Niamey. Créé le 16 février 2014 à Nouakchott, en Mauritanie, le G5 Sahel est né de l'ambition des dirigeants des pays membres (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) de garantir les conditions de paix, de sécurité et de développement durable dans l'espace sahélo-saharien. Cette rencontre de Niamey a pour objectif essentiel l'opérationnalisation de la force conjointe, la force G5 Sahel. La vaste zone sahélo-saharienne constitue une des plus grandes concentrations des menaces sur la paix, la sécurité et le développement, avec notamment la présence de groupes...
(RFI 03/02/18)
Durant la visite du président Macron au Sénégal, les présidents français et sénégalais ont affiché vendredi 2 février une préoccupation commune concernant la sécurité régionale, avec notamment la montée en puissance, aux frontières du Sénégal, de la force anti-terroriste du G5 Sahel qui réunit le Mali, le Burkina Faso, le Niger le Tchad et la Mauritanie. La Mauritanie qui vient de nommer les officiers du commandement Ouest de la force conjointe. C'est le colonel Ould Isselmou qui prend la tête de la zone d'opération située entre le Mali et la Mauritanie. Le poste de commandement de secteur pourrait être assez rapidement déployé dans une ville proche de la frontière. Jusqu'alors, la Mauritanie n'était guère pressée de mettre en place son...
(AFP 02/02/18)
La Mauritanie a nommé les officiers du commandement Ouest de la force conjointe antijihadiste du G5 Sahel, qui vient d'achever sa deuxième opération, lancée il y a deux semaines, a t-on appris jeudi de sources militaires. Le colonel Salem Vall Ould Isselmou a été nommé commandant du "fuseau ouest" de la force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), dont le poste de commandement sera installé dans la ville mauritanienne de Nbeikit, proche de la frontière malienne, a indiqué une source militaire à Nouakchott. Par ailleurs, le colonel Mohamed Cheikh Ould Kreive a été nommé commandant du bataillon mauritanien au sein de la force conjointe. Ces nominations, les premières décisions concrètes annoncées publiquement par la Mauritanie...
(Le Monde 01/02/18)
Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, pilote le dossier de la zone de libre-échange continentale pour le compte de l’Union africaine (UA). Il s’agit, selon lui, d’une nécessité et d’une étape « historique » vers une véritable intégration permettant, par une approche économique, de réduire la pauvreté et de lutter contre le terrorisme qui ravage la région. A la tête du G5 Sahel à compter du 6 février, M. Issoufou livre en marge du 30e sommet de l’UA, à Addis-Abeba, sa vision du développement ...
(AFP 31/01/18)
Le procès en cassation de l'opposant Hama Amadou, arrivé deuxième à la présidentielle de 2016 et condamné à un an de prison pour un trafic de bébé, s'est tenu mercredi à Niamey et le délibéré sera connu le 28 février prochain, a appris l'AFP. "Le procès a eu lieu ce mercredi devant la cour de cassation qui doit délibérer le 28 février", a affirmé à l'AFP une source proche du dossier, sans plus de précision. Hama Amadou, ancien Premier ministre et ex-président du Parlement, qui vit à l'étranger, avait été condamné par contumace à un an de prison en mars 2017 par la cour d'appel pour "recel d'enfant" dans un trafic...
(RFI 31/01/18)
Au Niger, le procès en cassation de l’opposant Hama Amadou dans l’affaire du trafic de bébés nigérians débute ce mercredi 31 janvier. Lui et son épouse avaient été condamnés l’an passé à un an de prison ferme, reconnus coupables de supposition d’enfant, un délit qui consiste à attribuer la maternité d’un nouveau-né à une femme qui ne l’a pas mis au monde. En exil en France, l’ancien président de l’Assemblée nationale n’a pas purgé sa peine. Ses avocats, eux, montent une nouvelle fois au créneau. Me Souley Oumarou ne décolère pas. Pour lui, les droits de la défense n’ont pas été respectés dans ce dossier. Hama Amadou n’a jamais été présenté à un juge et lui n’a pas eu accès...
(RFI 30/01/18)
Le 30e sommet de l’UA s'est achevé ce lundi 29 janvier à Addis Abeba, siège de l’organisation. Construit par les Chinois, ce siège a-t-il été espionné par les services de renseignement de Pékin, comme l'affirme une enquête du journal Le Monde ? Ce lundi, la Chine dément. La Chine a-t-elle espionné le siège de l'Union africaine ? C'est en tout cas ce qu'affirme Le Monde dans un article publié vendredi 26 janvier. Citant plusieurs sources internes à l'organisation panafricaine, le quotidien assure que les informaticiens de cette institution se sont rendus compte il y a environ un an que le contenu des serveurs de l'UA était transféré vers d'autres serveurs à Shangaï. Ces mêmes sources indiquent que ces transferts auraient...
(APA 29/01/18)
APA-Niamey (Niger) - Le tribunal militaire de Niamey a prononcé, vendredi, une série de condamnations allant de 5 à 15 ans de prison à l’encontre de neuf officiers et sous-officiers des Forces armées nigériennes (FAN), de même qu’un civil, accusés tous d’avoir fomenté une tentative de coup d’état contre le régime de Issoufou Mahamadou en décembre 2015. Parmi les militaires condamnés, figurent le général Salou Souleymane – ancien Chef d’Etat major des FAN et inspecteur général des armées et de la gendarmerie au moment des faits – et son fils Niandou Salou. Il y a également le capitaine Issa Amadou Kountché et le lieutenant Awal Hambally, plusieurs fois cité dans des présumés complots ourdis durant premier quinquennat de la 7ème...
(RFI 29/01/18)
Après plusieurs heures de retard, les dirigeants du continent africain ont réussi à avancer dimanche 28 janvier sur les réformes proposées par Paul Kagame, officiellement désigné pour succéder au Guinéen Alpha Condé. Paul Kagame propose notamment une taxe à 0,2% sur les importations de certains produits. Une vingtaine de pays l'a déjà mise en place. Le chef de l'État rwandais veut aussi avancer sur la mise en place d'un marché commun car les enjeux économiques sont cruciaux pour l'Afrique. Pour s'autofinancer, l'Union africaine demande à chacun de ses Etats membres de taxer à 0,2% un certain nombre de produits importés. Et dimanche à la tribune, le président sortant de l'Union africaine, Alpha Condé, a révélé le nombre de pays qui...
(AFP 28/01/18)
Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d'indignations provoqué par des propos insultants pour l'Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi et adressée aux chefs d'Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l'Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d'Etat Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu'il est chef de la diplomatie américaine. Une source au sein de l'UA a confirmé l'authenticité du courrier, relayé sur les réseaux sociaux, ainsi que sa réception par la...

Pages