Samedi 27 Mai 2017
(AFP 27/05/17)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou a appelé samedi les membres du G7 à prendre des mesures "pour éteindre le chaudron libyen", et à aider matériellement les pays du Sahel qui veulent créer une force pour combattre les groupes jihadistes. "La lutte contre le terrorisme dans les pays du Sahel et du bassin du Lac Tchad exige que des mesures urgentes soient prises pour éteindre le chaudron Libyen", a déclaré le président nigérien lors d'une réunion entre cinq pays africains et les dirigeants du G7 réunis à Taormina, en Sicile. Cet appel intervient alors que la Libye continue à s'enfoncer dans le chaos et que de violents combats ont secoué vendredi Tripoli, faisant 28 morts. M...
(RFI 27/05/17)
L'opposant Amadou Djibo reste en prison, au Niger alors que la suite de son procès a été repoussée à lundi prochain. Le tribunal de grande instance de Niamey a rejeté les objections de ses avocats, sur l'irrecevabilité des preuves, notamment une clé USB contenant un élément audio. Amadou Djibo est accusé d'avoir proposé aux militants du Moden Fa Lumana, de Hama Amadou, de renverser le régime du président, Mahamadou Issoufou. L'accusé nie les faits.
(AFP 26/05/17)
Le procès de l'opposant et ex-député nigérien Amadou Djibo Ali, accusé de "complot" visant à "renverser" le président Mahamadou Issoufou, va se poursuivre lundi, a annoncé vendredi l'un de ses avocats. Une première audience avait eu lieu mardi et une décision était attendue vendredi. "Le tribunal dans sa décision de ce matin (vendredi) a rejeté toutes les exceptions que nous avions soulevées et nous a renvoyé (pour un jugement) au fond le lundi 29 mai 2017", a déclaré aux journalistes,...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Si aucun pays africain ne figure au G7, groupe des sept pays les plus développés de la planète, plusieurs chefs d’État du continent ont été invités au sommet du 26 mai, qui se tient en Italie. Parmi eux, les francophones Mahamadou Issoufou et Béji Caïd Essebsi, qui doivent rencontrer le nouveau chef de l'Etat français, Emmanuel Macron. Le sommet du G7 (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon) se tient les 26 et 27 mai à Taormine, en Sicile, en...
(AFP 25/05/17)
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, dont le pays est en première ligne dans la lutte contre les groupes jihadistes au Sahel et contre Boko Haram, fait partie des chefs d'Etats invités au G7 à Taormina (Italie), a-t-on annoncé jeudi de source officielle. Le président Issoufou "a quitté Niamey jeudi à destination de Taormina, en Italie, où il participera au 43e sommet du G7", selon un communiqué. Une vingtaine de délégations sont attendues à Taormina -- aux sept pays historiques s'ajoutent les représentants de l'Union européenne, du Fonds monétaire international, de la Tunisie, du Niger, du Nigeria, du Kenya et de l'Ethiopie.
(AFP 24/05/17)
L'opposant et ex-député nigérien Amadou Djibo Ali, incarcéré depuis cinq jours, a été jugé mardi pour "complot" visant à"renverser" le président Mahamadou Issoufou, et le délibéré est fixé au 26 mai, a annoncé un dirigeant de l'opposition. "Nous espérons que notre ami sera libéré vendredi", a lancé Falké Bacharou, l'un des responsables de la Coalition des partis d'opposition présidé par Amadou Djibo Ali. Amadou Djibo Ali a été incarcéré jeudi à la prison de Niamey. Le parquet l'a inculpé de "proposition de complot" et "renvoyé devant le tribunal statuant en matière de flagrant délit", avait affirmé son avocat Marc Le Bihan.
(Jeune Afrique 24/05/17)
Ali Idrissa, coordinateur de l’organisation « Publiez ce que vous payez », a été interpellé à deux reprises les 20 et 22 mai et interrogé par la police sur des soupçons d’incitation au complot visant à renverser le régime. Relâché, il répond aux questions de Jeune Afrique sur ce qu’il considère comme des dérives d’un « régime répressif ». Interview. Jeune Afrique : Quels ont été les motifs de vos interpellations ? Ali Idrissa : Les organisations de la société...
(AFP 23/05/17)
L'une des figures de la société civile nigérienne et de l'opposition, Ali Idrissa, qui avait été interpellé pendant plusieurs heures samedi, a à nouveau été interrogé lundi mais laissé libre, a-t-il indiqué lundi à l'AFP. "Ils m'ont dit que je pouvais partir librement, mais que le dossier reste ouvert", a déclaré Ali Idrissa, en fin d'après-midi, peu après avoir quitté les locaux de la police judiciaire de la capitale nigérienne Niamey. Poursuivi pour "incitation à la révolte", M. Idrissa avait...
(Dw-World 23/05/17)
Au Niger, le climat socio politique se caractérise ces derniers temps par une vague d'arrestations des acteurs de la société civile et d'opposant politique. Ils sont acteurs de la société civile ou opposant politique qui sont interpellés très souvent pour des propos tenus sur les média de la place. Ali Idrissa coordonnateur du réseau pour l'observation la transparence et l'analyse budgétaire vient juste d’être libéré. Il nous dit ce que les autorités lui reprochent: "On me reproche mes propos le...
(Libération 22/05/17)
En 2011, l'élection du président Mahamadou Issoufou représentait un espoir de changement pour les Nigériens. Espoir déçu. Depuis sa réélection en 2016, la société civile tente de se fédérer et les manifestations populaires s'intensifient. La colère s’intensifie au Niger. Une nouvelle manifestation devait avoir lieu samedi à Niamey, dix jours seulement après la dernière, qui avait été dispersée rapidement par les forces de l’ordre. Les élections présidentielles en 2016 (qui inaugurent le second mandat du président Issoufou), jugées frauduleuses, ont cristallisé le mécontentement. L’exaspération populaire générée par la corruption, la mauvaise gouvernance de l’Etat...
(RFI 22/05/17)
Au Niger, Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, le Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire, a été retenu samedi 20 mai, plusieurs heures à la police judiciaire, avant d'être relâché. Arrêté pour des propos tenus dans la matinée, après l'interdiction d'une manifestation de la société civile, Ali Idrissa, affirme qu'il s'agit d'une énième tentative des autorités de faire taire toute contestation. Arrêté lors d’un rassemblement interdit par les autorités, Ali Idrissa, figure de la société civile et coordinateur du Rotab, s’est exprimé au micro de RFI quelques heures après avoir été relâché. « Selon la police judiciaire, nos propos suite à l’interdiction de notre manifestation seraient de l’incitation...
(RFI 22/05/17)
Amadou Djibo dit Max sera jugé mardi 23 mai 2017, ont annoncé ses avocats. Arrêté lundi 15 mai, le président du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR), la coalition de l’opposition, a été inculpé pour incitation à la révolte. On lui reprocherait, selon ses proches, des propos critiques sur le régime tenus lors d'une réunion politique. Intinikar Alhassane, porte-parole du FRDDR, parle d’une « tentative de liquidation de l’opposition ». Intinikar Alhassane...
(Xinhua 22/05/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Au bout de plus de trois heures d'échanges et de discussions houleuses, le gouvernement nigérien et les acteurs de l'éducation se sont séparés jeudi à Niamey sans parvenir à résoudre la crise qui mine cette année l'école. Depuis la rentrée académique, les enseignants observent des grèves perlées pour exiger du gouvernement le respect de ses engagements dans le cadre du protocole d'accord signé en décembre 2016 et qui vise à améliorer leurs conditions de vie et de...
(AFP 19/05/17)
L'opposant et ex-député nigérien Amadou Djibo Ali a été incarcéré jeudi après-midi, après trois jours de garde-à-vue, pour "complot" présumé visant le "renversement" du président Mahamadou Issoufou, a indiqué l'un de ses avocats. L'opposant a été déféré au parquet, inculpé pour le chef de "proposition de complot" et "renvoyé devant le tribunal statuant en matière de flagrant délit", a déclaré l'avocat Marc Le Bihan sur une télévision privée. Son procès se tiendra "probablement vendredi ou lundi", a affirmé l'avocat, qui espère "la relaxe" de son client. M. Ali aurait appelé "au renversement" du président du Niger Mahamadou...
(Jeune Afrique 19/05/17)
L’opposant Amadou Djibo doit être jugé mardi 23 mai pour incitation au complot visant à renverser le régime, selon son avocat. Le leader du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR) avait été arrêté le 15 mai. Amadou Djibo avait été interpellé par les forces de police alors qu’il retournait à son domicile de Niamey en provenance de la mosquée, lundi 15 mai. Une perquisition a ensuite été opérée chez lui, et il...
(RFI 19/05/17)
Amadou Djibo, leader de l'opposition nigérienne, a passé du 18 au 19 mai 2017 sa première nuit en prison. Il doit être jugé en flagrant délit pour incitation à la révolte, des accusations contestées par ses soutiens. Pour avoir tenu des propos violents à l’endroit du pouvoir en place, Amadou Djibo - dit « Max », a été accusé d’avoir « fait des propositions pour détruire ou changer un régime constitutionnel et d’exciter les citoyens ou les populations à s’armer...
(Xinhua 19/05/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Le président nigérien Mahamadou Issoufou sera l'invité de la réunion du Groupe des sept pays les plus développés (G7) prévue les 26 et 27 mai à Taormine en Sicile (Italie), a-t-on appris de source diplomatique à Niamey. C'est l'ambassadeur de France au Niger, Marcel Escure, qui a donné cette information au sortir d'une audience avec le chef de l'Etat. "Nous avons évoqué surtout la poursuite et l'approfondissement de nos excellentes relations, notamment les prochains grands rendez-vous internationaux,...
(Afrique Actualité 18/05/17)
Des éléments de la police judiciaire ont procédé lundi dernier, à 6 h du matin, à l'arrestation à son domicile de Amadou Djibo Ali, dit Max, président du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR), l'opposition politique nigérienne. Les motifs de cette arrestation sont encore inconnues. Une arrestation de trop pour l'opposition qui estime que « les effets de la confiscation du pouvoir sont patents et ils ont atteint un point culminant »...
(RFI 17/05/17)
L'opposant nigérien Amadou Djibo alias Max est depuis lundi 15 mai en garde à vue à la police judiciaire. Les autorités lui reprochent ses propos très critiques lors d'une intervention publique devant ses camarades de l'opposition. Mardi, son domicile a été perquisitionné. L’opposant Amadou Djibo, président du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR) se voit reproché des propos va-t-en-guerre qu’il a tenus lors du huitième anniversaire du parti de Hama Amadou, le MODEN Lumana FA.
(Xinhua 10/05/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Le président du Conseil économique, social et culturel du Niger (CESOC), Moussa Moumouni Djermakoye, s'est félicité du caractère exemplaire de la très vieille amitié entre son pays et la Chine, à l'occasion d'une audience accordée mardi à l'ambassadeur de Chine au Niger, Zhang Lijun. Le diplomate chinois a rendu une visite de courtoisie au président du CESOC au siège de cette institution à Niamey, six mois après sa prise de fonction dans le pays. Cette visite a...

Pages