| Africatime
Lundi 16 Janvier 2017
(Xinhua 16/01/17)
Trois pays subsahariens, à savoir le Niger, le Burkina Faso et le Mali, tiendront le 24 janvier prochain une rencontre sous-régionale à Niamey, sur le terrorisme, a annoncé le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, en marge du 27è Sommet Afrique-France. M. Kaboré dont les propos ont été rapportés du Mali par la presse burkinabè a précisé : "nous avons également pris l'engagement d'équiper nos forces armées, de leur donner les moyens pour assurer la sécurité du territoire; mais également de rechercher des moyens pour que nous puissions avoir des hélicoptères qui nous permettent d'assurer une sécurité aérienne".
(AFP 14/01/17)
Le président François Hollande a estimé vendredi que le combat contre les jihadistes était le même, au Sahel, en Irak et en Syrie comme en France, lors d'une rencontre avec les troupes françaises dans le nord du Mali. "Nous le savons tous, les terroristes qui attaquent notre propre territoire, qui agissent sur notre propre sol, sont liés avec ceux qui sont au Levant, en Irak et en Syrie mais aussi ici, dans la bande sahélo-saharienne", a déclaré M. Hollande dans la base opérationnelle de Gao. "C'est le même combat, c'est le même enjeu", a-t-il dit à ces militaires de la force française Barkhane, déployée dans cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Niger, Burkina Faso), accompagné par son ministre de...
(Xinhua 13/01/17)
NEW YORK (Nations Unies),(Xinhua) -- Deux hauts responsables des Nations Unies ont souligné jeudi devant le Conseil de sécurité que le groupe extrémiste Boko Haram restait capable de mener des attaques dans les pays de la région du bassin du lac Tchad même s'il a perdu une bonne partie du territoire qu'il contrôlait. "Malgré les louables efforts militaires de la région contre Boko Haram (...), Boko Haram conserve la capacité de mener des attaques", a expliqué le sous-secrétaire général aux...
(Jeune Afrique 12/01/17)
Depuis le 27 décembre, une cinquantaine de combattants de Boko Haram, dont deux émirs, se sont rendus aux autorités nigériennes, à la frontière avec le Nigeria. Ils ont été regroupés dans un site de cantonnement à Diffa. « Ce site n’est pas un centre de rétention », mais juste un lieu de transit, « avant la réinsertion sociale de ces hommes », explique le document-cadre de l’établissement, consulté par JA. Il est toutefois clos et sécurisé, pour éviter d’éventuelles représailles...
(Business.News 12/01/17)
Dans le cadre de la visite officielle du chef du gouvernement, Youssef Chahed, au Soudan, au Niger et au Burkina Faso, Tunisia Africa Business Council-TABC organise en collaboration avec le CEPEX, l’UTICA et CONECT une mission économique d’hommes d’affaires tunisiens à ces trois pays du 24 au 27 janvier courant qui accompagneront M. Chahed. L’objectif étant d’explorer les opportunités qu’offrent ces trois marchés pour les entreprises tunisiennes et de consolider les contacts d’affaires avec les professionnels et les différents intervenants dans ces...
(Agence Ecofin 11/01/17)
(Agence Ecofin) - La Waapac (West Africa Association of Public Accounts Committes), l’association qui regroupe les députes ouest-africains et membres de la Commission de Finances au sein de leur Parlement, tient à Niamey sa 7ème conférence et assemblée nationale. Débutée le 10 janvier 2017, la rencontre de trois jours a pour thème « Lutte contre les flux financiers illicites (ffi) en Afrique de l’ouest, rôle des parlementaires et des institutions supérieures de contrôle ». Plusieurs thématiques faciliteront les échanges comme...
(MondAfrique 10/01/17)
« L’Afrique d’aujourd’hui est marquée par la sécheresse une année sur deux, le sous emploi des jeunes, l’insécurité alimentaire qui gagne, les conflits armés qui se multiplient et l’instabilité politique qui menace. » Ces propos n’ont pas été tenus par un opposant radical, ni par un économiste altermondialiste, mais entendus lors du très chic colloque « Crans Montana » qui réunissait à Bruxelles le 21 octobre 2016, la crème des élites africaines. On doit cette déclaration à Lalla Malika Issoufou,...
(AFP 09/01/17)
Quelque 20.000 personnes dont des ministres, députés et fonctionnaires ont défilé dimanche à Niamey pour "soutenir" le président Mahamadou Issoufou accusé "de mauvaise gestion" par la société civile du Niger, un des plus pauvres au monde, a constaté un journaliste de l'AFP. A l'appel d'une cinquantaine de partis politiques de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN, la coalition au pouvoir), les manifestants ont défilé trois semaines après une autre grande marche, de protestation celle-là, contre "la vie chère", "la corruption" et "la mauvaise gestion du pays" à appel d'organisations de la société civile. Les manifestants, avec à leur tête, Bazoum Mohamed, le président du PNDS (principal parti au pouvoir)...
(RFI 09/01/17)
Plusieurs dizaine de milliers de sympathisants du président nigérien Mahamadou Issoufou sont descendus dans les rues hier. C'est la réponse des partis politiques de la mouvance présidentielle à l'opposition. Seyni Oumarou, l'ancien opposant qui vient de rallier le camp présidentiel était notamment de la partie. C’est à une véritable démonstration de force politique que les soixante partis de la mouvance présidentielle ont procédé, en descendant à leur tour dans les rues de la capitale et à l’intérieur du pays. Jamais...
(Le Griot 09/01/17)
Une manifestation organisée u Niger, par une cinquantaine de partis politiques de la coalition au pouvoir en guise de soutien au président Nigérien Mahamadou Issoufou, accusé « de mauvaise gestion » par la société civile. La manifestation a réuni dimanche à 20.000 personnes, dont des ministres, députés et fonctionnaires de ce pays, l’un des plus pauvres au monde. La manifestation organisée par la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN, la coalition au pouvoir), était une réponse à celle organisée...
(APA 09/01/17)
APA-Niamey (Niger) - Les partis membres de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN) ont organisé ce dimanche, une marche, suivie d’un meeting, a constaté APA. Cette manifestation est une réponse à la marche du 21 décembre 2016 organisée par la société civile nigérienne qui protestait contre la vie chère et qui a drainé un très grand nombre de manifestants. Pour la MRN, la manifestation de ce dimanche, vise tout simplement à démontrer que plus que jamais, elle est...
(Xinhua 09/01/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Le président nigérien Mahamadou Issoufou a quitté Niamey samedi matin à destination d'Arabie Saoudite pour une visite de travail et d'amitié, du 8 au 13 janvier, apprend-on de source officielle à Niamey. Le président nigérien est accompagné dans ce déplacement d'une très forte délégation composée d'une dizaine de ministres dont celui de l'Agriculture Albadé Abouba, des Finances Massaoudou Hassoumi, Kala Moutari de la Défense nationale, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Ibrahim Yacoubou,...
(BBC 06/01/17)
Les autorités nigériennes annoncent la reddition d'une vingtaine de combattants du groupe Boko Haram. Cela survient une dizaine de jours après une première reddition de 31 insurgés. Pour Mohamed Bazoum, ministre nigérien de l'intérieur et de la sécurité publique, ces redditions font suite à l'évolution de la situation caractérisée ces derniers temps par un rapport de force qui a été très favorable au pouvoir. "Boko Haram est affaibli en son cœur au Nigéria. L'organisation est aussi affaiblie en sa périphérie dans les zones comme celle où se passent les combats au Niger," a poursuivi le ministre nigérien. Ces redditions se font grâce à des négociations entre le pouvoir et les combattants.
(Xinhua 06/01/17)
Six personnes ont succombé à une épidémie de fièvre dans le village d'Azelik (nord du Niger) depuis le 20 décembre dernier, a annoncé le ministère de la Santé publique. Selon le secrétaire général du ministère, Idrissa Maïga Mahamadou, Azelik connaît depuis cette date des cas de patients présentant des symptômes de type fièvre, céphalées, toux, douleurs ostéo-articulaires et courbatures. Dépêchée sur les lieux, une équipe médicale venue de la ville d'Ingall a détecté 102 patients présentant un paludisme confirmé sur...
(RFI 03/01/17)
Le Niger va « accélérer » les procédures judiciaires à l'encontre d'un millier de présumés combattants de Boko Haram incarcérés depuis plus d'un an dans le pays, a assuré vendredi 30 décembre le ministre nigérien de l'Intérieur, Bazoum Mohamed. Il avait par ailleurs annoncé la reddition d'une trentaine de ressortissants nigériens combattant aux côtés des islamistes nigérians. C’est le nouveau tournant qu’a connu la guerre contre Boko Haram. La reddition de 31 personnes va permettre l’accélération des procédures judiciaires. Selon...
(AFP 31/12/16)
Le Niger va "accélérer" les procédures judiciaires à l'encontre d'un millier de présumés combattants de Boko Haram incarcérés depuis plus d'un an dans le pays, a assuré vendredi le ministre nigérien de l'Intérieur, Bazoum Mohamed. "Pour ceux qui sont déjà dans une procédure judiciaire, des commissions rogatoires ont été données. Les magistrats vont se déplacer à Diffa pour mener des enquêtes dans les villages où ces personnes ont été arrêtées, de sorte à accélérer" les procédures judiciaires, a indiqué à la télévision publique, Bazoum Mohamed, à l'issue d'une visite de plusieurs jours à Diffa, ville nigérienne proche du nord-est du Nigeria, le bastion de Boko Haram.
(RFI 29/12/16)
Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi 28 décembre le lancement d'un programme d'amnistie et de réinsertion pour les anciens combattants du groupe jihadistes Boko Haram. Cette annonce a été faite par le ministre nigérien de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Mohamed Bazoum, en visite à Diffa, dans le sud-est du pays, où une trentaine d'anciens combattants s'est rendue. Les Nigériens de Boko Haram qui décideraient de faire défection savent désormais ce qui les attend. « Nous allons leur garantir la sécurité, nous allons leur éviter la prison, nous allons leur éviter toute poursuite judiciaire.
(Reuters 29/12/16)
NIAMEY, (Reuters) - Plusieurs dizaines de membres du mouvement islamiste Boko Haram se sont rendus aux autorités dans le sud du Niger, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur, Mohamed Bazoum. "31 jeunes de Diffa enrôlés il y a qlqs années dans les effectifs de Boko Haram et qui ont décidé de faire reddition", écrit-il sur Twitter pour illustrer une photo prise lors de sa visite à Diffa, qui le montre avec plusieurs d'entre eux encadrés par des militaires. Il...
(RFI 29/12/16)
Une trentaine d'anciens combattants de Boko Haram se sont rendus aux autorités du Niger, a annoncé le ministre nigérien de l'Intérieur Mohamed Bazoum ce mardi 27 décembre. C'est la première fois que les autorités de Niamey font état de désertions de Nigériens des rangs du mouvement jihadiste. Ils étaient 31 à être présentés, mardi 27 décembre, au ministre de l'Intérieur à Diffa, dans le sud-est du Niger. Parmi eux, 26 hommes et 3 femmes de nationalité nigérienne. Sur les images...
(Agence Ecofin 29/12/16)
(Agence Ecofin) - Alors qu’au Nigeria, les autorités annoncent la reprise de la forêt de Sambisa, base arrière historique de la secte islamique Boko Haram, le gouvernement nigérien annonce des désertions dans les rangs de l’organisation terroriste. «31 jeunes de Diffa enrôlés il y a quelques années dans les effectifs de Boko Haram ont fait reddition.» a annoncé le ministre nigérien de l’intérieur Mohamed Bazoum à l’occasion de la visite dans cette ville situé non loin du nord-est du Nigéria...

Pages