| Africatime
Samedi 25 Février 2017
(AFP 24/02/17)
Quinze soldats nigériens ont été tués et 19 blessés dans une "attaque terroriste" menée mercredi contre une patrouille de l'armée à Tilwa dans la zone de Ouallam (ouest du Niger proche du Mali), a annoncé jeudi à la radio le ministère de la Défense. "Dans l'après-midi du 22 février aux environs de 16 heures (15H GMT), une patrouille des Forces armées nigériennes (FAN) a été attaquée par des éléments terroristes (...) nous déplorons 15 morts, 19 blessés dans nos rangs", précise un communiqué lu à la radio publique par le porte-parole de l'armée, le colonel Touré Seydou Albdoula Aziz, "Des opérations de ratissage ont été engagées dans le secteur pour neutraliser les terroristes en fuite",...
(Jeune Afrique 23/02/17)
Une attaque contre une patrouille mobile de l’armée nigérienne a fait onze morts mercredi dans la région de Tillabéri. Si l’assaut n’a pas été revendiqué, la piste terroriste est privilégiée. Selon une source sécuritaire nigérienne, onze membres des forces de défense et de sécurité (FDS) ont été tués mercredi 22 février dans l’attaque d’hommes armés contre leur patrouille mobile à Tilwa, dans la région de Tillabéri, proche de la frontière avec le Mali.
(Xinhua 23/02/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Au moins onze soldats nigériens ont été tués et huit véhicules militaires volés mercredi soir dans l'attaque de leur position à Tiloua, dans la région d'Ouallam (ouest, près de la frontière malienne), par un groupe d'individus armés, on indiqué jeudi des sources concordantes à Niamey. Quatre autres véhicules des Forces de défense et de sécurité (FDS) nigériennes ont été brûlés par les assaillants, qui sont repartis en direction de la frontière malienne, selon des sources militaires. Des...
(Le Sahel 22/02/17)
Une délégation conjointe des bureaux des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique Centrale et du Comité Contre-terrorisme mis en place par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, conduite par Dr Mohamed Ibn Chambass, représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest, a été reçue hier par le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou. ''Nous sommes venus pour une visite de solidarité, et nous avons eu des échanges. Nous apprécions beaucoup le leadership du Président Issoufou du Niger dans la lutte contre le terrorisme'', a déclaré Dr Mohamed Ibn Chambass au sortir de l'audience. ''Le Niger est confronté au terrorisme avec Boko Haram sur plusieurs fronts...
(Afrique Actualité 21/02/17)
C'est lors du conseil des ministres du vendredi 17 février que le gouvernement « a examiné et approuvé une requête aux fins de levée d'immunité parlementaire d'un député et deux requêtes aux fins de mise en accusation de deux anciens ministres », indique les conclusions dudit conseil. « Ces trois requêtes seront transmises à l'Assemblée Nationale », ajoute la même source. Le gouvernement n'a pas cependant cité de noms encore moins les dossiers dans lesquels sont impliqués les mis en...
(Agence Ecofin 17/02/17)
(Agence Ecofin) - C’est le Directeur exécutif du Contre-terrorisme de l’Onu (cellule du Conseil de Sécurité), Jean-Paul Laborde qui donne l’information à l’issue d’une audience à eux accordée hier par le Président nigérien Mahamadou Issoufou. Une délégation au grand complet du Conseil de sécurité de l’Onu sera à Niamey les 04 et 05 mars 2017 pour dit-il, « appuyer les efforts du Niger dans sa lutte contre le terrorisme dans la zone du Sahel.» En audience le 16 février, c’est...
(Jeune Afrique 14/02/17)
Menaces sécuritaires, chute des cours des matières premières, crise libyenne, Trump… Réélu en mars, le chef de l’État s’est confié à Jeune Afrique, en marge du dernier sommet de l’UA, sur les défis majeurs auxquels il est confronté. Jeune afrique : Le Maroc fait son grand retour au sein de l’Union africaine (UA), mais, lors de ce 28e sommet, les échanges ont été houleux… Mahamadou Issoufou : C’est normal, puisque tout l’enjeu était de parvenir à prendre une décision. Mais la majorité...
(La Tribune 14/02/17)
L'affaire de " trafic de bébés nigérians " qui agite le Niger depuis presque deux ans, est loin de connaître son épilogue. La cour d'appel de Niamey vient de renvoyer le dossier au 13 mars prochain. L'imbroglio juridique né de cette affaire empêche la justice nigérienne de trancher définitivement le litige sur fonds de scandale et d'accusation de politisation d'une affaire de trafic supposé. Retour une affaire qui continue de défrayer la chronique. C'est une ténébreuse affaire juridique ponctuée de...
(AFP 13/02/17)
Le procès d'une affaire présumée de trafic international de bébés dans laquelle est impliqué le principal opposant nigérien Hama Amadou a été reporté au 13 mars à la demande des avocats des prévenus, peu après son ouverture lundi à Niamey, a constaté un journaliste de l'AFP. "La Cour a fait droit à notre demande et a renvoyé le dossier au 13 mars", a déclaré l'AFP Ali Kadri, un des avocats de la défense. "Nous n'avons pas encore reçu les réquisitions...
(RFI 13/02/17)
Une trentaine de prévenus en liberté provisoire étaient appelés à comparaître ce lundi 13 février dans l'affaire du trafic présumé de bébés nigérians. A la demande de leurs avocats, le procès a finalement a été ajourné au 13 mars prochain. Sitôt ouvert, le procès sur le trafic présumé de bébés nigérians a finalement été reporté. Cette affaire qui agite la vie politique nigérienne depuis deux ans implique notamment l'épouse de l'opposant Hama Amadou, exilé en france. Les avocats de la...
(RFI 13/02/17)
Dans une déclaration rendue publique, le parti de l'opposition de Hama Amadou, le Moden Lumana, demande une enquête parlementaire et internationale sur la libération des otages français d'Arlit.
(Autre média 11/02/17)
Laurence Rossignol, ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, et Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie, se rendront au Niger du 11 au 13 février. Ils rencontreront le président nigérien Issoufou, des ministres de son gouvernement, ainsi que des députés, des organisations internationales, des associations locales et des jeunes entrepreneurs engagés pour les droits des femmes et le développement du Niger. Jean-Marie Le Guen annoncera une contribution de 1 million d’euros au...
(Agence d'information d'afrique centrale 10/02/17)
Tout se passe par une guerre de communiqués, via la presse. Avant tout rapatriement, l'Udps pose deux préalables au gouvernement : « la fixation du lieu et de la forme d'enterrement ainsi que la prise en charge de tous les frais liés aux obsèques par l'Etat congolais à travers le gouvernement de large union nationale en vue.» Le torchon brûle entre le gouvernement et l'Udps (Union pour la démocratie et le progrès social). Le rapatriement et l'organisation des obsèques d'Etienne...
(Autre média 09/02/17)
Plusieurs manifestations ont été organisées à Niamey le week-end dernier afin de dénoncer le coût de la vie dans le pays ainsi que la « mauvaise gestion » du gouvernement nigérien. A l’appel d’un collectif d’organisations de la société civile, les enseignants, le élèves, les agents municipaux et les commerçants ont parcouru les rues de Niamey samedi, scandant des slogans hostiles au régime, avant de tenir un meeting devant le siège du Parlement en criant « tayi taouri » qui...
(Le Sahel 09/02/17)
Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, au deuxième jour de sa visite officielle à Doha, au Qatar, a rendu mercredi matin, 8 février 2017, une visite de courtoisie à l'Emir Père, Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani. Les deux personnalités ont eu un entretien en tête-à-tête au Palais Diwan EL Amir. Le même jour, le Président Issoufou Mahamadou a reçu, successivement, le Ministre de la Défense de l'Etat du Qatar, SE Dr. Khalid bin Mohamed Al-Attiyah,...
(Le Sahel 09/02/17)
Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, a regagné Niamey, hier en fin d'après-midi, au terme de sa visite officielle à Paris en France. A sa descente d'avion à l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Chef du Gouvernement a été accueilli par le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari, avant d'être salué par les autres membres du gouvernement et ceux de son cabinet. Il faut noter que, lors de son voyage parisien, M. Brigi Rafini,...
(AFP 07/02/17)
Les pays du G5 Sahel, qui se disent "en première ligne contre le terrorisme", ont annoncé lundi à Bamako vouloir réaliser leur projet de force destinée à combattre les groupes jihadistes utilisant notamment le Mali comme "base de repli". Ce sommet des cinq chefs d'Etat (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) intervient moins de trois semaines après l'attentat-suicide du 18 janvier, qui a fait près de 80 morts à Gao, principale ville du nord du Mali. Une attaque revendiquée par le groupe Al-Mourabitoune du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
(La Tribune 07/02/17)
Il y a urgence à agir contre le terrorisme ! En résumé c'est ce que les chefs d'Etat du G5, réunis aujourd'hui lors d'un leur sommet extraordinaire à Bamako, ont retenu sur la situation au Mali qui constitue un risque de déstabilisation dans le Sahel. Les 80 victimes de l'attentat meurtrier de Gao, le 18 janvier dernier ont frappé les esprits. Ibrahima Boubacar Keïta saisit l'occasion pour tirer la sonnette l'alarme devant la détérioration de la situation au Mali. Après...
(Xinhua 07/02/17)
BAMAKO, (Xinhua) -- Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a souligné l'urgence de mettre fin aux actes terroristes dans l'espace sahélien, en marge d'un sommet du G5 Sahel, qui s'est tenu ce lundi à Bamako. "Il est temps qu'on mette fin, par une action conjointe et mutuelle, aux actes odieux qui se font dans nos espaces. Il est temps qu'on se retrouve pour faire le point sur la situation sécuritaire au Mali", a déclaré à la presse le président malien...
(Studio Tamani 07/02/17)
La rencontre des chefs d’État du G5 Sahel a débuté aujourd'hui à Bamako. Cette rencontre intervient alors que la bande sahélo-saharienne fait face à de multiples attaques terroristes, dont celle qui a visé le camp de Gao. Pour le président tchadien, Idriss Déby Itno, la rencontre de Bamako doit sonner l'alerte, et les pays doivent agir face à la montée du terrorisme. Le président tchadien invite donc à « l'opérationnalisation d'urgence du processus de Nouakchott » afin de renforcer le...

Pages