Lundi 22 Mai 2017
(RFI 15/04/17)
La justice nigérienne a acquitté, vendredi 14 avril 2017, 83 étudiants présentés le même jour au procureur de la République à Niamey. Tous avaient été arrêtés sur le campus universitaire de la capitale après de violents affrontements avec la police, qui se sont soldés par la mort d'un étudiant. Devant le grand portail de la justice, les premières libérations se font sous les acclamations de leurs camarades. Moussa Ibrahim fait partie du premier lot. Il sont « dix-sept à être libérés. Il y en a soixante-huit qui restent, ceux qui ont été arrêtés au niveau de l’Ecole nationale de police ». Tous sont accusés de participation à une manifestation illégale, d'entrave à la liberté de circulation et de rébellion contre...
(La Tribune 15/04/17)
A la suite du rapport publié il y a quelques jours par un collectif de trois ONG et dans lequel, les pratiques de certaines multinationales françaises opérant dans l’exploitation des ressources naturelles, dont AREVA au Niger, la firme française a rejeté en bloc les allégations portée à son encore. Dans une réponse qu’elle a apportée aux différents aspects soulevés par le rapport, l’entreprise publique française oppose ses propres chiffres et s’appuie sur d’autres arguments pour justifier le manque à gagner pour le Niger mis en évidence par l’étude. Des explications qui ne convainquent guère surtout que ce n’est pas la première fois qu’AREVA est épinglée sur sa gestion de l’exploitation de l’uranium au Niger. « Le chiffre avancé par OXFAM...
(AFP 15/04/17)
La lutte contre le blanchiment d'argent et le terrorisme ralentissent l'interchangeabilité des billets entre les deux grandes zones utilisant le franc CFA, ont expliqué les gouverneurs des deux banques centrales concernées vendredi à Abidjan. Lié à l'euro par un système de parité fixe, le franc CFA est la monnaie de 14 pays francophones d'Afrique de l'Ouest et centrale, totalisant 155 millions d'habitants: huit appartenant à l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et six à la Communauté économique d'Afrique centrale (Cémac). UEMOA et Cémac sont dotées chacune d'une banque centrale...
(RFI 15/04/17)
Boko Haram a kidnappé les filles de Chibok il y a trois ans. Le retentissement mondial de ces enlèvements n’a pas empêché les jihadistes de continuer à kidnapper des jeunes gens. Certains prisonniers sont libérés contre rançon, ce qui permet aux islamistes de se financer. Jusqu’à 5 000 personnes, surtout des femmes et des enfants, auraient été kidnappées par Boko Haram au Nigeria de 2010 à 2016. Qu’il s’agisse d’exploitation sexuelle, de mariages forcés ou de travail forcé, les jihadistes ont surtout besoin de jeunes. Mais les rapts permettent aussi à Boko Haram de se financer.
(RFI 14/04/17)
Des affrontements sporadiques entre policiers et scolaires se poursuivent dans la capitale du Niger, Niamey. Les manifestants exigent entre autres la libération de leurs camarades et la réouverture du campus universitaire. Avec l’absence sur le terrain des étudiants de l’université de Niamey, évacués de force du campus, ce sont les sections lycéennes et collégiennes de la capitale qui ont repris le flambeau de la lutte estudiantine. Dès les premières heures, les élèves de quelques établissements en périphérie de la ville ont érigé des barricades et mis le feu aux pneus sur plusieurs carrefours. Très vite également, les forces de l’ordre sont intervenues en les dispersant et les courses-poursuites se sont engagées pendant plus de deux heures. Ces vives tensions inquiètent...
(AFP 14/04/17)
"Des zones d'ombre persistent" dans les premières déclarations publiques des paiements d'entreprises extractives françaises aux pays producteurs, estiment les organisations non gouvernementales Oxfam, ONE et Sherpa dans un rapport publié jeudi, qui épingle notamment Total et Areva. Au total les trois ONG ont passé au peigne fin les déclarations de six groupes français - Total, Areva, EDF, Engie, Eramet ainsi que Maurel et Prom - portant sur leurs activités d'extraction de matières premières (énergies fossiles ou minerais) en 2015. Un exercice inédit, puisque ces entreprises sont obligées de publier leurs versements aux pays où elles exploitent des ressources...
(APA 14/04/17)
APA-Niamey (Niger) - Les élèves et étudiants du Niger ont décrété, à partir de ce jeudi, trois jours de deuil national en souvenir de leur manifestation de lundi dernier durement réprimée par les forces de l’ordre et qui s’est soldée par la mort d’un étudiant au moins. Alors qu’ils avaient organisé pour une marche pacifique en vue de réclamer de meilleures conditions de vie et d’étude, mais surtout le payement de plusieurs mois d’arriérés de bourses, les scolaires nigériens ont été pris à partie par la police, la gendarmerie et la garde nationale. A l’issue des affrontements, le bilan établi, dès le lendemain par le gouvernement, a fait état de 313 interpellations, dont 57 libérés entre temps, 109 blessés, dont...
(La Voix de l'Amérique 14/04/17)
La campagne internationale 'Tournons La Page' sollicite l’intervention du chef de l'Etat français pour obtenir la libération de ses coordinateurs arrêtés au Niger et au Tchad. Une lettre ouverte a, à ce sujet, été adressée à François Hollande. "A quelques semaines de la fin de votre mandat, la coordination internationale Tournons La Page vous demande d'user de votre pouvoir d'influence pour qu'ils soient libérés immédiatement et sans condition. Cela constituerait, de la part de la France, un signal fort en faveur du respect des droits des acteurs de la société civile africaine à mener leurs activités militantes et citoyennes sans répression des autorités politiques", indique la lettre ouverte. Tournons la Page rappelle que Maikoul Zodi, Nigérien, et Nadjo Kaina Palmer,...
(La Croix 14/04/17)
Confrontés aux attaques récurrentes des groupes armés djihadistes dans leurs territoires respectifs, cinq États du Sahel ont créé, en février 2014, le G5 Sahel. Qu’est-ce que le G5 Sahel ? Le G5 Sahel ou G5S est une organisation régionale de coopération en matière de développement et sécurité, créée en février 2014 par la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad, cinq pays directement menacés par les différentes organisations djihadistes de la région (Ansar Dine, Al-Qaida au Maghreb islamique, Boko Haram, etc.) En novembre 2015, ces États sahéliens décident de mettre en place une force militaire commune pour lutter contre les nombreux groupes djihadistes du Nord-Mali qui menacent la région entière. Depuis 2012, ce vaste territoire, riche...
(AFP 13/04/17)
Des associations des droits de l'Homme et l'opposition au Niger ont demandé la "réouverture" du campus universitaire de Niamey fermé lundi après une manifestation d'étudiants, dans des communiqués distincts reçus jeudi par l'AFP. Un Collectif d'organisations de la société civile "exige" la "réouverture du campus" et "la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes arrêtées". Le Collectif va organiser le 19 avril une "marche citoyenne" pour notamment "défendre le droit à l’éducation". La Commission nationale des droits Humains (CNDH, organisme officiel), composée de représentants du gouvernement, du Parlement, d'ONG, de syndicats et de juristes, "demande" elle aussi "au gouvernement la réouverture immédiate du campus en vue de créer les conditions d'un déroulement régulier et normal des activités académiques"...
(RFI 13/04/17)
Le Niger n'a pas tiré profit de la renégociation de son contrat minier avec Areva, le géant français de l'uranium. Bien au contraire. C'est la conclusion de ONE, Oxfam et Sherpa dans un rapport publié ce jeudi 13 avril. Les trois ONG ont scruté les déclarations que les entreprises françaises sont désormais obligées de publier sur ce qu'elles versent aux Etats dans lesquels elles exploitent des gisements. Il s'agit d'une transposition française de la directive européenne sur la transparence des industries extractives saluée par les ONG. Ces chiffres révèlent qu'au Niger, les revenus de l'uranium ont chuté de 15 millions d'euros entre 2014 et 2015 et que le Niger ne reçoit que 7% des versements d'Areva, alors que l'Etat du...
(Le Monde 13/04/17)
Une étude publiée par Oxfam, ONE et Sherpa montre que le flou domine encore dans les comptes des industries extractives. Gaz, pétrole et uranium dans le secteur de l’énergie, métaux dans le secteur de la construction, terres rares dans celui des nouvelles technologies… Les ressources extractives représentent un enjeu géopolitique et économique majeur. Mais leur exploitation reste marquée par des pratiques de corruption et d’évasion fiscale, dont pâtissent en premier lieu les populations des pays fortement dotés en ressources minérales et naturelles.
(RFI 13/04/17)
Restaurant universitaire fermé, transports suspendus, campus évacué... Quatre jours après la fermeture du campus universitaire de Niamey après de violents affrontements, la vie est dure pour les étudiants de la capitale nigérienne. Toute la journée, les étudiants retardataires ont été exceptionnellement autorisés à récupérer leurs valises dans les dortoirs, sous l’œil vigilant des policiers. Pour ceux qui n’ont nulle part où aller, la fermeture du campus commence à peser. Dans un groupe d’étudiants assis à même le sol sous des manguiers, Ousmane Issa regrette la fermeture de beaucoup d'infrastructures sur le campus. « La situation, nous la vivons dans notre chair, dit-il. Toutes les prestations des œuvres universitaires, même le resto, ont été suspendues. » A la faculté des sciences...
(Xinhua 13/04/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Au moins un étudiant a été tué et 313 autres scolaires ont été interpellés par la police, suite aux violentes manifestations lundi dernier des étudiants dans les rues de Niamey, capitale nigérienne, selon un bilan provisoire rendu public mercredi par le gouvernement du Niger. Au total, plus de 100 blessés ont été enregistrés dont 88 manifestants et 21 policiers, 15 véhicules dont 12 de la police ont été endommagés et de nombreux biens publics et privés ont été vandalisés au cours des manifestations, précise-t-on de même source.
(APA 13/04/17)
APA-Dakar (Sénégal)- L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) alerte sur la crise alimentaire qui sévit dans la région du Bassin du Lac Tchad, alertant que quelque sept millions de personnes y sont menacées par la famine. «Quelque 7 millions de personnes risquent de souffrir gravement de la faim dans la région du bassin du Lac Tchad, qui comprend des parties du Cameroun, du Tchad, du Niger et du nord-est du Nigéria. Dans ce dernier cas, environ 50 000 personnes sont confrontées à la famine», informe la FAO dans un communiqué de presse. Pour contrecarrer la famine, le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, cité par le communiqué préconise des investissements significatifs dans le domaine...
(RFI 13/04/17)
Les ONG ONE, Oxfam et Sherpa ont relevé des incohérences dans les déclarations de versements effectués par Areva au Niger, et par Total en Angola. Areva au Niger, Total en Angola... Malgré les efforts de transparence de ces entreprises françaises sur leurs rémunérations aux États où elles ont des gisements, le flou persiste, estiment ONE, Oxfam et Sherpa. Les ONG ont relevé des incohérences qui sèment le doute. En 2015, Total aurait ainsi versé 100 millions d’euros de plus que ce que l’État angolais dit avoir reçu en nature, c’est-à-dire en pétrole, de l’exploitation de son plus gros gisement, le bloc 17. Mais comment s’y retrouver puisque la loi française n’impose pas de déclarer le nombre de barils qui se...
(AFP 12/04/17)
Une centaine de personnes dont 21 policiers, ont été blessées lundi lors d'une manifestation d'étudiants, selon un bilan officiel mardi qui fait aussi état d'un "mort suite à une chute", version contestée par les manifestants. "Le bilan provisoire se présente comme suit sur l'ensemble du territoire: 313 personnes interpellées dont 57 libérées, 109 blessées dont 88 manifestants et 21 policiers", détaille un communiqué du gouvernement transmis à l'AFP. Le communiqué "déplore le décès de Mala Bagalé", un "manifestant blessé suite à une chute". Cette mort n'a aucun lien avec les "opérations de maintien de l'ordre" qui n'ont occasionné "aucune perte en vie humaine", insiste le communiqué.
(Jeune Afrique 12/04/17)
Le gouvernement nigérien a fait état mardi dans la soirée de la mort d’un étudiant lors des manifestations ayant fait suite à l’annonce de la fermeture du campus de l’université de Niamey lundi. En outre, une centaine de personnes ont été blessées et 313 ont été interpellées. « Suite à ces manifestations, le bilan provisoire se présente comme suit sur l’ensemble du territoire : 313 personnes interpellées dont 57 libérées, 109 blessées dont 88 manifestants et 21 policiers, 15 véhicules dont 12 de la police nationale endommagés », a détaillé le gouvernement dans un communiqué diffusé dans la soirée du mardi 11 avril. Le même document poursuit en confirmant le décès d’un manifestant, tout en affirmant que les forces de...
(RFI 12/04/17)
Un étudiant serait décédé ce lundi après avoir reçu des coups, selon l'Union des scolaires nigériens qui s'est procuré le constat de décès, en marge de violentes manifestations entre étudiants et forces de l'ordre. Le ministre de l'Enseignement supérieur, joint par RFI, ne confirme pas pour l'instant ce décès, mais assure qu'une quinzaine de policiers ont été blessés dans les échauffourées de ce lundi 10 avril. Au Niger, les heurts entre étudiants et policiers ont fait un mort, ce lundi 10 avril. C'est l'Union des scolaires nigériens qui l'annonce, constat de décès à l'appui. Il s'agit d'un étudiant en troisième année de sciences humaines. Il serait décédé lundi après-midi, après avoir reçu des coups. Joint par RFI, le ministre de...
(AFP 12/04/17)
Le nombre d'enfants utilisés par le groupe jihadiste Boko Haram dans des attaques kamikazes a fortement augmenté et les armées de la région du lac Tchad continuent à les maintenir en détention pour obtenir des informations sur le conflit, s'est alarmée l'Unicef mercredi. "Le nombre d'enfants utilisés dans des attaques-suicides dans le conflit du lac Tchad s’élève à 27 au premier trimestre 2017, contre neuf à la même période l'an dernier", selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance. "C'est la pire utilisation possible des enfants dans les conflits", explique Marie-Pierre Poirier, directrice de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, alors que le Nigeria se prépare à commémorer l'enlèvement des lycéennes de Chibok, il y a...

Pages