Samedi 24 Juin 2017
(AFP 27/05/17)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou a appelé samedi les membres du G7 à prendre des mesures "pour éteindre le chaudron libyen", et à aider matériellement les pays du Sahel qui veulent créer une force pour combattre les groupes jihadistes. "La lutte contre le terrorisme dans les pays du Sahel et du bassin du Lac Tchad exige que des mesures urgentes soient prises pour éteindre le chaudron Libyen", a déclaré le président nigérien lors d'une réunion entre cinq pays africains et les dirigeants du G7 réunis à Taormina, en Sicile. Cet appel intervient alors que la Libye continue à s'enfoncer dans le chaos et que de violents combats ont secoué vendredi Tripoli, faisant 28 morts. M. Issoufou, dont le pays frontalier...
(RFI 27/05/17)
L'opposant Amadou Djibo reste en prison, au Niger alors que la suite de son procès a été repoussée à lundi prochain. Le tribunal de grande instance de Niamey a rejeté les objections de ses avocats, sur l'irrecevabilité des preuves, notamment une clé USB contenant un élément audio. Amadou Djibo est accusé d'avoir proposé aux militants du Moden Fa Lumana, de Hama Amadou, de renverser le régime du président, Mahamadou Issoufou. L'accusé nie les faits.
(AFP 26/05/17)
L'hépatite E a tué 30 personnes dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, proche du Nigeria, qui abrite quelque 300.000 déplacés et réfugiés qui ont fui les violences du groupe jihadiste nigérian Boko Haram, a annoncé vendredi l'ONU. "Au total, 664 cas déclarés suspectés et confirmés ont été notifiés au 23 mai. A la même date, 30 décès liés à la maladie ont été enregistrés", a relevé le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) à Niamey sur son site. Un précédent bilan établi le 19 avril faisait état de 25 morts et 86 cas déclarés. Les femmes représentent 60% des patients de cette maladie contagieuse qui touche la tranche d'âge des plus de 15...
(AFP 26/05/17)
Le procès de l'opposant et ex-député nigérien Amadou Djibo Ali, accusé de "complot" visant à "renverser" le président Mahamadou Issoufou, va se poursuivre lundi, a annoncé vendredi l'un de ses avocats. Une première audience avait eu lieu mardi et une décision était attendue vendredi. "Le tribunal dans sa décision de ce matin (vendredi) a rejeté toutes les exceptions que nous avions soulevées et nous a renvoyé (pour un jugement) au fond le lundi 29 mai 2017", a déclaré aux journalistes, Me Moukaïla Yayé. "Le juge a estimé que les exceptions que nous avions soulevées ne sont pas fondées", a poursuivi l'avocat. Les exceptions sont relatives notamment "à la nullité de la poursuite" et "à la nullité de la procédure", dont...
(Agence Ecofin 26/05/17)
(Agence Ecofin) - Le gouvernement nigérien a ratifié mercredi en conseil des ministres, un accord de prêt de plus de 19 millions d’unités de comptes, soit environ 15 milliards de Fcfa pour le financement du projet de la Dorsale transsaharienne à fibre optique. L’accord de prêt a été signé le 06 avril 2017 à Abidjan entre le Niger et le Fonds africain de développement (Fad). Ce projet transsaharien, qui comprend également une route, vise à interconnecter l’Algérie, le Niger, le Nigeria, le Mali et le Tchad. L’objectif est de contribuer à la diversification de l’économie en favorisant l’émergence d’une économie numérique à travers le désenclavement numérique. Il permettra en outre de faciliter aux populations, aux administrations et aux entreprises l’accès...
(Agence Ecofin 26/05/17)
(Agence Ecofin) - En conseil des ministres hier mercredi, le gouvernement a adopté un projet de loi portant sûreté, sécurité et utilisation pacifique de l’énergie atomique. Ledit projet de loi a pour but de renforcer l’arsenal juridique dans l’utilisation pacifique et conventionnelle de cette énergie et surtout étendre son application pour révolutionner d’autres secteurs de la vie socio-économique. Selon le communiqué du Conseil des ministres rendu public hier, le gouvernement compte mettre en oeuvre des programmes dans les domaines de la recherche et de la sécurité alimentaire, de la lutte contre le cancer, de l’électricité nucléaire en conformité avec les normes et conventions internationales. Pour ce faire, l’Exécutif compte intégrer dans la législation nationale, des mesures de sûreté et de...
(Jeune Afrique 26/05/17)
Si aucun pays africain ne figure au G7, groupe des sept pays les plus développés de la planète, plusieurs chefs d’État du continent ont été invités au sommet du 26 mai, qui se tient en Italie. Parmi eux, les francophones Mahamadou Issoufou et Béji Caïd Essebsi, qui doivent rencontrer le nouveau chef de l'Etat français, Emmanuel Macron. Le sommet du G7 (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon) se tient les 26 et 27 mai à Taormine, en Sicile, en Italie. Si les regards seront avant tout tournés vers Donald Trump, le président américain, et Emmanuel Macron, son homologue français, qui participent tous deux à leur premier sommet du genre, plusieurs chefs d’État africains seront également présents, à l’invitation de...
(AFP 25/05/17)
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, dont le pays est en première ligne dans la lutte contre les groupes jihadistes au Sahel et contre Boko Haram, fait partie des chefs d'Etats invités au G7 à Taormina (Italie), a-t-on annoncé jeudi de source officielle. Le président Issoufou "a quitté Niamey jeudi à destination de Taormina, en Italie, où il participera au 43e sommet du G7", selon un communiqué. Une vingtaine de délégations sont attendues à Taormina -- aux sept pays historiques s'ajoutent les représentants de l'Union européenne, du Fonds monétaire international, de la Tunisie, du Niger, du Nigeria, du Kenya et de l'Ethiopie.
(AFP 24/05/17)
L'opposant et ex-député nigérien Amadou Djibo Ali, incarcéré depuis cinq jours, a été jugé mardi pour "complot" visant à"renverser" le président Mahamadou Issoufou, et le délibéré est fixé au 26 mai, a annoncé un dirigeant de l'opposition. "Nous espérons que notre ami sera libéré vendredi", a lancé Falké Bacharou, l'un des responsables de la Coalition des partis d'opposition présidé par Amadou Djibo Ali. Amadou Djibo Ali a été incarcéré jeudi à la prison de Niamey. Le parquet l'a inculpé de "proposition de complot" et "renvoyé devant le tribunal statuant en matière de flagrant délit", avait affirmé son avocat Marc Le Bihan.
(Jeune Afrique 24/05/17)
Ali Idrissa, coordinateur de l’organisation « Publiez ce que vous payez », a été interpellé à deux reprises les 20 et 22 mai et interrogé par la police sur des soupçons d’incitation au complot visant à renverser le régime. Relâché, il répond aux questions de Jeune Afrique sur ce qu’il considère comme des dérives d’un « régime répressif ». Interview. Jeune Afrique : Quels ont été les motifs de vos interpellations ? Ali Idrissa : Les organisations de la société civile avaient prévu une marche samedi 20 mai et celle-ci, sans aucun motif valable, a été interdite. Ce bâillonnement des libertés est devenu insupportable. Nous avons donc mis en garde le président Mahamadou Issoufou, qui a selon nous mis entre...
(RFI 24/05/17)
L'opposant nigérien Amadou Djibo était ce mardi devant les juges du tribunal de grande instance de Niamey. Il est accusé d'avoir proposé aux militants de Hama Amadou du Moden Lumana Fa de renverser le pouvoir de Mahamadou Issoufou. Amadou Djibo, président du Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR), a nié les faits. En dehors des exceptions soulevées par les avocats pour bloquer le jugement au fond de l’affaire, l’autre stratégie de la défense a consisté à attaquer les preuves ayant servi de base pour l’arrestation de leur client. Notamment une clé USB, contenant un élément audio en langue locale. « L’élément de preuve qui devait permettre d’appuyer la procédure a été tiré...
(APA 24/05/17)
APA-Ahmedabad (Inde) Omar Faye : Envoyé spécial - L’industrie de la mode peut créer plus d’emplois que l’uranium au Niger a condition de bénéficier de l’aide des pouvoirs publics, a soutenu le styliste – modéliste nigérien, Alphadi, lors d’un panel organisé mercredi a Ahmedabad (Inde) dans le cadre des 52-èmes assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) axées sur le thème ‘’la création de richesses par l’économie de la mode’’. ‘’Depuis prés de 40 ans je me bats pour la dignité de la mode africaine mais je reste frustré que ma parole ne porte pas encore loin pour être entendue’’ s’est plaint Alphadi, annonçant dans la foulée l’ouverture prochaine au Niger d’une université des arts et de la...
(Gabon Eco 24/05/17)
La première ½ finale de la 12ème Can de football des cadets, aujourd’hui mercredi 24 mai courant à Port-Gentil entre le Ghana et le Niger, deux équipes ambitieuses. Le Ghana va naturellement avec les faveurs des pronostics, en raison de son passé. Le Niger qui en est à sa première participation, (Ndlr : à ce stade de la compétition), caresse le rêve d’aller plus loin après avoir décroché sa première qualification à une coupe du monde. « Malgré la suprématie du Ghana, nous allons jouer à fond et sans complexe. Nous vivons une », ainsi parle le sélectionneur du Niger, Soumaila Tiemogo qui est tellement motivé par la prestation de son équipe, tant elle lui a valu de décrocher, et...
(RFI 23/05/17)
Ali Idrissa, le leader de la société civile nigérienne, a pu rentrer chez lui, ce lundi 22 mai, après une seconde audition par la police judiciaire. La police n'a cependant pas encore classé l'affaire le concernant. Ali Idrissa, qui fait partie de ceux qui ont porté plainte dans l'affaire de l'Uraniumgate, est soupçonné par les autorités « d'incitation à la révolte ». « Dans les heures qui suivent, dans les jours qui suivent, il aura la réponse appropriée par rapport à son comportement antidémocratique. Nous nous saisirons de tous les moyens pour la restauration de la démocratie dans notre pays ». Ce sont les propos de l’acteur de la société civile, Ali Idrissa, après l’interdiction par la mairie centrale de...
(AFP 23/05/17)
L'une des figures de la société civile nigérienne et de l'opposition, Ali Idrissa, qui avait été interpellé pendant plusieurs heures samedi, a à nouveau été interrogé lundi mais laissé libre, a-t-il indiqué lundi à l'AFP. "Ils m'ont dit que je pouvais partir librement, mais que le dossier reste ouvert", a déclaré Ali Idrissa, en fin d'après-midi, peu après avoir quitté les locaux de la police judiciaire de la capitale nigérienne Niamey. Poursuivi pour "incitation à la révolte", M. Idrissa avait été convoqué lundi matin par la police qui l'avait déjà auditionné pendant plusieurs heures samedi. "C'est une tentative de me faire taire dans notre lutte de dénonciation des cas de corruption au Niger", a-t-il commenté. L'activiste avait été arrêté samedi...
(Dw-World 23/05/17)
Au Niger, le climat socio politique se caractérise ces derniers temps par une vague d'arrestations des acteurs de la société civile et d'opposant politique. Ils sont acteurs de la société civile ou opposant politique qui sont interpellés très souvent pour des propos tenus sur les média de la place. Ali Idrissa coordonnateur du réseau pour l'observation la transparence et l'analyse budgétaire vient juste d’être libéré. Il nous dit ce que les autorités lui reprochent: "On me reproche mes propos le samedi après l'interdiction de notre manifestation ou j'avais quand même dis aux média que Mahamadou Issoufou a mis entre parenthèse la démocratie au Niger et que nous allons nous donner tous les moyens pour ramener et restaurer la démocratie les...
(AFP 23/05/17)
"Surtout n'écrivez pas que je suis nigérien", commence par ordonner le poète-peintre touareg Hawad. "Je suis touareg, ma nation, elle est écartelée entre cinq nations. Je ne reconnais pas ces nations africaines". Une anthologie de Hawad vient d'être publiée dans la prestigieuse collection Poésie de Gallimard. Le musée national Boubou-Hama de Niamey et le Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) organisent, eux, jusqu'au 27 mai une rétrospective regroupant toute la carrière picturale de cet artiste. Hawad, bien plus connu pour sa poésie que pour sa peinture, écrit en langue touareg.
(Le Point 23/05/17)
Poète et peintre, ce Touareg vient d'entrer chez Gallimard à la NRF et s'offre une exposition de ses oeuvres à Niamey. Vouloir faire entrer Hawad dans des cases, des contours, lui accoler des épithètes, c'est s'exposer à des protestations. Hawad en rue déjà, rien qu'à l'idée. Rebelle, enragé, Touareg, nomade. Il est tout cela. C'est certain. Mais il l'est tellement que l'idée même le dérange. D'être ceci. Ou cela. D'ailleurs, toute son œuvre dit son refus, ses tentatives répétées de faire éclater le langage, les formes, les sons. D'échapper à lui-même. À sa matérialité. Pour atteindre peut-être, à la fin de décennies d'efforts et de souffrance endurée, « la subtile limpidité ». Il y a du Rimbaud dans Hawad «...
(Libération 22/05/17)
En 2011, l'élection du président Mahamadou Issoufou représentait un espoir de changement pour les Nigériens. Espoir déçu. Depuis sa réélection en 2016, la société civile tente de se fédérer et les manifestations populaires s'intensifient. La colère s’intensifie au Niger. Une nouvelle manifestation devait avoir lieu samedi à Niamey, dix jours seulement après la dernière, qui avait été dispersée rapidement par les forces de l’ordre. Les élections présidentielles en 2016 (qui inaugurent le second mandat du président Issoufou), jugées frauduleuses, ont cristallisé le mécontentement. L’exaspération populaire générée par la corruption, la mauvaise gouvernance de l’Etat...
(RFI 22/05/17)
Au Niger, Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, le Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire, a été retenu samedi 20 mai, plusieurs heures à la police judiciaire, avant d'être relâché. Arrêté pour des propos tenus dans la matinée, après l'interdiction d'une manifestation de la société civile, Ali Idrissa, affirme qu'il s'agit d'une énième tentative des autorités de faire taire toute contestation. Arrêté lors d’un rassemblement interdit par les autorités, Ali Idrissa, figure de la société civile et coordinateur du Rotab, s’est exprimé au micro de RFI quelques heures après avoir été relâché. « Selon la police judiciaire, nos propos suite à l’interdiction de notre manifestation seraient de l’incitation...

Pages