| Africatime
Jeudi 27 Avril 2017
(AFP 31/03/17)
Le président français François Hollande a affirmé vendredi qu'il fallait "continuer les actions" contre le mouvement jihadiste nigérian Boko Haram, à l'occasion de la réception du président du Niger, Mahamadou Issoufou, à Paris. "Nous sommes mobilisés, et le Niger est en première ligne, par rapport à Boko Haram et nous avons pu (...) infliger des pertes à ce mouvement terroriste qui s'est aujourd'hui dédoublé", a expliqué M. Hollande, dans le cadre d'une déclaration commune avec le président nigérien. "Nous devons continuer les actions", a-t-il insisté. Le groupe jihadiste nigérian Boko Haram a pris les armes en 2009 pour établir un califat dans le nord-est du Nigeria...
(RFI 31/03/17)
Les grandes chaleurs riment au Niger avec la circulation du virus de la méningite : le méningocoque. Quatre morts sont déjà enregistrés sur 90 cas déclarés. Tous les districts sanitaires du pays sont en alerte. Au Niger, le seuil épidémique de la méningite n’est pas atteint et déjà les premiers morts sont enregistrés. Principale zone touchée : la ville de Niamey. « Trois quartiers de Niamey sont concernés - Foulan Koira, quartier Lazaret et Boukoki -, qui ont enregistré du 1er janvier au 28 mars 2017, 90 cas de méningite dont 4 décès », explique le ministre de la Santé publique, docteur Idi Illiassou. Dans la périphérie de Niamey, les districts sanitaires sont en alerte. Des équipes travaillent sans relâche,...
(Xinhua 31/03/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Au moins un soldat nigérien a été tué et onze autres blessés dans une embuscade tendue par des terroristes du groupe Boko Haram, mercredi matin, non loin de Bosso, région de Diffa (extrême-est, frontalière du Nigeria), a annoncé jeudi soir un communiqué du ministère nigérien de la Défense à Niamey. Le bilan provisoire fait également état de trois terroristes tués au cours de ce violent accrochage. Cette attaque visait un détachement composé des éléments des forces armées nigériennes et tchadiennes en patrouille dans la zone de Boulatoungour, à 10 km, Nord-est de Bosso, dans le cadre des opérations en cours...
(APA 31/03/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Le Niger a collecté 19,385 milliards FCFA (environ 31,016 millions de dollars), à l’issue de la séance d’adjudication des bons du trésor sur le marché financier de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), a-t-on appris ce jeudi, auprès de l’agence UMOA-Titres, basée à Dakar. L’Etat nigérien recherchait 30 milliards FCFA. Ce qui donne un taux de couverture du montant mis en adjudication de 67,95%. Selon l’agence UMOA-Titres, le montant global des soumissions s’est élevé à 20,385 milliards FCFA. Mais il a été délesté d’un milliard FCFA. Selon le type de titre, le montant des soumissions retenues diffère.
(APA 31/03/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Le Gouvernement du Niger met en œuvre un plan d'action national qui, à terme, doit permettre de porter l'actuel taux de prévalence contraceptive de 12% à 50% en 2020, a révélé, jeudi à Dakar, Hassane Atamo, Chef de Division Planification familiale au ministère nigérien de la Santé. « La planification familiale est encore faiblement pratiquée au Niger avec un taux de prévalence contraceptive de 12% », a déploré Atamo, expliquant que cette situation fait qu'il y a toujours des besoins non satisfaits. Il s'adressait à la presse en marge d'un atelier de restitution des résultats des "Etudes sur l’identification des lignes stratégiques pour l’implémentation de projets intégrés de Nutrition et Planification familiale au Mali (Kita) et au...
(Jeune Afrique 31/03/17)
Des organisations de la société civile ont déposé plainte contre X vendredi devant le doyen des juges d'instruction du tribunal de Niamey dans l'affaire dite de l'Uraniumgate. Les cinq dirigeants des organisations de la société civile nigérienne estiment que la justice de leur pays doit se pencher sur la transaction de 5,5 millions de livres d’uranium, dans laquelle Areva, la Sopamin et le Niger sont apparus en 2011. Ils ont donc déposé une plainte contre X avec constitution de partie civile dans cette affaire, vendredi 31 mars. La constitution de partie civile devrait entraîner de facto la nomination d’un juge d’instruction.
(Agence Ecofin 31/03/17)
(Agence Ecofin) - Les bons du trésor émis par le gouvernement du Niger le 30 mars 2017 ont reçu des souscriptions pour un montant de 20,38 milliards de FCFA. Cela représente un taux de couverture de 67,9% des 30 milliards de FCFA soumis en adjudication par le pays. L'opération qui s'effectuait sur un système d'enchères avec des taux d’intérêt différents, s'est soldée par des souscriptions de 11,18 milliards de FCFA pour la partie arrivant à maturité dans 182 jours, et de 9,2 milliards de FCFA pour celle remboursable au bout de 364 jours. Toutefois, les autorités nigériennes ont décidé de ne retenir que 19,3 milliards de FCFA. Ce choix n'a pas été expliqué, mais on peut noter que les taux...
(BBC 31/03/17)
Les organisations de la société civile, dite du 21 décembre 2016, ont décidé de porter plainte contre X vendredi devant le procureur de la République dans l'affaire Uraniumgate. Ce scandale tourne autour d'une sulfureuse affaire de vente frauduleuse d'uranium d'une valeur de 200 milliards de FCFA. Il implique des autorités nigérienne, française, russe et libanaise. Cette plainte met un terme aux travaux de la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur ce scandale.
(Xinhua 30/03/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Le président nigérien Mahamadou Issoufou a réitéré son engagement de respecter la Constitution nigérienne en ne cherchant pas à briguer un troisième mandat en 2021. M. Issoufou a été élu à la tête du pays en 2011, puis réélu en 2016 pour un second mandat de cinq ans qui arrivera à terme en 2021, conformément à la Constitution. Cependant, on lui donne l'intention dans certains milieux nigériens de vouloir faire réviser la Constitution, à la faveur de sa large majorité au Parlement, en vue de briguer un troisième mandat. "Je suis en train d'exercer mon dernier mandat. En 2021, j'organiserai des élections transparentes et passerai le témoin à celui que les Nigériens auront choisi", assure-t-il dans une...
(Xinhua 30/03/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Une épidémie de méningite qui sévit dans certaines régions du Niger a fait à Niamey 4 décès sur 90 cas enregistrés, du 1er janvier au 28 mars, a annoncé mercredi le ministre nigérien de la Santé publique, Illiassou Idi Mainassara. Selon M. Mainassara, lors d'un point de presse mercredi après-midi à Niamey, trois centres de santé intégrés (CSI) du district sanitaire du deuxième arrondissement de la capitale, à savoir les centres de Foulankoira, de Lazaret et de Boukoki, sont entrés en épidémie. "Ces trois CSI totalisent 90 cas de méningite dont 4 décès, du 1er janvier au 28 mars", a-t-il indiqué. Six autres districts sanitaires du pays sont en alerte, à savoir Niamey III et IV, Kollo...
(AFP 30/03/17)
Discrète, la faction dissidente de Boko Haram dirigée par Abou Mosab Al Barnaoui depuis bientôt un an n'en est pas moins active, misant sur le soutien des populations locales en étendant son emprise de façon moins brutale que son rival Abubakar Shekau au sein du groupe islamiste nigérian. En août 2016, la désignation par l'organisation Etat islamique (EI) du jeune Barnaoui, 23 ans - et fils du fondateur de Boko Haram Mohamed Yusuf - à la tête de Boko Haram en remplacement d'Abubakar Shekau a fait éclater au grand jour les divergences profondes au sein du groupe. Ses combattants, selon plusieurs experts, opèrent principalement sur les rives du lac Tchad et le long de la frontière avec le Niger, dans...
(APA 30/03/17)
APA-Niamey (Niger) - Quatre-vingt-dix cas de méningite ayant fait 4 décès, ont été répertoriés à la date du 29 mars au Niger où sévit une épidémie touchant plusieurs localités, selon le ministre de la Santé publique, Dr Illiassou Idi Mainassara, qui animait mercredi un point de presse. Le germe responsable de cette épidémie est principalement le méningocoque « C », a précisé le ministre de la Santé avant d’indiquer que d’autres cas sporadiques continuent à être enregistrés sans pour autant atteindre le seuil épidémique. Toutefois, a tenu à rassurer Dr Illiassou Idi Mainassara, pour faire face à cette situation, le ministère de la Santé dispose d’ores et déjà d’un stock de Ceftriaxone permettant de prendre en charge au moins 22...
(Le Point 30/03/17)
À la tête du plus important syndicat de l'éducation, Mounkaïla Halidou symbolise la lutte pour de meilleures conditions dans ce département. Lundi, après dix jours de vacances de Pâques et deux semaines de grève, les écoliers et les enseignants devaient reprendre le chemin de l'école. Pour une semaine de consultations de la base, avant une nouvelle partie du bras de fer engagé entre le gouvernement du Niger et les syndicats de l'éducation. Entre-temps, un mot d'ordre de grève de 72 heures est relancé pour les 5, 6 et 7 avril après une assemblée générale sur tout le territoire ce jeudi. Celui qui incarne le mouvement syndical est un homme discret, sobre, en costume gris et chemise perle. La porte de...
(RFI 30/03/17)
Dans tous les pays du Sahel, certaines zones sont actuellement frappées par la sécheresse. Un phénomène persistant et inquiétant, car les conséquences sont multiples sur l'agriculture, l'élevage, la situation alimentaire. Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) a fait le point ce matin lors d’une conférence de presse à Ouagadougou au Burkina Faso. Le comité prévient : si rien n'est fait, près de 13 millions de personnes seront en situation de crise dès le mois de juin. La situation nutritionnelle demeure préoccupante, voire critique dans les bas-fonds du lac Tchad, le nord du Mali, le Niger, et dans plusieurs régions du nord du Nigeria, selon le dispositif régional de prévention des crises. Cela est dû...
(APA 29/03/17)
APA-Niamey (Niger) - L’Etat du Niger recherche 30 milliards FCFA (environ 48 millions de dollars) auprès des investisseurs du marché financier de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) à travers l’émission de bons assimilables du Trésor (BAT) programmée le 30 mars 2017, a appris mercredi APA auprès de l’agence UMOA-Titres basée à Dakar. Cette opération concerne l’adjudication de deux types de titres : les BAT à 182 jours et les BAT à 364 jours. Pour ces deux titres, l’agence UMOA-Titres précise que le montant minimum à retenir par le Trésor nigérien est de 5 milliards de FCFA (1 FCFA équivaut à 0,0016 dollar). Pour ces deux titres, la date d’échéance est respectivement fixée au 29 septembre 2017 et au...
(Contrepoints 29/03/17)
Sans un cadre institutionnel garantissant la liberté de prix, de concurrence, et l’égalité des chances économiques, la libéralisation ne pourra remédier à la précarité énergétique au Niger. En dépit des immenses potentialités énergétiques du Niger en charbon minéral, pétrole, soleil, uranium et de potentialités hydroélectriques sur le fleuve Niger, les Nigériens ont un faible accès à l’électricité. Ainsi, le taux de couverture en électricité est de 22,7% et le taux d’accès des ménages est de 9,53%. Et quand bien même les privilégies ont accès à l’électricité, ils doivent subir la cherté des tarifs et les délestages intempestifs. Notons en plus que, le pays est très dépendant de l’offre extérieure d’électricité car plus de 60% de la consommation d’électricité au Niger...
(Jeune Afrique 28/03/17)
Jeune Afrique reconstitue l’opération de ventes et d’achats d’uranium qui a valu à Areva l’ouverture d’une enquête du Parquet national financier français. On le dit plus influent que le Premier ministre, Brigi Rafini, dont il a été le ministre de l’Intérieur et de la Défense avant d’occuper son poste actuel, aux Finances. Pourtant, depuis quelques semaines, Hassoumi Massaoudou vacille, alors qu’une partie de la presse nigérienne l’accuse d’avoir détourné des sommes d’argent issues d’une transaction d’uranium en 2011. Une commission d’enquête parlementaire a été constituée et a débuté ses investigations. Le ministre devait y être entendu mardi 28 mars, tandis que les plus virulents de ses adversaires ont réclamé sa démission.
(Jeune Afrique 28/03/17)
À peine plus de quinze ans après la création d’Areva, en 2001, alors appelé à devenir, sous la houlette d’Anne Lauvergeon, le « grand acteur intégré du nucléaire », l’aventure atomique française est un fiasco. Faisant face à une situation financière explosive – les pertes ont atteint jusqu’à 4,8 milliards d’euros à la fin de 2014 –, le groupe a dû se résoudre en juin 2015 à un attelage d’urgence avec le groupe français EDF, appuyé par le président François Hollande : pour survivre, Areva, renfloué par l’État, va céder d’ici à la fin de l’année sa branche réacteurs à l’électricien, tout en conservant la seule gestion du cycle du combustible, de l’extraction de l’uranium au retraitement des déchets. Encore lourdement...
(Jeune Afrique 28/03/17)
Il est bien révolu le temps où le nucléaire avait le vent en poupe, dans les années 2005-2011. Les analystes les plus enthousiastes avançaient le chiffre mirifique de 30 réacteurs commandés par an. La catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011, voilà tout juste six ans, a mis un coup d’arrêt brutal aux ambitions du secteur : abandon de la filière en Allemagne, report sine die de l’appel d’offres sud-africain, ralentissement des calendriers de construction un peu partout dans le monde… Depuis l’accident japonais, il n’y a plus que deux ou trois appels d’offres chaque année, principalement en Inde et en Chine. Quant aux rares réacteurs de nouvelle génération qui avaient été commandés en Europe (notamment en Finlande et au Royaume-Uni...
(Agence Ecofin 28/03/17)
Le Conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques de l’Afrique francophone subsaharienne (Crefiaf) basé au Cameroun depuis 1997, vient de recevoir un don de 500 000 dollars (près de 300 millions de FCFA) de la Banque mondiale en vue de financer un projet relatif à la surveillance des industries extractives dans les pays membres dudit Conseil. Piloté par le Comité régional de renforcement institutionnel, organe exécutif du Crefiaf, l'initiative concerne huit institutions supérieures de contrôle avec un ancrage sur Gabon, la Guinée, le Niger et de la République démocratique du Congo. C’est dans le prolongement du Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive en Afrique francophone subsaharienne (Pasie), financé actuellement par Affaires Mondiale Canada...

Pages