Jeudi 19 Avril 2018
(RFI 28/02/18)
La conférence pour le lac Tchad bat son plein à Abuja, la capitale du Nigeria. Depuis lundi 26 février, l'avenir de cet espace sahélien, menacé par la sécheresse et l'insécurité, est entre les mains des experts scientifiques, ingénieurs et décideurs politiques. Lors du deuxième jour de conférence, ce mardi, une dynamique s'est créée autour du projet de transfert des eaux du bassin du Congo vers le lac Tchad. Trop ambitieux, trop risqué, trop coûteux ? Les raisons de s'y opposer ne manquent pas, mais le projet de remplir le lac Tchad est bel est bien de retour. Mardi 27 février à Abuja, au Nigeria, la titanesque ambition de transférer les eaux du bassin du Congo était sur toutes les lèvres,...
(AFP 26/02/18)
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Niamey et dans les grandes villes du Niger pour demander "l'abrogation" de la loi de finances 2018 qu'elles jugent "antisociale" et le départ des "forces étrangères" basées dans le pays. "A bas la loi de finances scélérate!", "A bas la loi de finances injuste!", "Forces étrangères à bas!", "Armées française, américaine et allemande, allez vous-en !", ont scandé à Niamey les manifestants, qui répondaient à l'appel d'une coalition d'organisations de la société civile. Sur une banderole frappée des drapeaux français et américain, on pouvait lire: "Armée (ndlr: française et américaine) allez vous-en !, Army Go Away !, nos FDS (Forces de défense et de sécurité) nous suffisent". Pour la première fois, l'opposition...
(La Tribune 26/02/18)
Des milliers de manifestants ont de nouveau battu le pavé à Niamey et dans plusieurs localités du pays pour protester contre les dispositions de la loi des finances et la mauvaise gouvernance au Niger. Bien que la loi est entrée en vigueur depuis le début de l’année, les manifestants entendent mettre la pression sur le régime du président Issoufou afin qu’ils reviennent sur certaines mesures qualifiées « d’antisociales ». Au Niger, les manifestations de la société civile contre la loi des finances et la mauvaise gouvernance se succèdent et rassemblent de plus en plus de monde. Ce dimanche 25 février, ils étaient plusieurs milliers de manifestants à sortir dans la rue à Niamey la capitale et aussi dans plusieurs autres...
(AFP 26/02/18)
Une conférence pour le lac Tchad, organisée sur trois jours par le gouvernement nigérian et l'Unesco, s'est ouverte lundi à Abuja dans le but de lancer un projet de préservation de cette région dévastée par le changement climatique et les conflits. De nombreux représentants des quatre pays qui bordent le lac (Cameroun, Tchad, Niger et Nigeria), ainsi que de Centrafrique, sont attendus pour discuter de solutions pour "revitaliser l'écosystème du bassin pour un subsistance durable, la sécurité et le développement", selon le communiqué de présnetation de l'Unesco. Le changement climatique, aggravé par une très mauvaise gestion des ressources hydrauliques au fil des ans, a conduit à la disparition de 90% de la surface du lac en 40 ans. Les Nations...
(Jeune Afrique 26/02/18)
Pour sortir du franc CFA, le fondateur de CGF Bourse et de CGF Gestion Gabriel Fal propose la création d'un Fonds monétaire africain, dont le rôle serait de garantir les parités des différentes monnaies membres, de mutualiser les réserves de change et de contrôler strictement l'inflation. Il me semble évident que les pourfendeurs et les défenseurs du franc CFA ne s’entendront jamais. Pourquoi ? Tout simplement parce que les premiers sont persuadés que la légitimité de leur démarche, vue comme une quête de souveraineté, ne peut qu’être victorieuse et constructive. Les pro-CFA, eux, se fondent sur les statistiques mondiales et les expériences diverses et variées vécues sur l’ensemble des continents pour dire que, dans les réformes monétaires, il y a eu...
(Le Point 26/02/18)
Dans le contexte économique, climatique et sécuritaire actuel, quelle sorte d'avenir sera offert aux nouvelles générations ? Cette interrogation mérite d'être posée à propos du Niger qui impressionne par sa dynamique natalité. « Combien d'enfants avez-vous ? » À Maradi, au sud-est du Niger, cette question prend plus d'un parent au dépourvu. Hassan Edi sort doucement sa main de sa poche et se met à compter : « Mohammed, Myriam, Ibrahim,... Oui, c'est ça, j'ai 9 enfants avec ma première femme, 7 avec la seconde. Ça fait 16 enfants », lance fièrement le père. Âgés de 45 à 11 ans, la majorité d'entre eux vivent dans la maison familiale de quelque 50 mètres carrés. Dans la cour, les plus jeunes...
(Jeune Afrique 24/02/18)
L'union européenne a annoncé ce vendredi le doublement de sa participation au financement de la force conjointe du G5 Sahel, portant le total des fonds rassemblés à 414 millions d'euros. Il faut « 480 millions », selon le président du Niger, Mahamadou Issoufou, qui s'inquiète de la pérennité des financements. « Aujourd’hui l’Union européenne va doubler son soutien à la force conjointe et on va aussi avoir d’autres contributions des États membres et des autres partenaires » à cette force, a annoncé Federica Mogherini vendredi lors d’une réunion à Bruxelles devant une trentaine de chefs d’État et chefs de gouvernement.
(AFP 23/02/18)
Les dirigeants européens ont donné vendredi un coup de pouce politique et financier à la force militaire constituée par cinq pays africains pour lutter contre les groupes jihadistes actifs dans la région du Sahel, lors d'une conférence des donateurs à Bruxelles. Trente deux chefs d'Etat et de gouvernement se sont réunis vendredi matin au siège de la Commission européenne autour des dirigeants du Mali, de la Mauritanie, du Tchad, du Niger et du Burkina Faso pour témoigner de leur soutien politique.
(RFI 23/02/18)
Force conjointe cherche soutien politique et financier. C’est le nouvel appel lancé ce matin à la conférence des donateurs pour cette force antiterroriste du G5-Sahel. Les présidents des pays membres ; Mali, Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso ont fait le déplacement à Bruxelles, une trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement européens aussi, pour marquer leur solidarité dans la lutte contre le jihadisme dans la zone sahélienne. La force du G5 avait déjà mobilisé 250 millions d’euros de budget. L’objectif était de dépasser les 300 millions. Mission accomplie. Avec notre bureau à Bruxelles, Objectif atteint, puisque la communauté internationale va soutenir la force conjointe du G5-Sahel à hauteur de 414 millions d’euros. L’Union européenne et ses Etats membres participeront pour...
(APA 23/02/18)
APA Bamako (Mali) - Dès l’entame de la réunion de haut niveau sur le financement de la force conjointe du G5 sahel tenue ce vendredi à Bruxelles en Belgique, l’Union européenne (UE) a annoncé qu’elle doublait sa contribution au financement de la force conjointe du G5 sahel la portant de 50 à 100 millions de dollars ‘’ L'Union européenne va doubler son soutien financier à la force militaire conjointe du G5 Sahel,’’ a annoncé Federica Mogherini lors de la conférence des donateurs à Bruxelles à laquelle prennent part plusieurs partenaires comme l’Union africaine, la CEDEAO, la France, aux côtés du chef d’Etat du Niger, Mahamadou Issoufou et président en exercice du G5 sahel et ses homologues du Mali, du Burkina,...
(APA 23/02/18)
APA-Dakar (Sénégal)- L’Etat du Niger a collecté, jeudi, 17,611 milliards F CFA (environ 28,177 millions de dollars) sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) à l’issue de son émission de bons assimilables du trésor (BAT) à 6 mois , a appris APA auprès de l’agence UMOA-Titres basée à Dakar. L’émetteur qui sollicitait 20 milliards F CFA, s’est vu proposer 17,611 milliards F CFA (1 F CFA équivaut à 0,0016 dollar). Ce qui donne un taux de couverture du montant mis en adjudication de 88,06%. L’Etat du Niger a néanmoins retenu la totalité des soumissions des investisseurs avec un taux moyen pondéré de 6,43% et un taux d’intérêt marginal de 6,75%. Selon l’agence UMOA-Titres, les titres...
(Jeune Afrique 23/02/18)
Selon un haut gradé nigérian, le chef de Boko Haram se déplacerait déguisé en femme. Intox ? La déclaration a en tout cas fait beaucoup réagir. C’est habillé en femme que le chef de Boko Haram se déplacerait au Nigeria. Le général de brigade Sani Kukasheka Usman, directeur des relations publiques de l’armée, l’affirme : le hijab serait la tenue de camouflage la plus achevée de l’insaisissable Abubakar Shekau. Info bidon destinée à écorner l’image du terroriste auprès de ses troupes ? De fait, il y a peu de chances qu’un mouvement salafiste dont le nom signifie « l’éducation occidentale est un péché » porte les drag-queens dans son cœur… Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/532260/politique/le-dessin-de-la-semaine...
(RFI 23/02/18)
Une conférence donateurs pour la force du G5 Sahel se tient ce vendredi 23 février à la Commission européenne, à Bruxelles. Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement européens sont attendus ainsi que les cinq présidents des pays sahéliens. De nouveaux partenaires comme la Turquie, ou l'Afrique du Sud seront également représentés par leurs ministres des Affaires étrangères. L'objectif de cette conférence est de mobiliser encore des fonds pour financer la première année d'opérationnalisation de la force conjointe. Dépasser les 300 millions d'euros de budget, c'est l'ambition de la conférence d'aujourd'hui. La barre n'est pas bien haute, puisque l'Union européenne a d'ores et déjà laissé entendre qu'elle remettrait 50 millions au pot, alors que la force en a déjà...
(RFI 23/02/18)
Les quatre chefs d'Etats membres du groupe de travail sur la monnaie unique de la Cédéao ont adopté, le 21 février à Accra, une nouvelle feuille de route afin d'accélérer la mise en oeuvre de cette monnaie. La date de lancement est fixée à 2020. Le principe étant que les pays qui sont prêts pourront démarrer en attendant d'être rejoints par les autres. Dès cette année, un institut monétaire commun à l'espace Cédéao devrait voir le jour. Mais au-delà de cette volonté affichée, il reste beaucoup de questions à résoudre. Les mots prononcés à Accra lors de la réunion du groupe de travail sur la monnaie unique traduisent bien l'optimisme ambiant. Le vice-président ghanéen a affirmé que son pays serait...
(AFP 22/02/18)
Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement se réunissent vendredi à Bruxelles pour renforcer leur soutien politique et financier au G5 Sahel qui lutte contre la menace persistante des groupes jihadistes dans la région sahélienne. Lors de cette conférence de haut niveau, le président français Emmanuel Macron -- très engagé sur le dossier -- et la chancelière allemande Angela Merkel seront aux côtés des chefs d'Etat des cinq pays du G5 Sahel: Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie et Tchad. Au total, cette conférence des donateurs rassemblera 18 dirigeants européens, présents à Bruxelles pour un sommet informel de l'Union européenne programmé...
(AFP 22/02/18)
Le groupe jihadiste Boko Haram, qui a attaqué lundi un internat pour filles à Dapchi, dans le nord-est du Nigeria, mène une lutte armée dans la région du lac Tchad depuis 2009 et s'est affilié au groupe Etat islamique (EI) en 2015. Ses offensives ne se cantonnent pas au Nigeria dont il est originaire, mais se prolongent au carrefour du Niger, du Tchad et du Cameroun. A l'origine de nombreux raids et attentats-suicides souvent menés par de jeunes adolescentes, Boko Haram utilise aussi les kidnappings de masse comme mode de recrutement. - Une secte radicale - Boko Haram signifie "l'éducation occidentale est un péché" en haoussa, la langue la plus parlée dans le nord du Nigeria. C'est à l'origine le...
(RFI 22/02/18)
En mission de travail au centre de transit des migrants ouest-africains de l'OIM à Agadez, le ministre de l'Intérieur du Niger, Mohamed Bazoum, a fustigé, mercredi 21 février, le comportement de l'Algérie et sa tendance à expulser les migrants vers le Niger. Quelque 770 jeunes sont en transit dans le centre visité par le ministre, dont une écrasante majorité, selon lui, sont des Africains de l'Ouest renvoyés d'Algérie. L'Algérie doit rapatrier ces migrants chez eux, a martelé le ministre. C’est en compagnie du Premier ministre nigérien que le ministre de l’Intérieur, Bazoum Mohamed, s’est rendu dans le centre de transit des migrants ouest-africains d’Agadez, un centre de l’Office international des migrations, plein à craquer. « Nous avons 770 jeunes en...
(APA 22/02/18)
APA-Niamey (Niger) - L’ancien arbitre international nigérien, Lucien Bouchardeau, est décédé hier, mardi, suite à un arrêt cardiaque a-t-on appris de ses proches, notamment son fils, Issa Lucien Bouchardeau qui a annoncé le décès sur sa page Facebook. Malade depuis quelques temps, son état nécessitant une intervention à l’étranger dont il n’avait pas les moyens, Lucien Bouchardeau en avait appelé, directement au Chef de l’Etat, pour sa prise en charge. Son évacuation sanitaire qui requière un montant de 10 millions de Fcfa a été autorisée par le président Issoufou Mahamadou et devait intervenir incessamment. Malheureusement, celui-ci succombera avant. Lucien Bouchardeau était âgé de 57 ans. Il a eu a officié plusieurs rencontres internationales dont la Coupe du monde de football...
(Le Monde 22/02/18)
Selon un collectif de chercheurs, « l’outil militaire français doit être subordonné à un projet politique réaliste défini par les sociétés sahéliennes ». Tribune. « Nous avons gagné cette guerre », déclarait en septembre 2013 à Bamako un François Hollande triomphant au terme d’une intervention militaire française menée au pas de course pour déloger les mouvements djihadistes au Mali. Quatre ans plus tard, dans une région sahélienne à la dérive, les mots de l’ancien président de la République résonnent de façon tragique. Le Mali a sombré dans un état de délitement inquiétant. Au nord, les groupes politico-militaires se disputent toujours le contrôle des territoires et des trafics. Au centre, l’Etat a reculé dans les zones rurales où prospèrent milices communautaires,...
(Agence Ecofin 22/02/18)
Les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO ont pris ce part ce mercredi 21 février à Accra aux travaux de la 5ème Réunion de la « Task Force présidentielle » sur le programme de la monnaie unique dans l’espace communautaire. Ils ont adopté une nouvelle feuille de route qui donne un coup d’accélérateur au projet commun de création d’une monnaie unique. Objectif annoncé : atteindre au plus vite la « CEDEAO des peuples » avec un espace économique plus viable. L’une des grandes décisions contenues dans la nouvelle feuille de route, est la création dès cette année 2018 d’une institution monétaire de la CEDEAO. Elle sera chargée de « fédérer et rationnaliser les multiples institutions existantes et de...

Pages