Jeudi 22 Février 2018
(TamTam Info 05/06/13)
Les récents événements malheureux survenus dans le Nord de notre pays avec le double attentat meurtrier perpétré par des mains terroristes à la solde du MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) relance du coup le débat sur la présence française au Niger. Même si, officiellement, Paris n’est pas encore sorti ouvertement pour exprimer la nécessité d’une base militaire dans notre pays, le prétexte semble être cette fois de taille. Pourtant. Au commencement, un simple détachement français qui a été justifié par l’enlèvement par Alqaida au Maghreb Islamique (AQMI) à Arlit de cinq français, d’un malgache et d’un togolais travaillant pour le compte du groupe nucléaire français. Au total, 115 militaires français avec comme matériel, 2...
(Afriquinfos 05/06/13)
La « Fondation Pax Africana » (basée à Lomé et promouvant la Paix et le Développement), à travers une nouvelle déclaration, vient d’apporter un appui au Niger confronté à la recrudescence de violences terroristes ces derniers jours. En considérant les menaces et actions terroristes dans le Sahel comme un danger commun à tout le Sahel et singulièrement à l’Afrique de l’ouest, la Fondation « Pax Africana » appelle la communauté ouest-africaine, africaine et le reste du monde à voler au secours de l’Etat nigérien. Le Niger était depuis plusieurs mois dans le collimateur des islamistes qui y avaient perpétré des rapts. Mais jamais, jusqu’au 23 mai dernier, les terroristes islamistes n’avaient frappé Niamey sur son propre sol via des attaques-suicides...
(TamTam Info 05/06/13)
Cette affaire d’un Milliard, qui défraye la chronique depuis quelques temps, nous rappelle également une autre affaire qui, en son temps, n’avait pas fait grand écho. En effet, selon une note d’information en date du 4 octobre 2010, le ministre du commerce de l’époque Hamid Hamed aurait tenté de sortir du territoire avec une somme de 500 Millions de francs CFA. La note d’information indique qu’il a été interpellé à l’aéroport international Diori Hamani avec le « pactole ». La même note informait le chef de l’Etat, le Général quatre étoiles qu’il : « doit revoir son entourage car il s’y trouvait tapis des gens qui ne pensent qu’à remplir leurs poches avant leur départ , plutôt que de servir...
(La Presse 05/06/13)
• Ouverture aujourd’hui de l’ancienne carrière de Djebel Jeloud pour le stockage des produits de démolition du Grand-Tunis et lancement d’un programme spécifique d’aide aux municipalités • Lancement d’une étude stratégique avec la BM pour revoir le système de gestion des déchets solides • Centre de Jradou : démarrage prochain des travaux de réparation et de maintenance • Projet de dépollution du lac de Bizerte : la BEI investit 5 millions d’euros • Les communes de l’île de Djerba prêtes à lancer la première agence intercommunale de gestion des déchets solides Le monde célèbre aujourd’hui la Journée mondiale de l’environnement alors qu’en Tunisie, on doute même de l’opportunité d’un bilan en termes de réalisations ou de pertes après plus de...
(AFP 04/06/13)
Le gouvernement nigérien a appelé mardi la communauté internationale à aider la Libye à se stabiliser, après deux attentats suicide dans le nord du Niger perpétrés, selon Niamey, par des jihadistes venus du Sud libyen. "Lorsque les autorités du Niger, parlant des attentats du 23 mai, affirment que leurs auteurs viennent du territoire libyen, elles n'entendent nullement insinuer que les autorités libyennes y ont une part quelconque de responsabilité. Bien au contraire !", indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié par le quotidien d'Etat "Le Sahel". "Les autorités du Niger, loin de vouloir accabler les autorités soeurs de Libye, voulaient juste indiquer la tâche qui incombe à la communauté internationale, qui est d'aider un pays frère à...
(Nigerdiaspora 04/06/13)
"Cette terreur que nous entendons ailleurs est donc arrivée chez nous!", soupire Moussa, chauffeur de taxi. Après des attentats suicide dans le nord du pays et une évasion meurtrière à la prison de Niamey, les Nigériens sont plongés dans les affres de la "guerre" contre les "terroristes". Depuis ces événements, la paisible capitale baignée par le fleuve Niger est presque en état de siège. Le renforcement des mesures de sécurité est particulièrement criant autour des sites sensibles comme le palais présidentiel et l'aéroport. Devant les ambassades, les barrages se sont aussi multipliés, tenus par des militaires et des gendarmes. "Ils sont particulièrement sur les nerfs, il vaut mieux obtempérer", explique à l'AFP Massaoudou Amadou, un riverain de l'ambassade des Etats-Unis...
(TamTam Info 04/06/13)
L’interpellation et l’arrestation du Député national Foukori Ibrahim a soulevé des vagues dans les milieux politiques en général et plus particulièrement au sein de l’hémicycle. Un véritable débat s’est installé sur la régularité ou non de l’arrestation du Député Foukori Ibrahim. Il faut une nouvelle levée d’immunité parlementaire, il faut aviser l’Assemblée Nationale ou son Bureau, celle-ci étant en session, entend-on dans les cercles de l’opposition ARN. Un courant de solidarité à l’endroit du Député va naître au sein des parlementaires qui multiplient les visites au camp pénal de Kollo mais aussi pour demander des explications au Bureau de l’Assemblée nationale sur ce qu’ils perçoivent comme ‘’une arrestation illégale’’. Le président de l’Assemblée Nationale Hama Amadou va aller plus loin...
(TamTam Info 04/06/13)
Mercredi 29 Mai 2013 la plénière de l’Assemblée Nationale planchait sur le texte portant modifications au statut autonome des douaniers, un texte de loi adopté en 2005 mais qui comportait quelques imperfections. Durant deux jours la plénière de l’Assemblée nationale a discuté en profondeur de ces modifications. L’objectif poursuivi par le gouvernement à travers la modification de ce texte est de mettre un terme à la rupture d’égalité, à la corruption et l’enrichissement illicite qui affecte ce corps de l’administration et à mettre en place des règles de recrutement de promotion et de gestion des carrières fondées sur l’injustice, le favoritisme, les passedroits… C’était le Ministre des transports M. Ibrahim Yacouba, assurant l’intérim du Ministre des finances Gilles Baillet qui...
(RFI 04/06/13)
Les obsèques des deux gardiens de la prison de Niamey tués samedi lors de l'évasion de 22 prisonniers ont eu lieu hier, lundi 3 juin. Parmi les évadés, le gouvernement nigérien a indiqué qu'il se trouvait un « dangereux terroriste », un Malien nommé Cheïbane Ould Hama. Il est activement recherché par tous les services de sécurité maliens et nigériens, mais il est aussi toujours dans le collimateur des Etats-Unis. Samedi après-midi, 15 heures. Trois prisonniers de la prison de Niamey sont sur le qui-vive. Armés de pistolets, les trois hommes, présentés comme membres de Boko Haram, profitent des allées et venues des détenus au parloir pour tirer à bout portant sur deux gardiens à l'entrée. Le parloir se situe...
(Le Sahel 04/06/13)
Le Président de la République Chef de l'Etat, SEM. Mahamadou Issoufou, a accordé, hier, une audience au bureau de l'Association Islamique du Niger (AIN), conduit par le Président de ladite association, Cheick Djabir Oumar Ismaël. A l'issue de l'entretien avec le Chef de l'Etat, le Secrétaire général de l'AIN, Dr Aboubacar Saidou Touré, a déclaré qu'ils sont venus rencontrer le Chef de l'Etat à la suite des événements malheureux survenus récemment dans notre pays. L'association est venue exprimer son soutien indéfectible au Président de la République, et a promis d'apporter son aide pour sensibiliser la population, en tant que leaders d'opinion. Les oulémas ont aussi échangé sur l'implication de l'islam dans ces événements, sur la situation sécuritaire du Niger et...
(Jeune Afrique 03/06/13)
Selon le dernier bilan des incidents survenus à la prison de Niamey, samedi 1er juin, trois gardiens ont été tués tandis qu'environ 22 détenus, dont des terroristes, se sont échappés. Après le double attentat d’Arlit et Agadez, le 23 mai, la tension sécuritaire n’est pas près de retomber au Niger. Le pays a connu une nouvelle attaque, samedi, de la prison de Niamey. À l’origine, les autorités évoquaient une tentative d'évasion perpétrée par des « détenus déjà inculpés pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" ». Dimanche, le ministre de la Justice Marou Amadou, par ailleurs porte-parole du gouvernement, a précisé les circonstances des troubles au cours desquels trois gardiens ont été tués lors de l'évasion de...
(Le Pays 03/06/13)
Le Niger est à nouveau dans la tourmente. En effet, la prison civile de Niamey située en plein cœur de la ville, a été l’objet d’une attaque, le 1er juin dernier. Pour l’instant, les circonstances de cette attaque demeurent encore obscures puisqu’on ne connaît pas l’origine exacte des auteurs. Mais à en croire les autorités nigériennes, l’attaque a été menée à l’intérieur de ladite prison civile et a coûté la vie à deux gardes pénitentiaires, et blessé au passage trois autres. Il y a vraiment de quoi s’inquiéter, tant la chose paraît étrange et abracadabrantesque. Comment des prisonniers ont-ils pu se procurer des armes pour préparer une attaque contre leurs geôliers ? Qui a pu tromper la vigilance des gardes...
(Nigerdiaspora 03/06/13)
Deux jours après l'attaque de la prison centrale de Niamey par des terroristes appartenant au groupe islamiste Boko Haram du Nigéria voisin barrières, suivie de l'évasion d'une vingtaine de détenus parmi lesquels plusieurs terroristes et de grands criminels, la population de Niamey vit dans la psychose et des interrogations. En attaquant la maison d'arrêt de Niamey, située au centre de la capitale et en plein jour, tuant 3 gardes pénitentiaires et blessant 3 autres, ces détenus déjà poursuivis pour terrorisme avaient pour objectif, selon le ministre nigérien de la Justice, porte parole du gouvernement, M. Marou Amadou, de prendre le contrôle de la prison, en vue d'une évasion massive. Le ministre Marou Amadou accuse, sans doute, une complicité extérieure ;...
(Le Sahel 03/06/13)
L’Assemblée nationale a clôturé, samedi dernier, les travaux de sa 1ère session extraordinaire au titre de l’année 2013 sous la présidence de SE M. Hama Amadou, président de l’institution. Deux invités de marque ont rehaussé l’éclat de cette cérémonie à savoir les présidents des Parlements du Mali et du Burkina Faso. Etaient également à la cérémonie, le Premier ministre, SEM. Brigi Rafini, des présidents d’institutions de la République ainsi que des membres du Gouvernement et du Corps diplomatique. Outre la traditionnelle allocution de clôture prononcée par SE M. Hama Amadou (dont nous publions l’intégralité) les Présidents des Parlements du Mali et du Burkina Faso ont respectivement pris la parole à cette cérémonie. Dans l’allocution qu’il a prononcée à cette occasion,...
(Le Quotidien du Peuple 03/06/13)
NIAMEY, 3 juin (Xinhua) -- Deux jours après l'attaque de la prison centrale de Niamey par des terroristes appartenant au groupe islamiste Boko Haram du Nigéria voisin barrières, suivie de l'évasion d'une vingtaine de détenus parmi lesquels plusieurs terroristes et de grands criminels, la population de Niamey vit dans la psychose et des interrogations. En attaquant la maison d'arrêt de Niamey, située au centre de la capitale et en plein jour, tuant 3 gardes pénitentiaires et blessant 3 autres, ces détenus déjà poursuivis pour terrorisme avaient pour objectif, selon le ministre nigérien de la Justice, porte parole du gouvernement, M. Marou Amadou, de prendre le contrôle de la prison, en vue d'une évasion massive. Le ministre Marou Amadou accuse, sans...
(L'Observateur Paalga 03/06/13)
Hier 1er juin, soit une dizaine de jours après le double attentat terroriste du 23 mai contre le camp militaire d'Agadez et le site du groupe nucléaire français Areva à Arlit, revendiqué par le Mujao et les signataires par le sang, c'est la prison de Niamey qui a été attaquée, cette fois-ci par Boko Haram : selon les autorités du pays, trois membres de cette organisation, "... qui ont déjà été inculpés d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, écroués à la prison civile de Niamey, ont tenté une évasion massive", a expliqué le procureur de la République, Moussa Waziri. Bilan : deux morts et trois blessés dans les rangs des gardes pénitentiaires, dont un grièvement ; quid...
(TamTam Info 03/06/13)
La prison civile de Niamey, située en centre-ville, a été la cible d’une attaque, ce samedi 1er juin. Le bilan officiel fait état de deux morts et trois blessés parmi les gardes pénitentiaires. Selon les autorités, trois membres du groupe Boko Haram détenus dans la prison ont été maîtrisés. Cette nouvelle attaque survient après le double attentat du 23 mai contre le camp militaire d'Agadez et le site du groupe nucléaire français Areva à Arlit. Plus de détails sur cette nouvelle attaque à la prison de Niamey. L’attaque a été menée à l’intérieur de la prison civile de Niamey. C'est en tous cas la version donnée par les autorités. Plusieurs détenus de la secte islamique Boko Haram du Nigeria voisin...
(Le Nouvel Observateur 03/06/13)
L'évasion d'une vingtaine de proisonniers a eu lieu une dizaine de jours après un double attentat suicide dans le nord du pays. Une vingtaine de détenus, dont plusieurs "terroristes", se sont évadés lors des troubles survenus samedi 1er juin à la prison de Niamey, a annoncé dimanche le gouvernement nigérien. Cette évasion a eu lieu une dizaine de jours après un double attentat suicide dans le nord du Niger, revendiqué par des groupes jihadistes qui ont mis en cause la participation de ce pays à l'intervention franco-africaine au Mali voisin. "Les événements d'hier (samedi) ont permis l'évasion d'environ 22 personnes, parmi lesquelles des terroristes", a déclaré lors d'un point presse le ministre de la Justice Marou Amadou. "Parmi ces personnes...
( 03/06/13)
Deux gardiens de prisons ont été tués par des membres de la secte islamiste nigeriane Boko Haram détenus dans cette prison. Selon les autorités, "trois militants islamistes condamnés pour faits de terrorisme" ont tenté de s'évader mais ont été maitrisés à l'issue d'une fusillade de trois quarts d'heure. "Trois ont été pris", vivants, et "le quatrième est à l'intérieur de la prison", indiqué le ministre de la justice et porte-parole du gouvernement, Marou Amadou sans fournir de précision sur leur identité. D’après le dernier bilan, deux gardes en poste devant la prison ont été tués, un autre a été gravement blessé. Une enquête a été ouverte "doit déterminer l'origine" des armes dont étaient munis les assaillants, qui peuvent avoir "saisi...
(TV5 03/06/13)
Ce samedi 1er juin 2013, deux gardiens de la prison de Niamey ont été tués lors d'une tentative d'évasion par des détenus inculpés de terrorisme. Après le double attentat qui, jeudi 23 mai, visait l’armée nigérienne et la compagnie française Areva à Arlit, des groupes de "jihadistes” menacent désormais de "déplacer la guerre” du Mali au Niger. Qui sont ces groupes et leur menace est-elle plausible ? C’est Mokhtar Belmokhtar, que le gouvernement nigérien croyait mort, qui aurait "supervisé lui-même” les deux attentats suicide commis jeudi 23 mai 2013 au Niger. Son groupe, les "Signataires par le sang”, aurait mené ces attaques conjointement avec le Mouvement pour l’Unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (Mujao) et menacent désormais de...

Pages