Dimanche 17 Décembre 2017
(AFP 21/11/17)
La police nigérienne a présenté lundi à la presse plus de 13 tonnes de faux médicaments acheminés à Niamey depuis l'Inde via un port ghanéen, selon un de ses responsables. "Ce sont 1.813 cartons, soit un peu plus de treize tonnes de produits pharmaceutiques contrefaits que nous avons saisis", a précisé Mme Ousmane Bako Nana, porte-parole des services de répression du trafic illicite des stupéfiants. Ces faux médicaments, destinés au marché local, ont été commandés par des opérateurs avec "la complicité" d'un agent "corrompu" d'une société officiellement agréée dans la distribution de produits pharmaceutiques. Parmi les médicaments saisis figurent des antalgiques et des anti-inflammatoires, ne comportant ni référence du fabriquant ni étiquettes. Sur un des emballages on peut même lire...
(AFP 20/11/17)
Ils ont passé des mois sur les routes de l'exil et connu l'enfer des prisons libyennes: à Niamey, dans les locaux clairs de la "case de passage", les réfugiés que le HCR a réussi à évacuer de Tripoli respirent enfin. "Depuis qu'on a quitté la Libye, ça va": installée sur la terrasse avec son mari, Amina (tous les prénoms ont été changés, NDLR), 20 ans, raconte combien elle a "hâte de partir" pour la France, qui s'est engagée à accueillir un premier groupe de 25 personnes - Erythréens, Ethiopiens et Soudanais. La jeune Ethiopienne a fui son pays en 2016 blessée, après avoir essuyé des coups de feu, à l'époque où le pouvoir durcissait la répression contre son ethnie, les...
(AFP 20/11/17)
Moussa Moumouni Djermakoye, le président du Conseil économique et social et culturel (CESOC) du Niger, un allié du président Mahamadou Issoufou, est décédé dimanche à l'âge de 73 ans à Paris, a annoncé la télévision d'Etat nigérienne. Moussa Moumouni Djermakoye, ex-ministre de la Défense, "s'est éteint ce dimanche des suites de maladie à Paris", a indiqué Télé-Sahel. Moumouni Djermakoye avait été évacué d'urgence il y a une semaine à Paris pour des soins, selon son entourage. Il dirigeait le CESOC depuis 2011 et était également le président de l'Alliance nigérienne pour la démocratie et le progrès (ANDP), un des principaux partis alliés du président nigérien Mahamadou Issoufou. Il avait succédé à la tête de l'ANDP à son frère Adamou Moumouni...
(APA 20/11/17)
APA-Niamey (Niger) - L’Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants du Niger a annoncé lundi à Niamey, avoir procédé à la saisie de 13 tonnes de faux médicaments, démantelant du coup un réseau de trafic international de produits pharmaceutiques. Opéré le 16 novembre dernier, le coup de filet porte au total sur 1813 cartons de produits pharmaceutiques, selon le capitaine Nana Aichatou Ousman Bako, porte-parole de la police nationale. A en croire ce dernier, l’opération a été montée par un groupe de commerçants qui a bénéficié, moyennant rétribution, de la complicité d’un agent d’une société agréée de distribution de produits pharmaceutique. L’agent a fait la commande de la marchandise depuis l’Inde, puis s’est occupé auprès des douaniers et...
(AFP 20/11/17)
Le Niger a convoqué dimanche l'ambassadeur de Libye à Niamey pour faire part de "l'indignation du président Issoufou sur la vente de migrants africains" comme esclaves en Libye, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Ibrahim Yacoubou. M. Yacoubou a ajouté, sur son compte Twitter, avoir notifié au diplomate libyen que "tout doit être mis en oeuvre pour faire cesser cette ignominie" dont les "auteurs" doivent être "sanctionnés". Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui s'était déjà "indigné" jeudi de la vente aux enchères de migrants-esclaves en Libye, a demandé à ce que le sujet soit mis à l'ordre du jour du sommet entre l'Union Africaine et l'Union Européenne prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan.
(RFI 20/11/17)
Cinq ans de prison ont été requis contre des trois responsables d'un collectif d'organisations de la société civile. Ils sont poursuivis pour « participation à une manifestation interdite », « attroupement armé », « vol et complicité de vol ». Ils avaient participé à manifestation le 29 octobre à Niamey contre la loi de finances 2018. Le verdict du procès sera rendu dans une semaine. Ils sont au total quinze personnes, dont les trois acteurs de la société civile, à comparaitre devant le juge. Abass Abdoul Aziz Tanko, Abdoulaye Harouna, Djibo Issa, ont tous plaidé non-coupable des faits qui leurs sont reprochés : « participation à une manifestation interdite », « attroupement armé », « vol et complicité de vol...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(AFP 18/11/17)
Le président nigérien Mahamad Issoufou, qui s'était "indigné" jeudi de la vente aux enchères de migrants-esclaves en Libye, a demandé à ce que le sujet soit mis à l'ordre du jour du sommet Union Africaine - Union-Européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan. "Fortement choqué, M. Issoufou a demandé personnellemet au président ivoirien Alassane Ouattara que ce sujet soit inscrit à l'ordre du jour du sommet", a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat un proche de la présidence nigérienne. Le ministre nigérien des Affaires étrangères Ibrahim Yacouba a confirmé cette demande sur son compte Twitter: "Le président du Niger (...)...
(La Tribune 18/11/17)
Le gouvernement nigérien organise une conférence à Paris avec ses partenaires techniques et financiers, la Banque mondiale et le PNUD notamment, pour une levée de Fonds destinée à financer le plan de développement économique et social du pays. Une opération de séduction pour vendre les opportunités d’investissement au Niger les 13 et 14 décembre prochain. Porte ouverte sur « les secteurs porteurs » nigériens. En partenariat avec la Banque Mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Niger organise une conférence « de la Renaissance » sous le thème « Un Niger renaissant pour un peuple prospère » les 13 et 14 décembre à l'hôtel Méridien Etoile dans la capitale française. L'enjeu de cette opération de...
(AFP 18/11/17)
Le ministère public a requis vendredi cinq ans de prison ferme contre trois dirigeants d'une association nigérienne après une manifestation fin octobre qui avait dégénéré en violences, a indiqué un membre de la société civile. "Le procureur a requis cinq ans ferme contre nos trois camarades à l'issue de leur jugement", a déclaré à la presse Gamatié Mahamadou, le dirigeant d'un Collectif d'organisations de la société civile à l'origine de la manifestation du 29 octobre à Niamey. Les manifestants protestaient contre la loi de finances 2018 qu'ils jugeaient "anti-sociale". Le verdict du procès sera rendu dans une semaine, a-t-il indiqué.
(RFI 18/11/17)
Trente-sept ministres des Affaires étrangères africains se sont réunis ce vendredi 17 novembre à Washington à l’invitation du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. Il s’agissait du premier grand rendez-vous diplomatique entre l’administration Trump et le continent. Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, ancien patron d’une grande compagnie pétrolière, a résolument orienté les débats sur le développement économique et les investissements. Mais le préalable pour assurer le développement c’est la sécurité. Et les Africains ont insisté sur la question du Sahel. Soulemane Zeraboussa, ministre du Commerce, représentait la Côte d’ivoire à ce rendez vous : « Nous souhaitons que les Etats Unis en fassent plus pour le G5 Sahel. Nous en parlons avec beaucoup...
(Jeune Afrique 17/11/17)
La diffusion d'une vidéo montrant des migrants subsahariens être vendus comme des esclaves en Libye a provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités africaines, politiques ou du monde de la culture, ont dit leur dégoût et réclament des actions. En août 2017, CNN prend connaissance d’une vidéo tournée quelque part en Libye sur laquelle on peut voir des surbsahariens être vendus aux enchères comme des esclaves. Un homme peut-être « acheté » pour 1 200 dinars libyens – soit l’équivalent de 800 dollars… Après la diffusion de cette vidéo, les réactions ont été nombreuses. Parmi elles, plusieurs personnalités africaines. • Alpha Blondy : « Messieurs les présidents, nous sommes stupéfaits par votre silence » Le célèbre chanteur de...
(Le Point 16/11/17)
Le pays a décidé de se retirer purement et simplement de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives. Le moins que l'on puisse dire est que sa suspension le mois passé de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) «  pour progrès insuffisants  » n'a pas du tout été du goût des autorités de Niamey. Alors, le pays s'est purement et simplement retiré de l'institution, a annoncé le ministre des Mines, Barazé Moussa, au cours d'une conférence de presse. Des efforts, mais peut mieux faire Dans une correspondance datant du 25 octobre dernier, le conseil d'administration de l'ITIE avait, tout en saluant la position de pionnier que le Niger a occupée pour un pays qui est le...
(Jeune Afrique 16/11/17)
La ministre française des Armées était à Dakar au Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Mise en place de la force conjointe du G5 Sahel, évolution de l'opération Barkhane, lutte contre le terrorisme... Florence Parly répond aux questions de Jeune Afrique. C’était sa première visite à Dakar en tant que ministre des Armées. Les 13 et 14 novembre, Florence Parly, 54 ans, s’est rendue dans la capitale sénégalaise pour assister à la quatrième édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, organisé avec le soutien des autorités françaises. Elle y a notamment rencontré les présidents sénégalais et malien, Macky Sall et Ibrahim Boubacar Keïta, avec lesquels il a largement été question de...
(Agence Ecofin 16/11/17)
L’entreprise minière listée sur TSX, GoviEx Uranium a acquis un permis d’exploration pour la propriété d’Agaliouk, adjacent à son projet d’uranium de Madaouela au Niger. La propriété hébergerait 11,67 millions de livres (Ib) de ressources indiquée et mesurée d’uranium et 9,35 millions d’Ib de ressources inférées. «La déclaration de ressources minérales pour le projet Madaouela totalise désormais 110,76 millions d’Ib d’U3O8 (octaoxyde de triuranium, ndlr) pour les catégories indiquée et mesurée et 27,66 millions d’Ib pour la catégorie inférée.», a déclaré Daniel Major, CEO de la société. GoviEx Uranium détient à 100% le projet de Madaouela et prévoit y produire 45,6 millions de livre d’U3O8 avec des coûts d’exploitation de 24,49$/Ib sur une durée de vie de 18 ans. La...
(Agence Ecofin 16/11/17)
64 millions de dollars US, soit 35 milliards de Fcfa. C’est la somme versée au Nigéria par le Niger et le Bénin au titre d’une dette contractée pour l’approvisionnement en électricité. L’information a été révélée par Babatunde Fashola, ministre nigérian de l’Energie. En mai dernier, les deux pays qui bénéficient de l’énergie électrique du Nigéria, ont versé environ 159 millions de dollars US au Nigeria bulk electricity trader (Nbet). Le Nigéria traverse une crise énergétique qui porte un coup à son économie. Au premier trimestre 2017, le pays a généré environ 3,7 Gw devant une demande de 15 Gw, selon le bureau nigérian des statistiques (NBS). Une réalité qui ne fait pas l’affaire du Niger qui dépend de 60% de...
(AFP 15/11/17)
La force conjointe du G5 Sahel, qui vient d'achever sa toute première opération, sera jugée non seulement sur son efficacité contre les jihadistes, mais aussi son respect des droits de l'Homme, préviennent organisations internationales et responsables militaires. Juste après le lancement de cette opération, aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger au début du mois, le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les droits de l'Homme, Andrew Gilmour, a effectué une visite au Mali, une première, selon la Mission de l'ONU dans ce pays, la Minusma. Il y a insisté sur la nécessité de respecter les droits de l'Homme, afin de ne pas s'aliéner les populations, ni le soutien international, essentiel à la viabilité de cette...
(RFI 14/11/17)
L'Initiative pour la transparence des industries extractives regrette que le Niger ait décidé de se retirer de cet organisme de certification. Fin octobre l'ITIE, avait décidé de suspendre le pays « pour progrès insuffisants ». En réaction, le Niger a annoncé dimanche 12 novembre qu'il quittait l'ITIE. La décision a été notifiée ce lundi à l'organisme et prend effet immédiatement. Le ministre nigérien des Mines, Hassane Barazé Moussa, justifie cette mesure par la décision « injuste » de l’organisme. Sur les sept pays que l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a décidé de suspendre récemment...
(RFI 14/11/17)
Plus d’un mois après une embuscade qui a coûté la vie à quatre soldats américains au Niger, Washington réaffirme son engagement sur le continent. A deux jours d’une importante rencontre à Washington entre le département d’État américain et les ministres des Affaires étrangères de 37 pays africains, le département d'État a évoqué l'incident. Selon Donald Yamamoto, en charge des dossiers Afrique au département d’État, les Etats-Unis sont là pour soutenir les pays africains. Rappelons que la mort de ces soldats lors d’une embuscade près de la frontière malienne avait suscité une polémique.
(Le Point 14/11/17)
Avec le flot incessant des migrants, entre clandestinité, traques de la police et essais de reconversion, des tranches de vie où risque et mort se côtoient au quotidien. « Passeurs », « Coxeur », « chef de ghetto »… Toutes ces activités liées à l'immigration ont permis l'enrichissement de nombreuses personnes à Agadez, dans le nord du Niger, jusqu'au printemps 2015 quand l'Assemblée nationale a adopté une loi pour lutter contre le trafic illicite de migrants. Depuis, la pratique de ces métiers est passible d'emprisonnement. Si de nombreuses personnes ont arrêté leurs activités, d'autres s'habituent à travailler dans l'illégalité. Oumar et sa vie de passeur Derrière un grand portail gris clair, Oumar*, coxeur et passeur agadézien, présente son ancien ghetto...

Pages