Dimanche 17 Décembre 2017
(AFP 29/11/17)
Les chefs d'Etat et de gouvernement arrivaient progressivement mercredi à Abidjan pour le cinquième sommet Union européenne (UE) - Union africaine (UA), qui se penchera principalement sur les questions d'immigration et de sécurité, avec l'ambition de donner un meilleur avenir à la jeunesse africaine. Parmi les 83 dirigeants attendus, la chancelière allemande Angela Merkel, le secrétaire général de l'ONU Antiono Gutteres, le président rwandais Paul Kagame, entre autres, ont été accueillis par le président ivoirien Alassane Ouattara, hôte du sommet, avant l'ouverture officielle à 14 heures (locales et GMT).
(AFP 29/11/17)
Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi à Ouagadougou la création d'un fonds d'un milliard d'euros pour les PME en Afrique, financé par la Banque publique française d'investissement et l'Agence française de développement (AFD). Lors d'une allocution à la communauté française au Burkina Faso, il a expliqué avoir "l'objectif de multiplier ce fonds par dix, ce qui est tout à fait faisable si nous faisons appel à nos alliés européens ou à d'autres financeurs privés, européens ou non européens". "Il y a un potentiel dans l'agriculture, la filière de valorisation de la production agricole et le numérique" notamment, a-t-il dit. "Ce dynamisme est une nécessité pour faire face au défi démographique", a poursuivi le chef de l'Etat, rappelant que...
(La Tribune 29/11/17)
L’administration des douanes du Niger a engagé une opération visant à mettre fin à la prolifération des points de vente illicite de carburant. Dans un premier temps, l’opération à laquelle ont été associées les autres forces de défense et de sécurité est circonscrite au niveau de la capitale et vise à mettre fin à la fraude de carburant qui comporte d’énormes risques pour les citoyens et, au passage, renflouer les caisses de l’Etat dans un contexte de vaches maigres. Nom de code de l'opération : «Zéro point de vente de carburant dans la ville de Niamey». Objectif : «Lutter contre la fraude et la vente illicites de carburant de fraude dans la capitale et ses alentours» à travers le démantèlement...
(Jeune Afrique 29/11/17)
La Cedeao commence à travailler sur un texte visant à harmoniser les taxes sur le tabac dans les pays membres. Lors de la réunion des ministres des Finances de l’organisation qui s’est tenue à Abuja le 24 novembre 2017, la Communauté économiques des États d’Afrique de l’ouest (Cedeao) a entamé des discussions pour augmenter les droits d’accises sur les produits du tabac, une mesure destinée à augmenter les revenus des États membres et à réduire la consommation dans la région. Mettre les législations nationales en conformité avec l’OMS Le projet de directive sur le droit d’accise – qui régit les impôts indirects ou le monopole de la vente de certains produits – sur le tabac vise à harmoniser les taxes...
(AFP 28/11/17)
Le président français Emmanuel Macron s'est dit mardi "favorable" à un changement du "nom" ou à un élargissement du "périmètre" du franc CFA si les Etats africains le souhaitent, lors de son intervention à l'université de Ouagadougou. "La France accompagnera la solution portée par les présidents africains", a déclaré M. Macron en réponse à un étudiant burkinabè qui l'interpellait sur le franc CFA, monnaie considérée comme un instrument d'influence post-coloniale par ses détracteurs. Le président français a cependant rappelé que le franc CFA apportait "une bonne chose, la stabilité monétaire", aux 14 pays d'Afrique subsaharienne qui l'utilisent. Le débat sur le franc CFA est récurrent en Afrique.
(Jeune Afrique 28/11/17)
La Banque africaine de développement a voté le 24 novembre le décaissement de près de 90,4 millions d'euros pour la construction et la réhabilitation de la liaison routière entre la province de Kouritenga et la frontière nigérienne. Une somme qui représente près de la moitié du coût du chantier. Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 24 novembre le versement d’une enveloppe de 107 millions de dollars (90,4 millions d’euros) pour améliorer la liaison routière entre le Burkina Faso et le Niger. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020 du Burkina Faso, comprend la construction d’un tronçon de 50 km et la réhabilitation de...
(Agence Ecofin 28/11/17)
Dès janvier 2018, les opérateurs télécoms présents sur le marché nigérien verront leur charge fiscale allégée. Ils ne payeront plus la taxe sur la terminaison du trafic international entrant (TATTIE), supprimée dans la loi de finances 2018 votée, dimanche soir, par le Parlement. D’après le rapport de la Commission des finances du Parlement, lu à la radio, cette taxe a rapporté une vingtaine de milliards de Fcfa (environ 30 millions d'euros) au fisc nigérien en 2017. C’est donc une importance source financière qui sera supprimée. Le ministre des Finances, Hassoumi Massoudou (photo), a expliqué que la suppression de la TATTIE, sera compensée par « d'importantes aides budgétaires » qui s'inscrivent dans le cadre d’accords passés avec la Banque mondiale. La...
(Agence Ecofin 28/11/17)
La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) lance un appel à candidatures pour l'édition 2018 du « Prix Abdoulaye FADIGA pour la promotion de la recherche économique ». Ce Prix constitue un axe de la politique de recherche de la BCEAO qui vise, à travers un cadre de collaboration étroite avec les chercheurs et le monde universitaire, à contribuer au développement des activités de recherche au sein de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). D'une valeur de dix (10) millions de FCFA, il récompense un travail de recherche original portant sur un sujet d'ordre économique, monétaire ou financier présentant un intérêt scientifique avéré pour les Etats membres de l'UEMOA et pour la BCEAO. Pour cette édition,...
(AFP 27/11/17)
Le Parlement du Niger a voté dimanche soir la loi de finances 2018 qui supprime des taxes notamment sur les appels internationaux, estimées à une vingtaine de milliards de francs CFA par an (environ 30 millions d'euros), a indiqué la radio nigérienne. La loi de finances 2018 qui a été votée par une écrasante majorité des élus "supprime" la taxe sur la terminaison du trafic international entrant (TATTIE), appliquée aux appels internationaux entrants et qui avait rapporté en 2017 une vingtaine de milliards de francs CFA (environ 30 millions d'euros) au fisc nigérien, selon un rapport de la Commission des finances du Parlement lu à la radio. Hassoumi Massoudou, ministre nigérien des Finances, a déclaré dimanche devant les députés que...
(APA 27/11/17)
APA-Niamey (Niger) - Aucun Nigérien n’a été vendu en Libye, selon le ministre des Affaires étrangères, Ibrahim Yacoubou, répondant samedi à une interpellation des députés. Il a précisé que ses concitoyens ne sont nullement concernés par les ventes d'êtres humains dans les marchés aux esclaves. Seulement, explique-t-il, il y a une situation tout aussi difficile pour ces derniers en ce sens qu’un dispositif mafieux est mis en place par les transporteurs ou certains passeurs afin d’obliger les Nigériens à travailler pour rembourser une somme qui leur est exigée à l’arrivée, lorsqu’ils ne sont plus en capacité de se défendre. "Nous avons fait le point et nous travaillons pour sanctionner les auteurs de ces faits mais surtout sortir les Nigériens de...
(AFP 27/11/17)
La France va ajuster ses opérations extérieures au Moyen-Orient ainsi qu'au Sahel, alors que ses armées sont engagées sur de multiples fronts, affirme le chef d'état-major des Armées, le général François Lecointre, dans un entretien au Journal du Dimanche. "Sur Barkhane (force anti-jihadiste française de 4.000 hommes déployée dans le Sahel, ndlr), je vais intensifier le soutien à nos partenaires du G5 Sahel pour qu'ils deviennent plus autonomes (...) en essayant de réduire autant que possible mon empreinte au sol". Le G5 Sahel, qui regroupe cinq pays de la région...
(AFP 24/11/17)
La justice nigérienne a innocenté vendredi et ordonné la libération de trois dirigeants d'une association nigérienne écroués depuis trois semaines après une manifestation qui avait dégénéré en violences, a indiqué leur avocat. "Le juge a innocenté nos trois clients. Ils sont +renvoyés de fin de poursuites+, c'est-à-dire que le juge a estimé que l'infraction pour laquelle ils ont été poursuivis n'est pas constituée", a expliqué à la presse Me Boudal Efferd Mouloud. Les trois hommes, Abass Abdoul-Aziz, Abdoulaye Harouna et Djibo Issa, sont des dirigeants de l'Association de défense des droits des consommateurs des technologies de l'Information, de la communication et de l'énergie (Actice), membre d'un collectif qui avait organisé un rassemblement contre la loi de finances 2018, jugée "antisociale"...
(AFP 24/11/17)
Plus de 500 victimes de traite des être humains, dont près de la moitié sont des mineurs, ont été secourus et 40 trafiquants présumés arrêtés lors d'une vaste opération de police dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, a annoncé Interpol jeudi. L'opération Epervier, menée simultanément au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal entre le 6 et le 10 novembre, a permis l'arrestation de 40 trafiquants présumés qui seront poursuivis pour "traite d'êtres humains", "travail forcé" et "exploitation d'enfants". "Ils sont accusés d'avoir forcé les victimes à s'adonner à des activités allant de la mendicité à la prostitution", explique Interpol sans préciser si la majorité était destinée à rester sur le sol africain ou à partir en...
(RFI 24/11/17)
Près de 500 migrants, dont la moitié mineurs, ont été sauvés par une opération d'Interpol. L'organisation internationale de police criminelle l'a annoncé jeudi 23 novembre par communiqué. L'opération « Epervier » a été menée simultanément dans cinq pays d'Afrique de l'Ouest. Tchad, Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal… C'est à travers tout le Sahel qu'Interpol a mené son opération entre le 6 et le 10 novembre. Au total, 40 trafiquants ont été arrêtés. Ils seront poursuivis pour « traite des êtres humains, travail forcé et exploitation d'enfants ». Mendicité, prostitution, travaux forcés... La liste des activités imposées à leurs victimes est longue. Interpol n'a néanmoins pas communiqué sur les nationalités de ces trafiquants ni sur les juridictions devant lesquelles ils devraient...
(Jeune Afrique 23/11/17)
Si l’œuvre, la démarche et les pratiques du vibrionnant « mage blanc » font encore polémique, l’ethnocinéaste Jean Rouch est célébré partout pour les 100 ans de sa naissance. Comment aurait-il accueilli l’hommage de son vivant ? Dans un grand éclat de rire ? Filmant la mine compassée des visiteurs se rendant aux multiples expositions fêtant son centenaire ? Documentant cet étrange culte voué au grand homme, en maître de l’ethnofiction ? Jean Rouch, le disparu, est partout. À Paris d’abord : au CNRS, qui présente des photogrammes tirés de ses films, à la BnF, surtout, qui propose une déambulation très riche autour de « l’homme-cinéma », qui s’est éteint sur une route nigérienne en 2004… Sans compter d’innombrables projections, conférences, ateliers qu’un site internet...
(RFI 23/11/17)
L’avalanche de réactions se poursuit suite aux images, diffusées par CNN, de personnes vendues comme esclaves en Libye. Le Niger a ainsi demandé que la question migratoire soit débattue lors du sommet Union européenne-Union africaine qui se tiendra les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Des voix s'élèvent également chez les diasporas africaines d'Europe pour que les dirigeants africains protègent leurs ressortissants et fassent mieux que de négocier des enveloppes d'aide au développement. « Dans la région de Kayes, les centres de santé, les écoles… c'est la diaspora qui fait tout », peste Toudo Traoré, président de l'Union des Maliens de Montreuil. Son association finance des projets de développement vers le village de Kirané Kaniaga. Les...
(AFP 22/11/17)
Au moins trois personnes ont été tués mardi dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans le sud du Niger, a indiqué mercredi la radio d'Etat nigérienne. Selon un "bilan provisoire", ces affrontements dans un hameau de la région de Maradi (sud) ont fait "trois morts, dont un chef de village", "douze personnes sont portées disparues" et 24 ont été arrêtées, a précisé la radio. Une équipe de pompiers a été dépêchée sur les lieux pour draguer un puits qui pourrait contenir des corps de belligérants, a affirmé la radio. Cinq magasins et des greniers à céréales ont été incendiés, et des dizaines de têtes de bétail décimées. Des patrouilles des forces de sécurité ont été stationnées dans la zone...
(AFP 22/11/17)
Un "atout supplémentaire" dont l'usage sera strictement encadré: pour les aviateurs français engagés dans l'opération Barkhane, l'armement prochain des drones de surveillance déployés dans le ciel sahélien leur permettra de lutter plus efficacement contre les jihadistes. "Aujourd'hui on est déjà capables de guider des bombes (au laser) avec nos drones. La différence, c'est que demain la bombe sera sous les plumes du (drone) Reaper", explique le lieutenant colonel Romain (son nom de famille reste confidentiel pour des raisons de sécurité), chef du détachement de drones sur la base aérienne de Niamey.
(AFP 22/11/17)
Plusieurs voitures de reportage du groupe de radio et télévision privé Bonféreye, réputé pour sa liberté de ton, ont été saccagés dans la nuit de lundi à mardi par des inconnus, a indiqué sa direction. La police est venue pour "constater" les faits et "a ouvert une enquête", assure un communiqué de la direction de ce groupe de média, qui a déjà "porté plainte contre X". Les véhicules ciblés étaient stationnés sur le parking du siège de Bonféreye, a expliqué la direction. "Un ou plusieurs assaillants sont venus vers 03H00 du matin (02H00 GMT), ils ont cassé à coups de pierre tous les pare-brise et les vitres des trois véhicules", a témoigné, Marou Mounkaila, le gardien du bâtiment du siège...
(AFP 21/11/17)
Le président du Niger Mahamadou Issoufou a appelé lundi soir la Cour pénale internationale (CPI) à "se saisir du dossier" sur la vente de migrants africains comme esclaves en Libye. "L'esclavage est un crime contre l'humanité et je saisis l'occasion pour lancer un appel à la Cour pénale internationale pour qu'elle se saisisse du dossier", a déclaré à la radio nationale le président Issoufou, de retour de Bonn (Allemagne) où il a assisté à la COP23. M. Issoufou a de nouveau condamné cette "pratique ignoble", en assurant que son pays prenait "très au sérieux cette question" et s'engageait "à apporter sa contribution pour y mettre fin".

Pages