| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(Agence Ecofin 11/03/17)
(Agence Ecofin) - Le procès des présumés combattants de la secte islamiste Boko Haram a débuté le 2 mars 2017 à Niamey, sous haute surveillance. 1300 hommes aux arrêts sont concernés par ce procès qui livre déjà des condamnés. Le procès se déroule par vagues de 250 à 350 combattants dans la discrétion et sous une grande surveillance policière. L’objectif des autorités judiciaires est de désengorger les prisons de haute sécurité du pays. « Je pense que les dossiers sont en train de nous parvenir de façon à ce qu’on puisse avoir une cadence au moins de 250 à 350 personnes peut-être à juger par mois, ou une fois tous les deux mois», annonce le Procureur de la République, Cheibou...
(Le Monde 11/03/17)
La région sahélo-saharienne est au bord d’une explosion de violences sans précédent, décrypte le journaliste mauritanien Mohamed Fall Oumère, spécialiste des mouvements terroristes. L’image postée sur les réseaux sociaux le 2 mars a de quoi inquiéter les états-majors de la France et de ses alliés au Sahel : Iyad Ag-Ghali, le chef incontesté du mouvement Ansar Eddine, entouré par les représentants de quatre autres organisations djihadistes actives au nord du Mali et dans le Sahel en général. A sa droite, Abul Hammam commandant de l’Emirat du Sahara, neuvième région militaire d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), et Amadou Koufa, chef de la brigade Macina, katiba peule d’Ansar Eddine. A sa gauche, Al-Hassan Al-Ansari, deuxième figure du mouvement de Al-Mourabitoun, dirigé par...
(Le Monde 11/03/17)
Le géographe Christian Seignobos publie un beau livre, à la fois scientifique et poétique, qui réunit textes et dessins produits durant cinquante ans d’études de la région. Par Joan Tilouine Plus que le coopérant qu’il fut à ses débuts ou que le chercheur qu’il restera jusqu’au bout, Christian Seignobos est de ces hommes qui prennent le temps d’en consacrer à ceux qu’il rencontre. Et notamment aux peuples du bassin du lac Tchad, un territoire auquel ce géographe a dédié plus de cinquante années de sa vie. Nécessaire, mais insuffisant pour étancher la soif de savoir de ce « boulimique du terrain ». Arrivé dans la région en « petit soldat de la coopération », au lendemain des indépendances, ce grand...
(Xinhua 11/03/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Les autorités nigériennes viennent de lancer une vaste campagne de vaccination gratuite du cheptel sur tout le territoire national, apprend-on vendredi au ministère en charge de l'Elevage à Niamey. Selon le directeur national de la santé animale, M. Abdoul Malick Haido, cette campagne est faite contre la fièvre des petits ruminants et la péripneumonie contagieuse bovine avec pour objectif, cette année, de toucher 100% de bovins et de petits ruminants éligibles. En plus de l'Etat nigérien, la campagne de vaccination bénéficie de l'appui de certains partenaires notamment le Projet régional d'Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS). Avec un capital bétail d'une valeur estimée à plus de 2000 milliards de FCFA, suite au recensement du cheptel de 2008,...
(Xinhua 11/03/17)
Les élus locaux des villes et des communautés d'Afrique de l'Ouest, du Sahel et de la Grande Corne de l'Afrique ont plaidé jeudi à Dakar pour la mise sur pied d'un programme de prévention locale de l'extrémisme violent. Ces élus locaux, membres du Réseau des Villes fortes ou "Strong city network" (SCN), ont relevé, à l'ouverture d'un séminaire sur l'extrémisme violent, que le continent africain est le théâtre depuis ces dernières décennies, de récurrentes attaques et menaces terroristes de groupes extrémistes violents. "Cette surenchère de la violence extrémiste qui entraîne des crises économiques et sociales, a propulsé les villes au coeur des efforts menés conjointement par les Etats, les instances régionales et internationales dans la lutte contre la radicalisation et...
(AFP 10/03/17)
Plusieurs procès à huis clos d'un millier de présumés combattants islamistes de Boko Haram, poursuivis pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste", ont lieu depuis début mars dans la plus grande discrétion au Niger, a indiqué vendredi à l'AFP le procureur de la République. "Une série d'audiences pour +association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste+ a débuté le 2 mars", a indiqué à l'AFP le procureur de la République Chaibou Samna. Les prévenus sont des Nigériens, des Maliens et des Nigérians notamment, a précisé M. Samna. Les procès vont durer plusieurs mois et concernent surtout des délits - et non des crimes - dont les peines "ne dépassent pas dix ans de prison", a-t-il relevé...
(AFP 10/03/17)
Plus de 300 enseignants détenteurs de faux diplômes ont été détectés lors de contrôles avant un test d'évaluation, a annoncé vendredi le ministre nigérien de l'Enseignement primaire. "Nous avons déjà détecté plus de 300 détenteurs de faux diplômes, dont ceux du baccalauréat et du brevet d'étude du premier cycle" (BEPC), a déclaré le ministre, Daouda Mamadou Marthé, sur la télévision publique. Ces détenteurs de faux diplômes sont des enseignants contractuels, en poste dans les écoles primaires, les collèges, les lycées et les établissements professionnels, a souligné le ministre. Ces faux ont été détectés lors de contrôles des dossiers déposés par ces enseignants avant "un test" en vue "d'évaluer leur niveau", a-t-il expliqué. "Au fur et à mesure que nous recevons...
(RFI 10/03/17)
Le procès de présumés combattants de Boko Haram s'est ouvert dans la plus grande discrétion à Niamey depuis le 2 mars dernier, sous très haute surveillance policière. Au total, 1 300 hommes seront jugés d'ici les prochains mois par vague de 250 à 350 combattants. Ces procès permettent aux autorités judiciaires du Niger de désengorger les prisons de haute sécurité du pays. Dans une des salles annexes d’audience du pôle terroriste où se tient le procès, il y a plus de forces anti-terroristes que de combattants présumés de Boko Haram. Sécurité oblige, l’audience se tient sous très haute surveillance. « Je pense que les dossiers sont en train de nous parvenir de façon à ce qu’on puisse avoir une cadence...
(Libération 10/03/17)
Les donateurs réunis à Oslo le 24 février ont évité d’évoquer les responsabilités de la coalition antiterroriste constituée par les armées du Nigeria, du Tchad, du Niger et du Cameroun. La conférence des donateurs qui s’est tenue à Oslo le 24 février a souligné la gravité de la crise humanitaire qui frappe les populations autour du lac Tchad, en particulier dans le Borno (Etat du nord-est du Nigeria). Mais elle a désigné un seul coupable, en l’occurrence le groupe jihadiste Boko Haram. Réunis dans la froideur de l’hiver norvégien et aux antipodes de la chaleur de la saison sèche au Sahel, les décideurs ont évité d’évoquer les responsabilités de la coalition antiterroriste qui réunit les armées du Nigeria, du Tchad,...
(Autre média 09/03/17)
Quelque 130 combattants djihadistes affiliés à la mouvance extrémiste Boko Haram ont rendu les armes ces dernières semaines, une tendance qui confirme la relative réussite de la « politique de main tendue » du Niger pour venir à bout de l’organisation extrémiste qui sévit dans le pourtour du Lac Tchad. Depuis le début de cette politique entamée fin décembre 2016, quelques « 130 éléments (nigériens) de Boko Harama se sont déjà rendus », a indiqué samedi dernier le président nigérien Mahamadou Issoufou lors d’une visite des ambassadeurs du Conseil de Sécurité de l’ONU. Cette annonce a été complétée par le désir du président nigérien de voir encore plus de membres de Boko Haram déposer les armes dans les mois à...
(Agence Ecofin 09/03/17)
(Agence Ecofin) - Une base aérienne de déploiement a été inaugurée dans la zone de Hassi Tiririne, une localité de Tamanrasset (extrême sud de l’Algérie). L’inauguration de cette base a été faite lundi par le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre algérien de la Défense nationale. L’infrastructure a pour but de « préserver la sécurité du pays et ses frontières Sud » et jouera un « important rôle sur plusieurs volets, notamment en matière de facilitation du contact permanent avec les différentes unités implantées dans cette zone, en plus de l'appui des opérations de soutien logistique de ces unités,» détaille Ahmed Gaïd Salah. Le vice-ministre à la Défense nationale a tenu à rappeler aux troupes de la localité,...
(Le Republicain (ml) 08/03/17)
Fin de semaine éprouvante pour les autorités des pays du G5 Sahel. L’hydre terroriste a, en effet, frappé, en moins d’une semaine, trois pays (le Mali, le Niger, le Tchad) de l’espace sahélien. Pourtant, les chefs d’Etats ont convenu, lors de leur dernier sommet en février à Bamako, de la création d’une force conjointe de coopération pour sécuriser leurs frontières face à la fragilité du Mali. En attendant l’opérationnalisation de cette force du G5 Sahel, chaque pays tente de limiter les dégâts au niveau de sa frontière. Le Sahel est aujourd’hui remué, sens dessus dessous, par les groupes terroristes qui ont implanté leurs bases dans le Nord et le Centre du Mali à la faveur de la crise sécuritaire qui...
(APA 08/03/17)
APA-Niamey (Niger) - Les groupes parlementaires de la majorité ont, dans une déclaration rendue publique lundi, manifesté leur soutien à la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour investiguer sur l’affaire dite des 200 milliards de Fcfa transférés sur un compte à Dubaï suite à une prétendue vente d’uranium dans laquelle est cité l’actuel ministre des Finances du Niger, Hassoumi Massaoudou. Par cette sortie médiatique, la majorité parlementaire marque son adhésion à la requête introduite par l’opposition parlementaire aux fins de voir clair dans cette affaire révélée par l’hebdomadaire Le Courrier dans sa parution du 16 février.
(Le Monde 08/03/17)
Les droits des femmes c’est important, mais en Afrique, filles et garçons sont pris dans un cercle vicieux de pauvreté, d’ignorance et de soumission, dénonce Laurent Bossard, de l’OCDE. Par Laurent Bossard Au Mali, au Niger et au Tchad, 40 % des enfants de moins de 5 ans souffrent de retard de croissance. Ces enfants ne consomment pas assez de nutriments. Leur organisme – le cerveau, les os, les muscles – ne reçoit pas suffisamment de vitamines (A, B2, B12…), de calcium, de fer et de zinc. En un mot, pas assez d’énergie pour grandir et se construire. Beaucoup d’entre eux souffriront de maladies chroniques et auront des carences intellectuelles – donc seront peu ou pas scolarisés. Devenus adultes, ils...
(RFI 08/03/17)
Au Niger, le gouvernement a lancé d’importantes campagnes de vaccination du bétail, gratuites. L’élevage est crucial pour l’économie du pays. C’est la deuxième activité qui emploie le plus de monde après l’agriculture et elle représente 11 % du produit intérieur brut national. Mais le Niger se bat encore contre des maladies qui freinent l’exportation de ses animaux. À Niamey 5, dans la périphérie de la capitale, plusieurs centaines de bœufs et de petits ruminants attendent sous le soleil que Moussa Hamidou, technicien d’élevage, s’occupe d’eux, armé d’un curieux pistolet. « C’est un pistolet pour vacciner. Voilà l’aiguille... le vaccin est contenu dedans. Le Périvac. Le feutre, c’est pour marquer les bêtes. Chaque fois qu’on vaccine un bovin, on le coche,...
(Xinhua 08/03/17)
NOUAKCHOTT, (Xinhua) -- La feuille de route du G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Tchad et Niger) a été au centre d'une rencontre mardi à Nouakchott entre le bloc régional et Hiroute Guebre Sélassié, représentante adjointe du secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS). "Cette feuille de route a été examinée, au vu de la stratégie intégrée des Nations Unies au Sahel", a déclaré Najim El Hadj Mohamed, secrétaire permanent du G5 Sahel. Il a relevé que le G5 Sahel est "une organisation jeune qui a beaucoup d'ambitions, dont les pays sont particulièrement marqués par la pauvreté, la faiblesse de l'indice de développement et la recrudescence d'actes terroristes". Exprimant l'espoir de créer prochainement avec l'ONU...
(AFP 07/03/17)
Cinq gendarmes nigériens ont été tués tôt lundi et un autre grièvement blessé, au cours d'une attaque "d'éléments terroristes" dans la région de Tillabéri dans l'ouest nigérien, proche du Mali et du Burkina Faso, selon un bilan publié dans la soirée par l'armée nigérienne. Ce "lundi à 06H00 locales (05H00 GMT), le poste avancé du détachement de la gendarmerie (de la localité) de Wanzarbé a été attaqué par un regroupement d'éléments terroristes (...) Nous déplorons cinq morts et un blessé grave dans nos rangs", a précisé un communiqué du ministère nigérien de la Défense lu à la radio d'Etat.
(RFI 07/03/17)
Au Niger, la région de Tillabéri a été visée par une nouvelle attaque jihadiste tôt ce lundi matin. Le raid lancé par des hommes armés non identifiés visait un détachement de la gendarmerie stationné près des frontières malienne et burkinabé. Le dernier bilan fait état d'au moins cinq gendarmes tués. C’est la première attaque jihadiste en territoire nigérien trois jours seulement après l’instauration de l’état d’urgence dans ces zones frontalières du Mali. L’attaque s’est produite dans le sud-ouest, entre les localités de Wanzarbé et Yatakala, une zone grise selon les militaires, à cheval entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Ce camp des gendarmes, le dernier poste avancé de l’armée nigérienne dans le Gourma, a été attaqué au...
(APA 07/03/17)
APA-Niamey (Niger) - Cinq gendarmes nigériens ont trouvé la mort suite à l’attaque du poste avancé de guet du détachement de la gendarmerie nationale de Wanzerbé, situé à une quarantaine de kilomètres de Bankilaré, dans la région de Tillabéry (ouest), selon un communiqué du ministère de la Défense nationale. D’après le communiqué, l’attaque aurait débuté lundi, à 6h45 et serait l’œuvre d’éléments terroristes. Ils seraient, renseignent des sources concordantes, venus du Mali et une fois leur forfait accompli, auraient repris la direction de la frontière malienne toute proche. Selon toujours le communiqué du ministère de la Défense, le secteur est quadrillé et des opérations sont en cours afin de mettre la main sur les malfaiteurs. A ce propos, le porte-parole...
(Afrique Actualité 07/03/17)
Après des organisations de la société civile, c'était le tour des partis politiques de l'opposition et les non affiliés de sortir dans les rues de Niamey pour dénoncer les travers de la gestion actuelle du pouvoir par le président Issoufou Mahamadou. Corruption, pillage des caisses de l'Etat, mauvaise gouvernance et installation des bases militaires étrangères au Niger, tels sont entre autres maux dénoncés par les manifestants. Aux côtés des hommes, des femmes étaient massivement sorties balaies en main pour « balayer le régime et ses saletés », estime une manifestante. « Seule la lutte active paie face à ces gangs qui gouvernement en vous méprisant, en insultant au quotidien votre intelligence et votre amour propre de Nigériens », déclare l'opposition...

Pages