Lundi 25 Septembre 2017
(AFP 15/09/17)
Au moins 54 personnes sont mortes au Niger après des inondations provoquées par les pluies torrentielles qui s'abattent depuis juin sur ce pays désertique, selon un dernier bilan communiqué vendredi par l'ONU. Ce nouveau bilan, établi à la date du 14 septembre, précise que les intempéries ont affecté plus de 195.000 personnes dans 27.617 ménages dans le pays, selon des données transmises à l'AFP par le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) à Niamey. 11.311 maisons ont été détruites, 16.048 têtes de bétail ont péri et 12.505 hectares de cultures ont été engloutis par les eaux. Un précédent bilan onusien datant du 9 septembre et publié jeudi, faisait état de 50 morts et 117.644 sinistrés, principalement à Niamey, la...
(Le Monde 15/09/17)
Le ministre de l’intérieur nigérien Mohamed Bazoum analyse l’état des forces djihadistes qui sévissent dans l’ouest et le sud-est du pays. Boko Haram au sud-est, attaques répétées dans l’ouest, tentative de déstabilisation au Tchad et contrôle des migrants : Mohamed Bazoum, le ministre de l’intérieur du Niger, revient sur les enjeux sécuritaires auquel doit faire face ce pays hautement stratégique du Sahel. Le gouvernement est toujours sans nouvelles des 39 femmes et enfants qui ont été enlevés à Ngalewa, dans la région de Diffa, le 4 juillet par des éléments de Boko Haram lors d’une attaque où neuf personnes avaient péri égorgées.
(AFP 15/09/17)
La force antijihadiste du G5 Sahel, en voie de formation, "prouvera son efficacité dans un futur proche", a affirmé jeudi le président malien Ibrahim Boubacar Keïta en visite à Ouagadougou. "Nous avons compris que notre défense et notre sécurité ont des prérogatives et des devoirs qui nous incombent en tout premier chef. Dès lors, il fallait trouver le système et il est trouvé. Il est cohérent, il est pertinent et il prouvera son efficacité dans un futur proche", a déclaré M. Keita, en compagnie du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. M. Keita s'exprimait au terme d'une visite à Ouagadougou où il était arrivé mercredi soir pour la dernière étape d'une "tournée de travail" dans les pays membres du G5...
(Xinhua 15/09/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Au moins 54 personnes ont été tuées et 185.000 autres sinistrées jusqu'au 13 septembre suite aux pluies diluviennes qui ont frappé le Niger, selon un nouveau bilan annoncé jeudi par le Bureau des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) à Niamey. Quelque 13.000 habitations se sont effondrées et environ 4.400 têtes de bétail ont été perdues, précise la même source. La région la plus touchée reste la capitale, Niamey, avec une vingtaine de décès, dont une majorité d'enfants. Ces inondations s'expliquent principalement par le manque de caniveaux d'évacuation des eaux et par le fait que certains bâtiments étaient construits dans des zones inondables. Le Niger, pays sahélien, est régulièrement confronté à des inondations dévastatrices qui occasionnent d'importantes...
(RFI 15/09/17)
La réunion du Comité de défense et de sécurité du G5 a débuté à Bamako et s'est terminée jeudi à Sévaré (centre) au quartier général de la force conjointe, composée des armées du Mali, du Niger, du Burkina Faso, du Tchad et de la Mauritanie. Tous les chefs d'état-major des pays membres du G5 et le patron de la force française Barkhane ont participé aux travaux. La réunion du Comité de défense et de sécurité (CDS) était estampillée « secret militaire », mais on sait avec précision qu'au moins trois sujets ont été au centre des discussions. Il y a la planification des opérations futures...
(Jeune Afrique 15/09/17)
Les cinq présidents du G5 Sahel tiendront une réunion de haut niveau avec Emmanuel Macron le 18 septembre, à New-York, en marge de l'assemblée générale des Nations unies. Objectif : résoudre le casse-tête du financement de leur force conjointe. Ils avaient convenu de se revoir rapidement à l’issue de leur dernier sommet, à Bamako, le 2 juillet dernier, pour faire un nouveau point sur la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel. Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Mahamadou Issoufou (Niger), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) et Idriss Déby Itno (Tchad) retrouveront leur homologue français Emmanuel Macron lundi 18 septembre, à New-York, pour évoquer l’opérationnalisation de cette force commune, qui devrait compter à terme...
(AFP 14/09/17)
"Saï wahala" (+que du calvaire+ en langue haoussa) Canicule, pas à manger, pas de vêtements, pas de travail, pas droit de quitter le camp... c'est un petit enfer ici", dit Zara Moustapha, au camp de N'Gagam, dans une zone désertique du sud-est du Niger. Originaire de Malam Fatori (Nord-est du Nigeria), théâtre de plusieurs affrontements entre l'armée et Boko Haram qui y a commis de nombreuses exactions, cette mère de famille fait partie des 7.000 réfugiés nigérians et 5.500 déplacés internes nigériens vivant dans cet immense bidonville, enchevêtrement de tentes et cases.
(RFI 14/09/17)
Le Niger est toujours en proie aux inondations ce jeudi matin. Des inondations dues à la crue de son fleuve. L'alerte orange est maintenue et les dégâts sont multiples : 54 décès, 185 000 personnes sinistrées, 13 000 habitations effondrées et environ 4 400 têtes de bétail perdues selon les estimations de l'OCHA, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170914-niger-risques-sanitaires-accrus-popul...
(Xinhua 14/09/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a appelé mercredi à des efforts robustes pour l'éradication du groupe terroriste Boko Haram au Bassin du Lac Tchad. Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, M. Feltman a salué de progrès encourageants dans la lutte contre Boko Haram, grâce aux efforts déployés par les gouvernements de la région du Bassin du Lac Tchad dans le cadre de la Force multinationale mixte qui a affaibli les capacités de l'organisation terroriste. "Mais en réponse, Boko Haram a changé de tactique, multipliant les attaques suicides", a prévenu M. Feltman, rappelant que les 130 attaques attribuées à Boko Haram dans les quatre pays du Bassin du Lac Tchad...
(Agence Ecofin 14/09/17)
(Agence Ecofin) - C’est après avoir reçu son homologue de la Mauritanie, lundi à Bamako, que le Chef de l’Etat malien s’est déplacé mardi à N’Djamena au Tchad, avant d’atterrir mercredi à Niamey. Cette mini-tournée d’IBK dans les pays membres du G5 Sahel, s’effectue avant l’Assemblée générale des Nations Unies prévue dans quelques jours et au cours de laquelle la question du financement, ainsi que le mandat octroyé à la force du G5 Sahel, seront abordés. A Niamey, les deux Chefs d’Etat ont présidé une conférence de presse conjointe, lors de laquelle le Président Ibrahim Boubacar Keïta a indiqué qu’il est au Niger, « en tant que Chef de l’Etat d’un pays ayant un problème commun : le terrorisme »,...
(Xinhua 14/09/17)
NIAMEY, (Xinhua) -- Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé mercredi dans la capitale nigérienne Niamey, dans le cadre d'une tournée axée sur la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Il a été accueilli à l'aéroport international Diori Hamani de Niamey par son homologue nigérien Mahamadou Issoufoi avant d'être salué par les différentes hautes personnalités du pays et les autres corps constitués. Avant Niamey, le chef de l'Etat malien était à N'Djamena, du Tchad. Cette tournée, selon des sources proches du dossier, serait essentiellement consacrée à la participation de tous les pays membres de G5 Sahel aux futures opérations militaires contre le terrorisme. La force G5 du Sahel est créée par la Mauritanie, le Mali, le Tchad, le...
(RFI 13/09/17)
Ibrahim Boubacar Keïta a reçu lundi 11 septembre à Bamako son homologue mauritanien. Il se trouvait mardi au Tchad avant de se rendre ce mercredi au Niger. Au menu des discussions de cette mini-tournée régionale : la coopération entre les pays membres du G5 Sahel, avant l'Assemblée générale des Nations unies dans quelques jours. L'idée de ces rencontres bilatérales, c'est de faire le point sur les contributions de chacun des pays, sur leurs besoins aussi, et sur leur positionnement plus général, pour pouvoir parler d'une même voix à New York la semaine prochaine lors l'assemblée générale de l'ONU. Une Assemblée générale à laquelle certains présidents ne participeront pas.
(RFI 13/09/17)
L'inquiétude demeure au Niger à la suite des grosses pluies qui se sont abattues ces derniers jours. Vingt-deux villages à la frontière du Bénin ont les pieds dans l'eau suite à la montée des eaux du fleuve Niger, des villages situés dans la zone de Gaya qui entourent l'embouchure du fleuve. Ces localités n'avaient pas subi d'inondations depuis de nombreuses années. Résultat plusieurs milliers d'habitants se préparent à être évacués. « Neuf villages sont complètement évacués, témoigne Laouan Magagi, ministre de l'Action humanitaire et de la gestion des catastrophes au Niger, qui s'est rendu sur place. Et il y a un certain nombre de villages, au moins trois, qui prennent de l’eau. Leurs puits sont remplis par les eaux du...
(Autre média 13/09/17)
(Niamey et les 2 jours) - Suite à l'alerte lancée par les autorités en charge des questions humanitaires et de la gestion des catastrophes, le ministre de l'Action humanitaire et de la gestion des catastrophes M. Magagi Laouan, s’est rendu, lundi dernier, sur plusieurs sites dans la commune 5 de Niamey (à la rive gauche du fleuve) pour apprécier les dispositifs sécuritaires mis en œuvres contre les inondations. Dans cette commune de Niamey, 14 614 sinistrés ont été enregistrés. Au cours de cette sortie, le ministre, en compagnie de l'ambassadeur de Chine au Niger, SEM. Zhang Lijun, et du gouverneur de la région de Niamey M. Saydou Ali Zataou, s’est rendu au niveau des zones inondées et celles se trouvant...
(AFP 12/09/17)
"Je ne veux pas qu'on déplace ma population!", tranche Marou Issoufou, chef de village de Néni-Goungou, une île au large de Niamey sérieusement menacée par d'importantes crues du fleuve Niger. Selon les pompiers, les risques de submersion de l'île sont "réels", mais ses habitants grondent et refusent leur évacuation malgré les promesses gouvernementales. "Nous ne bougerons pas d'ici", martèle Oumarou Hamadou, un habitant de l'île. "Nous vivons de pêche et de riziculture, nous ne survivrons pas ailleurs", lance Amadou Hama, un autre résident. Samedi, Lawan Magadji, le ministre nigérien chargé de la Gestion des catastrophes, a annoncé un plan d'évacuation de l'île et de ses 4.000 habitants.
(Jeune Afrique 12/09/17)
Le chemin de fer exploité par les deux voisins depuis 1959 est obsolète. Si un projet de reconstruction existe, ils ont du mal à s'entendre sur le choix du partenaire stratégique. Le train sifflera-t-il enfin entre le Bénin et le Niger ? Comme bloqué en gare, le projet de réhabilitation et d’extension du réseau ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey n’avance pas depuis novembre 2013, date où les deux pays ont créé Bénirail pour remettre à neuf les 438 km entre Cotonou et Parakou et construire 574 km de voies de Parakou à Niamey. Principal point d’achoppement : qui, de Bolloré ou de Petrolin, sera le partenaire de mise en œuvre du projet ? La préoccupation était encore au cœur d’une rencontre entre les deux pays, le...
(Jeune Afrique 12/09/17)
La montée des eaux du fleuve Niger causée par les pluies diluviennes qui ont frappé le Niger ces derniers jours a atteint le niveau d'alerte orange depuis jeudi et risque de passer au rouge à Niamey, capitale du Niger. Les autorités ont commencé à évacuer les villages menacés par le débordement du fleuve qui couvre neuf Etats de l'Afrique de l'ouest. « Il n’est pas impossible de déclencher l’alerte rouge d’ici 48 heures, si l’eau continue à monter », a déclaré à Jeune Afrique Laouan Magagi, ministre nigérien de l’Action humanitaire et de la gestion des catastrophes. « Le matin du lundi 11 septembre, le niveau d’eau est passé de 589 cm à 595 cm sur une limite de 620...
(Xinhua 12/09/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- A la fin d'une mission de trois jours au Niger, le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies, Mark Lowcock, a félicité lundi le gouvernement du Niger pour avoir fait face efficacement à la crise humanitaire complexe dans le pays. Il a, par ailleurs, salué le leadership du gouvernement dans la gestion de l'assistance d'urgence au profit de 400.000 personnes dans la région de Diffa où une personne sur deux a besoin d'assistance humanitaire et où les attaques de Boko Haram demeurent une menace grave, selon un communiqué publié jeudi par l'ONU. "J'ai été impressionné de constater comment les braves travailleurs œuvrent aux côtés du gouvernement pour...
(Dw-World 12/09/17)
Selon MSF, la politique de l'Union européenne qui consiste à abandonner les migrants en Libye où les conditions de détention sont inhumaines, viole les droits et libertés fondamentaux de ces derniers. Si le récent recul du nombre de migrants empruntant la route de la Méditerranée centrale pourrait être le résultat des accords passés entre Bruxelles et certains pays africains, comme la Libye et le Niger, cela ne change pas le fond du problème selon Giuseppe Loprete, chef de Mission de l'Organisation internationale pour les migrations au Niger. Lire la suite sur: http://www.dw.com/fr/la-politique-migratoire-europ%C3%A9enne-a-peu-deffe...
(LibreAfrique 12/09/17)
Selon un Rapport de l’United States Military Academy, publié en août 2017, étudiant tous les attentats suicides de Boko Haram d’avril 2011 à juin 2017, 53% des attaques à la bombe humaine sont perpétrées par des femmes. D’aucuns diront que ce recours intensif aux femmes Kamikazes est le signe du déclin de Boko Haram, mais qu’un est-il réellement ? Pourquoi Boko Haram utilise-t-il les femmes ? Les données analysées par les chercheurs (Jason Warner et Hilary Matfess) sur la période d’avril 2011 à juin 2017, ont montré, sur l’intervalle temps étudié, que les femmes constituent 53% des kamikazes alors que 81 candidats sont clairement identifiés comme étant des enfants ou des adolescents. D’un point de vue idéologique, la violence reste,...

Pages