Samedi 18 Novembre 2017

Niger

(Agence Ecofin 04/05/16)
(Agence Ecofin) - Par la voix de son ministre des relations extérieures, le gouvernement du Niger a indiqué mardi 3 mai 2016 qu'il avait besoin d'un milliard d'euros, pour combattre l'immigration clandestine au départ de son territoire et à destination de l'Europe. Ibrahim Yacoubou a annoncé que son pays a demandé à la France, l'Allemagne et l'Union Européenne, de l’aider à réunir cette somme, apprend-on de sources médiatiques nigériennes. L'annonce a été faite à l'occasion d'un point de presse marquant la visite de Jean-Marc Ayrault et de son homologue allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier, qui effectuaient au Niger la dernière étape de leur voyage conjoint en Afrique. Les deux hommes ont rencontré le président Mohamadou Issoufou avec lequel il...
(RFI 03/05/16)
Après Bamako et Gao, Jean-Marc Ayrault et son homologue allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier étaient ce mardi 3 mai à Niamey, au Niger. Ils y ont rencontré le président Issoufou et ont abordé avec lui les questions sécuritaires. Le message délivré ce mardi 3 mai est le même que celui de la veille au Mali. Le développement n’a pas d’avenir sans sécurité, surtout dans un pays comme le Niger qui doit voir sa population multipliée par trois d’ici 2050. Il a donc été question de développement et en particulier de projets d’énergie renouvelable, d’agriculture, d’eau potable.
(Jeune Afrique 03/05/16)
Le personnel de la mine d'uranium Cominak d'Areva au Niger s'est mis en grève pour trois jours lundi, affirmant n'avoir pas perçu intégralement les primes liées à la réalisation d'objectifs financiers en 2015, ont déclaré deux syndicats. « Sur les 800 salariés de Cominak, seuls neuf n’ont pas respecté l’appel à la grève ce matin », a dit Miou Amadou, patron de la section Cominak du syndicat Synamin, précisant que 70 % du montant des primes seulement avaient été versés. Le syndicat Syntramin a également apporté son appui à la grève.
(Xinhua 03/05/16)
NIAMEY, (Xinhua) -- Les ministres français et allemand des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault et Frank-Walter Steinmeier, ont entamé mardi matin une visite au Niger pour discuter avec les plus hautes autorités nationales de la question sécuritaire au Sahel et surtout de l'épineux phénomène de la migration clandestine, a-t-on appris de source protocolaire à Niamey. Mardi, il est prévu une rencontre de travail entre les chefs des diplomaties française et allemande avec le président nigérien Mahamadou Issoufou et le ministre nigérien des Affaires étrangères, M. Ibrahim Yacouba. Par ailleurs, ils visiteront une station de pompage sur le fleuve Niger avant de s'entretenir avec des migrants venus d'Algérie et de Libye. A cheval entre l'Afrique noire et le Maghreb, le Niger, vaste...
(Reuters 03/05/16)
NIAMEY, (Reuters) - Le personnel de la mine d'uranium COMINAK d'Areva au Niger s'est mis en grève pour trois jours lundi, affirmant n'avoir pas perçu intégralement les primes liées à la réalisation d'objectifs financiers en 2015, ont déclaré deux syndicats. "Sur les 800 salariés de COMINAK, seuls neuf n'ont pas respecté l'appel à la grève ce matin", a dit Miou Amadou, patron de la section COMINAK du syndicat SYNAMIN, précisant que 70% du montant des primes seulement avaient été versés. Le syndicat SYNTRAMIN a également apporté son appui à la grève. Des responsables de la mine et d'Areva n'étaient pas disponibles dans l'immédiat. Située dans le nord-ouest du Niger, COMINAK a produit 1.607 tonnes d'uranium en 2015. Areva détient 34%...
(RFI 03/05/16)
Il y a un mois, jour pour jour, le 2 avril, le président Issoufou était investi pour un second mandat après avoir remporté la présidentielle du 20 mars contre son rival Hama Amadou. Une élection qui s’est déroulée dans un climat de boycott de l’opposition qui avait cependant décidé de maintenir son candidat. Les rapports entre l’opposition et le pouvoir peuvent-ils s’apaiser ? Le parti présidentiel et le chef de l’Etat sauront-ils satisfaire les déçus du premier mandat ? Notre invité est Mohamed Bazoum, président du PNDS, le parti présidentiel et ministre de l’Intérieur. Il répond à Marie-Pierre Olphand. RFI: Mohamed Bazoum, il y a un mois environ des contacts avaient été noués entre le pouvoir et l’opposition, mais ils...
(France TV Info 03/05/16)
Les chefs de la diplomatie française et allemande, Jean-Marc Ayrault et Frank-Walter Steinmeier, sont en visite au Mali et au Niger du 1 au 3 Mai 2016. Ils apportent aux pays du Sahel le soutien de l’Europe dans la lutte contre le terrorisme. Un soutien accompagné d’un message : c’est à vous d’abord qu’il revient d’organiser votre propre sécurité et votre propre défense. Tout le monde l’a compris. Personne n’est désormais à l’abri dans les pays du G5 Sahel. Un espace formé de cinq pays : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Des pays confrontés ces derniers mois à une série d’attaques et d’attentats de diverses factions islamistes affiliées à al-Qaïda ou au groupe...
(APA 03/05/16)
APA - Niamey (Niger) - Le Niger se classe 52ème sur 180 pays, dans le classement de Reporter sans frontière (RSF), sur la liberté de la presse, rendue publique en prélude à la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébré chaque 3 mai. Le Niger chute de 5 places par rapport à l'année dernière. En cause, cette année, les violences policières à l'encontre des médias, lors des manifestations anti Charlie-Hebdo ; les arrestations de journalistes et l'entrave à l'exercice du métier, notamment à l'approche des élections présidentielles de février qui s'est traduit également par le blocage de l'accès aux réseaux sociaux. Même si par ailleurs les autorités nigériennes continuent à parler de « bon positionnement » du pays...
(Xinhua 03/05/16)
RABAT, (Xinhua) -- La compagnie aérienne marocaine Royal Air Maroc (RAM) a démenti catégoriquement, lundi, les informations rapportées par des médias faisant état de la présence d'une bombe lacrymogène sur un de ses vols reliant samedi Niamey et Casablanca. "Suite aux fausses informations diffusées par quelques médias relatives à la présence d'une bombe lacrymogène sur un avion en provenance de Niamey samedi 30 avril, Royal Air Maroc dément catégoriquement la présence d'un quelconque objet qui met en cause la sécurité de ses passagers", souligne un communiqué publié lundi par la RAM. "Le vol en question s'est déroulé dans les meilleures conditions" , précise la même source.
(APA 03/05/16)
Les inscriptions pour le Hadj 2016 au Niger sont officiellement ouvertes, mardi, et concernera quelques 12 000 pèlerins nigériens, selon le quota délivré par le Royaume d’Arabie Saoudite. Elles prendront fin le 5 juin à 18 heures. Le Commissaire à l’organisation du Hadj et de la Oumra (COHO), Elhadj Bello Garba, a indiqué que ce lancement a été fait selon un chronogramme mondial fourni par le Royaume d’Arabie Saoudite et auquel doivent se conformer tous les pays. Abordant la question du transport, il a indiqué que celle-ci est définitivement tranchée et que les compagnies aériennes sélectionnées pour acheminer les futurs pèlerins sont la nigérienne Niger-Airways et la compagnie Saoudienne Fly-Nass. Concernant le prix du billet d’avion qui, le 12 avril...
(Jeune Afrique 30/04/16)
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, est attendu à Bamako dimanche 1er mai, puis à Niamey, le mardi suivant. Déplacement auquel se joindra son homologue allemand, Franck-Walter Steinmeier. Une visite africaine sous le signe de la diplomatie européenne : une première... Plus d’un mois après sa visite éclair en Côte d’Ivoire, à la suite de l’attentat du 13 mars à Grand Bassam, le ministre français des Affaires étrangères, nommé à ce poste en février dernier (après avoir occupé le poste de Premier ministre entre mai 2012 et mars 2014), poursuit sa tournée africaine, en faisant escale dimanche 1er et lundi 2 mai au Mali, puis le 3 au Niger. C’est la première fois que Jean-Marc Ayrault se rend...
(RFI 30/04/16)
Le mois d’avril est traditionnellement un mois de canicule dans le Sahel, au Niger en particulier. Les besoins en eau explosent alors que l’offre ne suit pas. Le problème se pose dans tout le pays y compris à Niamey la capitale. Une ville en expansion où le problème d’eau se pose avec acuité dans les quartiers périphériques.
(AFP 30/04/16)
Les pays africains engagés dans la lutte contre Boko Haram avec l'appui des Américains, Français et Britanniques accentuent la pression pour anéantir le groupe islamiste mais ils doivent renforcer leur coordination s'ils veulent arriver à leurs fins. Depuis l'offensive tchadienne du début 2015 puis celle de l'armée nigériane sous la houlette du nouveau président Muhammadu Buhari, Boko Haram a été chassé d'une grande partie des villes et villages qu'il contrôlait au nord-est du Nigeria. Il s'est replié dans des réduits comme la forêt tropicale de Sambisa, à la frontière avec le Cameroun, ou le lac Tchad, véritable labyrinthe d'îlots. Affaibli militairement, le groupe conserve pourtant un important pouvoir de nuisance, en multipliant notamment les attentats-suicides, qui demandent peu de moyens...
(Paris-Match 30/04/16)
Deux ans après l’enlèvement des lycéennes de Chibok toujours entre les mains de Boko Haram, Paris Match Afrique consacre une série de reportages sur la secte islamiste qui terrorise l’Afrique de l’Ouest. Deuxième volet: alors que le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian rencontre aujourd'hui une nouvelle fois le Président tchadien Idriss Deby à Ndjamena pour évoquer la lutte contre Boko Haram, Patrick Forestier nous raconte les coulisses d’une guerre discrète* menée par la France en Afrique de l’Ouest (2/3). Lorsque le 13 novembre 2015, une série d’attentats terroristes frappent Paris, le Directeur général des services de renseignements extérieurs (Dgse), hasard du calendrier, est… au Cameroun. Bernard Bajolet travaille sur un des multiples fronts menés par la France contre...
(AFP 29/04/16)
Les ministres français et allemand des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault et Frank-Walter Steinmeier, se rendront de dimanche à mardi au Mali et au Niger pour y rencontrer les autorités maliennes et nigériennes, ainsi que des éléments de la force française Barkhane, ont annoncé vendredi leurs ministères. L'objectif de cette visite est de dire "que l’Europe, l'Allemagne et la France ont un intérêt à une stabilisation de la région et de la situation politique, toujours instable au Mali", a expliqué à Berlin le ministère allemand des Affaires étrangères. Un premier entretien est prévu...
(RFI 29/04/16)
L'opération ville morte lancée par la société civile à Niamey a été un échec. Les habitants de la capitale ont vaqué à leur occupation comme si de rien n'était, ce jeudi 28 avril. La capitale nigérienne et son million et demi d’habitants n’a pas répondu au mot d’ordre de la société civile pour une journée « ville morte ». Les services publics et privés, les transports interurbains, les banques et les marchés entre autres sont restés ouverts toute la journée. Même les chauffeurs de taxi, sur lesquels les organisateurs avaient misé, n’ont pas respecté le mot d’ordre : « La ville morte ne nous arrange pas. Ça ne règle pas nos problèmes, explique l'un d'eux à RFI. En fait, même...
(Le Sahel 29/04/16)
Le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, Dr. Barmou Salifou, a présidé, jeudi dernier à l'Arène des jeux traditionnels Hamidine Maidaré de Tahoua, la cérémonie officielle de lancement des festivités marquant la célébration de la Semaine Nationale de l'Eau, Edition 2016, dont le thème retenu cette année est ''Eau et Emploi''. L'ancien gouverneur de la région de Tahoua, promu ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, honore ainsi la ville de Tahoua en lui consacrant sa première sortie ministérielle à l'intérieur du pays. Ce fut donc l'occasion pour les habitants de la région de Tahoua de lui rendre un vibrant hommage, digne de son rang. La cérémonie a été modeste, mais sa signification revêt tout un symbole pour le chef du...
(Jeune Afrique 29/04/16)
L’opération « ville morte », organisée par le collectif « Résistance citoyenne », jeudi au Niger, n’a été que très partiellement suivie. Un « échec total » selon les autorités, mais « la lutte ne fait que commencer », rétorquent les organisateurs, qui appellent à manifester samedi. Niamey n’avait pas grand-chose d’une ville morte, jeudi 28 avril. Alors que le collectif « Résistance citoyenne » avait appelé à la mobilisation, les banques, les marchés et autres magasins de la capitale sont restés ouverts, et les transports ont fonctionné comme à leur habitude. « L’opération « ville morte » décrétée par le collectif « Résistance citoyenne » a été, comme il fallait s’y attendre, un fiasco total », n’a pas manqué...
(Xinhua 29/04/16)
Le gouvernement nigérien a décidé mercredi de prolonger, à compter du 28 avril, de trois mois l'état d'urgence à Diffa (extrême-est), face à la situation sécuritaire jugée encore préoccupante du fait des attaques continues du groupe terroriste Boko Haram, a-t-on appris jeudi. Selon un communiqué du gouvernement, cette nouvelle prorogation de l'état d'urgence à Diffa a été jugée nécessaire devant le niveau de menace assez élevé dû aux attaques de la secte Boko Haram nécessitant la prise de mesure d'urgence. Il est à rappeler que l'état d'urgence avait été initialement instauré le 10 février 2015 dans la région de Diffa et depuis, le Parlement a adopté une loi en vue de sa prorogation à chaque fois de besoin, conformément à...
(Le Sahel 29/04/16)
Le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou, a reçu, hier après-midi, les copies figurées des lettres accréditant S.E.M. Paul John Lehman comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire d'Australie en République du Niger. Le ministre Ibrahim Yacoubou a ensuite eu un entretien avec le diplomate australien, qui a résidence à Abuja au Nigeria. Les deux personnalités étaient entourées, pour la circonstance, de leurs plus proches collaborateurs. S. S. Manzo(onep)

Pages

(Burkina24 26/01/15)
Cette décision intervient une semaine après de violentes émeutes et des saccages de manifestants nigériens pour protester contre la récente ‘’caricature blasphématoire’’ à la une de Charlie Hebdo. L’archevêque de Niamey s’était dit sous le choc après ces exactions perpétrées contre la communauté chrétienne du Niger causant l’incendie de plusieurs églises et des violences sur des fidèles Chrétiens. Selon aleteia.org, c’est dans un communiqué que l’Eglise catholique au Niger vient d’officialiser la suspension de toute son activité dans ce pays. «Suite au saccage et pillage des églises et infrastructures de notre institution, ainsi que la profanation de nos lieux de culte, spécialement dans les régions de Zinder, Maradi et Niamey, et au regard de la situation d’insécurité dans notre pays,...
(Jeune Afrique 26/01/15)
Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le Cameroun, ni le Tchad, ni le Niger ne sont plus à l'abri. Comme pléthore d'autres chefs d'État, il n'a pas fallu longtemps à Goodluck Jonathan pour dénoncer la tuerie de Charlie Hebdo en France (12 morts le 7 janvier). Dès le lendemain, le président nigérian s'est fendu d'un communiqué dans lequel il condamne ces "meurtres odieux, insensés et totalement injustifiables". Mais sur le massacre de Baga, ville-impasse située au bout du bout de l'État de Borno, qui durait déjà depuis quatre jours quand les frères Kouachi ont fait...
(Pana 26/01/15)
Les présidents nigérien et béninois, Mahamadou Issoufou et Thomas Boni Yayi, ont appelé la communauté internationale à effacer les dettes du Liberia, de la Guinée et la Sierra Leone, trois pays touchés depuis mars dernier par l'épidémie Ebola. Selon le président nigérien, la propagation d'Ebola a fait fuir les grands investisseurs dans des pays touchés par la maladie, ce qui a entrainé l'arrêt des projets de développement des routes et d'autres projets, augmentant ainsi les pressions sur les économies de ces pays. Il est important que les investisseurs reviennent dans ces trois pays grâce à l'annulation des dettes dues par le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone, a-t-il ajouté. Le président du Bénin a pour sa part, affirmé que...
(RFI 24/01/15)
Une semaine après les manifestations anti-Charlie Hebdo, la ville de Zinder est restée calme hier : aucun débordement, aucune manifestation antichrétiens n'a été notée. Vendredi dernier, au moins cinq personnes avaient été tuées tandis que sept églises, plusieurs domiciles de chrétiens, une école primaire catholique et le centre culturel franco-nigérien avaient été pillés et incendiés. Vendredi matin, des rumeurs de manifestations circulaient encore dans Zinder, cette ville située non loin de la frontière avec le Nigeria. Des renforts de forces de l'ordre quadrillaient la ville. Finalement, au sortir de la grande prière à la mi-journée, tout le monde est rentré chez soi dans le calme avec un message très clair des imams et des prêcheurs. « Notre imam a dit...
(Afrique Actualité 24/01/15)
Les débordements tant redoutés par les autorités nigériennes, ce vendredi, jour de prière, n'ont pas eu lieu. En effet, à Niamey, tout comme d'ailleurs à Zinder, deuxième ville du Niger, située à près de mille kilomètres de la capitale, aucun incident majeur n'a été notifié. « La veille, la crainte d'un nouveau débordement était pressentie, mais tout s'est bien passé », nous apprend un habitant de la ville de Zinder d'où sont parties les manifestations anti Charlie Hebdo, vendredi dernier. Toutefois, plusieurs habitants de confession chrétienne ont quitté la ville par crainte de représailles. Il s'agit principalement de la communauté chrétienne vivant au sein de la principale église de la ville qui a été saccagée et profanée par des manifestants...
(RFI 24/01/15)
Le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies a condamné le rapatriement de près de 1400 réfugiés de Boko Haram du Niger vers le Nigeria. Il l’a dit sans détour aux autorités de Niamey. Le HCR n’a pas été associé, ni consulté, pour cette opération conduite la semaine dernière à l’initiative du gouverneur de l’Etat de Borno au Nigeria. Les réfugiés, hébergés dans des camps du sud-est du Niger, dans la région de Diffa, sont relogés à Maiduguri. Les vingt cars scolaires étaient en rang d’oignons sur un parking en latérite, à l’opposé du camp de réfugiés de Gagamari. RFI les a repérés non sans surprise mardi 13 janvier. La veille, les autorités de Diffa avaient refusé de les laisser...
(AFP 23/01/15)
Le parquet de Niamey a remis en liberté jeudi après quatre jours de détention un juriste nigérien accusé "d'incitation à la violence" lors d'un débat télévisé sur les manifestations ayant secoué le Niger la semaine dernière, a annoncé vendredi son avocat. Boubacar Hassane, président de l'Association des constitutionnalistes du Niger (ACN), a été arrêté dimanche dernier après avoir pris part à un débat sur une chaîne nigérienne consacré aux manifestations violentes ayant embrasé le pays en fin de semaine dernière. Des émeutes anti-chrétiens, vendredi à Zinder, la deuxième ville du Niger, et samedi à Niamey, ont fait dix morts, plus de 200 blessés et de très importants dégâts. Une manifestation de l'opposition, interdite par les autorités, a ensuite été réprimée...
(AFP 23/01/15)
Visage fermé, le révérend Boureima Kimso s'interroge: "Qu'est-ce que les chrétiens vont devenir?" Quelques jours après les violences religieuses qui ont embrasé le Niger, les façades calcinées des églises rappellent à la minorité chrétienne qu'un cauchemar est devenu réalité. Pillages, incendies, profanations... les violences ont traumatisé les chrétiens du Niger, pays pauvre sahélien de 17 millions d'habitants, à 98% musulman. Les 2% restants, soit moins de 350.000 personnes, se divisent entre chrétiens et animistes. "Les chrétiens, on les cherchait. On a brûlé tout ce qui portait un signe chrétien...
(RFI 23/01/15)
Hier matin durant quelques heures, les réseaux sociaux ont été coupés au Niger. Facebook, twitter, SMS... plus rien ne fonctionnait. Les autorités nigériennes ont justifié une telle décision de censure jusqu'à samedi inclus pour éviter « de nouveaux débordements haineux », faisant référence aux attaques anti-chrétiens du week-end dernier. Mais en début d'après-midi la mesure était finalement suspendue. Hier matin le ministre de l'intérieur du Niger, Massaoudou Hassoumi, joint par RFI justifiait sa décision : « nous avons décidé de bloquer les réseaux sociaux pour encadrer la journée de prière vendredi ». Selon le ministre de l'intérieur vendredi et samedi dernier les appels à la haine anti-chrétiens et les appels aux manifestations violentes ont été relayés via les SMS. Tous...
(AFP 23/01/15)
Les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, et les SMS, ont été suspendus plusieurs heures jeudi par crainte de nouveaux appels à manifester vendredi, après les émeutes qui ont secoué le Niger la semaine dernière, a-t-on appris de source sécuritaire. "La mesure a été prise pour contrecarrer des appels à manifester pour la journée de vendredi, comme cela a été le cas la semaine passée", a expliqué à l'AFP une source sécuritaire. "Nous avons constaté que les réseaux sociaux et les messageries ont été suspendus", a dénoncé Abas Abdoul-Aziz, le président de l'Association des consommateurs des nouvelles technologies et de la communication (ACNTC) sur une télévision privée. Le blocus a duré quelques heures. Les services ont été rétablis en début...
(Afriquinfos 23/01/15)
Niamey (Afriquinfos) – Dans un communiqué publié mercredi 21 janvier 2014, l’organisation non gouvernementale Reporters sans Frontières condamne les violences policières à l’encontre des médias privés lors des différentes manifestations à Niamey les 17 et 18 janvier 2015. L’ONG estime que la liberté de la presse est menacée dans ce pays et demande au chef de l’Etat nigérien de protéger les droits des média dans son pays. Selon l’ONG, qui cite des «observateurs sur place», la liberté de l’information «connaît une grave crise au Niger». L’organisation tire ses conclusions des récentes manifestations qui ont eu lieu au Niger au cours desquelles les forces de l’ordre ont gravement porté atteinte à la dignité de l’homme , selon elle. «La mission de...
(Agence Ecofin 23/01/15)
(Agence Ecofin) - Au Niger, les dirigeants ont décidé de suspendre les SMS et les réseaux sociaux. Selon RFI, cette mesure intervient afin de prévenir de nouvelles émeutes. Massaoudou Hassoumi, ministre nigérien de l’intérieur a indiqué que la suspension s’appliquerait jusqu’au 24 janvier prochain. D’après les dirigeants nigériens, les SMS et les réseaux sociaux avaient été utilisés pour appeler à l’émeute la semaine dernière. Pour rappel, le Niger s’était embrasé suite à la publication de nouvelles caricatures du prophète Mahomet par l’hebdomadaire satirique Charlie-Hebdo, quelques jours après l’attentat qui a frappé ses locaux et qui a coûté la vie à 12 personnes dont 10 membres de sa rédaction. En RD Congo, le gouvernement a également suspendu les SMS et Internet...
(RFI 23/01/15)
Au Niger, les autorités ont donné le feu vert à l’ouverture de camps de réfugiés à grande échelle. Trois sites ont été identifiés qui auront une capacité maximale de 10 000 lits. Pour des raisons de sécurité, ils sont situés dans les terres, à cinquante kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Pour l’heure, seul le camp de Sayam Forage, au nord de Diffa, accueille des réfugiés. L'envoyé spécial de RFI y a rencontré Ibrahim Ousmane, 28 ans, rescapé, réfugié et handicapé. Le vent fait claquer les bâches des hangars d’enregistrement des réfugiés. Ibrahim Ousmane nous y rejoint, il se déplace péniblement avec une canne. Ibrahim est handicapé. Il vit dans une petite tente qui lui est réservée avec ses...
(MondAfrique 23/01/15)
Le Tchad a déployé un contingent de 2500 hommes au Cameroun pour lutter contre les djihadistes de Boko Haram dont la menace dépasse désormais le Nigéria. Alain Chouet, ancien chef du "service de renseignement de sécurité" à la DGSE (services français), se penche sur les objectifs de Boko Haram, sur ses soutiens et sur ses modes de financement. L’effervescence médiatique et « pipole » mondiale suscitée, avec d’ailleurs beaucoup de retard, par l’enlèvement et la séquestration de 250 jeunes filles dans le nord du Nigeria a présenté toutes les caractéristiques d’un feu de paille. Violente et brève. Elle a donné lieu à une profusion de plateaux télé à l’occasion desquels une kyrielle d’experts - ou soi-disant tels - de l’Afrique...
(APA 23/01/15)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Une délégation nigérienne conduite par le ministre de l'élevage Mahaman El Hadj a effectué jeudi une visite d’information au Centre d'amélioration des espèces camelines en Mauritanie sur la route Nouakchott-Rosso, a-t-on appris de source à Nouakchott. A l'intérieur du Centre, la délégation a reçu des explications techniques sur les méthodes suivies pour rentabiliser notamment les chamelles laitières. Pays à majorité désertique, la Mauritanie dispose d'un nombreux cheptel de camelins. Le lait et la viande de chameau sont hautement prisés par la société mauritanienne. Le Centre d'amélioration des espèces camelines en Mauritanie avait été créé en 2014 sur autofinancement de l'Etat, avec pour mission d'introduire les techniques d'amélioration génétique et d'améliorer l'alimentation en vue d'obtenir une haute qualité...
(Afriquinfos 23/01/15)
Face aux exactions meurtrières de la secte islamique Boko Haram, les pays victimes de ses exactions tentent de trouver une solution. Le Nigeria et ses pays voisins se sont réunis,ce mardi 20 janvier dans la capitale du Niger, pour discuter d’une stratégie à mettre en œuvre pour anéantir Boko Haram. Ces pays comptent ainsi renforcer la coopération militaire mise en œuvre fin 2014 entre les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad constituée du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad. Pour trouver un moyen de mettre fin aux exactions meurtrières de la secte Boko Haram qui se perpétuent dans la sous région,le Nigeria et ses voisins se concertent sur le sujet depuis mardi. Réunis, à...
(Xinhua 23/01/15)
OUAGADOUGOU, (Xinhua) -- L'église catholique du Burkina Faso a témoigné jeudi, par la voix du cardinal Philipe Ouédraogo, sa compassion aux chrétiens du Niger suite aux violences qu'ils ont subies lors des manifestations contre les caricatures du dernier numéro de Charlie Hebdo. "Les Burkinabè - chrétiens et non chrétiens - tous solidaires, présentent leur compassion à leurs soeurs et frères du Niger, avec tout le souhait de les revoir tous engagés à reconstruire le beau climat de dialogue inter religieux et de cohésion sociale qui a toujours été une caractéristique du peuple nigérien", lit-on dans une déclaration signée du cardinal Philipe Ouédraogo, Archevêque métropolitain de Ouagadougou. "Nous voulons assurer à tous et aux familles particulièrement endeuillées, nos sincères condoléances et...
(Xinhua 23/01/15)
COTONOU, Xinhua) -- Le gouvernement béninois a décrété jeudi jour de deuil national où tous les drapeaux sont en berne, pour saluer la mémoire de la dizaine de morts nigériens, à la suite des violentes manifestations de protestation contre le journal français Charlie Hebdo survenues les 16 et 17 janvier derniers, indique un communiqué gouvernemental publié à Cotonou. "En qualité du président en exercice de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le président Boni Yayi, présente ses condoléances les plus attristées au peuple et au gouvernement du Niger", indique le communiqué. "En guise de solidarité des peuples et gouvernements de l'UEMOA et de manière symbolique, le gouvernement béninois...
(Les Afriques 22/01/15)
La progression du groupe islamiste Boko Haram qui contrôle désormais un large territoire dans la bande nord-est du Nigéria est devenue très inquiétante pour les pays voisins. Le Niger, le Tchad et le Cameroun (qui a déjà eu plusieurs combats contre les djihadistes) sont désormais en état d’alerte surtout depuis que cette nouvelle vidéo a été postée ce mardi 20 janvier, une vidéo dans laquelle le leader du groupe Boko Haram, Abubakar Shekau, a clairement menacé nommément les chefs d’Etat du Niger, du Cameroun et du Tchad. Dans le même enregistrement, il défie la communauté internationale : "Les rois d'Afrique, je vous défie de m'attaquer".
(Le Monde 22/01/15)
Dix morts, dix innocentes vies arrachées à l’affection des leurs et de la nation nigérienne. Une vingtaine d’églises incendiées et saccagées, des débits de boisson brûlés, des hôtels particuliers partis en fumée… Tel est le triste bilan de deux jours d’enfer au Niger, après la publication par l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo des caricatures du prophète Mahomet, et de la présence du chef de l’Etat nigérien, Mahamadou Issoufou, à la marche du 11 janvier en France contre le terrorisme. Notre pays a connu le pire pendant ces deux jours d’affrontements et de destruction. Notre pays a atteint le summum de la haine.

Pages

(Dw-World 28/05/13)
Après les attentats de jeudi dernier à Agadez et Arlit dans le nord du Niger, le groupe français Areva a décidé de suspendre l'exploitation de l'uranium dans la région. Un coup dur pour l'économie de ce pays. Le Niger est l'un des trois pays qui accueillent des sites de production d'uranium d'Areva dans le monde (avec le Canada et le Kazakhstan). Le géant français du nucléaire exploite avec ses partenaires nigériens, mais aussi japonais et espagnol, deux mines près d'Arlit dans le nord du pays, via deux sociétés : la Cominak et la Somaïr. A elles seules, ces sociétés fournissent 3 600 tonnes d'uranium à Areva, soit un peu plus du tiers de sa production mondiale totale. Après les attentats...
( 28/05/13)
Les islamistes responsables des deux attentats-suicides au Niger la semaine dernière préparent aussi une "attaque" depuis le Sud libyen contre le Tchad, a déclaré lundi le président nigérien Mahamadou Isssoufou. "Pour le Niger en particulier, la menace principale s'est déplacée de la frontière malienne vers la frontière libyenne. En effet je le confirme, l'ennemi qui nous a attaqués à Agadez et Arlit vient du Sud (libyen), d'où parallèlement une autre attaque est préparée contre le Tchad", a déclaré Mahamadou Isssoufou l’hors d’une cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat d'Agadez perpétré le 23 mai par des groupes jihadistes. Le chef de l'état nigérien s’est rendu dans le camps militaire visé par les kamikazes à Agadez, où 24 militaires ont péri: 23...
(Afrik.com 28/05/13)
A la suite des attaques meurtrières de ce jeudi 23 mai au Niger, la menace islamiste continue à effrayer de nombreux pays frontaliers avec la Libye. La déclaration de Mamadou Issoufou, président du Niger, selon laquelle le Tchad est la prochaine cible sur la liste, suscite déjà une vive polémique. Les autorités libyennes, elles, nient catégoriquement les accusations et refusent que leur pays soit considéré comme l’ « élément déstabilisateur de la sous-région ». La déclaration vient d’être faite par le président nigérien. Lors d’une cérémonie d’hommages des victimes d’Agadez, Mahamadou Issoufou affirme que les assaillants proviennent de la Libye et met en garde son voisin tchadien. Pourtant, Le 27 avril dernier, le président tchadien, Idriss Déby, brandissait la menace...
(France 24 27/05/13)
Le président nigérien, Mahamadou Issoufou a affirmé, ce lundi, que les islamistes responsables du double attentat meurtrier au Niger le 23 mai préparaient une attaque contre le Tchad depuis le sud libyen. Ce que Tripoli réfute. Après le Niger, le Tchad. D’après le président nigérien Mahamadou Issoufou, les islamistes qui ont frappé le Niger par deux fois le 23 mai, à Arlit et à Agadez, fomentaient en parallèle un attentat contre le Tchad. L’attaque "contre le Niger a été préparée en parallèle avec une autre attaque, qui visait le Tchad. Pour l’instant cette attaque ne s’est pas produite mais elle était en cours de préparation en même temps que celle qui a eu lieu contre le Niger", a ainsi déclaré...
(JDD 27/05/13)
Invité samedi au 50e anniversaire de l'Union africaine à Addis-Abeba (éthiopie), le chef de l'État a parlé sécurité au Sahel et convoqué un sommet africain à Paris en décembre La salle est quasi vide. Les quelque 10.000 personnes qui avaient applaudi le spectacle de danse ouvert par le "cha-cha-cha de l'Indépendance" dans l'après-midi ont quitté le Millennium Hall depuis longtemps, lorsque la jolie speakerine annonce "His Excellency François Hollande". Le président français avance vers la tribune, le pupitre est un peu haut, mais Hollande n'en a cure. Il est invité au 50e anniversaire de l'Union africaine et il entend bien délivrer son discours à l'Afrique. Tant pis si, à cause du retard pris par les organisateurs, il a dû changer...
(La Presse Canadienne 27/05/13)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou a reçu samedi ensemble des représentants du gouvernement malien et des responsables touareg du nord du Mali pour tenter de débloquer la situation à Kidal, ville occupée par des groupes armés touareg. Il s'est d'abord entretenu avec Tiébilé Dramé, émissaire du président malien Dioncounda Traoré pour le nord du Mali. À sa sortie, l'envoyé de Bamako a indiqué à la presse que sa visite avait pour objet de «débloquer la situation, faire en sorte que les élections se tiennent sur toute l'étendue du territoire national». Une élection présidentielle est prévue en juillet au Mali, mais est suspendue à une solution à Kidal (nord-est), ville occupée par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et...
(L'Express 25/05/13)
Les célébrations du Cinquantenaire de la naissance de l'OUA, ancêtre de l'UA, ont commencé ce samedi matin. C'est dans ce contexte qu'un réquisitoire anonyme étrille la gestion de la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission. C'est un document qui ne circule que sous le boubou ou sous le costard et, dès lors, ne devrait pas perturber outre mesure le bel ordonnancement des célébrations, ce week-end, du 50e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), devenue depuis lors Union africaine (UA). Lire la suite sur: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/du-rififi-dans-les-coulis...
(Jeune Afrique 25/05/13)
Un assaut des forces nigériennes et françaises a tué, le 24 mai, à Agadez les derniers islamistes impliqués dans l'un des deux attentats-suicides ayant fait la veille une vingtaine de morts dans le nord du Niger. Les derniers islamistes impliqués dans l'un des deux attentats-suicides dans le nord du Niger, revendiqués par le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, donné pour mort par le Tchad, ont été tués, le 24 mai, lors d'un assaut des forces nigériennes et françaises à Agadez. « L'assaut s'est déroulé vendredi [24 mai, NDRL] à l'aube » et a fait au moins deux morts, « deux terroristes, preneurs d'otages », a-t-on appris auprès du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Une information confirmée par son...
(Le Figaro 25/05/13)
Le Niger vient de payer un lourd tribut à la collaboration à la lutte contre l'islamisme armé dans le Sahel, avec la mort jeudi de 21 de ses ressortissants dans le double attentat au véhicule piégé contre une caserne d'Agadez et une usine d'Areva, le géant français du nucléaire, à Arlit dans le nord-ouest du Mali. Les militaires ont perdu une vingtaine d'hommes, soit un bilan plus lourd que celui des opérations menées par l'armée nigérienne aux côtés des soldats français au plus fort de l'offensive contre les djihadistes dans le nord du Mali. Les groupes islamistes ont dit avoir mené leurs opérations meurtrières en raison de sa «guerre contre la charia», et menacé de lancer d'autres attaques. L'un d'eux,...
(Le Monde 24/05/13)
L'attaque perpétrée jeudi 23 mai par un commando djihadiste contre l'une des mines d'uranium d'Areva au Niger pose une nouvelle fois la question de la sécurisation de ce site stratégique et hautement symbolique pour la France. L'attentat-suicide à l'intérieur du complexe a été particulièrement violent. Le véhicule contenait une telle quantité d'explosifs (de l'ordre de 400 kg) qu'il n'en reste plus rien. Il est entré dans la zone industrielle en suivant un bus véhiculant des employés. Il a peut-être raté sa cible en explosant dans la zone électrique de l'usine. Les plafonds des bâtiments ont volé en éclats. Quatorze employés ont été blessés, un autre est mort de ses blessures. Le groupe nucléaire français indiquait en milieu de journée que...
(Libération 24/05/13)
Le djihadiste algérien, à l'origine de la prise d'otages d'In Aménas en janvier et qu'on avait brièvement cru tué au Mali, a supervisé les attaques menées jeudi, selon son mouvement. Le groupe du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a menacé de lancer de nouvelles attaques au Niger après les attentats suicide de jeudi, dans un communiqué parvenu à l’AFP vendredi. «Nous allons lancer plus d’opérations» au Niger, affirme le groupe, en menaçant également la France et tous les pays engagés militairement au Mali. Deux attentats-suicides contre l’armée nigérienne et le groupe nucléaire français Areva, revendiqués par les islamistes du Mujao et «supervisés» par Mokhtar Belmokhtar, ont fait jeudi une vingtaine de morts, essentiellement des militaires, dans le nord du Niger. Il...
(Rue89 24/05/13)
Le Niger est à son tour plongé dans la guerre que mènent les groupes djihadistes du Sahel, et que l’intervention française au Mali voisin n’a fait que déplacer. Jeudi à l’aube, 23 personnes – 18 militaires, quatre kamikazes et un civil – ont été tuées dans une attaque à la voiture piégée contre une caserne militaire à Agadez, dans le nord du Niger. Un cinquième assaillant retient en otages de jeunes élèves officiers nigériens dans un local. Une autre attaque kamikaze a été menée contre un site du groupe français Areva à Arlit, dans la même région, faisant un mort et 14 blessés. Explicateur.1)Qui sont les agresseurs ? Dans un entretien à Rue89 diffusé ce week-end, Samuel Laurent, auteur du...
(Libération 24/05/13)
Le dernier membre du commando qui a attaqué à la voiture piégée un camp militaire jeudi à Agadez, dans le nord du Niger, a été «maîtrisé», a affirmé le ministre nigérien de la Défense. Mahamadou Karidjo a assuré qu’il n’y avait pas eu à proprement parler de «prise d’otages» dans l’enceinte même du camp, comme annoncé plus tôt par le ministre de l’Intérieur Abdou Labo, qui avait fait état de «quatre à cinq» élèves officiers retenu par un «kamikaze». «Ce n’est pas une prise d’otages et il n’y a pas d’otages. C’était quelqu’un qui voulait fuir et on l’a maîtrisé», a affirmé M. Karidjo, arrivé à Agadez dans l’après-midi. «Tout le monde a été maîtrisé, l’opération est terminée», a-t-il insisté...
(Le Monde 24/05/13)
Le djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a "supervisé lui-même" les attentats meurtriers commis jeudi au Niger contre l'armée nigérienne et le groupe français Areva, a affirmé le porte-parole de son groupe, Les Signataires par le sang, qui menace de lancer d'autres attaques au Niger, mais aussi la France et tous les pays engagés militairement au Mali. D'après El-Hassen Ould Khlil, alias "Jouleibib", cité par l'agence mauritanienne en ligne Alakhbar, "plus d'une dizaine de combattants ont participé à ces attaques", menées conjointement, selon lui, avec le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui avait auparavant revendiqué les attentats auprès de l'AFP à Bamako. Jouleibib a indiqué que l'opération avait été nommée du nom d'Abou Zeid, un des...
(Le Monde 24/05/13)
En revendiquant, le 10 décembre 2011, l'enlèvement deux mois plus tôt, dans l'ouest de l'Algérie, de trois coopérants européens, de nationalités espagnole et italienne, le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) signait son acte de naissance. Le mouvement, qui s'est donné pour objectif d'étendre l'insurrection djihadiste à toute l'Afrique de l'Ouest, venait alors de faire scission avec Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). A la tête du mouvement se trouve le Mauritanien Hamada Ould Mohamed Kheirou, alias Abou Ghoum-Ghoum, notamment assisté d'Omar Ould Hamaha, un Malien de Kidal, ancien lieutenant d'un des principaux chefs djihadistes du Sahel, l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. Composé essentiellement de Mauritaniens et de Maliens, le Mujao s'est illustré dans les prises d'otage et...
(Rue89 23/05/13)
Le Niger est à son tour plongé dans la guerre que mènent les groupes djihadistes du Sahel, et que l’intervention française au Mali voisin n’a fait que déplacer. Jeudi à l’aube, 23 personnes – 18 militaires, quatre kamikazes et un civil – ont été tuées dans une attaque à la voiture piégée contre une caserne militaire à Agadez, dans le nord du Niger. Un cinquième assaillant retient en otages de jeunes élèves officiers nigériens dans un local. Une autre attaque kamikaze a été menée contre un site du groupe français Areva à Arlit, dans la même région, faisant un mort et 14 blessés. Explicateur. Qui sont les agresseurs ? Dans un entretien à Rue89 diffusé ce week-end, Samuel Laurent, auteur...
(20minutes 23/05/13)
TERRORISME - Le groupe, déjà touché en 2010 par l’enlèvement de sept de ses salariés et de son sous-traitant Sogea-Satom, une filiale du groupe Vinci, a annoncé un renforcement de la sécurité sur ses différents sites... Un double attentat à la voiture piégée a visé ce jeudi l'armée nigérienne et le groupe français Areva dans le nord du Niger. L’explosion au camp militaire d'Agadez a fait 23 morts et 13 blessés, dont six graves. L’un des kamikazes s'est enfermé dans un local avec des otages élèves officiers. Environ une demi-heure après, un autre véhicule a explosé sur le site d'uranium d'Areva à Arlit. Le kamikaze est mort dans l'explosion, faisant 50 blessés. Areva a de son côté fait état d’un...
(Libération 23/05/13)
L'attaque à la voiture piégée a eu lieu sur le site d’exploitation d’Arlit, faisant treize blessés, dont un grave. Une autre attaque a visé un camp militaire à Agadez, faisant plus de dix morts. Un double attentat à la voiture piégée a visé ce jeudi dans le nord du Niger le site d'extraction d'uranium du groupe nucléaire français Areva à Arlit et un camp militaire à Agadez. L’attaque sur le site d’Arlit dans le nord du pays a fait 13 blessés, dont un grave, selon nos informations. Tous sont nigériens. Le kamikaze est mort dans l’explosion. «Un homme en treillis militaire conduisant un véhicule 4x4 bourré d’explosifs s’est confondu aux travailleurs de la Somaïr et a pu faire exploser sa...
(Le Monde 23/05/13)
Deux attentats-suicides à la voiture piégée ont pris pour cible le principal camp militaire d'Agadez et un site d'Areva à Arlit, dans le nord du Niger. Le groupe djihadiste Mujao (Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest) a revendiqué l'attaque. A cette heure, le bilan est encore imprécis, notamment sur les nationalités des victimes : selon le gouvernement nigérien, au moins 23 personnes ont été tuées, dont 18 militaires et 4 kamikazes. Cinquante ont été blessées, "un civil" et "49" agents des forces de défense et de sécurité. Areva annonce pour sa part que l'attaque sur son site a fait un mort et 14 blessés (après avoir annoncé 13 blessés plus tôt dans la matinée). L'entreprise a...
(Le Monde 23/05/13)
Deux attentats-suicides à la voiture piégée ont pris pour cible le principal camp militaire d'Agadez et un site d'Areva à Arlit au Niger jeudi 23 mai, selon des sources militaires et des sources au sein de la compagnie au Niger. Areva annonce que l'attaque sur son site a fait treize blessés et "condamne cette attaque odieuse" contre ses personnels.. "Il y a eu une explosion devant le camp militaire d'Agadez", a déclaré le ministre de la défense nigérien Mahamadou Karidjo. "L'explosion est due à un véhicule bourré d'explosifs", a-t-il précisé. "Les assaillants ont été neutralisés", a-t-il dit, ajoutant : "Ce sont des 'peaux rouges'", en allusion à des membres des communautés touareg ou arabe. Pratiquement au même moment, un "4...

Pages