Les rescapés des hordes de Boko Haram | Africatime
Mardi 21 Février 2017

Les rescapés des hordes de Boko Haram

mar, 10/03/2015 - 14:53 -- Patrick

Après l'attaque meurtrière perpétrée par une poignée de djihadistes de Boko Haram sur la presqu'île de N'Gouboua au Tchad, les rescapés ont rejoint le camp de réfugiés de Dar Salam ou le quotidien s'organise peu à peu. Le 13 février avant l'aube, la secte djihadiste Boko Haram a mené sa première incursion en territoire tchadien, sur la presqu'île de N'Gouboua. Une quarantaine d'assaillants venus du Nigeria, armés de kalachnikovs, de machettes et de torches, ont accosté à bord de quatre pirogues motorisées. Une intrusion brève mais dévastatrice. Huit tués, dont six civils, et plus de 500 maisons, échoppes et silos à grains ravagés par les flammes.

Après l'assaut, maints rescapés ont fui la presqu'île. Les uns pour poser leur baluchon au hasard de campements de fortunes ou de villages d'accueil, les autres pour jeter l'ancre plus loin, dans le camp de réfugiés de Dar Salam, près de Baga Sola.
Ils y rejoignent les autres "pensionnaires" du camp qui ont fui les massacres perpétrés les 3 et 4 janvier par les hordes de Boko Haram à Baga, sur la rive nigériane du lac, et dans une douzaine de villages alentours. Selon toute vraisemblance, le pire massacre commis par la secte criminalo-djihadiste: plusieurs centaines de tués; jusqu'à 2000 selon Amnesty International.
Au rythme des nouvelles arrivées de réfugiés, la vie s'organise autour de la mise en place d'un "Comité de gestion", de la prière, de l'alimentation et de l'accueil des enfants isolés.