Mardi 26 Septembre 2017

Une convention judiciaire annule les frontières entre le Niger, le Tchad et le Mali dans la lutte contre le terrorisme

Une convention judiciaire annule les frontières entre le Niger, le Tchad et le Mali dans la lutte contre le terrorisme
(Agence Ecofin 16/05/17)
Le ministre nigérien de la Justice, Marou Amadou.

Les autorités parlent d’un accord historique à la signature de cette convention judiciaire à Niamey hier jeudi. Le but est de renforcer la sécurité et le contrôle aux frontières par le partage d’information, l’inculpation des terroristes et trafiquants transfrontaliers.

Par cette convention, les frontières physiques entre les trois pays n’existent plus en matière judiciaire, selon le ministre nigérien de la Justice, Marou Amadou (photo) pour qui l’entraide sera totale : « Si nous pouvons faire extrader un détenu là où on peut mieux le juger, là où on a plus d’information, c’est déjà bien. S’il y a des avis de condamnation, on sait qui séjourne dans quel pays, les échanges de casiers judiciaires ».

« Concrètement aujourd’hui, nous irons plus vite et nous partagerons ensemble les informations pour prendre en charge une action judiciaire qui peut débuter au Mali et qui peut se poursuivre au Tchad et au Niger », laisse entendre Mamadou Ismaïla Konate, ministre malien de la Justice.

Et pour que cette entraide judiciaire fonctionne entre les trois pays, « il faudra absolument que les magistrats, les officiers de police judiciaire aient les moyens de pouvoir les poursuivre, les traquer, les arrêter, les inculper et les écouter partout où ils sont », préconise de son côté Ahmat Mahamat Hassan, ministre tchadien de la Justice.

Ces trois pays ayant des frontières poreuses, comme la plupart des pays africains, font régulièrement face à des menaces de terroristes, de trafiquants de tout acabit qui n’hésitent pas à violer les frontières physiques pour leurs opérations. C’est le cas des groupes terroristes du nord Mali qui viennent régulièrement inquiéter les populations proches des autres frontières (ouest- Niger, Burkina Faso) ou encore de Boko Haram qui opère dans le lit du lac Tchad commun au Niger, au Nigéria et au Tchad.

Guevanis DOH

Commentaires facebook