Samedi 21 Octobre 2017
(Xinhua 02/05/17)
Quinze personnes ont été tuées dimanche lorsqu'un minibus et une camionnette entraient en collision dans le nord de la Namibie, a indiqué la police. L'accident s'est produit à l'extérieur de la ville d'Otjiwarongo, à environ 300 km de la capitale Windhoek. Selon la police, le minibus a pris feu et les corps de dix des victimes ont été brûlés, rendant leur identification impossible. Les cinq personnes qui se trouvaient à bord du pick-up ont été tuées sur le coup, a fait savoir la police, ajoutant que les 14 autres passagers ont survécu à l'accident.
(Agence Ecofin 28/04/17)
Chrispin Matongela, le chargé des relations publiques du ministère namibien des Terres et de la Réinstallation, a confié au Southern Times que les résultats de la réforme agraire en cours sont encourageants et que la redistribution des « terres coloniales » aux Noirs se poursuit. 240 millions de dollars namibiens (17,8 millions de dollars) ont d’ailleurs été investis à cette fin lors du dernier exercice financier. « Nous sommes très satisfaits de ce que nous avons réalisé en ce qui concerne le programme de réforme agraire. Toutefois, certaines personnes ayant reçu des terres ne les valorisent pas suffisamment, ce qui nous fait envisager la possibilité de les redistribuer à ceux qui sont prêts à les mettre en valeur », a...
(APA 26/04/17)
L’ouverture solennelle de l’édition 2017 du Salon international du commerce du Zimbabwe (ZITF) sera effectuée vendredi à Bulawayo par le président namibien Hage Geingob , attendu demain à Hararé. Le chef de l’Etat namibien sera à la tête d’une importante délégation comprenant plusieurs ministres venus prendre part à la plus grande exposition commerciale du Zimbabwe, qui existe depuis 58 ans et dont le coup d’envoi a été donné mardi à Bulawayo, la deuxième ville du pays. Un certain nombre d’entreprises namibiennes figurent parmi les grandes entreprises étrangères participant à l’exposition annuelle qui se déroulera jusqu’au 29 avril. L’événement de cette année se déroule sous le thème “Exploitation des liens pour le développement industriel”. Avant de procéder à l’ouverture officielle de...
(Xinhua 25/04/17)
Des représentants des gouvernements zimbabwéens et namibiens tiennent une réunion de trois jours à Harare pour explorer des moyens pour approfondir la coopération bilatérale entre les deux pays. Les responsables se réunissent sous l'égide de la 8e session de la Commission permanente commune de coopération (JPCC) du 24 au 26 avril, avant la visite de trois jours du président namibien Hage Geingob au Zimbabwe ce mercredi. M. Geingob devrait ouvrir vendredi la vitrine commerciale annuelle du Zimbabwe en 2017, le salon international du Zimbabwe à Bulawayo. Au cours de sa visite au Zimbabwe, M. Geingob devra visiter le projet d'extension du réseau électrique de Kariba Sud, qui ajoutera 300 mégawatts d'électricité supplémentaires au réseau national. L'entreprise chinoise Sinohydro dirige le...
(APA 15/04/17)
Le président Hage Geingob de la Namibie a défendu mercredi les relations de son pays avec la Chine, affirmant qu’elles reposent sur des principes de respect mutuel et de confiance. “J’aimerais profiter de cette occasion pour dire quelque chose sur les relations de la Namibie avec la Chine, qui ont fait les gros titres de la presse au cours des derniers mois. “Nos liens avec la Chine ne sont pas fondés sur des personnalités. Il s’agit de relations d’Etat à Etat qui durent plusieurs décennies et qui reposent sur des principes de respect mutuel et de confiance. “La Namibie et la Chine sont liées par une amitié à toute épreuve” et nous souscrivons à leur caractérisation selon laquelle notre relation...
(APA 11/04/17)
Le gouvernement allemand a déboursé 300.000 euros pour soutenir le projet d’élimination de la rage initié par la Namibie sur une période de trois ans, a appris APA vendredi. En plus de ce soutien financier qui a été remis à travers l’Organisation mondiale de la santé animale, le ministère allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture apporte également sa propre expérience de l’éradication de la rage, surtout le savoir-faire technique de l’Institut Friedrich-Loeffler, l’Institut national de la santé animale de l’Allemagne. Maria Flachsbarth, secrétaire d’Etat chargé des affaires parlementaires du ministère fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture qui est en visite officielle en Namibie, a lancé vendredi la phase de déploiement du projet d’élimination de la rage au Bureau vétérinaire...
(Angola Press 06/04/17)
Luanda - Le ministre de la Santé et des Services sociaux de la République de la Namibie, Bernard Haufiku, a admis, jeudi, à Luanda, avoir noté que l'Angola enregistrait des progrès dans la lutte contre la pandémie du VIH/sida et a exprimé sa satisfaction "en voyant l?Hôpital Esperança avec tous les médicaments d?actualité". Le gouvernant namibien a tenu ces propos à la presse angolaise à la fin des visites aux hôpitaux Municipal du district de Sambizanga Esperança et Américo Boavida, à Luanda, en vertu d'un plan de coopération existant entre les deux pays.
(Xinhua 31/03/17)
La Chambre de Commerce et d'Industrie Chine-Namibie et la société pharmaceutique chinoise Namax ont fait don jeudi de produits anti-paludisme au ministère namibien de la Santé et des Services sociaux. Ying Xiangyu de Namax a expliqué la raison pour laquelle sa société a fait une intervention urgente en introduisant le traitement médical dénommé la poudre Artesun Artesunate pour injection (60 mg). "C'est un médicament salvateur qui a été qualifié par l'Organisation mondiale de la Santé (et) sera très sollicité pour le traitement du paludisme ... parce que nous voulons participer aux efforts pour sauver des vies en Namibie", a déclaré M. Ying. Namax est une société pharmaceutique chinoise spécialisée dans le traitement du paludisme, de la tuberculose et du VIH...
(Le Magazine du Manager 30/03/17)
Une délégation de la Banque africaine de développement «BAD» est attendue à Windhoek pour une visite de terrain du 3 au 7 avril en Namibie, où elle doit se pencher sur l’impact des projets financés par le Groupe de la BAD dans ce pays. Au programme de cette mission figurent des consultations avec les autorités gouvernementales et les autres partenaires au développement du pays, a annoncé la BAD. Selon l’administrateur pour la Namibie, Heinrich Mihe Gaomab II, la visite s’articulera essentiellement autour des projets en cours ...
(APA 30/03/17)
Le coup d’envoi des matchs de la Ligue 1 de football en Namibie (NPL) sera donné le 12 mai prochain, à la suite d’une crise de sponsoring qui avait conduit au report de son démarrage. Une société de téléphonie mobile Mobile Telecommunications Limited (MTC) a accepté finalement de reprendre le sponsor du championnat namibien de première division de football. Le président par intérim de la Ligue 1 de football en Namibie, Franco Cosmos a déclaré aux médias que le NPL avait réussi à obtenir un montant supplémentaire de 9 millions de dollars namibiens, soit 694.610 dollars américains, et que MTC avait accepté de continuer à parrainer la ligue de football semi-professionnelle. En août dernier, MTC avait mis fin à son...
(Xinhua 30/03/17)
L'Union africaine (UA) va s'efforcer d'établir au sein de ses pays membres des normes communes dans le domaine de l'électricité, de l'électronique et de toute autre technologie associée afin de garantir un accès rapide et universel à l'énergie. Une norme électricité continentale se prépare, a confié mercredi à Xinhua le secrétaire général de la Commission électrotechnique africaine de normalisation (AFSEC) de l'UA, Paul Johnson. L'AFSEC facilitera un accès universel à l'énergie à travers le continent et la mise en oeuvre de l'Agenda 2063 de l'Afrique - un cadre de développement visant à parvenir à un continent intégré, pacifique, prospère et axé sur les populations, a estimé M. Johnson. Cette commission compte actuellement 13 pays membres et tente de mobiliser la...
(Jeune Afrique 28/03/17)
À peine plus de quinze ans après la création d’Areva, en 2001, alors appelé à devenir, sous la houlette d’Anne Lauvergeon, le « grand acteur intégré du nucléaire », l’aventure atomique française est un fiasco. Faisant face à une situation financière explosive – les pertes ont atteint jusqu’à 4,8 milliards d’euros à la fin de 2014 –, le groupe a dû se résoudre en juin 2015 à un attelage d’urgence avec le groupe français EDF, appuyé par le président François Hollande : pour survivre, Areva, renfloué par l’État, va céder d’ici à la fin de l’année sa branche réacteurs à l’électricien, tout en conservant la seule gestion du cycle du combustible, de l’extraction de l’uranium au retraitement des déchets. Encore lourdement...
(Jeune Afrique 28/03/17)
Il est bien révolu le temps où le nucléaire avait le vent en poupe, dans les années 2005-2011. Les analystes les plus enthousiastes avançaient le chiffre mirifique de 30 réacteurs commandés par an. La catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011, voilà tout juste six ans, a mis un coup d’arrêt brutal aux ambitions du secteur : abandon de la filière en Allemagne, report sine die de l’appel d’offres sud-africain, ralentissement des calendriers de construction un peu partout dans le monde… Depuis l’accident japonais, il n’y a plus que deux ou trois appels d’offres chaque année, principalement en Inde et en Chine. Quant aux rares réacteurs de nouvelle génération qui avaient été commandés en Europe (notamment en Finlande et au Royaume-Uni...
(Agence Ecofin 27/03/17)
L’Eskom, la compagnie sud-africaine en charge de la fourniture électrique, a signé avec son homologue namibien NamPower un contrat de vente d’électricité lors de la 42ème réunion du comité du pool énergétique d’Afrique australe. La transaction portera sur la livraison pendant 5 ans de 200 MW d’électricité. Cette quantité fixe d’énergie pourrait éventuellement connaitre des augmentations en fonction de la capacité de transmission entre les deux réseaux. « La situation de l’Eskom s’est améliorée et nous sommes désormais disposés à céder le surplus de notre production afin d’alimenter la croissance économique de la région », a affirmé Matshela Koko (photo), le directeur exécutif par intérim de l’Eskom. En effet, l’Afrique du Sud vient de se relever de longues années de...
(La Tribune 24/03/17)
Pour honorer la devise nationale de la Namibie, Unité, Liberté, Justice, lePrésident Hage Geingob a décidé d’exproprier les fermiers blancs qui occupent plus de 85% des terres cultivables du pays. Annonce en a été faite lors de la célébration de l’indépendance de l’ancienne colonie allemande. Hage Geingob, Président de la Namibie, n'est pas fan du Président du Zimbabwe, Robert Mugabe, mais il épouse certaines de ses idées. Comme par exemple exproprier les ...
(Le Monde 24/03/17)
Dans « Safari », le documentariste Ulrich Seidl montre comment ses compatriotes autrichiens paient pour faire des cartons sur la faune sauvage. Par Antoine Duplan Ulrich Seidl n’aime pas les gens, surtout les Autrichiens. A l’instar de Thomas Bernhard, Elfriede Jelinek ou Michael Haneke, c’est sans pitié qu’il crucifie ses compatriotes dans des films à valeur misanthropique augmentée. A travers fictions et documentaires, il éclaire les recoins de la psyché nationale en s’intéressant aux rapports des bêtes et de leurs maîtres (Animal Love), descend dans les caves où s’accomplissent des rituels fangeux (Im Keller) ou, dans la trilogie de Paradis, dévoile l’effrayant visage de la Foi, de l’Espérance et de la Charité… Avec Safari, il s’intéresse aux chasseurs. Un spécimen...
(BBC 23/03/17)
Le président namibien Hage Geingob a appelé hier mardi à l'expropriation pour pouvoir redistribuer les terres à la majorité noire. Des expropriations qui se feront avec une compensation financière juste, selon le chef de l'état. L'objectif étant redistribuer 43% des terres arables d'ici 2020. Namibie : redistribution des terres Sous la pression d'une faction de son parti le SWAPO, le chef de l'état namibien veut effectuer des reformes sur le sujet sensible de la redistribution des terres. Alors que le pays fêtait mardi les 27 ans de son indépendance, le président Hage Geingob a annoncé des mesures en faveur d'une expropriation de la terre, détenues par les Blancs ou les étrangers, avec une compensation financière. Ces propos interviennent alors que...
(APA 23/03/17)
Les banques centrales de la Namibie et de l’Angola ont convenu de réduire la période de remboursement d’une convention d’échange de devises, le dernier versement étant prévu pour juin 2018. Les deux entités ont signé un accord de conversion de devises en juin 2015 pour permettre l’échange du Kwanza angolais et du dollar namibien dans les villes frontalières de Santa Clara en Angola et Oshikango en Namibie. Ce dispositif d’échange réciproque de devises visait à accroître le commerce et à approfondir les liens économiques entre les deux pays.
(Agence Ecofin 22/03/17)
Les propriétaires blancs de terres namibiennes sont dans le viseur du gouvernement. C’est ce qu’a déclaré mardi, lors des célébrations du 27ème anniversaire de l’indépendance de la Namibie, le président Hage Geingob (photo), qui envisage une expropriation massive des terres pour accélérer le transfert de biens à la majorité noire du pays. Dans un souci de légalité, le président envisage ainsi de recourir aux dispositions de la constitution qui autorisent l’expropriation des terres contre une une juste compensation. « Si nous nous engageons à poursuivre la croissance économique et à sauvegarder la paix, alors chacun devrait être ouvert à de nouvelles approches. Cela signifie que nous devons recourir à notre Constitution qui permet l'expropriation de terres conditionnée par une compensation...
(Xinhua 22/03/17)
La Namibie a célébré mardi le 27ème anniversaire de son indépendance, l'économie et la question des terres dominant le débat. S'exprimant à la nation depuis Rundu, à environ 700 kilomètres de la capitale Windhoek, le président Hage Geingob a déclaré que le Nouveau Cadre d'Empowerment Economique Equitable (NEEEF) que le gouvernement compte introduire viendra avec des conditions. Ces conditions, selon M. Geingob, concernent les marchés publics du gouvernement. "Certaines personnes s'opposent au NEEEF sans apporter de propositions alternatives", a-t-il déclaré. Le gouvernement a dû abandonner l'idée d'introduire le cadre l'année dernière, après une vive opposition de différents secteurs de la société. L'opposition est venue d'une des propositions du cadre qui prévoit que les entreprises devraient mettre de coté 25% des...

Pages