Vendredi 20 Avril 2018

Un fonds de 80 millions d’euros pour les entrepreneurs africains

Un fonds de 80 millions d’euros pour les entrepreneurs africains
(RFI 12/12/17)
Des employés de l’entreprise sénégalaise Equip Plus, en 2009. Crédits : I&P

Le groupe Investisseurs & Partenaires, déjà très présent sur le continent, veut financer le développement d’une nouvelle génération de PME. Le groupe Investisseurs & Partenaires (I&P), créé en 2002 par le Français Patrice Hoppenot et spécialisé dans l’investissement « d’impact » social et environnemental, est très présent en Afrique subsaharienne, où il a déjà investi dans près de 80 entreprises, dans une dizaine de pays. Avec le lancement, jeudi 7 décembre, de son nouveau fonds d’investissement baptisé IPAE 2, il veut passer à la vitesse supérieure.

IPAE 2 aura pour mission de « prolonger, accélérer et développer une nouvelle génération d’entrepreneurs africains » en finançant une quarantaine d’entreprises dont les besoins de financement se situent entre 300 000 et 3 millions d’euros. Avec 80 millions d’euros récoltés auprès de fondations et d’investisseurs publics et privés, IPAE 2 vise à « consolider les acquis économiques et à approfondir ses impacts environnementaux et sociaux » dans les cinq prochaines années. Ainsi, pour favoriser la construction d’un secteur privé et durable, IPAE 2 veut créer un hub d’investissement à Nairobi afin d’opérer dans l’ensemble de l’Afrique de l’Est.

Convaincu que le développement en Afrique passe par l’entrepreneuriat local, I&P a choisi d’y consacrer la plus grande partie de ses financements, de son assistance technique mais aussi de ses conseils en finance et en management. « En se positionnant comme solution de fonds propres pour les PME, I&P contribue pleinement à l’essor de l’écosystème entrepreneurial africain pour répondre aux défis d’une croissance inclusive et durable ainsi qu’à celui de l’emploi en Afrique », explique Jean-Michel Severino, ancien directeur de l’Agence française de développement (AFD) et président d’I&P depuis 2011.

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/12/un-fonds-de-80-millions...

Commentaires facebook