Mercredi 23 Août 2017

Namibie : Les actions contre la pauvreté ne sont pas à la hauteur, dit une experte de l’ONU

Namibie : Les actions contre la pauvreté ne sont pas à la hauteur, dit une experte de l’ONU
(African Manager 15/03/17)

L’Experte indépendante des Nations Unies pour la jouissance de tous les droits de l’homme par les personnes âgées, Mme Rosa Kornfeld-Matte, a félicité lundi 13 mars 2017 le gouvernement de la Namibie pour « sa détermination politique et sa vision sur la façon d’améliorer la vie de tous les Namibiens vers la fin de 2030 et de protéger leurs droits de l’homme » et a «exhorté le gouvernement à honorer ses promesses ».

« J’en appelle au gouvernement à déployer tout effort possible en vue finaliser et de mettre en route une politique nationale complète sur les droits, les soins et la protection des personnes âgées. Une politique dédiée aux personnes âgées est la clé pour assurer une meilleure protection de leurs droits » a dit l’expert de l’ONU.

Elle a aussi insisté que « toute politique sur les personnes âgées doit adopter une approche basée sur les droits de l’homme » et a ajouté que « les principes de Nations Unies sur les personnes âgées ensemble avec les grands traités relatifs aux droits de l’homme et leurs protocoles additionnels devraient guider les efforts du gouvernement à cet égard ».

« Le vieillissement commence à peine à prendre forme en Namibie» a encore noté l’Experte de l’ONU. Alors que la proportion des personnes âgées est restée en quelque sorte constante aux environs de 7% depuis l’indépendance, le taux de croissance projetée de la population âgée en Afrique au sud Sahara est supposée être plus rapide que celle expérimentée par toute autre région depuis 1950 ».

« Les défis associés à la société vieillissante ne sont pas un phénomène lointain », a encore souligné l’Experte Indépendante de l’ONU. « Il en résultera une immense pression sur le système des soins puisque un nombre croissant des personnes âgées vivra avec des maladies chroniques et handicaps ».

« La faible densité de la population et les niveaux accélérés de l’urbanisation ont le potentiel d’éroder le système de soins de la famille traditionnelle. Plus d’investissement de la part du gouvernement dans les infrastructures de soins et de sante est donc nécessaire pour donner des alternatives aux personnes âgées dans les zones rurales ».

« Les soins ne peuvent être plus considérés simplement comme une affaire de famille et j’en appelle au gouvernement d’accélérer ses efforts pour réviser la loi de 1967 sur les personnes âgées en vue d’assurer les droits, la protection, les soins et le bien-être des personnes âgées ».

« La Namibie a fait un long chemin depuis qu’elle a eu son indépendance, il y a seulement 27 ans. Elle jouit depuis lors d’une stabilité politique et d’une croissance économique stable et elle est classée comme un pays à haut revenu moyen », a dit l’Experte Indépendante. « Nous devons reconnaissance à ces réalisations namibiennes » a-t-elle souligné.

En dépit de tous les efforts, la Namibie continue à être parmi les pays les plus inégalitaires au monde. « Alors que je reconnais que les niveaux de pauvreté ont été remarquablement réduites depuis l’indépendance, ils restent pourtant élevés dans certaines couches de la population et dans certaines régions du pays » a remarqué l’Experte Indépendante.

« Je suis aussi tout à fait consciente que les inégalités persistantes sont l’héritage de la domination coloniale et que les attitudes ne changent du jour au lendemain », a-t-elle ajouté. « Ceci ne veut pas dire que les disparités existantes quant au revenu et à la redistribution des terres sont acceptables, et je dois insister que mieux peut et doit être fait pour combattre la pauvreté des personnes âgées ».

« Le lancement du Plan d’Action pour la Prospérité de tous, ledit Plan de Prospérité Harambée de 2016/17-2019/20 a le potentiel d’accélérer la jouissance de tous les droits par les personnes âgées puisqu’il fait référence à la protection sociale des personnes âgées et traite des domaines-clés tels que la faim, la pauvreté et le logement ».

« Alors que l’établissement et l’expansion d’un système extensif de dons sociaux est une réalisation significative et un exemple à émuler, la pension universelle non contributive de vieillesse dans beaucoup de ménages constitue la seul revenu en raison de l’épidémie du VIH/Sida. Je reconnais l’immense impact positif de la pension de vieillesse sur la réduction des niveaux de pauvreté, alors qu’il est important de s’assurer que les dons destinés à des allocations sociales parviennent à leurs bénéficiaires ».

« Il y a de sérieuses préoccupations quant à la violence, aux abus et au maltraitance perpétrés contre les personnes âgées et en particulier contre les femmes âgées et il y a très peu de discussion sur cela ». On estime que, environs 4 à 6 pour cent des personnes âgées expérimentent quelque forme de mauvais traitement à domicile. La pauvreté, les inégalités et l’abus de drogue sont des facteurs contributifs, mais aussi les attitudes enracinées comme les châtiments corporels. « Le gouvernement a l’obligation de s’attaquer à cela comme une matière de priorité ».

« Je voudrais vous assurer que j’ai entendu vos appels à la coopération technique et au renforcement des capacités. La Communauté Internationale a en effet un rôle important à jouer en complétant et en appuyant les efforts du Gouvernement pour relever les défis du vieillissement de la société et en particulier dans la lutte contre la pauvreté des personnes âgées. Je ferai tout mon possible pour encourager la Communauté Internationale à poursuivre sa coopération avec la Namibie, y compris par le biais d’un appui financier et technique ».

Au cours de sa visite de dix jours, Mme Rosa Kornfeld-Matte a visité Windhoek, Katutura, Okahandja, ainsi que Rundu, Salikunga, Zone et Mpungu dans les Régions de Kavango et elle a rencontré les différentes autorités du gouvernement, les organisations non-gouvernementales, les universitaires et autres travaillant pour les droits des personnes âgées, ainsi que les personnes âgées elles-mêmes et leurs organisations qui les représentent.

L’Experte indépendante présentera ses conclusions et recommandations de la visite du pays dans un rapport au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies au mois de septembre 2017.

Commentaires facebook