Samedi 24 Juin 2017
(Zegreenweb 10/05/13)
Nous vous parlons régulièrement du braconnage. Les rhinocéros, au même titre que les éléphants, font partie des espèces les plus prisées par les braconniers en raison de leurs cornes qui se vendent désormais à des prix exorbitants sur les marchés noirs, notamment en Asie. Il y a quinze jours la bonne nouvelle venait des Etats-Unis, où des chiens policiers avaient été dressés spécialement pour détecter les cornes de rhinocéros et d’éléphants. Aujourd’hui c’est avec beaucoup de tristesse que nous sommes dans l’obligation de relayer le triste constat : tous les rhinocéros du Mozambique ont été tués par les braconniers. Il en restait quinze, qui vivaient tranquillement dans le parc de Limpopo. Il n’y en a désormais plus aucun. Présents sur...
(Romandie 08/05/13)
Le 8 mai 2013, le Conseil fédéral a décidé d’octroyer au Burkina Faso et au Mozambique une aide budgétaire générale d’un montant de 32 millions de francs chacun pour les années 2013 à 2016. L’aide vise à soutenir ces deux pays dans la mise en œuvre de leurs stratégies de réduction de la pauvreté, lesquelles se concentrent sur une croissance générale et durable. Ces dernières années, le Burkina Faso et le Mozambique se sont caractérisés par une stabilité macroéconomique durable, une forte croissance économique et une importante augmentation des recettes nationales. Ils ont aussi réalisé des progrès dans les domaines sociaux comme l'éduction, la santé et l'eau. Toutefois, en matière de réduction de la pauvreté, la progression reste limitée. De...
(Agence Ecofin 07/05/13)
WesternGeco a entamé une campagne de sondage sismique 2-D sur plus de 31 000 km couvrant la majeure partie des eaux territoriales mozambicaines disponibles. « Ce sondage aidera les sociétés pétrolières à mieux évaluer le potentiel pétrolier et gazier du Mozambique », a expliqué à la presse Carel Hooykas, président de WesternGeco. La société anglaise de prestations géophysiques travaille, sur cette zone qui sera, à terme, répartie en plusieurs blocs, par l’institut national des hydrocarbures du Mozambique.
(Agence Ecofin 07/05/13)
La capacité de production de l’énergie électrique du Mozambique est passée de 12 000 à 18 000 MW au terme de récentes études portant sur les énergies nouvelles et renouvelables, a relevé le ministre de l’énergie Salvador Namburete, lors d’une conférence sur « L’électrification de l’Afrique : cas du Mozambique », selon macauhub.com. Selon M. Namburete, « le développement de ce potentiel qui est suffisant pour satisfaire les besoins domestiques mais le marché régional nécessiterait des partenariats public-privés surtout pour la construction des infrastructures de production et de transport ». Dans ce contexte, le gouvernement mozambicain entend élaborer un atlas sur les énergies renouvelables qui servira de banque de données sur les localités de bon potentiel pour le développement des...
(Agence Ecofin 07/05/13)
Le groupe Shell et le consortium indien constitué d’ONGC Videsh et Oil India sont en compétition pour une prise de participation totale de 20% dans le bloc 1 du riche bassin de Rovuma au Mozambique, a rapporté le quotidien indien The Economic Times. La société royale hollandaise et le consortium indien chercheraient chacun 10% dans ce bloc pour lequel le groupe américain Anadarko Petroleum et la société indienne Videocon Industries veulent céder chacun 10%, qui leur rapporteraient environ 6 milliards de dollars, selon des sources citées par le quotidien indien. ONGC Videsh se serait préparée à faire une offre plus intéressante mais le gouvernement indien est resté prudent après la déception consécutive à l’acquisition de Imperial Energy qui affiche un...
(Agence Ecofin 07/05/13)
Le groupe Olam International envisage de lancer des « investissements importants » au Mozambique au cours des quatre prochaines années, rapporte le portail mozambicain «macauhub.com.mo» le 7 mai. « Olam prévoit des investissements importants au Mozambique au cours des quatre prochaines années dans les secteurs de l’agriculture et de la distribution des produits alimentaires », a déclaré au portail Ujjwalkanta Senapati, le directeur général d’Olam-Mozambique, la filiale locale du groupe singapourien. Selon lui, la valeur de ces nouveaux investissements pourrait égaler les montants déjà investis dans le pays par le groupe Olam depuis son arrivée sur le marché mozambicain en 1999. Au Mozambique, Olam opère notamment dans la production des noix de cajou. Ses cinq unités de transformation des noix...
(El Watan 02/05/13)
Les discussions entamées il y a plusieurs mois sur la coopération énergétique entre l’Algérie et le Mozambique ont connu un début de concrétisation, mardi à Alger, par la signature d’un mémorandum d’entente et de coopération entre Sonatrach et la société mozambicaine des hydrocarbures, ENH-Empresa Nacional de Hidrocarbonetos. Depuis les récentes découvertes de gaz naturel dans l’offshore mozambicain à partir de l’année 2011, les rencontres entre responsables algériens et mozambicains se sont multipliées. Le Mozambique a régulièrement sollicité l’Algérie pour profiter de son expérience dans le domaine de l’exploitation du gaz naturel et des hydrocarbures en général. Les relations entre les deux pays remontent à la guerre d’indépendance menée par le Front de libération du Mozambique (Frelimo) contre le colonialisme portugais...
(Agence Ecofin 22/04/13)
African Stellar Holdings du Ghana cède pour environ 600 000 dollars australiens African Stellar Mozambique à la société australienne Republic Gold qui émettra 25 millions d’actions de 2 cents australiens, outre le versement cash de 100 000 dollars australiens, a rapporté Macauhub.com. Au Mozambique, African Stellar détient trois licences d’exploration aurifère dans les régions de Chimoio et Manica, dans la province de Manica, jusque-là sous-explorée. Alors que la cession reste conditionnée à l’approbation du gouvernement mozambicain, Republic Gold s’est engagé à verser, dans l’immédiat, 250 000 dollars australiens afin de maintenir opérationnelle African Stellar Mozambique jusqu’à la conclusion de l’acquisition.
(Agence Ecofin 18/04/13)
Le port de Maputo arrive à saturation avec la croissance du trafic à 15 millions de tonnes, raison pour laquelle la Société de développement du port de Maputo (Maputo Port Development Company-MPDC) a dressé son schéma directeur infrastructures. Au cours des 5 prochaines années, le MPDC prévoit des investissements dans le port de l’ordre de 1,7 milliard $ pour améliorer la qualité de ses prestations et augmenter les capacités logistiques à 50 millions de tonnes à horizon 2020. 355 millions $ seront investit en 2013 et 2014 pour augmenter les capacités du terminal charbonnier de Matola de 6 à 7,2 millions de tonnes. MPDC est une joint venture entre la Société des chemins de fer du Mozambique, Grindrod (Johannesburg Stock...
(Agence Ecofin 16/04/13)
La société Metals of Africa rassure d’une bonne minéralisation de plomb, de zinc, d’argent et de cuivre au terme de sa campagne de 14 forages d’essai dans son projet de Rio Mazoe au centre-ouest dans la province de Tete au Mozambique. « Les forages ont recoupé des zones d’importante et éparse minéralisation sulfurée », a rapporté la société qui a fait état du recoupement d’une minéralisation élevé sur 0,75m contenant 21,8% de plomb et de zinc combinés et de 29 grammes d’argent à la tonne. La société australienne qui détient à 100% le projet de Rio Mazoe reprendra au mois de mai prochain les activités de prospection qu’elle étendra également au projet de Changara, une joint-venture avec Baobab Resources. Les...
(20minutes 11/04/13)
Le Mozambique a retenu Rio Tinto comme l'un des candidats privilégiés à un appel d'offres de quelque trois milliards de dollars (2,30 milliards d'euros) portant sur un projet de développement à la fois ferroviaire et portuaire censé doper les exportations de charbon du pays. «Nous avions 21 entreprises en phase de présélection et nous avons selectionné six comme candidats privilégiés, qui préparent désormais leur offre», a dit à Reuters par téléphone Paulo Zucula, ministre des Transports mozambique. Le pays dispose d'une l'une des plus vastes réserves de charbon non-exploitées au monde mais la pénurie d'infrastructures est devenue un casse-tête pour les grandes entreprises minières. Rio Tinto a ainsi déprécié ses actifs au Mozambique à hauteur de trois milliards de dollars...
(AFP 11/04/13)
Le gouvernement du Mozambique rencontrera une délégation de l'ex-groupe rebelle Renamo vendredi, pour tenter d'apaiser la tension après les violences de la semaine dernière qui ont fait plusieurs morts. Le gouvernement du Mozambique rencontrera une délégation de l'ex-groupe rebelle Renamo vendredi, pour tenter d'apaiser la tension après les violences de la semaine dernière qui ont fait plusieurs morts. "Le ministre de l'Intérieur recevra une délégation de la Renamo à leur demande", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pedro Cossa. La radio nationale a précisé que la rencontre doit permettre de "discuter de l'actuelle situation tendue dans le centre du pays". Mercredi, l'ancien commandant rebelle de la guerre civile au Mozambique Afonso Dhlakama a de nouveau menacé...
(Agence Ecofin 10/04/13)
Les ressources en minerai de fer se situeraient autour de 727 millions tonnes dans la région de Tenge-Ruoni, province mozambicaine de Tété, où Baobab Resources espère une bonne production de fonte brute, a rapporté lundi macauhub.com. L’évaluation effectuée par la société australienne de conseil Coffey Mining indique qu’environ 535 millions de tonnes des réserves totales sont localisées sur une superficie de 2,5 km2. L’étude de préfaisabilité économique conduite par Baobab Resources a révélé l’existence d’un grand potentiel dans le bloc pour une production annuelle de 1 million de tonnes de fonte brute. Baobab Resources s’est taillée 85% des parts du projet, laissant 15% au partenaire International Finance Corporation (IFC), la branche secteur privé de la Banque mondiale.
( 08/04/13)
Trois personnes ont été tuées dans une embuscade, survenue non loin d’une petite ville du Mozambique central, théâtre la semaine dernière d’affrontements entre les forces de l’ordre et des anciens combattants d’un groupe rebelle devenu parti politique après la fin de la guerre civile. C’est ce que rapporte des sources de la MISNA, qui se trouvent sur les lieux. Selon leurs reconstitutions, similaires à celles fournies par certaines sources locales, trois personnes ont été tuées lors d’une embuscade, survenue à environ 15 kilomètres de Múxunguè, prenant pour cible deux camions citernes et un bus local. Les autorités de la provinces de Sofala ont accusé des anciens combattants de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo). L’épisode a eu lieu samedi après-midi, deux...
(Malango Actualité 22/03/13)
Les compagnies pétrolières qui voudront travailler au Mozambique devront être présentes sur le marché boursier mozambicain et lever des capitaux sur place. C'est l'annonce faite par Anabela Chambuca Pinho, CEO (Chief executive officer), autrement dit la directrice de la bourse de Maputo qui devrait «compter 5 nouvelles compagnies à la cote d’ici 2018, dont la première est prévue en juin». Les cinq compagnies en question sont celles qui travaillent déjà au Mozambique dont Anadarko Petroleum Corp (USA), Eni SpA (Italie) et Vale (Brésil). «Les compagnies pétrolières et gazières étrangères qui exploitent ou qui souhaitent exploiter le gaz et le pétrole dans notre pays, et qui sont cotées sur d'autres bourses, devront être listées sur notre bourse au Mozambique. Ces entreprises...
(Green et Vert 22/03/13)
La société Geocapital est prête à lancer un projet agro-industriel au Mozambique avec des partenaires techniques brésiliens. Elle attend le feu vert des autorités mozambicaines, qui devrait être accordé “rapidement”, d’après un administrateur du groupe. Diogo Lacerda Machado, administrateur de la holding basée à Macao, explique qu’il a demandé aux autorités mozambicaines la concession de 20 000 hectares de terres sauvages et “marginales”, dans le centre du pays “sur le chemin de la Vallée du Zambèze”, après un long travail de prospection de terres et d’études de marché. “Nous croyons savoir que l’approbation de ce projet par le Mozambique est imminente”, avance Lacerda Machado. Aliments et biocombustibles La première phase du projet consistera à planter du soja et des céréales...
(Xinhuanet 20/03/13)
Les petites et moyennes entreprises (PME) du Mozambique ont vu leurs bénéfices augmenter à 350 millions de dollars américains en 2011 de 45 millions de dollars en 2002, a déclaré mardi la radio mozambicaine. Citant le ministère de la Planification et du développement, la radio a affirmé que la fourniture de biens et de services à la fin de 2011 a impliqué près de 470 projets des PME dans le pays d'Afrique australe. Mais les entreprises engagées dans les projets font face à de gros problèmes, y compris une taxe élévée et un environnement des affaires faible, selon la radio. Présentant un rapport sur la situation lors d'une réunion du ministère qui s'est tenue à Nacala dans la province septentrionalede...
(Afrique7 19/03/13)
Au Mozambique, la compagnie pétrolière nationale ENI a décidé de céder environ 20% de ses gisements à la compagnie chinoise CNPC. Et, l’opération coûtera au Chinois une bagatelle de 4,21 milliards de dollars. En contrepartie, elle lui permet d’avoir enfin accès aux immenses réserves gaziers d’Afrique de l’Est, mises à jours il n’y a pas longtemps. L’intérêt de l’opération d’autant plus que les enjeux énergétiques à travers le continent ne cesse de prendre du galon, avec la disparition annoncé des hydrocarbures. Au total, 5 associés se partagent désormais l’exploitation de cette réserve gazière, il s’agit d’Empresa Nacional de Hidrocarbonetos de Mocambique, la compagnie portugaise Galp Energia, la compagnie coréenne Kogas, le Chinois CNPC ainsi que l’Etat mozambicain. Dans la nouvelle...
(Romandie 14/03/13)
MILAN - Le groupe énergétique italien Eni a signé un accord avec le géant chinois CNPC pour lui céder pour 4,21 milliards de dollars une part de 20% dans le bloc gazier offshore Area 4, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué. Eni demeure propriétaire de 50% des parts dans le bloc, précise-t-il, le reste étant détenu par les groupes Hidrocarbonetos de Mocambique (10%), le coréen Kogas (10%) et le portugais Galp Energia (10%). Selon les termes du contrat signé à Pékin par les patrons des deux groupes, Paolo Scaroni et Zhou Jiping, CNPC acquiert 28,57% de la société Eni East Africa, qui détient 70% des parts de l'Area 4. Cette opération rend CNPC indirectement propriétaire de 20% du bloc, explique...
(Afrik.com 14/03/13)
Le Mozambique est l’un des pays les plus pauvres du monde. Mais à partir de 2018, la tendance pourrait s’inverser. Cap sur l’une des plus incroyables success story africaine. Il est l’un des pays les plus pauvres du monde, la moitié de sa population vit en deçà du seuil de pauvreté. Et pourtant, son sous-sol vaut de l’or. Les réserves de gaz du Mozambique seraient les plus importantes au monde avec celles du Qatar et de l’Australie. Ce n’est pas tout, le Mozambique renferme d’autres richesses : mines de phosphates et de fer, rubis de grande qualité, hydraulique de ses fleuves ou encore essences de ses forêts. Autant de trésors vers lesquels les yeux de nombreux investisseurs sont braqués. Ce...

Pages