Dimanche 22 Octobre 2017
(Le Monde 23/06/17)
Le gouvernement multiplie les projets gaziers. Une manne dont les populations locales veulent bénéficier. Sur la plage de Palma, à marée basse, une trentaine de pêcheurs se chamaillent. Trois chaloupes ont jeté l’ancre tout près. Hommes, femmes et enfants font des va-et-vient, les pieds dans l’eau. Certains charrient du poisson, d’autres s’amusent. En arrière-plan, l’eau turquoise et les palmiers offrent un cadre paradisiaque à ceux qui viendraient visiter ce coin perdu à l’extrême nord du Mozambique. Une telle scène de vie ne sera sans doute bientôt plus qu’un souvenir...
(Agence Ecofin 12/06/17)
Jeudi dernier, au cours du Forum sur l'infrastructure, à Tete (Mozambique), le gouvernement mozambicain a présenté à un panel d’investisseurs locaux et étrangers, un ensemble de projets quinquennaux sur la période 2015-2019 dont l’ambitieuse construction d’un réseau ferroviaire. Estimé à environ 20 milliards $, le réseau qui devrait connecter le sud du pays au nord, s’étalera sur une distance moyenne de 3 800 kilomètres. Il devrait s’étendre vers les chemins de fer déjà en place et les rallonger de l'intérieur à la côte ainsi qu'aux ports...
(APA 09/06/17)
Le chef de la Renamo, le principal parti de l’opposition au Mozambique, Afonso Dhalama, a souligné la nécessité de renforcer l’unité nationale et invité les hommes d’affaires nationaux et étrangers à investir dans le pays, a appris APA jeudi. Selon Radio Mozambique (publique), Dhlakama s’exprimait mercredi lors d’une conférence téléphonique avec des membres de Renamo à Massinga, dans la province méridionale d’Ihambane, appelant également à l’implication de tous pour améliorer le développement économique...
(BBC 08/06/17)
Cinq hommes ont été assassinés récemment dans le centre du pays pour leur calvitie. Trois d'entre eux l'ont été rien que la semaine passée. La police mozambicaine a mis en garde la population contre ce genre de crime rituel visant les hommes chauves. Selon les forces de l'ordre la motivation de ces meurtres relève de la superstition. Les communautés locales croient que les cranes des personnes chauves contiennent de l'or et qu'elles sont ainsi sources de richesse. Deux suspects âgés d'une vingtaine d'années ont été arrêtés le mois dernier suite...
(APA 07/06/17)
La Finlande travaille avec le Mozambique sur des stratégies d’expansion de leurs relations bilatérales pour inclure des échanges commerciaux impliquant le secteur privé, a déclaré mardi l’ambassadrice finlandaise, Laura Torvinen. Les officiels des deux pays se sont rencontrés mardi à Maputo pour discuter du renforcement de leurs liens, lors d’un séminaire organisé par l’ambassade de Finlande, en partenariat avec la Chambre de commerce du Mozambique (CCM).
(AFP 06/06/17)
La police mozambicaine a mis en garde mardi la population contre des crimes rituels visant les chauves, après l'assassinat de deux hommes dégarnis dans le centre du Mozambique, une région déjà connue pour ses persécutions d'albinos. "Le mois dernier, les meurtres de deux personnes chauves ont conduit à l'arrestation de deux suspects", a rapporté le porte-parole de la police, Inacio Dina, lors d'une conférence de presse dans la capitale, Maputo. "Leurs motivations relèvent de la superstition et de la culture: la communauté locale pense que les individus chauves sont riches", a poursuivi M. Dina, qualifiant le phénomène de "préoccupant". Ces homicides ont eu lieu à Milange, dans le centre du pays, à quelques kilomètres de la frontière avec le Malawi...
(TV5 06/06/17)
A Maputo, le plus long pont suspendu d'Afrique devrait être inauguré à la fin de l'année. Un ouvrage titanesque, construit et financé par la Chine, mais qui est loin de faire l'unanimité. Son coût : plus de 750 millions de dollars. Explications. Depuis quelques semaines, Maputo prend des airs de San Francisco. Dans la capitale mozambicaine, la construction du plus long pont suspendu d'Afrique est déjà bien avancée. L'inauguration est prévue pour la fin de l'année. L'ouvrage doit relier la rive nord de la ville, très dense, à Catembe, un village de pêcheurs encore peu développé.
(RFI 03/06/17)
Le Mozambique sera bientôt un pays producteur de gaz naturel liquéfié. Le groupe italien ENI a officiellement lancé, jeudi 1er juin, un grand projet gazier. Le gaz sera extrait en mer, à 50 km des côtes mozambicaines. Cette annonce qui était très attendue, marque le début de l’exploitation des immenses réserves de gaz découvertes dans le nord du pays, depuis 2010. Elles sont estimées à 5 000 milliards de mètres cubes. Les réserves découvertes devraient faire du Mozambique d’ici 2025 l’un principaux exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde, avec le Qatar et l’Australie. Dénommé Coral Sud, ce gisement gazier sous-marin a été découvert il y a cinq ans. Il contiendrait environ 400 milliards de mètres cubes de gaz. Néanmoins,...
(Agence Ecofin 03/06/17)
La compagnie minière Mustang Resources est en bonne voie pour stocker environ 200 000 carats de rubis à son projet Montepuez, au Mozambique, avant une vente aux enchères prévue pour octobre. En effet, elle a réussi à mettre en service son usine de traitement mise à niveau, ce qui devrait entrainer une augmentation progressive de la capacité de fonctionnement. Se basant sur ces progrès, la société a déclaré être confiante, quant à l’atteinte dans les prochaines semaines de son objectif de traitement de 1 500 tonnes/jour.
(Agence Ecofin 03/06/17)
En 2017, la production sucrière mozambicaine devrait s’établir à 340 000 tonnes, soit une augmentation de 16,4% par rapport à l’année dernière, a indiqué Jorge Manjate du Fonds du développement agraire (FDA) du ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. D’après les propos de M. Majante rapportés par Macauhub, la révision à la hausse tient aux bonnes pluies enregistrées tout au long de la campagne agricole 2016/2017 qui ont favorisé le développement des cultures, laissant ainsi présager une hausse des rendements. Cette situation contraste avec les mauvais résultats enregistrés l'année dernière (baisse de 11,2% de la récolte de canne à sucre et de 16% de la production sucrière), provoqués par une pluviométrie insuffisante qui a réduit l’approvisionnement en eau...
(AFP 02/06/17)
La compagnie italienne d'hydrocarbures ENI a officiellement lancé jeudi à Maputo son mégaprojet gazier dans le nord du Mozambique, un investissement de 8 milliards de dollars dont ce pays d'Afrique australe espère qu'il fera de lui un futur "Qatar africain". "Aujourd'hui est un grand jour, c'est le premier de nos projets gaziers au Mozambique, nous posons les jalons d'un grand avenir", a déclaré le PDG de la "major" transalpine, Claudio Descalzi, au cours d'une cérémonie organisée en grande pompe dans un luxueux hôtel de la capitale. ​"C'est le premier projet mais au vu des grandes réserves qui ont été identifiées, ce n'est qu'un apéritif", a-t-il ajouté.
(Le Monde 02/06/17)
D’immenses réserves de gaz ont été découvertes en 2010. Le premier set d’investissement pour une exploitation d’ici à 2022 s’élève à 8 milliards de dollars. C’est officiel : le Mozambique a franchi, jeudi 1er juin, l’étape fondamentale qui doit transformer ce pays pauvre en futur « Qatar africain ». Lors d’une cérémonie organisée dans l’hôtel le plus luxueux de la capitale Maputo, la major italienne ENI et ses partenaires ont signé les contrats officialisant le premier projet de production de gaz naturel liquéfié (GNL), depuis la découverte d’immenses réserves dans le nord du pays en 2010. « Les Mozambicains viennent de témoigner du lancement d’un projet structurant pour notre économie qui, de manière certaine, va bouleverser nos vies », s’est...
(Agence Ecofin 01/06/17)
Mardi, un porte-parole de la société italienne d’exploitation de ressources d’hydrocarbures Eni a confié à Reuters que la décision finale d’investissement concernant l’unité flottante de liquéfaction de gaz naturel du champ Coral Sud sera prise avant la fin de cette semaine. La décision était attendue par l’ensemble des parties prenantes depuis plusieurs mois. Une décision finale d’investissement avant la fin du troisième trimestre de cette année permettra de rendre effective le lancement de la production de gaz naturel liquéfié...
(Agence Ecofin 01/06/17)
La compagnie minière Savannah Resources a obtenu une participation de 20% dans le projet de sables minéraux lourds de Mutamba, au Mozambique. Elle a réalisé une étude de cadrage sur le projet (condition d’obtention de la participation), dans le cadre d’un précédent accord de partenariat conclu avec Rio Tinto. L’accord lui offre la possibilité d’acquérir jusqu’à 51% d’intérêts dans le projet, suite à la réalisation d’un certain nombre d’étapes successives. Selon les résultats de l’étude de cadrage, le projet aura une durée de vie de 30 ans, sur la base d’une ressource minérale de 451 millions de tonnes titrant 6% de total de minéraux lourds (THM). Il devrait entrer en production en 2020 et livrer annuellement 456 000 tonnes d’ilménite...
(AFP 30/05/17)
Au Mozambique, le gouvernement prévoit de lever 700 millions $ pour financer la construction du Corridor du Limpopo, une route qui reliera la province touristique mozambicaine d’Inhambane à l’Afrique du Sud. La réalisation de cet axe routier a pour enjeu stratégique de stimuler le tourisme et le commerce entre la nation arc-en-ciel et le Mozambique. D’après les propos du gouverneur d’Inhambane, Daniel Chapo, rapportés par l'Agence de Presse Africaine (APA), le Corridor du Limpopo partira du district de Vilanculos et traversera...
(Jeune Afrique 30/05/17)
La dessinatrice allemande Birgit Weyhe raconte avec subtilité le destin des Mozambicains envoyés en Allemagne de l’Est à l’époque du socialisme réel. En 1979, ils étaient quelque 20 000 Mozambicains à vivre en Allemagne de l’Est (République démocratique allemande, RDA), pays alors sous orbite soviétique. Les deux nations socialistes étaient des « pays frères », et ces émigrations étaient dues à des programmes gouvernementaux. En 1990, après la chute du mur de Berlin, les Mozambicains sont rentrés au pays, où ils sont devenus des « Madgermanes », mot composé autour du concept de « made in Germany ». C’est leur histoire, largement oubliée, tant en Allemagne qu’au Mozambique, que raconte en bande dessinée Birgit Weyhe, dessinatrice allemande qui vit aujourd’hui à...
(APA 29/05/17)
Le gouvernement mozambicain est à la recherche 700 millions de dollars pour financer la construction d'une route censée relier la région touristique d'IInhambane au sud du pays et d'Afrique du Sud voisine, a appris APA dimanche. Selon le gouverneur de la province d'Inhambane, Daniel Chapo, le projet, appelé « Le Corridor du Limpopo » est toujours en phase de négociation pour lever les fonds nécessaires à sa mise en œuvre. Chapo a ajouté que les négociations sont très avancées avec notamment des bailleurs...
(Agence Ecofin 26/05/17)
Sans surprise, le gouvernement mozambicain a manqué mardi 23 mai 2017 de régler des intérêts de 113 millions $, dus sur des obligations internationales d’un montant global de 726,5 millions $. C’est la deuxième fois cette année après le défaut de paiement de 60 millions $ concédé en janvier, que le pays n’honore pas ses engagements. Le marché n’a pas particulièrement réagi à cette nouvelle annonce, car le Mozambique a prévenu depuis octobre 2016, que la situation de sa dette ne lui permettait pas de régler ses intérêts en 2017. En avril 2016, le pays avait obtenu une restructuration d’une partie de sa dette internationale, en réajustant à la hausse les maturités et les intérêts. Par la suite, ses créanciers...
(France TV Info 23/05/17)
Ces gardes-forestiers ont saisi des bambous coupés illégalement. Le Mozambique lutte contre la déforestation sauvage. Il interdit la coupe du bois jusqu’en juin. Difficile de faire respecter cette décision. Nicolau Moises est directeur provincial de l’inspection forestière. « Nous n’avons pas assez de moyens, pas assez de personnel. Presque tous nos inspecteurs sont concentrés dans les villes. Nous ne pouvons pas les envoyer dans les zones de coupe où il y a le plus d’infractions », explique-t-il. Plusieurs bois précieux poussent au Mozambique. Certains ont déjà disparu.
(La Tribune 22/05/17)
La stabilité économique de l’Afrique de l’Est semble avoir convaincu Volvo Trucks de renforcer sa présence économique dans la région. La filiale camions du constructeur suédois vient en effet d’annoncer la mise en place d’une unité d’assemblage dans la ville kenyane de Mombasa. Une implantation qui rentre dans la cadre d’une association conclue entre la multinationale et NECST Motors, un concessionnaire kenyan qui prévoit également la mise en place de 20 ateliers dans la région. La filiale camions du constructeur automobile suédois Volvo, vient d'annoncer son intention de renforcer sa présence en Afrique de l'Est. Le premier objectif que s'est fixé le management de Volvo Trucks est d'augmenter sa part de marché au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie de...

Pages