| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(AFP 16/01/17)
Le Mozambique a annoncé lundi qu'il ne paierait pas mercredi, comme prévu, près de 60 millions de dollars d'intérêts d'un emprunt souverain, sur fond de crise économique et de gel de l'aide budgétaire internationale pour cause de dettes cachées. "Le ministère de l'Economie et des Finances du Mozambique souhaite informer les détenteurs des 726,5 millions de dollars de titres (...) émis par la République, que le paiement d'intérêts d'une valeur de 59,7 millions de dollars dus le 18 janvier ne sera pas honoré", indique un communiqué...
(APA 12/01/17)
APA-Maputo (Mozambique) - Une forte tempête a fait trois morts mercredi, détruisant 37 maisons dans la province de Nampula, a indiqué un responsable de l'agence de secours du pays. La déléguée provinciale de l'Institut national de gestion des catastrophes, Virginia Malawene, a indiqué à APA lors d'une interview jeudi, que deux des décès ont été enregistrés dans la ville portuaire de Nacala lorsque les victimes ont été emportées par les pluies torrentielles tandis que la troisième a été tuée par la foudre à Nihessiue Murrupula. Mme Malawene a déclaré qu’en plus de la destruction des maisons, la route d'accès au port de Nacala a été bloquée par les eaux de pluies. « Le mauvais temps a causé le déplacement d’au...
(RFI 06/01/17)
Au Mozambique, le leader de la Renamo, Afonso Dhlakama a annoncé mardi dernier, le 3 janvier, une trêve militaire de deux mois, jusqu’au 4 mars. C’est un nouvel espoir fragile pour les Mozambicains. Leur pays est le théâtre d’un conflit de basse intensité opposant le Frélimo au pouvoir et la Renamo, le principal parti d’opposition et ancienne rébellion de la guerre civile, qui revendique un meilleur partage du pouvoir. Son chef, Afonso Dhlakama, a trouvé refuge dans le maquis en octobre 2015 après des élections contestées, en déclarant qu’il prendrait le contrôle de 6 provinces sur les 11 que compte le Mozambique. Tout au long de l’année 2016, des affrontements sporadiques ont éclaté entre forces gouvernementales et branche armée de...
(BBC 04/01/17)
Le leader de l'opposition mozambicaine, Afonso Dhlakama, a annoncé mardi un cessez-le-feu de deux mois dans le conflit qui oppose la branche armée de son parti, la Renamo, et le gouvernement. Cette décision prolonge une trêve de sept jours annoncée le 27 décembre dernier. L'annonce inattendue de ce cessez-le-feu fait suite à une série de conversations téléphoniques entre Afonso Dhlakama et le président mozambicain Filipe Nyusi. Cela intervient au moment où les pourparlers de paix entre le gouvernement et la Renamo sont au point mort.
(AFP 03/01/17)
Le leader de l'opposition mozambicaine, Afonso Dhlakama, a annoncé mardi une trêve de deux mois dans le conflit qui oppose la branche armée de son parti, la Renamo, et le gouvernement et a fait plus de 20.000 déplacés et réfugiés. La Renamo a ainsi décidé de prolonger le cessez-le-feu d'une semaine annoncé le 27 décembre. "Il y a eu quelques petits incidents, mais la trêve de sept jours s'est bien passée, donc j'annonce le prolongement de la trêve pendant 60 jours, jusqu'au 4 mars", a déclaré mardi Afonso Dhlakama, lors d'une conférence de presse organisée...
(RFI 31/12/16)
Crédit Suisse et la banque russe VTB sont soupçonnés par le gendarme de la bourse américain d'avoir aidé le Mozambique à dissimuler le montant réel de sa dette. Les banques Crédit Suisse et VTB Group sont dans le collimateur des Etats-Unis. La Securities and exchange commission (SEC), le gendarme de la bourse américain, a ouvert une enquête sur la dette cachée du Mozambique. En 2013, Maputo a lancé un emprunt obligataire de près de 1,5 milliard de dollars afin d'acheter des bateaux de pêche et de surveillance des côtes. Le Wall Street Journal...
(AFP 30/12/16)
Les Etats-Unis ont ouvert une enquête sur une transaction financière au Mozambique ayant servi à acheter des armes et impliquant trois grandes banques dont Credit Suisse et BNP Paribas, a indiqué jeudi à l'AFP une source proche du dossier. La SEC, le gendarme de la Bourse américain, s'intéresse à un emprunt obligataire de 850 millions de dollars arrangé en 2013 par Credit Suisse et la banque russe VTB Group pour le compte d'une entreprise publique mozambicaine, a précisé la source sous couvert d'anonymat. BNP Paribas n'a pour sa part distribué que les titres de créance aux investisseurs, pour la plupart des fonds d'investissements américains, a ajouté la source. Cet argent devait servir initialement à acheter 30 embarcations de pêche et...
(Le Monde 30/12/16)
Pas ou mal relogées, sans emploi et malades, les communautés vivent le développement économique comme une malédiction « Le jour où l’entreprise est arrivée dans le district de Chirodzi, on nous a dit : “On va vous reloger avant de commencer l’extraction du charbon” », expose Bernardo Joia, chemise à carreau et béret sur la tête. C’était en 2008. « Mais depuis trois ans qu’ils tirent du charbon, nous sommes toujours là. Et nous, tout ce qu’on a reçu, c’est de la poussière et des maladies. » Dans la province de Tete, à l’ouest du Mozambique, l’exploitation de la houille a transformé l’une des plus pauvres régions d’Afrique. Son sol renfermerait près de 23 milliards de tonnes de la roche...
(APA 30/12/16)
APA - Maputo (Mozambique) - La Chine a annoncé que ses échanges commerciaux avec la communauté des pays de langue portugaise (CPLP) ont atteint dix milliards de dollars au cours des dix derniers mois, dont 1,5 milliard de dollars avec le Mozambique, a –t-on appris jeudi à Maputo. Des données publiées par les autorités chinoises et dont APA a pu obtenir copie indiquent que de janvier à octobre, la Chine a exporté des marchandises d’une valeur de 23,769 milliards de dollars, soit 23,64% vers les huit pays de langue portugaise et a importé des marchandises d’une valeur de 51,721 millions, soit 2,50%, représentant un déficit commercial de 27,952 milliards de dollars. Le Brésil a exporté des marchandises d’une valeur de...
(AFP 29/12/16)
Sous une pluie battante, à l'abri dans une tente d'un camp de déplacés, Titus Albaosui témoigne du conflit oublié au Mozambique qui a généré la fuite de milliers de civils terrifiés. "Là-bas, c'est la guerre. Tous les soirs après 17H00, il fallait aller dormir dans la forêt". Ce fermier de 24 ans s'est résolu à quitter son village, à 130 km de là, après l'assassinat de son oncle par des hommes armés, en laissant quasiment tout derrière lui: "Si tu prends des choses, on te demande où tu vas", explique-t-il. Titus a trouvé refuge depuis mi-décembre...
(Le Monde 28/12/16)
Au cours des derniers mois, 15 000 civils ont fui les combats entre l’armée et les guérilleros de la Renamo, le parti d’opposition. « Là-bas, c’est la guerre. Les bandits armés ne font que tirer, ils ont brûlé nos maisons, nous n’avions nulle part où aller. » Comme la plupart de ses congénères du camp de Vanduzi, dans le centre du Mozambique, Henriqueta reste évasive sur les circonstances qui l’ont poussé à s’y réfugier avec son fils de 4 ans. Cette veuve d’une trentaine d’années fait partie des 15 000 déplacés qui ont fui ces derniers mois les combats entre les troupes gouvernementales et la Renamo, le principal parti d’opposition, qui a repris les armes en 2013. A Vanduzi, 130...
(RFI 28/12/16)
Ce mercredi 28 décembre, on se rend au Mozambique, dans le quartier populaire de Mafalala, le plus ancien quartier noir de Maputo, et berceau de la lutte indépendantiste. Les deux premiers présidents du Mozambique indépendant, Samora Machel et Joaqim Chissano, ont vécu à Mafalala. Des écrivains, des compositeurs se sont croisé dans ce quartier, qui a vu naître Eusébio, le joueur de foot légendaire. Liza Fabbian a rencontré les habitants de Mafalala, avec l’association Iverca, qui œuvre à préserver l’identité culturelle du quartier.
(RFI 23/12/16)
Au Cambodge, les autorités ont découvert jeudi 22 décembre une tonne et demie d’ivoire et autres pièces d’animaux protégés à Phnom Penh dans un navire en provenance du Mozambique. Une nouvelle qui met en lumière le rôle de plaque tournante du Cambodge dans ce trafic à destination notamment de la Chine. La multiplication des saisies dans le port de Hong-Kong ces dernières années a probablement inquiété les trafiquants. Et pour cause : c’est désormais par l’Asie du Sud-Est et notamment le Cambodge que passe la route de l’ivoire africain.
(Le Monde 15/12/16)
Considérée comme l’une des femmes les plus riches d’Afrique, la femme d’affaires de 36 ans est morte lors d’une dispute conjugale de quatre balles à l’abdomen. La femme d’affaires et fille de l’ancien président mozambicain Valentina Guebuza a été tuée par balles, mercredi 14 décembre au soir, au cours d’une dispute avec son mari à son domicile. Atteinte de quatre balles à l’abdomen, la victime est morte lors de son transfert à l’hôpital, d’après la police mozambicaine.
(Jeune Afrique 15/12/16)
Comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire internationale avait suspendu en avril 2016 son aide financière au Mozambique, après la découverte d'1,4 milliard de dettes absentes des statistiques officielles. Dans un communiqué publié mardi 13 décembre dans la foulée de discussions avec le gouvernement du pays, le Fonds a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour 2016 pour le Mozambique, de 3,7% en septembre à 3,4% – loin des 6,6% de 2015. Le FMI a également conditionné le retour de son aide financière au pays à la mise en place d’une politique d’ajustement fiscal.
(Agence Ecofin 14/12/16)
Le Fonds Monétaire International a salué les efforts du Mozambique, en vue d’apporter de la transparence sur sa dette souveraine. « La mission s'est félicitée de la sélection d'une société internationale chargée de procéder à l'audit indépendant en cours d'EMATUM, Proindicus et Mozambique Asset Management », fait savoir le fonds dans le communiqué publié au terme de sa visite de travail. L'institution de Bretton Woods conseille « fermement » au gouvernement de suivre les conclusions de l'audit et de procéder à la mise en place de réformes visant à s'y conformer. Dans ces conditions, elle a repoussé au premier semestre...
(Agence Ecofin 10/12/16)
Depuis le 1er décembre 2016, l’Institut national des communications du Mozambique (INCM) a procédé au blocage de 5 millions de cartes SIM non identifiées. Le régulateur télécoms a également mis en garde les opérateurs Mcel, Vodacom et Movitel contre tout accès d’abonnés non identifiés à leur réseau. La sanction de l’INCM contre les consommateurs hors-la-loi est intervenue en représailles à leur refus de se conformer à la loi bien qu’un délai supplémentaire leur ait été accordé...
(AFP 09/12/16)
La grande banque Credit Suisse est soupçonnée d'avoir octroyé des crédits d'un montant total d'un milliard de dollars au Mozambique, l'un des pays les plus pauvres de la planète, qui auraient été utilisés pour des achats d'armes, selon une lettre ouverte publié jeudi par l'organisation suisse Contrepoint. Cette association, composés de chercheurs et d'enseignants du supérieur, demande à la banque de s'expliquer sur ces opérations, qui affectent selon elle "la solvabilité de l'un des pays les plus pauvres du monde". Interrogée, la banque n'a pas répondu dans l'immédiat à cette publication. Le scandale des dettes cachées a éclaté en avril dernier, lorsque la presse du Mozambique a révélé l'existence, dans les comptes du pays, de discrets emprunts contractés depuis 2013...
(AFP 07/12/16)
Le gouvernement du Mozambique a délibérément violé la loi en se portant garant d'emprunts d'entreprises publiques pour plus de 2 milliards de dollars dans le cadre du scandale dit des dettes cachées, a conclu une commission d'enquête parlementaire. "Le gouvernement (...) n'a pas sollicité l'autorisation de l'Assemblée de la République (...), ce qui constitue une violation de la Constitution et des lois budgétaires", indique le rapport de la commission, dont l'AFP a obtenu mercredi une copie. Les conclusions du rapport doivent être rendues publiques vendredi...
(Agence Ecofin 07/12/16)
Au Mozambique, les exportations de noix de cajou durant la campagne 2016/2017 pourraient rapporter 33 millions $ grâce à la taxe à l’exportation sur les noix de cajou brutes, appliquée par le gouvernement mozambicain. C’est ce qu’indique Mohammed Yunus Abdul Gaffar, président de l’Association des industriels de l’anacarde (Aicaju). Plus précisément, cette recette fiscale sera obtenue par le biais d’une taxe de 300 $ par tonne de noix de cajou exportée. M. Yunus estime, à cet effet, les exportations de noix de cajou, au terme de la campagne 2016/2017, à 110 000 tonnes, sur une production de 150 000 tonnes. Par ailleurs, le responsable explique que les 40 000 tonnes de noix de cajou qui resteront, après exportation, seront destinées...

Pages