| Africatime
Dimanche 01 Février 2015
(Xinhua 31/01/15)
Vendredi, l'organisme mozambicain en charge de la gestion des catastrophes a déclaré que le bilan des victimes des inondations frappant le centre et le nord du Mozambique est passé de 117 à 157 morts. La porte-parole de l'Institut national de gestion des catastrophes (INGC), Rita Almeida, a déclaré lors d'une conférence de presse à Maputo que la province centrale du Zambèze a enregistré le plus grand nombre de victimes avec 135 morts. "Beaucoup de gens sont portés disparus. Et nous ne pouvons pas dire aux autorités qu'elles sont mortes car nous ne pouvons pas le confirmer", a-t-elle ajouté. Une dizaine de personnes sont mortes dans la province de Niassa, dans le nord du pays. Les...
(Le Monde 30/01/15)
Déjà connus pour leur capacité à désamorcer les mines, des rats géants sont désormais dressés pour détecter la tuberculose. Cette technique est utilisée au Mozambique depuis 2013, après avoir été introduite en Tanzanie par une ONG belge. Une méthode moins chère et surtout plus efficace que les tests de dépistage traditionnels. Les premières expériences avec des rats géants – des cricétomes des savanes – ont été menées en Tanzanie en 2002, impulsées par l’ONG belge Apopo, avant d’être réalisées à plus grande échelle cinq ans plus tard. En janvier 2013, la technique est exportée à Maputo, la capitale du Mozambique, où l’ONG ouvre un laboratoire de recherche au sein de l’école vétérinaire de l’Université Eduardo Mondlane. Grâce à leur excellent...
(AFP 27/01/15)
Les inondations qui ont ravagé le centre et le nord du Mozambique la semaine dernière ont fait 117 morts et plus de 157.000 sinistrés, selon un nouveau bilan officiel communiqué lundi par l'Institut national de gestion des catastrophes naturelles (INGC). Le précédent bilan mercredi dernier faisait état de 84 morts et près de 140.000 sinistrés dans ce pays pauvre d'Afrique australe. Les victimes ont été "noyées, touchées par la foudre, ou coincées sous des constructions détruites par les inondations", a...
(Xinhua 27/01/15)
Les délégations du gouvernement mozambicain et de la Renamo, ex-mouvement rebelle, n'ont pu parvenir à aucun consensus lundi sur la question de l'intégration des combattants de la Renamo dans l'armée et dans la police, à l'issue de leur 91ème round de discussions à Maputo. Ce dialogue se poursuit depuis avril 2013. Ces discussions visent à résoudre toutes les doléances de l'ex-mouvement rebelle afin de ramener la paix dans le pays. Le chef de la délégation de la Renamo à ce...
(AFP 26/01/15)
Femmes et enfants prennent d'assaut un camion qui arrive le 14 octobre 2014 à la décharge à ciel ouvert d'Hulene, au coeur de Maputo, la capitale du Mozambique. Jason sourit de toutes ses dents. Il vient de trouver un mille-feuille tout crémeux encore emballé parmi les détritus, dans un camion poubelle qui alimente la décharge à ciel ouvert d'Hulene, au coeur de Maputo, la capitale du Mozambique. Grande comme 17 terrains de football et haute de trois étages, cette montagne...
(Le Monde 24/01/15)
« Intègre », « indépendant », « efficace » : Pedro Couto, le nouveau ministre mozambicain de l’Énergie et des Ressources minérales, nommé ce week-end par le président Filipe Nyusi, semble faire l’unanimité. Cette nomination est clé et particulièrement stratégique au sein de ce nouveau gouvernement « plus resserré et plus technique », comme l’a précisé le président dans son discours d’inauguration le 15 janvier. Car Pedro Couto se doit de rassurer des investisseurs qui retiennent leur souffle depuis que le Mozambique est entré en septembre dernier en campagne électorale. Avec des réserves...
(AFP 21/01/15)
Les inondations qui ravagent le centre et le nord du Mozambique ont fait 84 morts et près de 140.000 sinistrés, alors que l'acheminement de l'aide est compliquée dans certaines zones dont l'accès a été rendu difficile, a indiqué mercredi un représentant de l'ONU au Mozambique. "D'après les chiffres officiels, 84 personnes sont mortes et 137.814 ont été affectées", a déclaré à l'AFP Pasquale Capizzi, le porte-parole de l'Equipe humanitaire pays (EHP) de l'ONU pour le Mozambique Quelque 50.000 personnes sont toujours logées dans 43 centres d'hébergement d'urgence, a-t-il ajouté. D'après des chiffres de l'Institut national de gestion des catastrophes naturelles (INGC) rapportés par l'Agence d'information du Mozambique (AIM), plus de...
(AFP 20/01/15)
Désertée l'année dernière par les vacanciers étrangers qui craignaient une guerre civile, la plage de rêve de Tofo grouille à nouveau de monde alors que s'achève la haute saison estivale. Au soulagement des professionnels du tourisme du Mozambique, qui préfèrent cependant ne pas crier victoire trop tôt. "Les touristes reviennent, même s'il y a moins de gens qu'avant", constate Jorge José Oliveira, un vendeur d'artisanat posté depuis 2008 à l'entrée du marché de cette petite station balnéaire, haut-lieu de la...
(AFP 19/01/15)
Les inondations qui affectent plusieurs provinces du Mozambique ont fait au moins 71 morts et environ 80.000 sinistrés, selon un bilan encore provisoire communiqué lundi par l'Institut national de gestion des catastrophes naturelles (INGC). "D'après les données recueillies jusqu'à hier (dimanche) soir, le bilan provisoire des inondations est passé à 71 victimes depuis le 12 janvier, dont 49 pour la seule province de Zambézie" (centre), a déclaré à l'AFP Rita Almeida, porte-parole de l'INGC. Onze morts ont été recensés dans...
(AFP 16/01/15)
Dix-huit enfants portés disparus dans les inondations au Mozambique et que l'on croyait noyés par la brusque montée des eaux du fleuve Licungo (centre), ont été retrouvés sains et saufs après avoir survécu trois jours sur un îlot surélevé en mangeant des mangues, ont indiqué vendredi les autorités. "Les enfants ont été récupérés sains et saufs hier, par un hélicoptère du gouvernement", a déclaré à l'AFP Teresa Mauaio, l’administratrice du district de Mocuba. "Ils ont été surpris par la montée...
(RFI 16/01/15)
Au Mozambique, Filipe Nyusi, élu président en octobre dernier, a prêté serment ce jeudi 15 janvier au cours d'une cérémonie place de l'Indépendance à Maputo. Son principal opposant, Afonso Dhlakama, a boycotté la cérémonie. Il ne reconnaît pas le résultat des élections et menace de faire sécession. Le nouveau président va avoir la lourde tâche de consolider la paix avec la Renamo, principale force d'opposition, exclue du pouvoir depuis quarante ans. Menace réelle ou rhétorique ? Le week-end dernier, Afonso Dhlakama a menacé de former une république sécessionniste comprenant le nord et le centre du...
(AFP 15/01/15)
Le nouveau président mozambicain Filipe Nyusi intronisé jeudi aura la lourde tâche de consolider la paix avec la Renamo, principale force d'opposition exclue du pouvoir depuis quarante ans, condition première pour rassurer les investisseurs et répondre aux attentes sociales de ses concitoyens. M. Nyusi, 55 ans, choisi il y a un an par le Frelimo pour succéder au sortant Armando Guebuza au pouvoir depuis dix ans, a prêté serment à Maputo, en présence de chefs d'Etat voisins, Afrique du Sud...
(AFP 15/01/15)
Filipe Nyusi, élu président du Mozambique en octobre sous les couleurs du Frelimo (Front de libération du Mozambique) au pouvoir depuis l'indépendance en 1975, a été intronisé jeudi au cours d’une cérémonie célébrée sur la Place de l'Indépendance à Maputo. Son principal opposant Afonso Dhlakama, le chef de la Renamo (Resistance nationale mozambicaine), qui ne reconnaît pas le résultat des élections, a boycotté la cérémonie. "Cette prise de pouvoir est illégale", avait-il déclaré mercredi dans un meeting à Chimoio (centre), d’après l’agence Lusa. Filipe Nyusi a prêté serment sur la Constitution du Mozambique, avant d'échanger symboliquement son siège avec le président sortant Armando Guebuza.
(APA 15/01/15)
Le nouveau président mozambicain, Filipe Nyusi, a prêté serment jeudi en promettant d'assouplir les textes juridiques en vue d’attirer davantage les investissements étrangers. Agé de 55 ans, Nyusi, ingénieur de formation qui a servi son pays pendant de nombreuses années en tant que directeur des chemins de fer, remplace Armando Guebuza à la tête de la nation mozambicaine après que ce dernier a épuisé ses deux mandats de cinq ans comme l'exige la Constitution du pays. « Je suppose qu'avec...
(AFP 14/01/15)
Le bilan provisoire des inondations au Malawi est monté mardi à 48 morts et le président Peter Mutharika a lancé un appel à l'aide humanitaire internationale, parlant de "tragédie nationale", selon un communiqué. "Depuis le début des inondations, 13.999 ménages sont affectés et 69.995 sans abri, 48 personnes ont perdu la vie dans cette tragédie nationale", a déclaré M. Mutharika, dans ce communiqué diffusé mardi soir et parvenu à l'AFP mercredi.
(Le Monde 13/01/15)
Soixante-neuf personnes sont mortes ce week-end à Chitima, dans l’ouest du Mozambique, après avoir bu une bière de fabrication artisanale vraisemblablement empoisonnée. Les autorités craignaient ce lundi de nouvelles victimes parmi les trente-cinq personnes sous surveillance médicale. De retour d’un enterrement, les personnes intoxiquées auraient consommé ce qu’on appelle localement la « phombe », une boisson alcoolisée préparée à partir de son de mil et de sucre. Dès samedi matin à l’aube, sept personnes arrivées au centre de santé du district ont été déclarées mortes. « Nous nous préparions à chercher la cause de la mort, quand d’autres personnes sont arrivées en masse avec des diarrhées et de fortes douleurs musculaires, raconte Paula...
(Le Monde 13/01/15)
Au moins 69 personnes sont mortes depuis samedi 10 janvier dans l'ouest du pays après avoir bu une bière de fabrication artisanale vraisemblablement empoisonnée. Alors que le ministre de la santé mozambicain s'est rendu au chevet des victimes lundi 12 janvier, le gouvernement a décrété trois jours de deuil national face à l'ampleur de la tragédie. Des échantillons de la boisson incriminée, mais aussi de sang, d'urine et de liquides gastriques des victimes ont été envoyés à l'hôpital central de Maputo pour être analysés.
(AFP 12/01/15)
Soixante-neuf personnes sont mortes depuis samedi à Chitima, au nord-ouest du Mozambique, intoxiquées après avoir bu une bière traditionnelle, a rapporté lundi Radio Moçambique, alors que les autorités craignent de nouvelles victimes parmi les 35 autres personnes qui restent sous surveillance. Les victimes revenaient d'un enterrement, vendredi, lorsqu'elle ont bu la boisson incriminée, une bière artisanale fabriquée à partir de son de mil ou de sorgho. Parmi les victimes figurent la femme qui a brassé cette bière traditionnelle appelée "phombe", ainsi que plusieurs membres de sa famille, ce qui rend difficile de connaître sa composition exacte...
(AFP 12/01/15)
La Renamo, principal parti d'opposition mozambicain, a boycotté lundi l'investiture du nouveau parlement issu des élections alors que son leader Afonso Dhlkama, conteste les résultats et menace de créer une république autonome dans le centre et le nord du pays. La cérémonie s'est déroulée en présence de 159 députés sur 250 mais la totalité des 89 élus Renamo étaient absents, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. La semaine dernière, Afonso Dhlakama avait appelé au boycott de la nouvelle assemblée, réclamant la mise en place d’un gouvernement d’union nationale suite aux élections présidentielle et...
(BBC News Africa 12/01/15)
Le nombre de personnes tuées après avoir consommé une bière de fabrication artisanale est passé de 50 à 69, ont indiqué lundi les autorités locales du Mozambique dans un nouveau bilan. Les autorités ont ajouté dans une déclaration à la radio que près de 40 autres victimes ont été admises samedi à l'hôpital dans le district de Chitima dans l’ouest du pays, près de la frontière avec le Malawi. Le breuvage, mieux connu localement sous le nom de Phombe, est...

Pages