| Africatime
Lundi 22 Décembre 2014
(RFI 20/12/14)
Le président Armando Gueubuza a promulgué jeudi soir une loi de révision du Code pénal qui lève certaines interdictions concernant l'avortement, considéré jusqu'alors comme un crime. Cette dépénalisation de l'avortement sous certaines conditions est une étape essentielle vers la possibilité pour les femmes mozambicaines de mettre fin volontairement à des grossesses non désirées. Le Mozambique devient ainsi le quatrième pays d'Afrique à dépénaliser l'avortement avec l'Afrique du Sud, la Tunisie et le Cap-Vert. Tour d’horizon. La plupart des pays africains ont hérité des lois coloniales très restrictives en matière d'interdiction de l'avortement. Ainsi, chaque année, 4 à 5 millions...
(Le Point 20/12/14)
Au Mozambique, les femmes pourront désormais mettre fin volontairement à des grossesses non désirées, mais sous certaines conditions. Cette réforme, passée presque inaperçue dans les médias locaux, est néanmoins saluée par les ONG qui poursuivent un lobbying intense depuis une dizaine d'années sur la question: " C'est une étape fondamentale, mais nous avons encore de nombreux défis devant nous en termes de mise en place d'une législation qui soit la plus ouverte possible ", a commenté Estrella Alcalde, directrice de projet pour l'organisation Pathfinder. Le consentement écrit de la mère D'après le nouveau code pénal, les interruptions volontaires de grossesses devront être assurées, sous certaines conditions, par des médecins habilités, dans des établissements de santés officiellement reconnus. L'interruption de grossesse...
(AFP 19/12/14)
Le Mozambique a dépénalisé l’avortement sous certaines conditions dans le cadre d’une réforme de son code pénal, une étape essentielle vers la possibilité pour les femmes mozambicaines de mettre fin volontairement à des grossesses non désirées. A quelques semaines de la fin de son mandat, le Président mozambicain Armando Gueubuza a promulgué jeudi soir une loi de révision du code pénal, qui lève certaines interdictions concernant l’avortement, considéré jusqu’alors comme un crime. Cette réforme, passée presque inaperçue dans les médias locaux, est néanmoins saluée par les ONG qui poursuivent un lobbying intense depuis une dizaine d’années sur la question...
(Agence Ecofin 19/12/14)
Le Mozambique vient de créer, par un décret-loi rendu public le 17 décembre, un régime spécial pour faciliter l'exploitation des réserves de gaz naturel du bassin Rovuma sur lequel parient bien de grandes compagnies pétro-gazières dont l’italienne Eni et l’américaine Anadarko, apprend-on de l’AFP. « Ce décret-loi vise à faciliter la mise en place des projets d'implantation d'usines de production de gaz naturel liquéfié (GNL), d'où sera exporté le gaz mozambicain », a commenté Fatima Mimbire, une analyste du Centre pour l'intégrité publique à Maputo, rapporte AFP. Elle souligne que des révisions limitées du niveau de taxation pourront être étudiées par intervalles de dix...
(AFP 18/12/14)
Le président du Mozambique Armando Guebuza a promulgué mercredi une loi instituant un statut spécial pour le chef de l'opposition, refusé par l'opposant Afonso Dhlakama, qui conteste les résultats des dernières élections. Inspirée du système politique britannique, cette nouvelle loi garantit au leader de l'opposition certains privilèges - immunité, cabinet de travail, résidence officielle, passeport diplomatique, moyens de transports de l’Etat - et le droit de fixer sa propre rémunération. Adopté au Parlement par une majorité de députés Frelimo (majorité) et Renamo (principal parti de l'opposition) le 3 décembre...
(Agence Ecofin 12/12/14)
Baobab Resources plc obtiendra un appui financier de son actionnaire majoritaire African Mineral Exploration and Development Fund (AMED) pour la mise en valeur du projet du minerai de fer DSO de Monte Muande situé à 25km au nord-ouest de la province Tete, rapporte Proactive Investors. La compagnie minière a conclu, apprend-on, un accord de prêt avec Topaz, filiale de ce fonds intervenant dans des projets de classe mondiale, pour un financement initial de 200 000 $ outre un prêt convertible...
(Jeune Afrique 11/12/14)
Le groupe brésilien Vale a cédé une participation dans son projet minier de Moatize au Mozambique à Mitsui & Co. La société japonaise de négoce va investir près d'un milliard de dollars pour l'acquisition de parts dans la mine de charbon et le développement du chemin de fer la reliant au port de Nacala. Vale a décroché un partenaire de poids pour son projet minier de Moatize, au Mozambique. Le groupe brésilien a annoncé le 09 décembre avoir cédé au...
(Le Point 10/12/14)
À Lima, au Pérou, ce 1er décembre, la Société civile du Nigeria a fait entendre la voix de l'Afrique à la Convention sur le changement climatique. À la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), la Conférence des parties (COP) au protocole de Kyoto se retrouve pour sa dixième session pendant deux semaines et ambitionne d'asseoir un texte facilitant un accord contraignant à Paris en 2015. Créé en 2008, lors de la COP 14 à Poznan, le Réseau panafricain pour la justice climatique (PACJA) comme son nom l'indique oeuvre pour l'équité face au dérèglement météorologique.
(Financial Afrik 09/12/14)
Le fonds Atlas Mara, en accord avec le conseil d’administration de BancABC, a nommé une nouvelle équipe managériale sous la houlette de Simbarshe Ronald Pfende, nouveau CEO. Quatre mois après la prise de contrôle de la banque mozambicaine BancABC, le fonds Atlas Mara place ses pions. Doug T Munatsi, directeur général, Beki Moyo, directeur financier et Francis M. Dzanya, directeur des opérations, vont quitter la banque à la fin de l’année. Epaulé par l’équipe Atlas Mara, le nouveau CEO devra...
(PANA 09/12/14)
Bien que fortement représentée par les délégations des différents pays, des membres de la Société civile et le Groupe des négociateurs africains (AGN), le continent africain sera célébré mercredi à la vingtième conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP20), démarrée depuis lundi à Lima, au Pérou. La journée de mercredi, deux jours avant la fin des travaux, sera dédiée au continent africain qui en profitera pour s’exprimer une fois encore sur ses priorités après les avoir déjà énoncées au sein des différents groupes de travail. Organisée par le programme 'ClimDev-Afrique', une initiative de l’Union africaine, de la Commission économique des Nations unies pour...
(Xinhua 08/12/14)
Les relations et la coopération sino-africaines ont connu un développement vigoureux depuis que les deux côtés ont élaboré conjointement en 2012 un plan de trois ans pour la coopération dans tous les domaines, a indiqué un officiel chinois lundi. Lin Songtian, secrétaire général du Comité de suivi chinois du Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC), a fait ces remarques à la veille de la 10e réunion des hauts fonctionnaires du Forum. Avec des efforts concertés, les échanges et la coopération...
(Agence Ecofin 06/12/14)
Manuel Ferreira de Oliveira, CEO de Galp Energia, a estimé à plus de 100 milliards $ les investissements nécessaires à l’exploitation des réserves de gaz naturel du bassin sédimentaire de Rovuma, dans une confidence faite au site Macauhub à Maputo. Il explique, d’après cette source, que la construction d’une unité de liquéfaction de gaz naturel coûterait environ 8 milliards $ et que, sur la base des réserves de gaz découvertes à ce jour dans ce bassin, les coûts, pour près...
(Financial Afrik 06/12/14)
Les banques centrales islamiques réunies (2200 tonnes d or) ne détiennent pas plus d’or qu’un simple pays européen comme la France ( 2435 T), l’Allemagne ( 3384 T) ou l’Italie ( 2450 T). De même que l’Afrique devrait arrêter de se vider de son Or. L’or africain n’appartient ni aux multinationales ni au gouvernement, mais aux enfants africains. Il appartient aux générations à venir. La solution existe : créer une commission pour la préservation de l’or africain. Il ne doit plus être vendu mais déposé à Dubai pour être utilisé en collatéral.Ne pas compter sur les gouvernements actuels. L’avenir de l’Afrique passe par la presse et les réseaux sociaux. Mobiliser la jeunesse africaine à se regrouper pour préserver les ressources minières qui représentent le sang du continent. C’est un comble qu’aucun pays africain ne constitue un stock d’or quelque part. La véritable décolonisation de l’Afrique passe par la réappropriation de ses richesses minières. Est ce utopique ?Non, internet a prouvé qu’on peut changer ce qui peut sembler impossible au premier abord. L’Afrique n’a pas besoin d’argent. Elle a juste besoin que ses enfants se réveillent, se donnent la main et décident de protéger le sacré.
(Xinhua 05/12/14)
L'Assemblée de la République du Mozambique (Parlement) a approuvé mercredi le statut spécial pour le chef de la Renamo (opposition) Afonso Dhlakama, le deuxième meilleur candidat lors des élections générales d'octobre. Il est rapporté que l'idée d'accorder un statut spécial au chef de l'opposition a été proposée par le président Armando Guebuza. Mardi, après un débat par les députés, la Renamo, ancien mouvement rebelle, et le Mouvement démocratique du Mozambique (MDM) , troisième force dans le Parlement, le président du...
(Agence Ecofin 04/12/14)
Le président Armando Emilio Guebuza du Mozambique, dont le pays est devenu un carrefour de projets pétro-gaziers d’envergure, est désormais situé sur la mise en valeur du projet de gaz naturel liquéfié (GNL) de la zone 4, bloc offshore sur le bassin Rovuma. Le groupe italien ENI, opérateur du projet, a annoncé, le 3 décembre, la visite à Rome du chef de l’Etat mozambicain qui a été informé par Claudio Descalzi, CEO du groupe, de l’évolution de ce projet devant...
(Agence Ecofin 04/12/14)
L’économiste français Nicolas Baverez a estimé, dans un entretien publié le 2 décembre par l’hebdomadaire économique Challenges, que l’Afrique est «à la veille de ses Trente Glorieuses», tout en invitant la France à saisir «l'opportunité historique» que représente le continent. «Aujourd'hui, il y a une formidable demande dans ce continent qui est à la veille de ses Trente Glorieuses mais si on ne fait pas l'effort d'aller vers lui, d'investir, d'autres iront à notre place», a-t-il déclaré. L’expression les Trente...
(Agence Ecofin 03/12/14)
Moza Banco, une des principales banques commerciales du Mozambique, a signé deux contrats qui lui permettront de sécuriser un montant global de 8,6 millions $, pour accorder des financements aux petites et moyennes entreprises de ce pays qui affichent des taux de croissance supérieurs à 7%, à la faveur de récentes découvertes du pétrole et du gaz. Un des accords est celui signé avec le Fonds Africain de Garantie, qui porte sur 2,5 millions $. Les fonds serviront de garantie pour les prêts aux PME respectant les conditions d'éligibilité, mais aussi, la facilité...
(Agence Ecofin 03/12/14)
Le producteur de sucre sud-africain Illovo Sugar veut réduire ses exportations en direction de l’Union européenne. La compagnie qui exporte annuellement 30% de sa production, soit 420 000 tonnes de sucre vers le vieux continent vise désormais 150 000 tonnes par an. Principale raison de cette décision, la législation sucrière européenne qui entrera en vigueur en 2017. En effet, Bruxelles entend mettre un terme aux quotas imposés aux producteurs de sucre européens sur les volumes qu’ils peuvent commercialiser. Cette option rendra la compétition sur ce marché plus difficile pour des acteurs comme Illovo. Déjà le producteur se...
(Agence Ecofin 02/12/14)
Triton Minerals Ltd jubile de l’interception, à la lumière des derniers tests métallurgiques et de forage dans le prospect Nicanda Hill du projet de graphite et de vanadium Balama North, des zones minéralisées à plus de 20% de carbone graphitique total. « Cela consolide la compréhension des différentes catégories de ressources de graphite sur ce gisement », a expliqué le 28 novembre Brad Boyle, Dg de la compagnie minière qui a déjà identifié à Nicanda Hill une minéralisation longue de...
(Jeune Afrique 02/12/14)
Tony Elumelu, l'une des premières fortunes du Nigeria et promoteur de l'Africapitalisme, a annoncé le 1er décembre à Lagos le lancement d'un programme sur dix ans afin de former, financer et accompagner "la nouvelle génération d'entrepreneurs" dans les 54 pays du continent. Tony Elumelu joint les actes à la parole. Au siège de son holding d'investissement Heirs Holdings, à Lagos, l'homme d'affaires nigérian promoteur de l'Africapitalisme a annoncé le 1er decembre le lancement du "Tony Elumelu Foundation Entrepreneurship Program (TEEP)". Ce programme pluri-annuel permettra de consacrer 100 millions de dollars pour former, financer et accompagner "10 000 startups et jeunes entreprises de toute...

Pages