Vendredi 24 Novembre 2017

Samito, le Montréalais de Maputo au métissage musical assumé

Samito, le Montréalais de Maputo au métissage musical assumé
(RFI 18/08/17)
Samito au Festivel d'été Québec 2017.

L’auteur-compositeur montréalais Samito est récemment retourné présenter des spectacles au Mozambique, son pays d’origine, avant de livrer une performance remarquée au Festival d’été de Québec (FÉQ). Rencontre avec un créateur donc la musique audacieuse possède un impressionnant pouvoir rassembleur.

"Comme c’était la première fois que je rejouais au Mozambique depuis que je suis parti, c’était un événement énorme pour moi!", raconte avec émotion le musicien qui a élu domicile au Québec en 2005. "J’y ai présenté le même show qu’ici, mais en ajoutant quelques chansons très personnelles sur l’immigration, le chemin parcouru."

Tant en Afrique qu’au Québec, Samito est ravi de l’accueil réservé aux chansons de son album homonyme, paru l’an dernier. Une musique que le guitariste, claviériste et chanteur qualifie lui-même d’"expérimentale", et qui marie des sonorités africaines modernes à des grooves électroniques accrocheurs.

Nous avons rencontré l’artiste lors du Festival d’été de Québec, après une tournée des festivals qui l’a mené jusqu’à Petite-Vallée (en Gaspésie). "On a beaucoup aimé jouer au Festival d’été, où on avait très hâte d’y être invités!", raconte celui dont le concert extérieur à la Place d’Youville est parvenu à faire danser des festivaliers de toutes les générations.

"Je ne fais pas exprès pour joindre de nombreux groupes d’âge, mais je le remarque et c’est fascinant! J’ai travaillé ma musique pendant longtemps et je voulais que ce soit à la fois très nouveau et familier, d’une certaine façon. Voir que des jeunes et des gens plus vieux réagissent est une grande réussite pour moi. Je veux que ma musique soit accessible, que ça rejoigne le plus de monde possible."

Une plateforme d’échanges Québec/Mozambique

Comme certains autres artistes d’origine africaine qui font leur marque en ce moment sur la scène québécoise, Samito exprime son désir de créer une musique universelle. Des chansons qui peuvent toucher et faire réagir quelle que soit la langue employée (la plupart du temps le portugais, mais aussi l’anglais, le tswa et le français). "Des musiciens comme Pierre Kwenders et moi, on appartient à une génération qui essaie de changer la perception que le monde a de l’Afrique et des musiques africaines", estime-t-il, en faisant référence au rôle d’intermédiaire que peut jouer la musique.

"On propose quelque chose d’assez universel, une musique dans laquelle on se reconnaît. Je pense qu’aujourd’hui, peu importe où les gens se trouvent, ils ont des défis similaires. Ils ont accès la même culture populaire, ils aspirent à des choses qui se ressemblent", poursuit Samito, qui planche sur un nouveau projet dans cette veine.

En effet, au moment de notre conversation, il préparait le lancement de Fezihaus, une plateforme créative qui devrait servir de pont artistique entre Montréal et Maputo. "Ça fait très longtemps que je veux créer des échanges entre des artistes. Le voyage au Mozambique a été super parce qu’il était non seulement culturel, mais aussi diplomatique. Ça m’a permis de rencontrer plein de gens – des artistes, mais aussi des personnes impliquées dans la société en général."

Lire la suite sur: http://musique.rfi.fr/musique-electronique/20170816-samito-festival-ete-...

Commentaires facebook