Jeudi 18 Janvier 2018

Mozambique : réduction des allocations de logement pour les hauts fonctionnaires

Mozambique : réduction des allocations de logement pour les hauts fonctionnaires
(APA 04/01/18)
Le ministre mozambicain des Finances Adriano Maleiane

APA-Maputo (Mozambique) - Le gouvernement mozambicain a envisagé de réduire les allocations de logement pour les hauts fonctionnaires du pays afin de réduire les coûts et la pression du fisc.

Selon un décret publié mercredi dans le journal officiel du gouvernement, l’allocation de logement ne devrait pas se situer à plus de 30% des salaires de base du fonctionnaire concerné.

Le décret s’applique aux ministres, vice-ministres, gouverneurs provinciaux, vice-chanceliers des universités publiques, hauts fonctionnaires de la défense et de la sécurité, maires, présidents des assemblées municipales, cadres supérieurs des entreprises publiques, chefs des instituts et fonds publics, ambassadeurs, juges et autres hauts fonctionnaires.

Il ne s’applique pas au président de la république, au président et vice-président du parlement, au premier ministre, au président et au vice-président de la Cour suprême, au président du Tribunal administratif, au président du Conseil constitutionnel et au procureur général ou à son adjoint.

Cette initiative entre dans le cadre de mesures visant à réduire les privilèges accordés à des hauts fonctionnaires comme promis par le ministre des Finances Adriano Maleiane le mois dernier lorsqu’il a estimé que ces mesures allaient faire économiser 123 millions de dollars US au gouvernement.

Les ministres de l’économie et des finances et des travaux publics et du logement devraient fixer un plafond pour le cout du loyer à payer dans les provinces en 2018, et qui ne doit pas dépasser 2.000 dollars par mois.

Ne disposant pas d’assez de maisons pour loger les hauts fonctionnaires, le gouvernement mozambicain se tourne vers des hôtels ou des logements locatifs privés, ce qui coûte énormément aux contribuables.

Le nouveau décret devrait donc empêcher les fonctionnaires de vivre indéfiniment dans des hôtels cinq étoiles.

Commentaires facebook