Mercredi 22 Novembre 2017

Le parlement mozambicain adopte l’Accord de Paris sur le changement climatique

Le parlement mozambicain adopte l’Accord de Paris sur le changement climatique
(APA 09/11/17)
Le parlement mozambicain

APA-Maputo (Mozambique) - Le parlement mozambicain a adopté l’Accord de Paris sur le changement climatique lors de la première lecture d’un projet de loi devant l’Assemblée nationale mercredi, a appris APA.

Le projet de loi a été voté à l’unanimité par les trois partis représentés au parlement - le Front de libération du Mozambique (FRELIMO, au pouvoir), le Mouvement de la Résistance nationale du Mozambique (RENAMO) et le Mouvement démocratique mozambicain (MDM).

Ainsi, le Mozambique figure parmi les pays engagés dans la réponse mondiale à la menace du changement climatique et qui s’engagent à maintenir la température mondiale en dessous de deux degrés Celsius.

L’Accord de Paris sur les changements climatiques a été conclu dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques portant sur les mesures d’atténuation et d’adaptation des émissions de gaz à effet de serre.

L’accord vise également à renforcer la capacité des pays à faire face aux impacts du changement climatique.

Les pays signataires s’engagent à soumettre périodiquement (tous les cinq ans) des informations sur leur contribution aux efforts globaux visant à maintenir la température globale à moins de deux degrés.

Ces informations devraient contenir des données sur les mesures d’atténuation prévues ou en cours de manière « claire et transparente », selon le projet de résolution élaboré par le Conseil des ministres, qui ratifie l’Accord de Paris.

Les pays émergents peuvent inclure des informations sur les moyens de mise en œuvre requis pour les mesures d’atténuation et d’adaptation, ainsi que sur le soutien reçu.

Le Mozambique est vulnérable au changement climatique en raison de facteurs tels que l’emplacement en aval des bassins fluviaux partagés, le relief, le développement socioéconomique médiocre et l’infrastructure socioéconomique.

Commentaires facebook