Dans le monde | Africatime
Jeudi 23 Mars 2017

Dans le monde

(AFP)

La police israélienne a annoncé jeudi l'arrestation d'un adolescent juif soupçonné de dizaines de fausses alertes antisémites à la bombe dans le monde, notamment aux Etats-Unis où une flambée de menaces a nourri les spéculations sur une montée de l'antisémitisme sous Donald Trump.

Le jeune homme de 19 ans, arrêté jeudi matin dans le sud d'Israël, aurait par ses agissements semé la panique ou au moins troublé la vie quotidienne dans une multitude de centres communautaires juifs ou des synagogues aux Etats-Unis, en Australie ou encore en Nouvelle-Zélande.

(AFP)

La récente intrusion musclée du gouverneur de Dar es Salaam dans les studios d'une radio-télévision privée suscite une avalanche de condamnations en Tanzanie, où la société civile s'inquiète d'une restriction croissante des libertés individuelles.

L'indignation a atteint son paroxysme lorsque le président John Magufuli, faisant fi du tollé général qui a gagné jusqu'à son propre camp, a apporté publiquement son soutien lundi à ce jeune gouverneur, Paul Makonda, qu'il avait nommé à son poste il y a un an.

(AFP)

L'auteur de l'attentat mercredi à Londres qui a fait trois morts est Khalid Masood, 52 ans, né dans le Kent (sud-est de l'Angleterre), a annoncé jeudi la police, précisant qu'il ne faisait l'objet "d'aucune enquête en cours".

Il avait toutefois été condamné à plusieurs reprises, notamment pour "possession d'armes", a précisé la police londonienne dans un communiqué.

Khalid Masood, tué par la police mercredi, vivait depuis peu dans les West Midlands, dans le centre de l'Angleterre.

(AFP)

A Edgbaston, dans le sud-ouest de Birmingham, les habitants cherchent à comprendre comment leur quartier tranquille peut être lié à l'attentat de Londres. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un raid policier a pris pour cible le numéro 172 de la Highley Road.

Aucun détail n'a été donné par les autorités sur l'appartement visé par ce raid et son lien avec l'attaque jihadiste survenue au coeur de Londres. Jeudi, la police a annoncé que son auteur était un homme de 52 ans, nommé Khalid Masood, qui vivait depuis peu dans les West Midlands (centre).

(AFP)

Un épais silence régnait jeudi matin autour du Parlement de Westminster à Londres, toujours partiellement bouclé par la police. Au même moment, les parlementaires britanniques rendaient hommage aux victimes de l'attentat de mercredi.

D'ordinaire, ce quartier du coeur de Londres grouille d'hommes et de femmes pressant le pas pour rejoindre leurs bureaux. A cette masse de tailleurs et de costumes sombres s'ajoute la foule de touristes qui viennent chaque jour photographier la célèbre Big Ben.

(AFP)

Le pape François a reçu jeudi en audience le président camerounais Paul Biya et les deux hommes ont salué "le respect réciproque entre les divers groupes religieux" au Cameroun.

"Prenant acte de la coexistence pacifique et du respect réciproque entre les divers groupes religieux", les deux hommes ont souligné "l'importance de favoriser la cohésion nationale, valorisant la richesse des diverses traditions historiques et culturelles", indique un communiqué du Vatican.

(AFP)

L'interdiction d'emporter à bord de certains vols tout équipement électronique plus gros qu'un téléphone portable montre que le groupe Etat islamique mais surtout Al-Qaïda sont une menace constante pour le transport aérien en dépit du renforcement des mesures de sécurité dans les aéroports, estiment des experts.

(AFP)

Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont revendiqué jeudi l'attentat à proximité du Parlement britannique qui a fait trois morts la veille à Londres, première attaque sur le sol britannique que s'attribue ce groupe extrémiste.

"L'auteur de l'attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l'EI et l'opération a été menée en réponse à l'appel à frapper les pays de la coalition" internationale antijihadistes, a affirmé Amaq, l'agence de propagande de l'EI, citant "une source de sécurité".

(AFP)

Un Français a été arrêté jeudi à l'issue d'une course-poursuite dans le centre d'Anvers (nord de la Belgique) après avoir "mis en danger" des piétons en roulant à très vive allure dans une artère commerçante à bord d'une voiture contenant des armes.

Il n'a pas été fait état de blessé, mais la grande ville portuaire flamande a été placée en "vigilance renforcée".

(AFP)

Un 4x4 qui fonce dans la foule, un policier tué à l'arme blanche... L'attentat de Londres obéit en tous points au mot d'ordre du groupe jihadiste Etat islamique (EI): semer la terreur chez ses ennemis avec des moyens dérisoires.

L'attaque, qui a frappé le coeur de Londres mercredi et fait trois morts outre l'assaillant, a été revendiquée jeudi par l'organisation extrémiste.

(AFP)

Un ex-député russe réfugié en Ukraine et devenu un opposant à la politique de Moscou a été assassiné jeudi à Kiev, les autorités ukrainiennes y voyant la main de la Russie, accusations jugées "absurdes" par le Kremlin.

Ancien député communiste qui avait voté avec la quasi-totalité de la Douma russe l'annexion de la Crimée en 2014, Denis Voronenkov était devenu ces derniers mois très critique à l'égard du Kremlin, et avait témoigné en Ukraine contre l'ancien président prorusse Viktor Ianoukovitch.

(AFP)

L'ancien président des Etats-Unis Barack Obama est sorti de son silence jeudi, à quelques heures d'un vote crucial du Congrès sur le système de santé, pour mettre en garde les élus contre des changements qui seraient néfastes pour les Américains.

"Nous devrions toujours partir d'un postulat: tout changement apporté à notre système de santé doit le rendre meilleur, pas pire pour les travailleurs américains", a averti M. Obama, sept ans jour pour jour après la promulgation de l'Affordable Care Act, surnommé "Obamacare".

(AFP)

L'attentat mercredi à Londres a fait trois morts, une femme et deux hommes, outre l'assaillant qui a été tué, et une quarantaine de blessés. Voici ce que l'on sait :

- Les faits

En début d'après-midi, en plein coeur de la capitale britannique, un homme au volant d'un 4X4 lance son véhicule sur les passants sur le pont de Westminster qui enjambe la Tamise, menant au Parlement et à Big Ben, selon des témoins.

(AFP)

Le gigantesque incendie d'un dépôt d'armes et de munitions près de l'Est rebelle de l'Ukraine ne sera pas circonscrit avant plusieurs jours alors que Kiev, qui dénonce un "sabotage", enquête toujours sur les circonstances ayant provoqué le départ du feu.

L'incendie, qui a déclenché une série d'explosions de munitions, s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi dans le dépôt d'armes de la petite ville de Balakliïa, près de Kharkiv, ont expliqué les autorités ukrainiennes.

(AFP)

Près de 41% de la population est sous-alimentée en Corée du Nord, où les pénuries alimentaires chroniques demeurent très répandues, selon un rapport présenté jeudi et coordonné par les Nations unies, dont un responsable a lancé un appel aux donateurs.

La population nord-coréenne a des besoins "cruciaux" qui ne sont pas pourvus, estime Humanitarian Country Team, un groupement d'agences de l'ONU et d'ONG dans son rapport intitulé "Besoins et priorités".

(AFP)

Un ressortissant français a été enlevé jeudi matin près d'Abéché, dans l'est du Tchad, a annoncé une source militaire française à quelques journalistes.

Il s'agit d'un civil, a précisé cette source, indiquant que "tous les moyens sont mobilisés pour obtenir sa libération".

Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé l'enlèvement, sans donner aucun détail supplémentaire.

(AFP)

La justice cambodgienne a condamné jeudi un ancien soldat à la prison à vie pour l'assassinat de Kem Ley, voix démocrate, dont le meurtre a choqué le pays en pleine crise politique.

Ce célèbre politologue connu notamment pour ses critiques du Premier ministre Hun Sen avait été abattu dans un café de Phnom Penh, la capitale cambodgienne, en plein jour, en juillet 2016.

Des dizaines de milliers de personnes s'étaient pressées à son enterrement.

(AFP)

Guérillera, Josleidy Ramirez a passé plus de la moitié de sa vie les armes à la main, a porté en pleine guerre un enfant qu'elle n'a pu élever et en attend un autre, à l'aube de la paix en Colombie.

"J'ai un fils, un bébé de 15 ans. C'est déjà un homme! Mais je n'ai aucun contact avec lui", lâche-t-elle d'une voix ténue, une main sur son ventre qui laisse deviner une autre grossesse, de quatre mois.

(AFP)

L'attentat qui a frappé le coeur de Londres mercredi a fait trois morts, outre l'assaillant, selon un bilan de la police jeudi. Une trentaine de personnes ont été hospitalisées dont sept sont dans un état critique.

Voici ce que l'on sait sur eux:

- Les morts:

- Une femme d'une quarantaine d'années a été tuée sur le pont de Westminster, enjambant la Tamise face à Big Ben, où la voiture de l'auteur de l'attaque a foncé dans la foule, selon le commandant de l'antiterrorisme à Scotland Yard Mark Rowley.

(AFP)

L'épave du ferry sud-coréen Sewol a émergé des flots jeudi, près de trois ans après le dramatique naufrage qui avait fait 304 morts, pour l'essentiel des lycéens, et terni la présidence de la chef de l'Etat désormais destituée.

Sur les images de la télévision, on pouvait voir le flanc rouillé et sali de la carcasse du bateau de 6.825 tonnes, affleurer entre deux énormes barges de sauvetage.

(AFP)

Secoué par un scandale de viande avariée, le Brésil a demandé mercredi aux pays de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de ne pas appliquer des "restrictions arbitraires" à l'importation, alors que le pays est en train de perdre certains de ses principaux marchés.

Vingt pays ont fermé partiellement ou totalement cette semaine leurs portes à la viande brésilienne, un rude coup pour un secteur qui a rapporté plus de 13 milliards de dollars à l'économie du géant sud-américain en 2016.

(AFP)

La Chambre des représentants américaine votera jeudi sur un texte de la majorité républicaine, soutenu par le président Donald Trump, pour abroger et remplacer "Obamacare", la réforme emblématique de la couverture maladie de Barack Obama.

Comment cette loi changerait-elle le système de santé américain?

- La couverture maladie

Aux Etats-Unis, la couverture maladie est principalement un marché privé.

(AFP)

L'auteur de l'attentat ayant fait trois morts mercredi à Londres est né au La Première ministre britannique Theresa May devant le 10 Downing Street, le 22 mars 2017 à LondresRoyaume-Uni et était un "extrémiste connu des services de renseignement", a annoncé jeudi la Première ministre Theresa May en martelant: "Nous n'avons pas peur".

La police, qui a procédé à huit arrestations, privilégie la piste du "terrorisme islamiste" dans son enquête.

(AFP)

Pour la première depuis sa création, le salon Livre Paris, une des plus importantes manifestations littéraires en Europe, met en lumière les lettres et la culture d'un pays d'Afrique en faisant du Maroc son invité d'honneur.

"Nous allons étonner le public parisien en montrant la richesse de la production marocaine en langue française", a promis Abdelkader Retnani, le président de l'Union des éditeurs marocains, avant la 34e édition du salon qui se tiendra à Paris du 24 au 27 mars.

(AFP)

Trois personnes ont été tuées dans l'attentat de Londres mercredi, ainsi que l'assaillant, selon un bilan révisé à la baisse, a annoncé jeudi Mark Rowley, le commandant de l'unité anti-terrorisme dans une déclaration devant Scotland Yard.

"Le bilan a été révisé à la baisse", a dit M. Rowley précisant que les victimes étaient une femme d'une quarantaine d'années, un homme d'une cinquantaine d'années et le policer de 48 ans attaqué devant l'entrée du Parlement. Mercredi soir, la police avait fait état de quatre morts, outre l'assaillant.

(AFP)

Le président philippin Rodrigo Duterte a averti jeudi qu'il pourrait imposer la loi martiale et suspendre les élections à des dizaines de milliers de postes locaux, alimentant les craintes pour l'avenir de la démocratie dans l'archipel.

M. Duterte a expliqué qu'il envisageait de prendre ces deux mesures dans le cadre de sa campagne controversée contre le trafic de drogue, tandis que la loi martiale aurait aussi selon lui pour effet de résoudre d'autres menaces pour la sécurité.

(AFP)

Une femme dans la Tamise, un massage cardiaque et un "long couteau": l'attentat survenu mercredi près du Parlement britannique à Londres, qui a fait quatre morts et une quarantaine de blessés, a été marqué par des moments particulièrement dramatiques.

. Le député héros

Présent au palais de Westminster au moment de l'attaque, le député conservateur Tobias Ellwood a tenté en vain de sauver le policier poignardé à mort par l'assaillant.

(AFP)

Les statistiques officielles indiquent une amorce de reprise économique en Argentine, mais dans la rue, la tension sociale s'accentue: mercredi, les enseignants se sont mobilisés pour des hausses de salaire, dans un pays où l'inflation atteint 40%.

Les manifestations contre la politique de rigueur du gouvernement sont presque quotidiennes dans le centre de Buenos Aires. Le 7 mars, une vaste mobilisation intersyndicale, unifiée pour la première fois depuis le début du mandat du président de centre-droit Mauricio Macri, a marqué un durcissement du mouvement de protestation.

(AFP)

L'interdiction d'emporter à bord de certains vols tout équipement électronique plus gros qu'un téléphone portable montre que le groupe Etat islamique mais surtout Al-Qaïda sont une menace constante pour le transport aérien en dépit du renforcement des mesures de sécurité dans les aéroports, estiment des experts.

(AFP)

Mary Creagh, députée britannique travailliste, se rendait au palais de Westminster à Londres ce mercredi quand un mur de gardes armés et de passants s'est dressé devant elle. "Faites demi-tour! faites demi-tour! il y a une fusillade".

"C'était la panique", raconte-t-elle à des journalistes, dont l'AFP, relatant l'affolement des passants et le déploiement policier qui a suivi l'attentat qui a fait au moins trois morts et une vingtaine de blessés.

(AFP)

Trois personnes dont un policier ont été tuées et au moins 20 autres blessées au cours d'un attentat mercredi en début d'après-midi devant le parlement britannique à Londres, et l'assaillant a été tué, a annoncé la police.

"Quatre personnes sont décédées. Cela inclut un policier et un homme qui est considéré comme étant l'assaillant" , a annoncé le chef de la police, Mark Rowley, dans une déclaration à la presse devant le siège de Scotland Yard

(AFP)

Un an après les attentats qui ont fait 32 morts dans la capitale européenne, les Bruxellois ont à nouveau transformé mercredi la place de la Bourse en lieu de mémoire et d'hommage aux victimes, distribuant des "câlins gratuits" ou dessinant des messages d'espoir à la craie.

Presque au même moment, de l'autre côté de La Manche, une femme a été tuée et plusieurs personnes grièvement blessés dans une attaque devant le Parlement britannique qualifiée de "terroriste" par la police, selon une source médicale citée par l'agence britannique Press Association.

(AFP)

En deux mois au pouvoir, une accumulation d'approximations, de déclarations farfelues et d'accusations infondées ont entamé la crédibilité de la parole de Donald Trump. Jusque dans son propre camp, des voix soulignent le risque que le président américain ne soit pas pris au sérieux en cas de crise majeure.

(AFP)

Le suspense demeurait sur l'issue du vote de jeudi au Congrès pour abroger la loi sur la santé de Barack Obama, promesse de campagne emblématique de Donald Trump et premier grand test politique pour le président américain.

La Chambre des représentants, chambre basse du Congrès, doit voter jeudi sur un texte abrogeant et remplaçant "Obamacare", première grande réforme du mandat du 45e président des Etats-Unis, qui se targue d'être un négociateur hors pair.

(AFP)

La Première ministre britannique Theresa May "va bien", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Downing Street alors que des coups de feu ont été tirés à proximité du parlement de Westminster mercredi après-midi lors d'un "incident terroriste", selon la police.

Mme May s'est exprimée devant les députés britanniques en début d'après-midi mais le porte-parole a refusé de confirmer si elle se trouvait encore dans le palais de Westminster ou à proximité quand l'attaque s'est produite.