Samedi 23 Septembre 2017

Dans le monde

(AFP)

Un séisme peu profond de magnitude 3,5 a secoué samedi la Corée du Nord, faisant d'abord craindre un nouvel essai nucléaire de Pyongyang mais relevant, selon les experts, d'une probable réplique sismique de celui du 3 septembre.

Ce séisme est survenu au moment où la communauté internationale redoute un nouvel essai nucléaire nord-coréen, dans un contexte d'échanges de plus en plus acrimonieux entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

(AFP)

Un "embarras" pour les Etats-Unis: Donald Trump a eu des mots durs cette semaine à l'ONU contre l'accord nucléaire iranien, qu'il veut "déchirer", renégocier ou au moins compléter. Mais le flou persiste sur la stratégie américaine et ses chances de réussite.

D'autant que l'Iran et les autres signataires (Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) défendent cet accord historique conclu en 2015 pour garantir le caractère pacifique du programme nucléaire iranien, contre une levée de sanctions.

Que critiquent les Américains?

(AFP)

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a appelé samedi les indépendantistes catalans à reconnaître que le référendum d'autodétermination "n'aura pas lieu", en raison de plusieurs mesures gouvernementales ayant porté un coup sévère à l'organisation du scrutin.

(AFP)

Des dizaines de milliers d'habitants de Pyongyang se sont rassemblés samedi sur la place Kim Il-Sung en soutien au leader nord-coréen Kim Jong-Un, traité de "fou" par le président américain Donald Trump.

De tels rassemblements, organisés par les autorités, sont monnaie courante à Pyongyang et destinés à démontrer le soutien populaire dont bénéficie le régime.

(AFP)

Un nouveau séisme de magnitude 6,1 a secoué samedi le sud du Mexique et a été ressenti jusque dans la capitale, quatre jours après le tremblement de terre qui a fait presque 300 morts dans le pays.

L'épicentre de cette secousse survenue à 12h53 GMT a été localisé dans l'Etat de Oaxaca, dans le sud du Mexique, a indiqué l'institut sismologique mexicain, qui avait dans un premier temps évalué la magnitude à 6,4.

(AFP)

Un peu moins d'une semaine après le passage de l'ouragan Maria, le chaos le plus total persiste sur l'île de la Dominique, entre routes coupées, destructions et ruptures d'approvisionnement, des conditions extrêmes pour les habitants qui gardent malgré tout leur calme.

Les montagnes de cette île indépendante anglophone, surnommée "l'île nature" dont les flancs d'ordinaire vert émeraude attirent les amoureux de paysages luxuriants, sont comme pelées et ont bruni sous le souffle de Maria.

(AFP)

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem, a affirmé samedi à la tribune des Nations unies que "la victoire était à portée de mains" pour le régime de Bachar al-Assad.

"La libération d'Alep et de Palmyre, la levée du siège de Deir Ezzor et l'éradication du terrorisme dans de nombreuses parties de la Syrie prouvent que la victoire est désormais à portée de mains", a déclaré le ministre syrien.

(AFP)

Aucune majorité claire ne s'est dégagée samedi des élections législatives en Nouvelle-Zélande, ni les conservateurs au pouvoir, ni les travaillistes, principal parti d'opposition, n'ayant obtenu de majorité absolue, selon les résultats publiés par la Commission électorale.

Le parti populiste et anti-immigration "Nouvelle Zélande d'abord" (New Zeland First, NZF) de Winston Peters, est en position d'arbitre, montrent les résultats officiels.

(AFP)

Mondialement connue pour ses carafes filtrantes, Brita est l'archétype de la PME allemande partie à la conquête des continents, incarnant la puissance de l'Allemagne à l'export, tant enviée et décriée par ses partenaires commerciaux.

Cerné par la forêt, le siège de Brita, dans la petite ville de Taunusstein, à 50 km de Francfort (ouest), paraît bien loin de Berlin où la chancelière Angela Merkel brigue ce dimanche un quatrième mandat.

(AFP)

Le Tribunal international du droit de la mer (TIDM) a estimé samedi que le Ghana n'avait pas violé les droits d'exploitation pétrolière de la Côte d'Ivoire, statuant sur le différend concernant la frontière maritime entre ces pays.

Dans son arrêt, la cour basée à Hambourg en Allemagne considère que "le Ghana n'a pas violé les droits souverains de la Côte d'Ivoire" comme l'affirmait Yamoussoukro qui considérait avoir un droit exclusif d'exploitation d'hydrocarbures dans une zone offshore disputée.

(AFP)

Angela Merkel, favorite des élections allemandes, et son rival social-démocrate Martin Schulz se rendent samedi dans leurs fiefs pour motiver les troupes à la veille d'un scrutin qui pourrait voir une poussée nationaliste historique.

La chancelière de 63 ans s'est d'abord rendue dans la matinée au quartier général de sa campagne à Berlin: "Allez, on part chercher le bifteck ! Chaque voix compte!", a lancé celle qui vise un quatrième mandat après 12 ans au pouvoir.

(AFP)

Un séisme peu profond de magnitude 3,5 a secoué samedi la Corée du Nord près de son site d'essais nucléaires, selon les services de géologie américains, possiblement dû à une "explosion" selon Pékin, Séoul évoquant "un tremblement de terre naturel".

Ce séisme survient au moment où la communauté internationale redoute un nouvel essai nucléaire nord-coréen, dans un contexte d'échanges de plus en plus acrimonieux entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

(AFP)

Il est 9H00 et les portes s'ouvrent à peine sur l’immense champ de Screggan, dans le comté d’Offaly que déjà des milliers de bottes foulent l’enceinte fraîche et boueuse qui accueillait cette semaine le plus grand rendez-vous agricole d’Irlande, où le Brexit joue les trouble-fête.

Cette année encore, les visiteurs -plus de 290.000- s'y sont pressés, pour parler machines agricoles ou volumes de production. Mais c'est surtout l'occasion pour les familles de voir des animaux, pratiquer le hockey irlandais et profiter d’une ambiance festive.

(AFP)

La garde à vue de Philippe Narmino, l'ex-ministre monégasque de la Justice contraint au départ pour ses relations supposées avec le patron de l'AS Monaco Dmitri Rybolovlev, a été levée vendredi soir, "sans aucune inculpation à l'heure qu'il est", a-t-on appris samedi de source proche du dossier.

(AFP)

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé vendredi qu'il allait envoyer mardi une équipe à Brazzaville pour faire notamment le point sur l'évolution économique de la République du Congo et la situation précaire de sa dette.

La mission, menée à la demande des autorités du pays, "finalisera l'évaluation de la dette et la mise à jour des projections macroéconomiques", a précisé l'institution dans un communiqué, ajoutant que son équipe restera jusqu'au 4 octobre.

(AFP)

Après le passage dévastateur de Maria, nombre de Portoricains disaient vendredi se sentir traités comme des citoyens de seconde zone, et se demandaient si l'aide fédérale américaine sera aussi importante qu'au Texas et en Floride, également touchés par des ouragans.

"Même si nous sommes une colonie, on suppose quand même qu'on reste des citoyens américains", explique Jaime Coll, un artiste de 70 ans.

(AFP)

À peine quatre arrêts de métro séparent Gracia de Nou Barris, deux quartiers de Barcelone qui semblent vivre des réalités parallèles face au référendum d'indépendance de Catalogne, qui divise ses citoyens.

Dans son kiosque à fleurs, à l'abri de la pluie, Ignacio Pérez regarde mécontent passer un autobus affichant le slogan "Hola República" de la campagne du "oui" au scrutin d'autodétermination interdit, prévu le 1er octobre par les dirigeants séparatistes de la région.

(AFP)

Des troubles se poursuivaient samedi dans l'Etat Rakhine (ouest de la Birmanie), le chef de l'armée birmane incriminant des militants Rohinygas dans une explosion devant une mosquée.

De son côté, une organisation de défense des droits de l'homme a accusé l'armée de provoquer des incendies dans la zone pour empêcher le retour des réfugiés.

Ces troubles interviennent alors que la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi avait assuré mardi qu'il n'y avait pas eu de combats depuis le 5 septembre et que l'opération de l'armée était terminée.

(AFP)

Le Landshut, un avion détourné en 1977 au nom de la Fraction Armée Rouge (RAF) et qui croupissait au Brésil depuis une décennie, a retrouvé samedi l'Allemagne pour devenir une pièce de musée symbolisant la résistance au "terrorisme".

"L'automne allemand", période d'attentats sanglants d'extrême gauche en Allemagne, avait culminé avec le détournement du vol 181 de la Lufthansa le 13 octobre 1977 par un commando du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) qui réclamait la libération des membres de la RAF, la "bande" d'Andreas Baader.

(AFP)

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a estimé vendredi que les partisans de l'ancien régime kadhafiste pouvaient participer au processus politique, et a demandé à tous les pays impliqués dans le dossier d'agir sous le parapluie de l'ONU.

"Les élections (parlementaires et présidentielle) qui sont le point d'arrivée du processus doivent être ouvertes à tout le monde", a souligné M. Salamé dans une interview à la chaîne de télévision France 24.

(AFP)

Portant blouses blanches, gilets de sauveteurs ou parfois déguisés en clowns, des brigades de psychologues volontaires assistent dans la rue les proches et victimes du tremblement de terre qui a secoué mardi Mexico, une catastrophe d'autant plus traumatisante que la mégapole reste meurtrie par le séisme de 1985.

(AFP)

Sergio Lopez, expert mandaté par les autorités, inspecte les bâtiments à Mexico qui menacent de s'effondrer après le séisme de mardi. Il n'arrive pas à se faire à l'idée que l'école où une vingtaine d'enfants sont morts se soit écroulée comme un château de cartes.

"Elle aurait dû résister. N'aurait pas dû s'effondrer", lâche cet homme en colère qui connaît sur le bout des doigts les normes actuelles, mises en place après le tremblement de terre historique de 1985, où 10.000 personnes avaient trouvé la mort.

(AFP)

L'Iran a annoncé samedi avoir testé "avec succès" un nouveau missile d'une portée de 2.000 kilomètres au moment où les Etats-Unis dénoncent le programme balistique de Téhéran et menacent de sortir de l'accord nucléaire.

La télévision d'Etat a diffusé des images du lancement du missile Khoramshahr et d'autres prises depuis l'intérieur de l'appareil.

(AFP)

Aucune majorité claire ne s'est dégagée des élections législatives samedi en Nouvelle Zélande, ni les conservateurs, ni les travaillistes, n'ayant obtenu de majorité absolue, ce qui place les populistes en position d'arbitres en vue de la formation d'une coalition.

Le chef des conservateurs, le Premier ministre sortant Bill English, a réalisé une performance inattendue avec 46% des voix, tandis que sa rivale travailliste, la trentenaire Jacinda Ardern, n'en a obtenu que 36%.

(AFP)

La conférence de presse que devait tenir samedi matin à Erbil le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani sur le référendum d’indépendance a été reportée à dimanche, a-t-on appris auprès du cabinet du Premier ministre kurde.

"La conférence de presse aura lieu dimanche. L'heure et le lieu seront donnés ultérieurement", a indiqué le service de presse du cabinet du Premier ministre du Kurdistan, Nechirvan Barzani.

Massoud Barzani subit des pressions et menaces internationales croissantes pour annuler cette consultation, qu'il a initiée et qui doit se tenir lundi.

(AFP)

Au milieu du drame qui venait de secouer Mexico, elle représentait l'espoir de tout un peuple. Mais Frida Sofia, 12 ans, dont le sauvetage a tenu en haleine les médias du monde entier, n'existait pas.

Un puissant séisme. Une école effondrée au sud de la capitale. Des enfants morts et d'autres disparus. Il y aurait des survivants.

(AFP)

Les bureaux de vote ont ouvert samedi matin en Nouvelle-Zélande pour des législatives qui s'annoncent très serrées entre les conservateurs du Premier ministre Bill English et les travaillistes de la charismatique trentenaire Jacinda Ardern.

Cette élection est la plus incertaine depuis de nombreuses années, avec des sondages annonçant d'abord la victoire de M. English puis de Mme Ardern et enfin à nouveau du chef du gouvernement sortant.

"Cette élection va être très serrée. (...) C'est une course de vitesse entre les deux grands partis", a reconnu Bill English vendredi.

(AFP)

Les populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S) choisissent samedi soir à Rimini (est) leur chef de file en vue des législatives prévues début 2018 en Italie, avec une seule ambition: les gagner pour enfin gouverner.

Luigi Di Maio, 31 ans, le plus jeune vice-président de la Chambre des députés de l'histoire italienne, est largement favori face à sept candidats quasi inconnus du grand public. Et ce d'autant plus qu'il est largement considéré depuis des années comme le dauphin du comique Beppe Grillo, fondateur et patron incontesté du M5S.

(AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel, favorite des élections, et son rival social-démocrate bouclent samedi dans leur fief respectif une campagne laborieuse, marquée sur la fin par une montée de la droite nationaliste.

A la veille du scrutin législatif, la chancelière de 63 ans doit se rendre dans sa circonscription de la région du Mecklembourg-Poméranie, dans l'ex-RDA.

(AFP)

L'escalade verbale entre Donald Trump et Kim Jong-Un a atteint vendredi un nouveau pic, le président américain qualifiant le leader nord-coréen de "fou" au moment où le régime évoquait un possible essai de bombe H dans le Pacifique.

Il faut privilégier "l'approche raisonnable et non émotionnelle - au lieu d'avoir une cour de récréation où les enfants se battent sans que personne ne puisse les arrêter", a commenté le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

(AFP)

Le sénateur républicain américain John McCain a une nouvelle fois défié vendredi son parti et le président Donald Trump en annonçant son opposition à leur tentative de la dernière chance d'abroger la loi de Barack Obama sur la couverture maladie.

Il suffirait désormais de l'opposition d'un seul autre sénateur républicain pour signer l'échec de la majorité à réformer "Obamacare" avant la date-butoir du 30 septembre, fin de l'année budgétaire, une issue probable.

(AFP)

Trois mois ne se sont pas écoulés, depuis sa retraite politique en Belgique, que l'ex-président d'Equateur, le charismatique mais polémique Rafael Correa pense à regagner son pays pour affronter son ancien allié et successeur Lenin Moreno.

En marge d'une conférence sur l'éducation à Bogota, Rafael Correa a parlé avec l'AFP, lors d'une interview exclusive au cours de laquelle il a traité de "traître" et de "médiocre" celui qui a été son vice-président de 2007 à 2013.

(AFP)

Plusieurs pays ont réclamé à nouveau vendredi une réforme urgente du Conseil de sécurité des Nations unies, dont la composition et le fonctionnement restent hérités de la Seconde Guerre mondiale, lors de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

Ce sujet, véritable serpent de mer, fait du surplace depuis des années. Le Conseil de sécurité comprend 15 membres, dont cinq permanents dotés d'un droit de veto - Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne - et 10 membres non permanents en rotation pour des périodes de deux ans.

(AFP)

L'ex-garde des Sceaux monégasque Philippe Narmino, contraint à une retraite anticipée après avoir été mis en cause dans des médias pour ses relations avec le patron de l'AS Monaco Dimitri Rybolovlev, a été placé en garde à vue vendredi, quelques heures après l'ouverture d'une information judiciaire.

(AFP)

"Je me souviens d'avoir été projetée en l'air comme un chiffon. Ensuite, je n'ai pas réussi à me remettre debout." Vingt ans après le traité d'Ottawa, qui les interdisait, les mines antipersonnel continuent à tuer et estropier, se désole l'ONG Handicap international.

Gniep Smoun allait avoir 10 ans quand elle est partie chercher de l'eau en forêt. Mais en 1979, après une décennie de guerre civile au Cambodge, les pourtours du camp de réfugiés dans lequel elle vit alors, à la frontière thaïlandaise, sont constellés de mines.