Lundi 19 Février 2018
(Jeune Afrique 19/02/18)
Le président français est attendu à Nouakchott d'ici à la fin juin 2018. Ce sera la première visite officielle d'un chef d'État français en Mauritanie depuis celle de Jacques Chirac, en 1997. Au centre des discussions : la lutte contre le terrorisme et le financement du G5 Sahel. Selon nos informations, Emmanuel Macron fera une visite d’État en Mauritanie, à la fin du premier semestre, avant le 31e sommet de l’UA, qui doit se tenir à Nouakchott en juillet. Une première depuis Jacques Chirac, en 1997. Une visite plusieurs fois reportée La note verbale de l’Élysée qui confirme ce voyage a été remise à Mohamed Ould Abdelaziz, le chef de l’État mauritanien, en décembre dernier...
(La Tribune 19/02/18)
Le Fonds monétaire international (FMI) a mis en garde ce vendredi 16 février 2018, les autorités mauritaniennes contre les emprunts non concessionnels. Dans une déclaration à la presse à Nouakchott, le directeur général adjoint de l'institution, Mitshuhiro Furusawa, a plutôt appelé à une stratégie d'investissement prudente. Nouakchott devrait éviter les emprunts non concessionnels. C'est ce que recommande le Fonds monétaire international (FMI). A l'occasion de sa visite en Mauritanie, sur invitation des autorités du pays, le directeur général adjoint de l'institution, Mitshuhiro Furusawa qui s'exprimait face à la presse locale, a mis en garde le gouvernement mauritanien contre ces emprunts pour la relance de l'économie.
(RFI 19/02/18)
Réunis à Munich, en Allemagne, pour la conférence sur la sécurité, les responsables africains ont évoqué la mise en place d'une force conjointe pour le G5 Sahel. Avec notre envoyé spécial à Munich, Pascal Thibault Les responsables réunis à la conférence sur la sécurité de Munich ont voulu faire passer un message : la sécurité du Sahel et la lutte contre le terrorisme ne concernent pas cette seule région mais l'ensemble de la communauté internationale. Le 23 février prochain, lors de la rencontre de Bruxelles, des fonds supplémentaires doivent par ailleurs être trouvés...
(Jeune Afrique 19/02/18)
Fini les tabous, l'immobilisme et les codes surannés. Le président français veut refonder tous azimuts les relations entre Paris et les pays de la rive sud de la Méditerranée. Enquête sur une révolution diplomatique. Emmanuel Macron, 40 ans, n’en finit plus de nous surprendre. Au Maghreb, comme ailleurs en Afrique, son style décomplexé et parfois transgressif séduit tout autant qu’il déroute. Un selfie avec Béji Caïd Essebsi (BCE), une visite dans les souks de Tunis, une franchise inédite qui s’exprime...
(Jeune Afrique 13/02/18)
L'accord signé le 9 février entre la Mauritanie et le Sénégal permettra l'exploitation du gisement gazier offshore commun « Grand Tortue-Ahmeyim » (GTA) de 450 milliards de mètres cubes à partir de 2021. La Mauritanie et le Sénégal ont signé, vendredi 9 février à Nouakchott, un accord de coopération pour l’exploitation du champ gazier offshore de « Grand Tortue-Ahmeyim » (GTA) à cheval sur leur frontière commune. Cet accord, dont le contenu (taxes et partage des revenus entre les deux...
(Jeune Afrique 13/02/18)
Suite à de nombreuses critiques venant de l'international, le Nigérien Najim Elhadj Mohamed a été écarté du poste de secrétaire permanent du G5 Sahel, au profit de Maman Sidikou. Lors du quatrième sommet du G5 Sahel, le 6 février dernier, le Nigérien Najim Elhadj Mohamed, secrétaire permanent du G5 Sahel, a été remplacé à mi-mandat par son compatriote Maman Sidikou. Respecté au sein de cette structure, il était notamment depuis des mois la cible des critiques des grands bailleurs de...
(Jeune Afrique 12/02/18)
Macky Sall est arrivé à Nouakchott jeudi 8 février pour une visite de deux jours à l’invitation de Mohamed Ould Abdelaziz. Sur le dossier de la pêche, qui envenime les relations entre le Sénégal et la Mauritanie, les deux chefs d'État ont affirmé leur volonté de signer un protocole d’accord "d’ici fin mars 2018. La mort du jeune pêcheur sénégalais Serigne Fallou Sall, 19 ans, tué samedi 27 janvier par des garde-côtes mauritaniens, a jeté une lumière crue sur la...
(Le Monde 10/02/18)
C’est un pas décisif vers l’exploitation de l’un des plus vastes champs gaziers d’Afrique de l’Ouest. Vendredi 9 février, au second jour d’une visite officielle du président sénégalais et de quatre de ses ministres en Mauritanie, un accord de coopération intergouvernemental (ACI) a été signé entre les deux Etats. Portant sur l’exploitation du gisement de Grand Tortue Ahmeyin (GTA), cet accord est le fruit d’une « volonté commune d’intensifier la coopération dans le secteur de l’énergie », indique un communiqué...
(RFI 10/02/18)
Après les accolades à l'aéroport ce jeudi soir, place aux gros dossiers entre le Sénégal et la Mauritanie. Le président Macky Sall est à Nouakchott pour une visite de travail chez son voisin. Au menu des discussions, la question de la pêche, avec le renouvellement des accords caducs depuis deux ans, et le projet d’exploitation de gaz à la frontière. Ces deux dossiers, qui sont eu cœur de la visite de Macky Sall en Mauritanie, ont certainement été au centre...
(La Tribune 09/02/18)
Quoi de mieux qu’une rencontre au sommet pour régler les différends entre deux pays ? A Dakar comme à Nouakchott, on s’est résolu à croquer les pommes de discordes dans la diplomatie. A l’invitation du président mauritanien, Macky Sall est attendu ce jeudi 8 février à Nouakchott pour une visite de deux jours. La tension dans les relations entre les deux pays va peut-être finir par se relâcher. C'est une diplomatie de coulisses rondement menée qui va amener Macky Sall...
(RFI 08/02/18)
Macky Sall arrive ce jeudi matin 8 février à Nouakchott à l'invitation de son homologue Mohamed Ould Abdel Aziz. Une visite de deux jours dans un contexte tendu. Les relations entre Dakar et Nouakchott ne sont pas bonnes notamment en raison du conflit récurrent dans le secteur de la pêche et par des divisions diplomatiques également. Les deux chefs d'Etat veulent en tout cas retisser des liens anciens. Un drame pour retisser des liens. La mort du pêcheur sénégalais Falou...
(RFI 06/02/18)
Après les chefs d'état-major des pays du G5 Sahel, lundi 5 février, ce sont les chefs d'Etat qui sont réunis à Niamey depuis ce matin. De nombreux partenaires de l’organisation participent aussi à ce nouveau sommet qui devrait notamment permettre de faire un point sur le financement de la force militaire. Les chefs d'Etat vont plancher sur la recherche de financements complémentaires. En janvier, à Bamako, ils ont décidé de mettre en place un fonds fiduciaire pour accueillir les contributions,...
(RFI 06/02/18)
En prélude à la réunion des chefs d’Etat du G5 Sahel qui s’ouvre, ce mardi 6 février, à Niamey, les chefs d’état-major des cinq armées se sont réunis pour dégager les conclusions de la seconde opération sur les frontières du Mali et du Burkina Faso. Lors d’une conférence de presse, le général Didier Dacko, commandant de cette force, a donné des précisions. Selon le général Didier Dacko, commandant de la Force conjointe G5 Sahel, la seconde opération baptisée Pagnali (« tonnerre », en langue peul), a concerné deux zones frontalières du Mali et du Burkina Faso.
(RFI 03/02/18)
Durant la visite du président Macron au Sénégal, les présidents français et sénégalais ont affiché vendredi 2 février une préoccupation commune concernant la sécurité régionale, avec notamment la montée en puissance, aux frontières du Sénégal, de la force anti-terroriste du G5 Sahel qui réunit le Mali, le Burkina Faso, le Niger le Tchad et la Mauritanie. La Mauritanie qui vient de nommer les officiers du commandement Ouest de la force conjointe. C'est le colonel Ould Isselmou qui prend la tête...
(Le Monde 01/02/18)
C’est une mère silencieuse, un oncle mu par une colère froide et toute une communauté qui se soulève. Samedi 27 janvier, un pêcheur du quartier de Guet Ndar, à Saint-Louis au Sénégal, a été tué en mer par les gardes-côtes mauritaniens. Ils ont ouvert le feu sur la pirogue qui tirait ses filets près de la frontière maritime entre les deux pays. Révélé lundi, l’incident a provoqué la colère de la communauté des pêcheurs de Saint-Louis. Pour se venger, ces...
(RFI 31/01/18)
Le 30e sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine s'est achevé lundi 29 janvier avec la première prise de parole de Paul Kagame en tant que président de l'institution pour l'année 2018. Le chef de l'État rwandais pilote depuis un an les propositions de réforme de l'organisation panafricaine. A côté de ces réformes institutionnelles, il y a d'autres projets comme celui de zone de libre-échange continentale. Elle devrait être lancée officiellement le 21 mars prochain à Kigali...
(RFI 30/01/18)
Le Sénégal condamne le geste des garde-côtes mauritaniens qui ont tiré sur un pêcheur sénégalais, samedi. Les autorités apportent leur soutien aux pêcheurs de Saint-Louis d'où était orginaire le défunt. Saint-Louis, au nord du Sénégal, où des habitants du quartier de Guet N'dar ont manifesté ce lundi 29 janvier pour dire leur colère. L'accord de pêche entre la Mauritanie et le Sénégal est caduc depuis 2015. Plus aucun cadre légal n'encadre les activités des pêcheurs sénégalais dans les eaux poissonneuses...
(RFI 30/01/18)
Le 30e sommet de l’UA s'est achevé ce lundi 29 janvier à Addis Abeba, siège de l’organisation. Construit par les Chinois, ce siège a-t-il été espionné par les services de renseignement de Pékin, comme l'affirme une enquête du journal Le Monde ? Ce lundi, la Chine dément. La Chine a-t-elle espionné le siège de l'Union africaine ? C'est en tout cas ce qu'affirme Le Monde dans un article publié vendredi 26 janvier. Citant plusieurs sources internes à l'organisation panafricaine, le...
(RFI 29/01/18)
Après plusieurs heures de retard, les dirigeants du continent africain ont réussi à avancer dimanche 28 janvier sur les réformes proposées par Paul Kagame, officiellement désigné pour succéder au Guinéen Alpha Condé. Paul Kagame propose notamment une taxe à 0,2% sur les importations de certains produits. Une vingtaine de pays l'a déjà mise en place. Le chef de l'État rwandais veut aussi avancer sur la mise en place d'un marché commun car les enjeux économiques sont cruciaux pour l'Afrique. Pour...
(Jeune Afrique 26/01/18)
Issus de la même tribu, la mésentente des deux cousins va au-delà de la simple querelle de famille. Depuis plusieurs mois, à Nouakchott, Mohamed Ould Abdelaziz, le chef de l’État, monte un épais dossier contre son riche cousin, Mohamed Ould Bouamatou. Méthodiquement et dans le plus grand secret. Mis en examen pour corruption en août 2017, l’homme d’affaires fait l’objet d’un mandat d’arrêt en Mauritanie, lequel a ensuite été transmis à Interpol, qui ne l’a pas encore diffusé. Les enquêteurs...

Pages