| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(AFP 24/03/17)
Face au rejet par le Sénat mauritanien du projet de révision constitutionnelle, le président Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé son intention de le faire adopter par référendum, au grand dam de l'opposition radicale, qui dénonce un "passage en force". Le chef de l'Etat a annoncé mercredi soir avoir décidé d'emprunter cette "porte de sortie", moins d'une semaine après le rejet par les sénateurs, pourtant majoritairement favorables au pouvoir, du projet de révision, prévoyant la suppression du Sénat. Mais l'opposition radicale réunie au sein du Forum national pour l'unité et la démocratie (FNDU), hostile à ce projet...
(APA 24/03/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - L’essentiel de l’opposition mauritanienne regroupée au sein du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU) a qualifié de « coup d’état » le référendum annoncé mercredi soir par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz autour d’amendements constitutionnels. Dans une conférence de presse vendredi à Nouakchott, le FNDU qui compte une bonne dizaine de partis politiques et un certain nombre de syndicats et d’organisations de la société civile a considéré que ce référendum est « hors la loi ». Proposés par le gouvernement, les amendements en question avaient été rejetés le 17 mars par le Sénat quasi dominé pourtant par la majorité présidentielle. Ils avaient en revanche été plébiscités par l’Assemblée nationale le 9 mars à...
(La Tribune 24/03/17)
Certains le lui déconseillaient, d’autres osaient à peine le lui susurrer. Pourtant, ce n’est ni le rejet cinglant du texte par la Chambre haute, ni les cris d’orfraie de l’opposition qui vont stopper les ambitions du général-président de doter la Mauritanie d’une nouvelle constitution quitte à flanquer le drapeau de deux nouvelles bandes rouges. La réforme constitutionnelle portée par le président Mohamed Ould Abdelaziz passera par la case « référendum ». Pari risqué ou boulevard pour un troisième mandat ?...
(RFI 24/03/17)
Le Quai d'Orsay vient de reconsidérer son avis aux voyageurs pour certaines régions de la Mauritanie. En raison des menaces terroristes, certaines régions étaient classées « rouges ». Mais mardi 21 mars, les régions situées au centre, au sud et dans l'Adrar ont été classées en catégorie « orange », autrement dit « déconseillées sauf raison impérative ». Malgré tout, cette nouvelle suscite l'espoir d'une reprise des activités économiques et touristiques. Dans la zone dite « orange », le Quai...
(Xinhua 24/03/17)
NOUAKCHOTT, (Xinhua) -- Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé mercredi soir l'organisation d'un référendum pour chercher à dépasser la crise politique née du rejet par le Sénat de la révision constitutionnelle proposée par l'exécutif. "Quand les sénateurs ont voté contre les amendements (à la révision) par 33 voix contre 20, ils ont ainsi créé un blocage", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse. "Je suis responsable de cette situation et en tant que président, je demande l'arbitrage...
(AFP 23/03/17)
Le projet de révision constitutionnelle en Mauritanie, approuvé par l'Assemblée nationale mais rejeté par le Sénat, sera soumis à référendum "le plus rapidement possible", a annoncé le président mauritanien mercredi soir. Ce projet de modification de la Constitution actuelle, en vigueur depuis 1991, prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement du drapeau national. Il a été adopté le 9 mars par les députés, mais 33 des 56 sénateurs ont voté contre le texte, marquant son rejet, le 18...
(RFI 23/03/17)
En Mauritanie, le chef de l'Etat décide d'organiser un référendum. Il compte ainsi contourner les sénateurs qui ont rejeté le projet de réforme constitutionnelle il y a une semaine. Une réforme qui prévoit, entre autres, la suppression du Sénat et le changement de drapeau. Le président Abdel Aziz a donc décidé de passer en force. Le président demande aux 23 sénateurs frondeurs de la majorité de réviser leur position. C'est à eux de revenir au bercail, fait-il comprendre, ce n'est...
(Autre média 23/03/17)
Conséquence du rejet du projet de révision constitutionnelle par le Sénat, le Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a annoncé mercredi qu’il était décidé à faire passer son texte par voie référendaire, une décision qui est fortement critiquée par l’opposition. « L’article 38 permet de faire toutes les révisions constitutionnelles sans passer par les deux chambres », a expliqué le chef d’Etat mauritanien lors d’une conférence de presse tenue suite au vote négatif du Sénat. Le projet de révision constitutionnelle...
(RFI 22/03/17)
En Mauritanie, c'est ce mercredi soir 22 mars que le chef de l'Etat devrait réagir après le refus des sénateurs de valider le projet de révision constitutionnelle. Mohamed Ould Abdel Aziz s'exprimera au cours d'une conférence de presse et devrait donc dire quelles sont ses intentions. Décidera-t-il de passer en force ou entendra-t-il les sénateurs ? Pour l'instant rien n'a filtré. Au sein du parti présidentiel, c'est l'expectative. La plupart des membres de l'UPR disent ne pas savoir vers quelle...
(Autre média 22/03/17)
Les sénateurs mauritaniens ont rejeté vendredi dernier le projet de révision constitutionnelle voulue par le président Mohamed Ould Abdel Aziz, un revers pour le chef d’Etat mauritanien qui devrait compliquer ses relations avec l’opposition hostile à la révision de la Constitution. Sur les 56 sénateurs présents vendredi, 33 d’entre eux ont rejeté la mise en œuvre de la révision constitutionnelle, dont le projet a pourtant été adopté une semaine plus tôt par l’Assemblée Nationale. Ce texte, très critiqué par l’opposition,...
(AfricaNews 22/03/17)
Les presses mauritaniennes et sénégalaises en font leurs choux gras ce mardi. Mohsen Ould El-hadji, président du Sénat en Mauritanie, aurait fui son pays pour se réfugier au Sénégal depuis dimanche. Une information pas encore confirmée à Nouackchott encore moins à Dakar. Pour la presse locale, ce subit départ a pour origine le rejet du projet de réforme constitutionnelle par le Sénat qui prévoit entre autres la suppression de plusieurs institutions importantes du pays, dont le Sénat. L’homme craindrait ainsi...
(La Tribune 21/03/17)
Le marbre grisâtre du palais de Nouakchott est désormais la tour qui protège le silence présidentiel. Furieux, les yeux rouges de colère sinon de rancune pour cette « trahison », Mohamed Ould Abdelaziz n’a pu boire dans le calice de la honte après le revers de sa révision constitutionnelle qui s’est brutalement fracassée sur la dissidence de sénateurs que l’on croyait acquis à sa cause. C’est ce mercredi 22 mars que le président mauritanien devrait briser le silence sur ce...
(RFI 21/03/17)
En Mauritanie, c'est mercredi soir 22 mars que le président Mohamed Ould Abdelaziz fera connaître sa position sur son projet de révision constitutionnelle, suite au rejet par les sénateurs. Ce texte, qui prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement de drapeau avait été validé par l'Assemblée mais refusé par les sénateurs dans la nuit de vendredi à samedi - le sénat pourtant, comme l'Assemblée, largement acquis au pouvoir. Le président décidera-t-il de soumettre le texte à un référendum ? Ou décidera-t-il de revoir le projet ou d'y renoncer en appelant tous les partis de la scène politique à une concertation ?
(La Tribune 20/03/17)
C’était en quelque sorte demander aux sénateurs de donner le bâton pour se faire battre. Jusqu’aux heures précédant le vote, le président mauritanien aura manœuvré pour que les sénateurs valident la réforme constitutionnelle qui prévoyait entre autres, la suppression… du Sénat ! « Niet !», a répondu la Chambre haute. Un revers pour le président, une victoire de l’opposition. A Nouakchott, c'est la surprise et la consternation. Trente-trois des 56 sénateurs mauritaniens ont rejeté le projet de réforme constitutionnelle passée, une semaine plus tôt, comme lettre à la poste chez les députés de l'Assemblée nationale.
(Xinhua 20/03/17)
NOUAKCHOTT, (Xinhua) -- Le rejet par le Sénat de révision constitutionnelle, déjà votée par l'Assemblée nationale, a plongé le pays dans une nouvelle impasse politique, selon les observateurs. Sur 56 sénateurs, dont 40 issus de la majorité présidentielle, 33 se sont prononcés jeudi contre ce projet qui prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement du drapeau et de l'hymne du pays. Pour les observateurs, la crise politique est d'autant plus sérieuse que c'est la majorité qui a remis...
(AFP 18/03/17)
Le Sénat mauritanien a rejeté vendredi soir le projet de révision constitutionnelle prévoyant notamment sa suppression en tant qu'institution et le changement du drapeau national, a constaté le correspondant de l'AFP. Trente-trois sénateurs sur 56 ont voté contre le projet de révision constitutionnelle soumis par le gouvernement, a déclaré le président du Sénat, Mohsen Ould El-hadji. Ce rejet par le Sénat du projet de loi gouvernemental survient après l'adoption le 9 mars du même texte par l'Assemblée nationale. Pour être validé, il devait être adopté par chacune des deux chambres du Parlement à la majorité des deux tiers et ensuite être soumis à un congrès parlementaire.
(RFI 18/03/17)
Le Sénat mauritanien a rejeté vendredi 17 mars le projet de révision constitutionnelle soumis par le gouvernement du président Mohamed Ould Abdel Aziz. Il prévoyait notamment sa suppression en tant qu'institution et le changement du drapeau national. Trente-trois sénateurs sur 56 ont voté contre le projet de révision constitutionnelle soumis par le gouvernement. Ce rejet par le Sénat du projet de loi gouvernemental survient après l'adoption le 9 mars du même texte par l'Assemblée nationale. Pour être validé, il devait...
(RFI 18/03/17)
C'est une information que vous révèlent RFI et l'AFP : Marine Le Pen se rendra au Tchad la semaine prochaine. Elle ira rencontrer les forces françaises de Barkhane à Ndjamena, entre le 21 et le 22 mars prochains. Pierre Firtion, avec AFP Après Emmanuel Macron et Francois Fillon, c'est donc au tour de la candidate du Front National d'aller rencontrer les soldats français basés sur le continent. Selon les informations recueillies par RFI et l'Agence France Presse (AFP) auprès du ministère de la Défense et du Front national, Marine Le Pen se rendra à ...
(Jeune Afrique 17/03/17)
Soucieux de restaurer la grandeur de la Russie et de laver l’affront occidental en Libye, Vladimir Poutine nourrit de grandes ambitions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où il est désormais incontournable. Ancien du KGB réputé plus froid que l’acier, le président russe aurait rugi comme un ours blessé devant les images de la longue et brutale mise à mort de Kadhafi, lynché le 20 octobre 2011 par des miliciens révolutionnaires. Un nouveau chapitre de l’histoire de Poutine avec...
(Alakhbar 16/03/17)
ALAKHBAR (Nouakchott)- Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a promis de satisfaire une partie des revendications des professeurs de l’Enseignement supérieur. Mohamed Ould Abdel Aziz rencontrait les membres du Bureau Exécutif du Syndicat nationale des professeurs de l’Enseignement supérieur. Il a indiqué que le problème des enseignants peut être réglé parce que la crise financière que traversait le pays est terminée. Mohamed Ould Abdel Aziz a cepadant rejeté la demande du syndicat d’augmenter le salaire des enseignants ou de...

Pages