Lundi 25 Septembre 2017
(MondAfrique 25/09/17)
Nana Mint Cheikhna, une des figures de l’opposition en Mauritanie et membre du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), revient sur les procédures judiciares lancées contre des journalsites, des syndicalsites et des hommes d’affaires, dont l’ancien patron des patrons mauritanien, Mohamed Bouamatou. Voici l’entretien donné à notre confrère et partenaire Dalay Lam du “Calame”, un des rares titres indépendants du pouvoir autoritaire du président Aziz en Mauritanie. Le feuilleton politico-judiciaire “Bouamatou”, du nom de l’homme d’affaires et opposant réfugié au Maroc, Mohamed Bouamatou, tient en haleine toute la République. Quelle lecture vous faites de ce dossier? Ne pensez-vous pas qu’il est en train d’occulter tous les autres...
(Xinhua 22/09/17)
ALGER, (Xinhua) -- L'Algérie et la Mauritanie étudient la possibilité d'ouvrir un poste frontalier pour faciliter la circulation des biens et des personnes entre les deux pays, a rapporté mercredi l'agence officielle APS. Pour cette raison, une commission technique mixte s'est rendue mercredi sur le terrain dans la province algérienne de Tindouf (1.820 km au sud-ouest d'Alger) pour examiner les voies d'ouverture de ce passage frontalier, selon la même source. S'exprimant sur ce projet, le wali (préfet) de Tindouf, Amoumène Marmouri, a indiqué que "les deux parties ont convenu de la création d'un poste frontalier entre les deux pays pour faciliter...
(Jeune Afrique 21/09/17)
Le président Mohamed Ould Abdelaziz s’est dit satisfait que les réformes constitutionnelles qu’il préconisait aient été adoptées par le peuple mauritanien à la majorité de 85,6 % des suffrages exprimés, lors du référendum du 5 août. On l’imaginait pressé de mettre en place les nouveaux conseils régionaux, désormais substituts du Sénat et préalable à une décentralisation bienvenue. Pourtant, à Nouakchott, l’heure est plutôt à la répression postélectorale. Le 1er septembre, des journalistes, des syndicalistes et une sénatrice ont été placés sous contrôle judiciaire. Un sénateur, Mohamed Ould Ghadda, a été maintenu en détention. Tous sont soupçonnés d’avoir reçu ou distribué de l’argent...
(Xinhua 20/09/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Intervenant mardi à l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président malien Ibrahim Boubakar Keïta est revenu sur les longues négociations qui ont mené à la signature de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, selon un communiqué publié par l'ONU. Depuis la mise en œuvre de l'accord, assure-t-il, la situation générale a connu des progrès fort appréciables. Il a donné pour exemple que les autorités intérimaires et les...
(MondAfrique 19/09/17)
La contestation grandit en Mauritanie contre le président Mohamed Ould Abdel Aziz, dont le pouvoir se durcit et s'isole chaque jour d'avantage. Le régime mauritanien réclame des soins intensifs. Depuis la mascarade que fut le référendum, cet été, sur la réforme de la constitution, chaque jour apporte son lot de mesures liberticides. Le chef de l’Etat, Mohamed Ould Abdel Aziz, est rentré dans une spirale répressive, sa seule réponse face à une contestation grandissante. Ainsi le président Aziz a accusé sénateurs, syndicalistes et journalistes d’avoir perçu de l’argent de son propre cousin, l’ancien patron des patrons mauritanien réfugié au Maroc, Mohamed Bouamatou.
(RFI 19/09/17)
Une réunion sur le G5 Sahel s’est tenue lundi 18 septembre 2017 en marge de l'Assemblée générale de l’ONU, avec les présidents des cinq pays du groupe, mais avec aussi Emmanuel Macron, Alpha Condé, président en exercice de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, ou encore la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le secrétaire général de l’ONU António Guterres. Et finalement, un représentant américain était bien présent, un conseiller du Homeland Security, le département de Sécurité intérieure. Financement, articulation force G5 et forces de l'Onu, les débats ont porté sur des questions de fond.
(APA 18/09/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU) qui regroupe le gros de l’opposition mauritanienne a lancé un cri d’alarme concernant « une catastrophe » qui pourrait frapper le monde rural dans le pays. « Il y a une catastrophe qui menace aujourd’hui notre monde rural, agriculteurs et éleveurs inclus », a déploré le FNDU dans un communiqué distribué samedi à Nouakchott. Selon lui, « le pays a connu un grand retard dans la saison des pluies cette année et un déficit inquiétant dans la quantité des précipitations ».
(RFI 18/09/17)
En marge de l’Assemblée générale de l’ONU, une réunion spécifique aura lieu sur le G5 Sahel ce lundi 18 septembre après-midi à New York. Elle réunira les présidents des cinq pays du groupe, Emmanuel Macron, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine, la chef de la diplomatie européenne et le secrétaire général de l’ONU. Une réunion de haut niveau pour inciter la communauté internationale à soutenir la force antiterroriste conjointe au moment où le déblocage...
(RFI 16/09/17)
En Mauritanie un collectif d'avocat a décidé de contester les poursuites qui visent treize sénateurs depuis début septembre. Ce collectif vient de déposer une requête devant la chambre d'accusation de la cour d'appel afin d'obtenir l'abandon de toutes les charges retenues. L'un des sénateurs est déjà sous mandat de dépôt - les autres sous contrôle judiciaire. Accusés d'avoir reçu de l'argent de l'homme d'affaires et opposant Mohamed Bouatmatou, cousin du chef de l'Etat, ces élus s'étaient opposés aux réformes constitutionnelles voulues par le président et validées lors du référendum du 5 août dernier.
(Jeune Afrique 16/09/17)
Plusieurs chefs d'État du G5 Sahel n'avaient pas prévu de se rendre à New-York pour l'Assemblée générale des Nations unies. Ils feront finalement le voyage pour assister à une réunion de haut niveau sur la mise en place de leur force conjointe. Explications. Après leur dernier sommet le 2 juillet, à Bamako, les chefs d’État du G5 Sahel se retrouveront lundi 18 septembre, à New-York, pour participer à une réunion de haut niveau sur leur projet de force conjointe en...
(AFP 15/09/17)
La force antijihadiste du G5 Sahel, en voie de formation, "prouvera son efficacité dans un futur proche", a affirmé jeudi le président malien Ibrahim Boubacar Keïta en visite à Ouagadougou. "Nous avons compris que notre défense et notre sécurité ont des prérogatives et des devoirs qui nous incombent en tout premier chef. Dès lors, il fallait trouver le système et il est trouvé. Il est cohérent, il est pertinent et il prouvera son efficacité dans un futur proche", a déclaré...
(APA 15/09/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - La visite en Mauritanie de la délégation de militants de droits civiques américains, programmée du 8 au 15 septembre 2017, violait la constitution du pays, a révélé le ministre de la culture et de l’artisanat et porte-parole du gouvernement mauritanien, Mohamed, Lemine Ould Cheikh. Expulsée vendredi dernier par les autorités mauritaniennes à l’aéroport Oumoutounsi de Nouakchott, cette délégation avait « un programme de visite qui consacre le sectarisme dans la société mauritanienne », a précisé Ould Cheikh...
(Jeune Afrique 15/09/17)
Les cinq présidents du G5 Sahel tiendront une réunion de haut niveau avec Emmanuel Macron le 18 septembre, à New-York, en marge de l'assemblée générale des Nations unies. Objectif : résoudre le casse-tête du financement de leur force conjointe. Ils avaient convenu de se revoir rapidement à l’issue de leur dernier sommet, à Bamako, le 2 juillet dernier, pour faire un nouveau point sur la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel. Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mohamed...
(MondAfrique 14/09/17)
Dans le deux capitales maghrébines de Rabat et Nouakchott, chacun espérait que la nomination d’un nouvel ambassadeur du Royaume du Maroc en Mauritanie allait ramener de la sérénité aux relations entre les deux pays. Quelle erreur! L’éclaircie n’a été de courte durée. Selon des informations divulguées par la capitale mauritanienne, le président Mohamed Ould Abdel Aziz, oublieux de tous les gestes faits par le Palais marocain en sa faveur, aurait catégoriquement refusé d’accréditer Hamid Chaba qui avait été nommé par le roi Mohammed VI, le 25 juin dernier, comme ambassadeur en Mauritanie.
(Alakhbar 14/09/17)
ALAKHBAR (Nouakchott) - Le président de la Commission de crise au Sénat mauritanien Cheikh Ould Hanana a annoncé trois plaintes contre le procureur général, la Garde nationale et le ministre de l’Economie et des Finances. Le sénateur s’exprimait à l’émission Vis-Samim sur la chaîne Al-Mourabitoun. Cheikh Ould Hanana estime le procureur générale d’avoir violé l’article 50 qui stipule : « Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l'occasion des opinions ou des votes...
(RFI 13/09/17)
Ibrahim Boubacar Keïta a reçu lundi 11 septembre à Bamako son homologue mauritanien. Il se trouvait mardi au Tchad avant de se rendre ce mercredi au Niger. Au menu des discussions de cette mini-tournée régionale : la coopération entre les pays membres du G5 Sahel, avant l'Assemblée générale des Nations unies dans quelques jours. L'idée de ces rencontres bilatérales, c'est de faire le point sur les contributions de chacun des pays, sur leurs besoins aussi, et sur leur positionnement plus général, pour pouvoir parler d'une même voix à New York la semaine prochaine lors l'assemblée générale de l'ONU. Une Assemblée générale à laquelle certains présidents ne participeront pas.
(MondAfrique 13/09/17)
Le refus d’accès à la Mauritanie essuyé par des abolitionnistes américains qui voulaient se rendre à Nouakchott est difficile à comprendre…» , a déclaré l'ambassadeur américain en Mauritanie, Larry André, dans un entretien avec le "quotidien de Nouakchott" réalisé par Khalilou Diagana. Extraits. Douze militants abolitionnistes américains, sur invitation de SOS Esclave Mauritanie, devaient séjourner en Mauritanie, du 08 au 15 septembre 2017. A leur arrivée à l’aéroport international Oumtounsi de Nouakchott, ils n’ont pas été autorisés à entrer en...
(MondAfrique 12/09/17)
Placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de "l’affaire Ould Ghadda", du nom d'un sénateur mauritanien inculpé de corruption, notre ami Ahmed Ould Cheikh, directeur de Publication du Calme, n'hésite pas à dénoncer revient sur la procédure judiciaire enclenchée contre des journalistes, hommes d’affaires, syndicalistes et sénateurs. En Mauritanie rectifiée, donner ne se conjugue à aucun temps. Pire, c’est désormais assimilé à une corruption insolite sans passe-droit en contrepartie. Pour avoir connu ce « dangereux » mécène qu’est Mohamed Ould...
(MondAfrique 12/09/17)
Inculpé mardi de corruption par le pouvoir mauritanien, l'opposant et homme d'affaires Mohamed Bouamatou est surtout un citoyen du monde qui a créé récemment une Fondation pour "l'égalité des chances en Afrique". Portrait. C’était il y a dix huit mois, le 18 janvier 2016, au Parlement européen. Une foule nombreuse et fervente se pressait à Bruxelles pour assister au lancement de la “Fondation pour l’égalité des chances en Afrique” qui a été créée, cet été, par l’ancien patron des patrons...
(Xinhua 12/09/17)
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a déclaré que l'inauguration du poste de commandement central de la Force conjointe du G5-Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à Sévaré au Mali, permettrait de franchir "un grand pas" dans le combat contre le terrorisme et pour la stabilisation de la bande sahélo-saharienne. Lors d'une visite éclaire lundi soir au Mali, le président mauritanien a salué les efforts de son homologue malien pour l'opérationnalisation de cette Force conjointe. Le président...

Pages