| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(RFI 10/02/17)
En Mauritanie, les opérations de contrôle des pirogues de pêche artisanale lancées fin janvier 2017 se poursuivent. Ces derniers jours, plus de 220 embarcations ont été arraisonnées, faute d'être en règle avec la législation mauritanienne qui donne l'obligation aux armateurs d'employer des pêcheurs mauritaniens, sauf dérogation. Plusieurs centaines de pêcheurs sénégalais qui n'auraient pas dû se trouver à bord des pirogues contrôlées se retrouvent ainsi au chômage technique. Certains ont décidé de rentrer chez eux, d'autres attendent qu'une solution soit trouvée. Une solution qui passe notamment par le renouvellement de l'accord de pêche entre les deux pays qui est caduc depuis 2015.
(L'Authentique Quotidien 10/02/17)
Ils sont des centaines de sénégalais qui vivent à Nouhadibou et à Nouakchott dans des conditions extrêmement difficiles, depuis plusieurs jours. Ces sénégalais s’activent la plupart dans le secteur de la pêche et souhaitent rentrer au pays, après les changements intervenus dans la réglementation des pêches en Mauritanie. Aujourd’hui, avec les centaines d’embarcations de pêche artisanale qui sont à quai, le blocage a fini par créer un véritable malaise chez les populations sénégalaises. Conséquence de cette situation inédite où un nombre important d’embarcations est à quai, depuis le 25 janvier dernier, ces sénégalais, la plupart originaires des Iles du Saloum ou de Nguet-Ndar ne savent plus à quelle activité se fier. Ils ne demandent rien d’autre et ne veulent que...
(Le Calame 10/02/17)
Depuis quelques semaines, on sent monter la tension entre notre pays et le Sénégal. Pour cause, l’intervention des troupes de la CEDEAO en Gambie, alors que le président mauritanien s’y trouvait négociant, avec son homologue guinéen, du départ, « en douceur », de leur ami Jammeh. Le président gambien s’était dédit, après avoir reconnu sa défaite à l’élection présidentielle du 1er Décembre, contre Adama Barrow, candidat de l’opposition coalisée. Ould Abdel Aziz apprécierait fort mal l’attitude de son pair sénégalais qui, bien qu’informé de l’accord de Jammeh à laisser le pouvoir à son adversaire, ne serait pas moins abstenu de retenir l’entrée des forces de la CEDEAO. Des officines mauritaniennes accusent les media sénégalais de « minimiser » l’implication du...
(Le Calame 10/02/17)
Le Calame : Votre parti a pris part au dernier dialogue politique. Quelle est sa position sur la volonté du pouvoir de recourir au congrès du Parlement, plutôt qu’à la consultation populaire directe, pour faire adopter les amendements constitutionnels préconisés par le dialogue et portant, notamment, sur la suppression du Sénat, la modification des couleurs du drapeau et des paroles de l’hymne national ? Mohamed Lemine El Bane : Le parti de la Justice Démocratique a pris part au dialogue, en tant que membre de la Majorité présidentielle. Un document, signé, par les participants, à l’issue des débats, préconise des amendements constitutionnels. A cet égard et par principe, la recherche d’un mode consensuel adéquat, pour les introduire, nous semble meilleure...
(Sahara Medias Agency 10/02/17)
Classés 113ème le mois dernier, les Mourabitounes ont gagné 6 places dans le classement FIFA qui vient d’être publié. Finaliste de la coupe d’Afrique des nations au Gabon, l’Egypte a fait un bond de 12 points occupant désormais la 23ème place dans le classement mondial mais occupe la première place en Afrique et au sein du monde arabe, alors que son adversaire en finale, désormais champion d’Afrique, le Cameroun a fait mieux, 29 points gagnés mais ne pointe qu’à la 33ème place mondiale. Le Sénégal a gagné deux places et occupe désormais le 31ème rang mondial. L’Argentine est toujours en tête, suivie désormais du Brésil, de l’Allemagne, du Chili et de la Belgique. La France, en 5ème position, devance la...
(Autre média 10/02/17)
Selon une étude publiée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), seuls 10% des populations vivant en Afrique Subsaharienne ont un accès à l’électricité, un constat auquel veut en partie remédier la Banque Africaine de Développement (BAD). Pour Akinwumi Ayodeji Adesina, le président de la BAD, la place de l’énergie est un préalable au développement économique des pays africains. Présent lors du 28eme sommet de l’Union Africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba le 30 et 31 janvier dernier, Ayodeji Adesina a notamment fait part de sa préoccupation concernant cette situation au Sahel. « J’ai honte de la situation de l’accès à l’énergie en Afrique. Sans énergie, on ne peut même pas assurer une éducation de qualité aux...
(APA 09/02/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et son homologue Bissau guinéen José Mario Vaz se sont félicités du dénouement pacifique de la crise post-électorale en Gambie, dans un communiqué conjoint mercredi à Nouakchott. Les deux présidents ont salué les efforts conjoints de la CEDEAO, de l'Union Africaine et de l'ONU à ce sujet, selon le communiqué final sanctionnant une visite de travail et d'amitié de deux jours entamée mardi par M. Vaz en Mauritanie. Ce dernier a félicité Ould Abdel Aziz pour sa « contribution décisive à la résolution de la crise gambienne », a aussi dit le texte, soulignant que les deux hommes ont affirmé leur volonté de renforcer davantage les relations entre leurs pays...
(Alakhbar 09/02/17)
ALAKHBAR (Nouakchott) - La Société Financière Internationale, IFC, un membre du Groupe de la Banque mondiale et la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) ont tenu une conférence sur les meilleures pratiques internationales en matière de financement des Petites et Moyennes Entreprises, lundi à la Chambre de Commerce de Nouakchott. La conférence a été inaugurée par Abdel Aziz Ould Dahi, Gouverneur de la BCM en présence de Jingdong Hua, vice-Président et Trésorier de IFC et Gavin Wilson, président directeur général de l’Asset Management Company, la filiale de gestion d’actifs d’IFC. La rencontre a rassemblé près de 120 dirigeants et cadres d’établissements de crédit, d’entreprises publiques et du secteur privé. L’objectif est « d’aider le secteur bancaire à jouer un rôle clé...
(Financial Afrik 09/02/17)
La banque mondiale (BM) s’est enquise de l’état d’évolution de son programme régional des pêches en Afrique de l’ouest (PRAO) en Mauritanie. A cet effet une rencontre a eu lieu à Nouakchott mercredi 07 février entre le nouveau représentant de l’institution dans le pays, Laurent Msellati et le ministre mauritanien des pêches et de l’économie maritime, Nany Ould Chrougha . Au cours de cette entrevue, les deux parties ont passé en revue les différentes étapes du projet en Mauritanie qui a nécessité un financement à hauteur de 20 millions de dollars (environ 7 milliards d’ouguiyas). D’une durée de 5 ans (2015 à 2019), ce programme à vocation régionale vise à faire du secteur de la pêche en Afrique et plus...
(Sahara Medias Agency 08/02/17)
Lors d’une conférence de presse tenue lundi à Bamako, en marge du sommet extraordinaire du G5, le président Mohamed O. Abdel Aziz a que les pays du Sahel mesurent la gravité des défis auxquels ils font face, notamment le terrorisme et le crime organisé. O. Abdel Aziza réaffirmé la volonté de cet ensemble de travailler avec force avec ses partenaires au sein de l’union africaine, les nations unies et la communauté internationale soulignant avec force ses engagements dans le cadre du partenariat afin d’assurer la paix et e développement. Le président tchadien a annoncé lui le passage de la présidence du G5 au président malien Ibrahim Boubacar Keita. La conférence de presse s’est déroulée en présence du président en exercice...
(Alakhbar 08/02/17)
ALAKHBAR (Nouakchott)- La Mauritanie et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont signé lundi à Nouakchott un programme de coopération technique d'urgence de lutte contre les criquets pèlerins, a rapporté l’Agence de Presse Mauritanienne (AMI). Une enveloppe de 500 mille dollars devra servir de financer ce programme en appui au centre mauritanien de lutte antiacridienne à travers la formation, l’élargissement de ses équipes sur le terrain et l'acquisition des produits chimiques. La Mauritanie a été la cible depuis octobre 2016 d’attaques de criquets pèlerins dans les régions du Trarza, de l'Inchiri, de l'Adrar et du Tiris-Zemmour.
(La Tribune 08/02/17)
L’ambition des pays membres du G5 Sahel de lancer une nouvelle compagnie aérienne régionale a été réactivée à l’issue du dernier sommet des chefs d’Etat de l’organisation qui vient de se tenir à Bamako au Mali. Baptisée « Air Sahel », les arguments justifiant la création de cette compagnie destinée à promouvoir l’intégration régionale, sont valables. Toutefois, la viabilité économique de la compagnie reste sujette à caution au vu de la situation sur le marché régional. On croyait un temps le projet enterré, puisqu'officiellement, le lancement par les 5 pays membres du G5 Sahel de la compagnie aérienne régionale, « Air Sahel », devait intervenir au courant de ce mois de février. C'est en tout cas ce qui était prévu...
(Agence Ecofin 08/02/17)
Les pays du G5 Sahel poursuivent avec la création d'Air Sahel, la compagnie aérienne qui leur sera commune, a dévoilé le président malien lors du tout récent sommet des chefs d'Etat de l'organisation. « Nous avons déjà entamé les discussions avec l'IATA pour nous mettre en conformité avec les procédures », a indiqué Mr Ibrahim Boubakar Keita. Le projet de création de cette compagnie date de quelques années déjà, mais une étape importante a été franchie en avril 2016 avec l'adoption lors d'une rencontre au Burkina Faso, de la feuille de route du projet, par les ministres des transports des pays concernés. Le processus a aussi reçu l'accord de principe de la Banque Arabe pour le Développement Economique de l'Afrique,...
(Alakhbar 08/02/17)
ALAKHBAR (Nouakchott)- La Mauritanie a accepté d’accorder des laissez-passer aux pirogues sénégalaises qui vont rentrer au bercail après avoir été bloquées sur son territoire depuis plus de 10 jours, ont rapporté des sources d’Alakhbar. Des pirogues sénégalaises ont été arraisonnées en Mauritanie ou empechées de rentrer au Sénégal depuis l’application, mercredi 25 janvier, de loi interdisant la pêche artisanale aux étrangers. Une loi qui date de 2012. Plus de 180 pêcheurs sénégalais ont été arrêtés à Nouakchott, la capitale mauritanienne, et à Nouadhibou, la principale ville du nord, dont certains libérés ou reconduits à la frontière. Plus de trois (3) milles pirogues sénégalaises continuaient d’opérer dans les eaux mauritaniennes sous couverts de mareyeurs locaux, après la suspension de l’accord de...
(AFP 07/02/17)
Les pays du G5 Sahel, qui se disent "en première ligne contre le terrorisme", ont annoncé lundi à Bamako vouloir réaliser leur projet de force destinée à combattre les groupes jihadistes utilisant notamment le Mali comme "base de repli". Ce sommet des cinq chefs d'Etat (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) intervient moins de trois semaines après l'attentat-suicide du 18 janvier, qui a fait près de 80 morts à Gao, principale ville du nord du Mali. Une attaque revendiquée par le groupe Al-Mourabitoune du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
(Jeune Afrique 07/02/17)
La Cour suprême de Mauritanie a demandé, le 31 janvier, qu’une nouvelle juridiction rejuge ce condamné à mort pour « apostasie ». Ingénieur âgé de 31 ans, il avait écrit sur le site mauritanien Aqlame un article qui dénonçait l’utilisation de la religion pour justifier des inégalités entre les castes, notamment au détriment de la sienne, les maalemine, ou « forgerons », méprisée en Mauritanie. Pour cela, il se référait aux différences de traitement que le Prophète réservait à ses ennemis selon leur appartenance religieuse ou tribale.
(RFI 07/02/17)
Le sommet du G5 - Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie - s'est terminé, ce lundi 6 février au soir à Bamako. Le président en exercice de l'Union africaine, le Guinéen Alpha Condé, était également présent. Principale décision de la rencontre : la mise sur pied effective d'une force du G5 pour lutter contre le terrorisme. Tous étaient présents. Les chefs d'Etat des pays du G5 ont retrouvé, ce lundi en sommet à Bamako, le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, qui avait également effectué le déplacement. La principale mesure à retenir du rendez-vous, c'est la création d'une force conjointe au Sahel. Les cinq pays du G5 vont fournir des troupes pour lutter contre...
(AFP 07/02/17)
APA-Nouakchott (Mauritanie) - La Mauritanie et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont conclu un programme d’urgence de coopération technique en matière de lutte contre le criquet pèlerin doté d’un financement de 500.000 dollars, a-t-on constaté lundi à Nouakchott. Ce programme vise à renfoncer les efforts déployés par le Centre national de lutte antiacridienne en Mauritanie (CNLA) en lui permettant de redoubler le nombre de ses équipes d’intervention, d’acquérir des pesticides et d’intensifier la formation. Il a été signé lundi à Nouakchott par la ministre de l’agriculture mauritanienne, Lemina Mint El Ghotob Ould Momma, et le représentant de la FAO en Mauritanie, Ottomane Miravelli. Le programme est le fruit du travail d’une mission d’experts de l’Instance de...
(BBC 07/02/17)
Les chefs d'Etat du G5 Sahel étaient réunis lundi à Bamako, capitale du Mali pour discuter sur la situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel. A l'issue de cette réunion extraordinaire, les présidents de l'organisation du G5 Sahel qui compte 5 pays du Sahel à savoir ; le Burkina, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, ont trouvé un accord. Les 5 pays africains se sont accordés pour la création d'une force conjointe de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. C'est la principale annonce du sommet extraordinaire qui s'est clôturée lundi à Bamako. Le président nigérien Mahamadou Issoufou a dit qu'il fallait tout de même le feu vert du conseil de sécurité...
(La Tribune 07/02/17)
Il y a urgence à agir contre le terrorisme ! En résumé c'est ce que les chefs d'Etat du G5, réunis aujourd'hui lors d'un leur sommet extraordinaire à Bamako, ont retenu sur la situation au Mali qui constitue un risque de déstabilisation dans le Sahel. Les 80 victimes de l'attentat meurtrier de Gao, le 18 janvier dernier ont frappé les esprits. Ibrahima Boubacar Keïta saisit l'occasion pour tirer la sonnette l'alarme devant la détérioration de la situation au Mali. Après le balisage de ce dimanche 5 février des ministres de la défense, de la sécurité et des affaires étrangères, Ibrahim Boubacar Keïta accueille au centre de conférence de Bamako (CCB) -celle-là même qui avait accueilli le sommet Afrique-France- ses homologues...

Pages